Tomaso Montanari est le nouveau recteur de l'Université pour étrangers de Sienne


L'historien de l'art Tomaso Montanari a été élu recteur de l'Université pour étrangers de Sienne au premier tour. Il dirigera l'université pour la période 2021-2027.

L’historien de l’art, essayiste et personnalité de la télévision Tomaso Montanari a été élu recteur de l’Université pour étrangers de Sienne, où il enseigne l’histoire de l’art moderne depuis plusieurs années. Montanari, qui dirigera l’université pour la période 2021-2027 et prendra ses fonctions le 9 octobre, a été élu au premier tour, obtenant 87 % des voix. L’élection a connu une très forte participation (environ 90% des ayants droit au vote, c’est-à-dire les professeurs de premier et de second rang, les chercheurs en CDI et CDD, les maîtres de conférences stabilisés et, en pourcentage pondéré, le personnel technico-administratif, les collaborateurs experts linguistiques, les maîtres de conférences en langue italienne, les chargés de recherche, les doctorants et l’ensemble des étudiants inscrits).

Montanari, Florentin né en 1971, avant d’enseigner à Sienne, où il est professeur titulaire, a été professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Naples Federico II, à l’université de Rome Tor Vergata et à l’université de Tuscia. Il est également président du comité scientifique technique pour les beaux-arts du ministère des biens culturels et membre du Conseil supérieur des biens culturels. Il est également membre des comités scientifiques des Offices de Florence et des Girolamini de Naples, président honoraire de l’Istituto Italiano di Studi Filosofici de Naples et membre correspondant de l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere e Arti. Marina Benedetti, doyenne des professeurs et présidente du conseil électoral, a déclaré : "Tomaso Montanari, professeur d’histoire de l’art moderne, a été élu recteur de l’Université pour étrangers de Sienne pour la période de six ans allant de 2021 à 2027. La procédure de vote s’est déroulée en ligne, via u-Vote (le système de vote électronique de Cineca) et a connu un taux de participation élevé (près de 90 % des votes exprimés). Le professeur Montanari a été élu au premier tour, avec un pourcentage d’environ 87 % des suffrages exprimés.

"Le grand nombre de suffrages exprimés, a déclaré le recteur sortant Pietro Cataldi, est un élément particulièrement intéressant, compte tenu du profil caractéristique du candidat, dont le programme rectoral nous invitait à nous mesurer aux grandes questions culturelles et civiles du présent ; et cette large adhésion témoigne de la force d’une communauté et de sa profonde cohésion, l’un des résultats les plus précieux à mes yeux au cours de ces années".

Au terme de cette magnifique journée, a déclaré M. Montanari, je remercie avec beaucoup d’émotion tous ceux qui ont participé au vote : ils sont vraiment très nombreux, signe d’une volonté de “présence” qui est la meilleure garantie d’un gouvernement “collectif”. Je consacrerai toutes mes forces à essayer de ne pas décevoir ceux qui ont décidé de me faire confiance. Je sais que nous partagerons la fatigue de chaque jour : mon engagement est que la joie soit également partagée. Partagée avec tous, avec chaque membre de notre communauté : ceux qui étudient, ceux qui enseignent, ceux qui travaillent. La Stranieri poursuit son histoire de connaissance et d’inclusion : à Sienne et dans le monde. Ensemble, nous construirons une université (et, nous l’espérons, une société) encore plus ouverte aux différences, encore plus engagée contre les inégalités".

Le programme de Montanari est divisé en douze points : Gouvernance et service ; Une idée de l’université ; Étrangers : Sienne, Italie, Europe, monde ; Langue et culture ; Enseignants ; Étudiants ; Personnel administratif et technique ; Financement ; Équipements ; Recherche ; Enseignement ; Troisième mission. Dans le programme, Montanari déclare vouloir briser la forme “paléo-corporatiste” actuelle de l’université en constituant un modèle alternatif, avec un “gouvernement visiblement pluriel, collégial et, dès le départ, pluraliste”.Une université différente : c’est celle qui est fondée sur une idée humboldtienne de l’université, c’est-à-dire fondée sur “la liberté académique, l’autonomie de la communauté et surtout l’unité indissoluble de l’enseignement et de la recherche”. Une université différente : c’est celle à laquelle aspire Montanari, c’est-à-dire une université qui “tout en s’adaptant (certes avec trop de soumission) à tout cela, résiste néanmoins en tant que communauté de savoir. Une communauté d’égaux (enseignants et étudiants) dans la dignité de la recherche et dans la construction du savoir. Un lieu de transmission de la connaissance critique”.

Concrètement, M. Montanari a déclaré qu’il se concentrerait sur le rôle international de l’université, qu’il maintiendrait une répartition équilibrée entre les enseignants, qu’il améliorerait la parité hommes-femmes (qui est déjà bonne à l’université, étant donné qu’il y a en moyenne 8 000 étudiants par an) et qu’il augmenterait le nombre de membres du personnel. Il s’agit d’améliorer la parité entre les hommes et les femmes (qui est déjà bonne à l’université, puisqu’il y a en moyenne 8 professeurs titulaires hommes et 7 femmes), de limiter le nombre de temporaires dans la recherche jusqu’à ce qu’il tende à disparaître, de consolider la croissance du nombre d’étudiants et de renforcer le soutien au droit d’étudier (reconsidérer le système de taxation et explorer “les solutions les plus courageuses possibles”), d’augmenter le nombre d’étudiants dans le corps enseignant de l’université, et d’augmenter le nombre d’étudiants dans le corps enseignant de l’université. (reconsidérer le système fiscal et explorer “les solutions les plus courageuses possibles”), augmenter la quantité et la qualité des services offerts aux étudiants, augmenter les espaces alloués à la vie sociale et culturelle libre de la communauté universitaire, améliorer la relation avec l’école et l’orientation, qui doit être comprise non pas comme un marketing, mais comme un service de l’université à l’école. Et ce n’est pas tout : augmenter le personnel technique par l’attribution de prix, assurer la promotion interne et l’introduction de nouvelles forces, établir des relations solides avec les syndicats, maintenir un budget solide, instituer un cycle de séminaires parrainés et financés directement par le recteur, soumettre l’enseignement à une évaluation, rendre l’université plus visible par le biais de la troisième mission, avec des réunions publiques, également en collaboration avec d’autres entités.

Tomaso Montanari est le nouveau recteur de l'Université pour étrangers de Sienne
Tomaso Montanari est le nouveau recteur de l'Université pour étrangers de Sienne


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.