La République dominicaine demande à l'Italie la restitution d'une idole très rare conservée à Turin


La République dominicaine demandera à l'Italie de lui restituer le zemi du musée d'anthropologie de Turin : il s'agit d'une ancienne idole caribéenne, d'une grande valeur car elle est unique au monde.

Une découverte unique au monde: il s’agit du “Zemi” du musée d’anthropologie de l’université de Turin, une idole précolombienne extrêmement rare, la seule en coton qui ait été conservée jusqu’à ce jour. Haute de 70 centimètres, faite de fibres de coton tissées, avec à l’intérieur quelques ossements humains d’un crâne, elle témoigne de l’ancienne culture Taino, une population des Antilles aujourd’hui disparue (elle a été pratiquement anéantie à la suite de la colonisation de Cuba et d’Hispaniola : si en 1508 elle comptait environ 60 000 individus, seulement une trentaine d’années plus tard ils n’étaient plus que quelques centaines), qui utilisait le “Zemi” lors de cérémonies sacrées, pour évoquer des pouvoirs magiques.

Une demande de restitution de ce précieux artefact semble être en cours d’acheminement vers l’Italie depuis la République dominicaine: le zemi provient en effet de l’île d’Hispaniola (datant probablement du 15e au 16e siècle). Le quotidien espagnol El País rapporte l’information en citant des sources dominicaines, tandis que le journal dominicain Diario Libre rapporte que le ministère de la culture du pays caribéen a déclaré qu’il mettrait tout en œuvre pour ramener sur l’île le seul zemi en coton existant au monde. Nous unissons nos efforts à ceux de notre ambassade en Italie, par l’intermédiaire de l’ambassadeur Tony Raful", a déclaré la ministre Carmen Heredia, “pour récupérer le zemi, dans le but de préserver le patrimoine culturel national, qui comprend cette divinité taïna qui représente une partie fondamentale de notre histoire dominicaine”.

D’après ce que l’on sait, le zemi aurait été trouvé à la fin du XIXe siècle dans une grotte de la République dominicaine, ancien lieu de culte du peuple Taino, par un chasseur local, puis ramené en Italie, en 1903, par un certain M. Cambiaso, qui avait des affaires dans l’île caribéenne. Il existe cependant une autre version des faits, selon laquelle le zemi a été donné à un homonyme, l’amiral Giovanni Battista Camb iaso (également originaire de Gênes, connu dans le pays sous le nom de Juan Bautista Cambiaso, considéré comme le fondateur de l’Armada de Republica Dominicana, la marine de la république des Caraïbes, un héros de la guerre d’indépendance dominicaine gagnée contre Haïti, car il y a participé en tant qu’un des commandants, et de la marine de la République dominicaine, car il a été l’un des commandants de la marine. Le président dominicain Pedro Santana l’a fait directement dès 1848, en tant qu’un des commandants, et à la fin de sa carrière en tant que consul dominicain en Italie. Mais même en suivant cette ligne, il n’est pas clair comment les Zemi se sont retrouvés en Italie. Le seul document contenant des informations certaines date de 1928 et certifie la donation du Zemi au musée des antiquités de Turin par Ernesto Schiaparelli, alors directeur du musée égyptien de Turin. Comme nous l’avons dit, les étapes précédentes doivent cependant être clarifiées.

L’historien dominicain Bernardo Vega considère que les informations relatives à une prétendue donation à Giovanni Battista Cambiaso sont fausses et, selon le Diario Libre, c’est la version fournie par le musée de Turin (nous avons demandé des éclaircissements au personnel du musée le 26 janvier, mais nous n’avons pas encore reçu de réponse). C’est la première fois que je l’entends“, a déclaré Vega, ”et je ne pense pas qu’il soit vrai que Pedro Santana ait fait don de l’objet à la famille Cambiaso. Je ne pense pas que ce soit vrai parce que l’objet se trouvait encore dans le pays en 1905, et El País dit qu’il a été donné par Santana en 1848. Je pense que ces informations sont fausses".

Tout ce que l’on sait pour l’instant, c’est que l’Italie et la République dominicaine travailleront ensemble pour connaître les détails de l’histoire de l’objet, ce qui permettra de déterminer qui sera responsable de sa conservation. Pour l’instant, le zemi reste bien caché : le musée d’anthropologie est en effet fermé au public depuis 1984 et l’ancienne idole n’est exposée que rarement, à l’occasion d’expositions temporaires en dehors de ses locaux.

Sur la photo : le zemi à Turin

La République dominicaine demande à l'Italie la restitution d'une idole très rare conservée à Turin
La République dominicaine demande à l'Italie la restitution d'une idole très rare conservée à Turin


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.