Soudan : découverte d'importantes fresques chrétiennes, sans précédent pour la peinture nubienne


Malgré la situation dans le pays, une découverte importante a été faite il y a quelques semaines au Soudan : des archéologues polonais ont trouvé des fresques chrétiennes dont l'iconographie n'a pas de précédent connu dans la peinture nubienne. Le projet est maintenant en stand-by, il devra reprendre à l'automne, mais on ne sait pas si cela sera possible.

Malgré la situation précaire au Soudan, une équipe d’archéologues polonais du Centre polonais d’archéologie méditerranéenne de l’université de Varsovie, dirigée par le professeur Kazimierz Michałowski, a fait une découverte majeure en mars (mais la nouvelle n’a été communiquée que début avril) sur le site de Dongola (Tungul en nubien ancien), la capitale de la Makurie, l’un des plus importants États africains médiévaux. En effet, les archéologues Lorenzo De Lellis et Maciej Wyżgoł sont tombés de manière inattendue sur un complexe énigmatique de pièces en briques séchées au soleil, dont l’intérieur était recouvert de scènes figuratives considérées comme uniques dans l’art chrétien. La découverte a été faite lors de l’exploration de maisons datant de la période Funj (16e-19e siècle). À la surprise des chercheurs, une ouverture sous le sol de l’une des maisons menait à une petite chambre dont les murs étaient décorés de représentations uniques. Les peintures à l’intérieur montraient la Vierge Marie, le Christ, ainsi qu’une scène représentant un roi nubien, le Christ à nouveau et l’archange Michel.

Il ne s’agit pas d’une représentation typique d’un souverain nubien sous la protection de saints ou d’archanges. Le roi s’incline devant le Christ, assis dans les nuages, et lui baise la main. Le souverain est soutenu par l’archange Michel, dont les ailes déployées protègent à la fois le roi et le Christ lui-même. Une telle scène n’a pas d’équivalent connu dans la peinture nubienne. De plus, le dynamisme et l’intimité de la représentation contrastent avec le caractère hiératique des personnages représentés sur les murs latéraux. La figure de la Vierge sur le mur nord de la chambre n’appartient pas non plus au répertoire typique des représentations de Marie dans l’art nubien. La mère de Dieu, représentée dans une pose digne, est vêtue de vêtements sombres et tient dans ses mains une croix et un livre, tandis que le Christ est représenté sur le mur opposé. Sa main droite est représentée dans un geste de bénédiction et sa main gauche tient un livre, qui a été conservé de manière fragmentaire.

Les peintures sont accompagnées d’inscriptions qui sont actuellement étudiées par le Dr Agata Deptuła de l’Université de Varsovie. Une première lecture des inscriptions grecques a permis de les identifier comme des textes de la Liturgie des Dons Présanctifiés (un rite byzantin du Carême). Une inscription en nubien ancien accompagne également la scène principale. Elle est extrêmement difficile à déchiffrer, mais grâce à la lecture préliminaire du Dr Vincent van Gerven Oei, les chercheurs ont appris qu’elle contient plusieurs mentions d’un roi nommé David et une supplication à Dieu pour la protection de la ville. La ville mentionnée dans l’inscription est probablement Dongola, et le roi David est probablement la figure royale représentée dans la scène. David fut l’un des derniers souverains de la Makurie chrétienne et la période de son règne marqua le début de la fin du royaume. Pour des raisons inconnues, le roi David a attaqué l’Égypte, qui a riposté en envahissant la Nubie et, en conséquence, Dongola a été mise à sac pour la première fois de son histoire. Peut-être la peinture a-t-elle été réalisée alors que l’armée mamelouke approchait de la ville ou l’assiégeait déjà ?

La plus grande énigme, cependant, est le complexe de pièces dans lequel les peintures ont été trouvées. Les salles elles-mêmes, couvertes de voûtes et de dômes et construites en briques sèches, sont plutôt petites. La salle où se trouve la scène peinte représentant le roi David ressemble à une crypte, mais elle se trouve à 7 mètres au-dessus du niveau du sol médiéval. Le bâtiment est adjacent à un édifice sacré identifié comme la Grande Église de Jésus, qui était probablement la cathédrale de Dongola et l’église la plus importante du royaume de Makurie. Des sources arabes relatant l’attaque du roi David contre l’Égypte et la prise des ports d’Aidhab et d’Assouan affirment que cet acte a été instigué par la Grande Église de Jésus. L’archevêque de Dongola, tout comme le pape Urbain II, aurait-il donc incité le roi David à lancer une croisade ?

De nouvelles fouilles pourraient apporter des réponses à ces questions et à d’autres concernant cette structure énigmatique. Cependant, l’objectif le plus important de cette saison était de préserver les peintures murales uniques. Immédiatement après la découverte, les conservateurs, sous la direction de Magdalena Skarżyńska, se sont mis au travail. L’équipe de conservation a travaillé dans le cadre d’une coopération entre le Centre polonais d’archéologie méditerranéenne et le département de conservation et de restauration des œuvres d’art de l’Académie des beaux-arts de Varsovie. Travailler dans un espace aussi restreint, sous la pression du temps et avec les températures élevées typiques du mois de mars au Soudan a été un véritable défi. Les peintures se sont détachées des murs par endroits, mais la couche picturale elle-même a été remarquablement bien préservée. Les restaurateurs ont fixé les peintures murales, fabriqué des bandes de protection et du plâtre et comblé les espaces entre le mur et le plâtre avec du liquide d’injection. Les archéologues du Centre polonais d’archéologie méditerranéenne retourneront à Dongola à l’automne, si la situation actuelle dans le pays le permet, pour déterminer si la structure mise au jour est un véritable complexe commémoratif. Actuellement, plusieurs projets du Centre sont en cours sur le site de Dongola. On ne sait pas encore si et quand ils pourront être menés à bien.

Soudan : découverte d'importantes fresques chrétiennes, sans précédent pour la peinture nubienne
Soudan : découverte d'importantes fresques chrétiennes, sans précédent pour la peinture nubienne


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.