Un musée allemand annule l'exposition de Candice Breitz parce qu'elle ne prend pas clairement position contre le Hamas


Le Saarlandmuseum de Sarrebruck a annulé l'exposition de l'artiste juive sud-africaine Candice Breitz, sur laquelle elle travaillait depuis trois ans, parce que, selon l'institut, Breitz n'a pas pris clairement position contre le Hamas. Pourtant, Breitz s'est prononcée à plusieurs reprises contre les terroristes. Que se passe-t-il en Allemagne ?

En Allemagne, dans la ville de Sarrebruck, le Saarlandmuseum a annulé une exposition, déjà prévue pour 2024, de l’artiste sud-africaine Candice Breitz en raison de ses déclarations prétendument controversées sur la guerre entre Israël et le Hamas. Le conseil d’administration de la Stiftung Saarländischer Kulturbesitz (SSK), la fondation qui gère les musées de la ville, a publié une déclaration indiquant que la décision avait été prise “après une analyse minutieuse de la couverture médiatique de l’artiste suite à ses déclarations controversées dans le contexte de la guerre d’agression du Hamas contre l’État d’Israël”. En annulant l’exposition, la SSK souhaite faire comprendre que, dans ce contexte, elle n’est pas disposée à offrir un podium à des artistes qui ne prennent pas clairement position contre le terrorisme du Hamas".

L’artiste travaillait sur l’exposition depuis trois ans. Breitz, qui est également juive, a déclaré à la presse allemande qu’elle n’avait pas été contactée avant que la fondation ne prenne cette décision. On ne sait pas non plus exactement quelles sont les déclarations controversées, bien que Breitz ait récemment pris position contre Israël à plusieurs reprises. Il y a quelques jours, le 24 novembre, Mme Breitz a écrit sur son profil Facebook que “si vous vivez en Allemagne, vous aurez remarqué que de nombreux événements culturels ont été annulés depuis le 7 octobre, tout cela au nom de la ”prévention des messages antisémites“. Malheureusement, en Allemagne, la définition de l’”antisémitisme“ peut aller du port d’un keffieh à la critique du gouvernement israélien pour ses crimes de guerre et ses violations des droits de l’homme, en passant par l’utilisation du mot ”génocide“ (pourquoi l’Allemagne serait-elle si nerveuse sur les questions de ”génocide“ ?), d’exprimer une quelconque empathie pour les milliers de civils palestiniens innocents qui sont morts depuis le 7 octobre. Toute cette utilisation cynique de l’antisémitisme comme arme détourne de manière grotesque l’attention du véritable antisémitisme qui est bien vivant en Allemagne et dont la majeure partie est perpétrée par des Allemands blancs d’extrême droite et des ethnonationalistes (et non, comme la presse allemande voudrait nous le faire croire, par des Juifs progressistes et/ou des Israéliens, des Musulmans, des Arabes, des Noirs, des habitants du Sud... et, bien sûr, des Palestiniens). L’Allemagne est littéralement prête à laisser imploser la Documenta pour prouver qu’elle n’est plus un pays antisémite. Personne n’est dupe, l’Allemagne”. Dans le même billet, M. Breitz ajoute que “heureusement, on peut encore pleurer et exprimer de l’empathie pour ceux qui ont été brutalement assassinés par des terroristes du Hamas en Israël le 7 octobre. Mais c’est tout. Il n’y a jamais eu de 6 octobre en Allemagne et l’horloge s’est arrêtée le 7 octobre”.

Mais ce n’est pas tout : le 10 novembre, plusieurs centaines d’activistes culturels se sont rassemblés à Berlin pour protester contre l’annulation d’un événement intitulé “Nous devons encore parler”, une manifestation organisée par des “Juifs et Israéliens de gauche” (comme les organisateurs se sont présentés eux-mêmes) dans le but d’exiger un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas et la libération de tous les otages. Dans les jours qui ont précédé la manifestation, Breitz et d’autres ont déploré le fait que lorsque quelqu’un se plaint des bombardements israéliens sur Gaza, il reçoit en réponse un appel à prendre position contre le terrorisme du Hamas. Et pour dissiper tout doute, après l’annulation de l’exposition, Breitz s’est exprimée en disant que l’on peut ressentir de l’empathie pour les civils torturés et assassinés de manière barbare tout en n’ayant aucun respect pour Benjamin Netanyahu et son gouvernement. “Vous avez choisi le mauvais juif cette fois-ci”, a-t-elle écrit sur son profil Instagram. “Si vous voulez profiter du spectacle de la presse allemande calomniant et diffamant un Juif sur la base de zéro preuve, de la peur, de la paranoïa, de la culpabilité distillée et des absurdités confabulées, consultez Google. J’apporterai de la clarté et des faits (oui, de vrais faits) au fur et à mesure de l’évolution de la situation”. Et il conclut en promettant que “ce n’est pas fini”.

Ce n’est toutefois pas la première affaire équivoque qui se déroule dans le monde culturel allemand autour de la guerre entre Israël et le Hamas. La guerre a bouleversé la Documenta ces derniers jours, et la Biennale de photographie contemporaine 2024 a également été annulée en raison d’un contenu jugé antisémite publié sur les médias sociaux par l’un des commissaires. Que se passe-t-il en Allemagne ?

Un musée allemand annule l'exposition de Candice Breitz parce qu'elle ne prend pas clairement position contre le Hamas
Un musée allemand annule l'exposition de Candice Breitz parce qu'elle ne prend pas clairement position contre le Hamas


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.