Maria Cristina Terzaghi publie le premier article scientifique sur l'Ecce Homo : "c'est du Caravage".


Le premier article scientifique sur l'Ecce Homo Ansorena est arrivé : il est signé par l'universitaire Maria Cristina Terzaghi, qui l'attribue de manière convaincante au Caravage.

Après le livre Ecce Caravaggio. Da Roberto Longhi a oggi (Ecce Caravaggio. De Roberto Longhi à aujourd’hui ) de Vittorio Sgarbi, paru le 8 juillet dernier et première publication à ce jour sur l’Ecce Homo apparu en avril dernier sur le marché international à la maison de vente Ansorena et attribué au Caravage (Michelangelo Merisi ; Milan, 1571 - Porto Ercole, 1610), voici le premier article scientifique sur l’œuvre. Il s’intitule Caravaggio millennial. Un nuovo Ecce Homo del Merisi, signé par l’historienne de l’art Maria Cristina Terzaghi, professeur associé à l’université de Roma Tre, est l’article qui ouvre le volume Caravaggio a Napoli e l’Ecce Homo di Madrid. Nouvelles données et nouvelles idées, publié par Ediart. Il s’agit des actes de la conférence Caravaggio a Napoli. Ricerche in corso qui s’est tenu au Museo di Capodimonte à Naples les 13 et 14 janvier 2020, et donc publié avec un titre modifié afin de mettre à jour les lecteurs sur le tableau qui est apparu 14 mois après la conférence. L’article comprend trente-cinq pages dans lesquelles Terzaghi confirme l’attribution du tableau au Caravage.

“L’orientation de la composition de l’œuvre, en tissu d’empereur, avec les personnages en demi-longueur grimpant derrière un parapet nu”, affirme Terzaghi dans l’article, “est celle d’un maître de la photographie. Le personnage de l’arrière-plan qui tient le manteau écarlate, les lèvres mi-closes d’étonnement, est presque englouti dans l’obscurité de la pénombre d’où il s’avance, tandis que le visage sanglant, mais très doux, de l’Homme des Douleurs se superpose à celui du jeune tortionnaire avec une profondeur de champ d’un extraordinaire effet émotionnel. La juxtaposition des plans peut être perçue de manière absolument dramatique, en regardant directement la toile, que j’ai pu voir deux fois jusqu’à présent : avant et après son retrait de la vente aux enchères à laquelle elle a été exposée. Les protagonistes semblent s’avancer vers le spectateur. Pilate se penche du balcon, s’appuyant sur le pilier, les mains fraîchement lavées du sang de l’innocent, ouvertes pour désigner le condamné abandonné à son sort dans un geste d’une sublime éloquence, la même qui se lit sur son visage lorsqu’il se penche vers la foule qui crie. Cette foule, nous la percevons dans le regard ahuri du gouverneur. Les deux Romains ont quelque chose de sauvage par rapport à la figure de Jésus sans défense, couronné d’épines, d’une humanité parfaite et intacte, malgré le sang qui coule à flots de son front, ”comme un agneau qu’on mène à l’abattoir, comme une brebis muette devant ceux qui la tondent“, dit la prophétie d’Isaïe”.

Caravaggio (attr.), Ecce Homo (huile sur toile, 111 x 86 cm)
Caravage (attr.), Ecce Homo (huile sur toile, 111 x 86 cm)

Dans son article, Terzaghi fait remonter l’origine de l’idée compositionnelle du Caravage à l’Ecce Homo peint par Paris Bordon (Trévise, 1500 - Venise, 1571) vers 1559-1560 pour le cardinal de Lorraine et aujourd’hui propriété de la Maison d’antiquités de Paris. de l’antique Maison d’Art de Monte Carlo (Principauté de Monaco), dont il existe plusieurs variantes et que, selon l’érudit, Caravage aurait donc pu connaître étant donné sa familiarité avec la culture figurative vénitienne. En attendant, certains détails morphologiques joueraient en faveur d’une attribution au Caravage : le modèle de Pilate, qui semble être le même que celui que l’on voit sous les traits de saint Pierre martyr dans la Madone du Rosaire du Caravage au Kunsthistorisches Museum de Vienne ; la couronne d’épines semblable à celle de la Flagellation conservée par le ministère de l’Intérieur et exposée au Musée national de Capodimonte ; la couleur pourpre du manteau, qui n’est pas la même que celle de la Flagellation de Pilate ; la pourpre du manteau qui a la “même valeur picturale” que celle de la Salomé avec la Tête du Baptiste aujourd’hui au Palacio Real de Madrid (“une toile”, écrit Terzaghi, "dont la palette s’accorde singulièrement avec celle de l’Ecce Homo, pour autant qu’on puisse la percevoir sous la couche de vernis oxydé qui ternit le tableau“). Parmi les détails révélateurs, il y a aussi celui, qualifié de ”peu courant“, du ”coup de pinceau clair, presque lumineux" de la marque au centre de la couronne d’épines, un détail qui pourrait être (comme le souligne Sara Magister dans Ecce Caravaggio. Da Roberto Longhi a oggi di Sgarbi) la branche coupée de la couronne d’épines.

