Trump sur l'Iran : "Ils tuent et nous devons être gentils avec leur héritage ? Mais si c'est la loi, d'accord".


Le président américain Donald Trump a fini par répondre en personne à ses menaces contre le patrimoine culturel iranien, lancées il y a quelques jours via Twitter. Il l’a fait hier lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de son sommet avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, en visite officielle aux États-Unis.

L’un des journalistes qui s’est exprimé lui a demandé de préciser si les sites culturels iraniens pourraient devenir des cibles à l’avenir. “Comme je l’ai dit hier”, a répondu M. Trump, faisant référence à sa rencontre avec les journalistes lundi, “c’est vraiment intéressant : ils sont autorisés à tuer notre peuple, à mutiler notre peuple, à faire exploser tout ce que nous avons et rien ne peut les arrêter, et nous, d’un autre côté, selon différentes lois, nous devrions faire très attention à leur patrimoine culturel. Vous savez ce que je dis ? Si c’est ce que dit la loi, j’obéirai à la loi. Mais pensez-y : ils tuent notre peuple, ils font exploser notre peuple, et nous devons être très gentils avec leurs institutions culturelles. Mais ce n’est pas grave. Cela ne me dérange pas”.

Pour diluer les déclarations de Trump, ces dernières heures, le ministère de la Défense était déjà intervenu (le chef d’état-major interarmées a fait savoir que toute action américaine éventuelle respecterait les lois internationales sur les conflits armés) et le secrétaire d’État Mike Pompeo, qui a exprimé son “respect pour la culture persane” dans un tweet.

Entre-temps, aujourd’hui, après l’attaque nocturne de l’Iran contre les bases américaines d’al-Asad et d’Erbil en Irak, les dirigeants des deux pays sont intervenus peu de temps après. Les tensions restent vives : "Le général Soleimani, a déclaré le Premier ministre iranien Hassan Rouhani, s’est battu héroïquement contre Isis, Al Nusrah, Al Qaeda et d’autres. Sans sa guerre contre le terrorisme, les capitales européennes seraient aujourd’hui en grand danger. Notre dernière réponse à son assassinat sera l’expulsion de toutes les forces américaines de la région“. Dans le même ordre d’idées, l’ayatollah Khamenei a déclaré : ”Les États-Unis ont apporté la guerre, la division, les émeutes, la destruction et la démolition des infrastructures de la région. Bien sûr, ils font cela partout dans le monde. Cette région n’acceptera pas la présence américaine. Les gouvernements élus par les nations n’accepteront pas la présence américaine". En revanche, le ministre de la défense, Amir Hatami, s’exprimant à la télévision d’État, a laissé entendre que l’Iran ne mènerait pas d’autres attaques : “J’espère qu’il s’agit d’une leçon mémorable pour l’Amérique. La réponse de l’Iran sera proportionnelle à ce que fera l’Amérique”.

Lors de sa conférence de presse de cet après-midi, M. Trump a déclaré que “les États-Unis continueront d’évaluer les options en réponse à l’agression iranienne et imposeront immédiatement des sanctions économiques punitives supplémentaires contre le régime iranien. Ces sanctions sévères resteront en place jusqu’à ce que l’Iran modifie son comportement”. M. Trump a ensuite appelé les cinq autres nations qui, avec les États-Unis, composent le Conseil de sécurité des Nations unies (le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, la Russie et la Chine) à reconnaître que “l’Iran doit abandonner ses ambitions nucléaires et mettre fin à son soutien au terrorisme”. “Un accord est nécessaire”, a déclaré M. Trump, “pour que l’Iran se développe et prospère et tire parti de son énorme potentiel inexploité. L’Iran peut être un grand pays”. M. Trump a également fait savoir qu’il demanderait à l’OTAN de s’impliquer davantage dans les affaires du Moyen-Orient. En conclusion, il a adressé un message au peuple iranien et à ses dirigeants: “nous voulons que vous ayez un avenir, un grand avenir, celui que vous méritez, un avenir de prospérité et d’harmonie avec les nations du monde. Les États-Unis sont prêts à embrasser la paix avec tous ceux qui veulent la rechercher”.

Photo : Le président américain Donald Trump

Trump sur l'Iran :
Trump sur l'Iran : "Ils tuent et nous devons être gentils avec leur héritage ? Mais si c'est la loi, d'accord".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.