Le sujet des copies anciennes n’est pas moins important. On mentionne la copie (même si elle n’est pas d’aussi bonne qualité) publiée pour la première fois par Roberto Longhi dans l’un de ses célèbres essais en 1954 (et mise en évidence par Federico Giannini dans les colonnes de Finestre sull’Arte lors d’un entretien avec Rossella Vodret) et qui, pour Terzaghi, doit être considérée comme une copie ancienne du tableau madrilène. Il existe également un tableau vendu aux enchères par Il Ponte à Milan le 22 octobre 2013, une version plus grande de la toile de Madrid dont elle diffère par l’ajout de quelques détails iconographiques et un rendu plus rigide des vêtements et des visages. Là encore, il existe un exemplaire dans une collection privée anglaise, acheté sur le marché des antiquités du Kent il y a plusieurs décennies. “Le tirage des copies”, écrit Terzaghi, semble être “un indice supplémentaire pour confirmer l’attribution du tableau de Madrid au Caravage, dont les inventions, comme on le sait, étaient diffusées avec une grande générosité”.

Caravage (attr.), Ecce Homo, détail des visages de Jésus et de l'homme de main
Caravage (attr.), Ecce Homo, détail des visages de Jésus et de l’acolyte


Caravage (attr.), Ecce Homo, détail du visage de Pilate
Caravage (attr.), Ecce Homo, détail du visage de Pilate


Caravaggio (attr.), Ecce Homo, détail de la couronne d'épines
Caravage (attr.), Ecce Homo, détail de la couronne d’épines

L’érudit lombard reprend ensuite les positions des critiques : Vittorio Sgarbi, Massimo Pulini, Tomaso Montanari, Keith Christiansen, Francesca Curti (qui n’avait pas commenté le tableau, mais seulement les documents), Sybille Ebert-Schifferer, Stefania Macioce, Catherine Puglisi, David M. Stone, Rossella Vodret, Alessandro Zuccari, et plus sceptiques Keith Sciberras, Gianni Papi, Riccardo Lattuada et Antonio Vannugli (Vodret et Vannugli se sont exprimés dans les colonnes de Finestre sull’Arte). L’histoire de la provenance est ensuite retracée, également reconstituée dans ces pages par plusieurs articles. L’Ecce Homo est la propriété des frères Diego, Mercedes et Antonio Pérez de Castro Méndez, qui ont reçu la toile par héritage. Plus loin dans le temps, l’œuvre a appartenu à l’homme politique et Premier ministre espagnol Evaristo Pérez de Castro (Valladolid, 1769 - Madrid, 1849). En effet, les inventaires de sa collection comprenaient un Ecce Homo offert au Caravage et évalué à seize mille réaux (le deuxième après un Ecce Homo d’Annibale Carracci dans la même collection) : Pérez de Castro a reçu cette œuvre après avoir proposé à l’Académie de San Fernando de Madrid d’é changer un Saint Jean-Baptiste d’Alonso Cano qu’il possédait contre une œuvre parmi quatre à sélectionner dans le catalogue de l’Académie publié en 1821, laissant le choix à l’institution. Les quatre œuvres étaient un rare Christ en robe de Cano lui-même, une Madeleine pénitente d’Esteban Murillo, un Lot et ses filles de Benedetto Luti et un Ecce-Hommo con dos saiones de Carabaggio. "Avant de choisir le tableau dont la collection pouvait se passer, explique Terzaghi, les académiciens se sont renseignés sur la provenance des tableaux, car ils ne voulaient pas échanger un tableau dont la propriété pouvait être revendiquée par une autre institution, ce qui n’était pas impossible étant donné le va-et-vient des œuvres qui sont entrées et sorties de la collection entre 1818 et 1823. Le choix s’est porté sur l’Ecce Homo par exclusion, puisque Magdalena figurait dans l’inventaire ancien de l’Académie, que le tableau d’Alonso Cano faisait partie de ceux saisis par la France puis restitués, que la provenance de Lot et de ses filles était inconnue, et enfin : El Ecce-Homo non se de donde vino pues en el inventario de pinturas recogidas en casa de Manuel Godoy no consta un quadro del tamaño com el que tiene el de Caravaggio, por lo que me parece (sin prejudicio que l’Academia disponga) se le podria cambiar".

L’Ecce Homo qui faisait l’objet de cet échange n’apparaît plus dans les listes imprimées ultérieures de l’Académie, qui mentionnent à la place le Saint Jean-Baptiste d’Alonso Cano. On ne sait cependant pas exactement où se trouvait l’Ecce Homo avant d’arriver à l’Accademia. En 1816, le tableau se trouvait très certainement au palais Buenavista, autrefois propriété de la duchesse d’Albe, puis passé en 1802 à la mairie de Madrid, avant d’être acheté par le prince Manuel Godoy en 1807. Toutefois, selon Terzaghi, l’Ecce Homo ne semble pas pouvoir être identifié avec les œuvres qui appartenaient à la collection du noble, notamment parce que Godoy, une fois le palais acquis, a également pu prendre possession de certaines œuvres qui se trouvaient déjà dans l’édifice. À l’époque napoléonienne, le palais avait également reçu des œuvres provenant de couvents supprimés en vue de la création du Museo Josefino, le musée conçu par Joseph Bonaparte et son commissaire aux Beaux-Arts, Frédéric Quillet. Mais avant d’arriver au Palais Buenavista, l’œuvre a probablement séjourné à la Real Casa de Campo, où Bonaparte séjournait souvent. Selon Terzaghi, ce déplacement n’est cependant pas lié aux événements napoléoniens, mais plutôt à ceux des collections royales espagnoles, la Real Casa de Campo abritant également plusieurs œuvres données par le roi Charles IV à Manuel Godoy : Selon l’hypothèse du chercheur, l’œuvre aurait dû arriver à la Real Casa depuis le Palacio del Buen Retiro (un autre site où Manuel Godoy a puisé pour ses collections, après avoir reçu l’approbation du roi), où l’on trouve en 1789 un Ecce Homo attribué au cercle du Caravage (“Vara y medio de alta y cinco cuartas escasa de ancho. Un Ecceomo con dos figuras más, en dos mil reales. Estilo de Carabajio”), qui, sur la base des mesures, pourrait correspondre à une œuvre similaire apparue en 1701-1702 dans les appartements privés du roi Charles II (bien que sans attribution). Aucun autre passage antérieur n’est connu, bien que, comme le note Terzaghi, l’inventaire des biens de Philippe IV conservé à l’Alcázar en 1666 mentionne une “Otra pintura, de barabajio”.Une autre peinture, de bara y quarta de alto y bara de largo, con moldura de ébano, Cristo quando le muestran el pueblo, de medias figuras, de mano de Jerardo, ed ducientos y cinquenta ducados de plata".

Paris Bordon, Ecce Homo (1559-1560 ; huile sur toile ; Monte Carlo, Maison d'Art)
Paris Bordon, Ecce Homo (1559-1560 ; huile sur toile ; Monte Carlo, Maison d’Art)


Caravage, Madone du Rosaire (vers 1605-1607 ; huile sur toile, 364,5 x 249,5 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Caravage, Madone du Rosaire (vers 1605-1607 ; huile sur toile, 364,5 x 249,5 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)


Copie du Caravage, Ecce Homo (huile sur toile, 107 x 84 cm ; lieu inconnu) © Photothèque Fondazione Roberto Longhi, inv. 096323
Copie du Caravage, Ecce Homo (huile sur toile, 107 x 84 cm ; lieu inconnu) © Photothèque Fondazione Roberto Longhi, inv. 096323


Copie du Caravage, Ecce Homo (huile sur toile, 130 x 100 cm ; anciennement Il Ponte Casa d'Aste, vente aux enchères 313 du 22 octobre 2013, lot 32).
Copie du Caravage, Ecce Homo (huile sur toile, 130 x 100 cm ; anciennement Il Ponte Casa d’Aste, vente aux enchères 313 du 22 octobre 2013, lot 32).


Battistello Caracciolo, Immaculée Conception avec saint Dominique et saint François de Paola (1607-1608 ; huile sur toile, 334 x 209 cm ; Naples, Santa Maria della Stella)
Battistello Caracciolo, Immaculée Conception avec saint Dominique et saint François de Paola (1607-1608 ; huile sur toile, 334 x 209 cm ; Naples, Santa Maria della Stella).

On suppose que l’Ecce Homo est arrivé en Espagne par l’intermédiaire du vice-roi de Naples, García de Avellaneda y Haro, deuxième comte de Castrillo (Écija, 1588 - Madrid, 1670), qui retourna dans sa patrie en 1659 après avoir exercé ses fonctions à Naples pendant six ans. Collectionneur d’art, ses inventaires recensent deux tableaux attribués au Caravage, une Salomé avec la tête du Baptiste (celle qui se trouve aujourd’hui au Palacio Real) et un Ecce Homo. L’idée d’identifier cette œuvre avec celle de l’inventaire de 1666, selon Terzaghi, “ne semble pas si périlleuse”. Selon l’érudit, bien que les dimensions ne coïncident pas, elles ne semblent pas incompatibles et l’estimation (deux cent cinquante ducats d’argent) est très élevée. Cependant, on ne sait pas où le comte de Castrillo a acquis les toiles. "En essayant de remonter le plus loin possible jusqu’au premier propriétaire de l’Ecce Homo, écrit Terzaghi, l’hypothèse selon laquelle Castrillo l’aurait acheté sur le marché napolitain et, en particulier, que le tableau serait le même que celui enregistré en 1631 dans l’inventaire de Juan de Lezcano, a été retenue.inventaire de Juan de Lezcano, secrétaire de Francisco Ruiz de Castro depuis le 29 avril 1609, ambassadeur d’Espagne à Rome, puis vice-roi de Palerme (1616-1622), est très séduisante. Dans l’inventaire de Lezcano, un Ecce Homo attribué à Merisi semble être la pièce la plus précieuse, comme le suggère l’estimation élevée de 800 ducats, qu’aucun autre tableau n’atteint. La description correspond également à la toile actuellement conservée à Madrid : “Un eccehomo con Pilato que lo muestra al pueblo y un sayon que le viste de detras la veste porpurea”. Le titre de : Quadro grande original del Caravagio y esta pintura es estimada en mas de 800 ducados“, avec lequel l’inventaire se poursuit, ne doit pas alarmer. En comparant avec des œuvres dont l’identification est plus certaine (notamment les nombreuses toiles d’Orazio Borgianni, dont Lezcano était un véritable admirateur), on peut déduire que l’inventaire a subdivisé les peintures en ”muy grandi“.Les œuvres plus petites étaient classées comme ”median“ ou ”pequeñe“, lorsqu’elles avaient les dimensions d’un retable, ce qui signifie que les ”grandes" œuvres avaient une hauteur (ou une largeur) d’environ 125-126 cm. Les dimensions plutôt réduites de l’Ecce Homo de Madrid (111 cm de hauteur) ne sont donc pas incompatibles avec la toile de Lezcano, surtout si l’on considère qu’il a fallu ajouter la largeur du cadre, qui figure également dans l’inventaire avec le tableau. Il n’est donc pas exclu que le comte de Castrillo ait acheté l’œuvre à quelqu’un qui avait acquis la collection de Juan de Lezcano, laquelle était destinée à être aliénée à sa mort, à la demande expresse du secrétaire lui-même, qui souhaitait que le produit de la vente serve à couvrir les dettes contractées de son vivant".

Les deux derniers aspects sur lesquels l’article se concentre sont la relation possible de l’Ecce Homo avec la commande de Massimi (l’article résume l’affaire sans toutefois tirer de conclusions sur les relations possibles) et son contexte au sein de la peinture napolitaine du début du XVIIe siècle. Selon Terzaghi, c’est précisément de l’analyse stylistique que proviennent les “données les plus significatives sur l’origine de la toile”.

Selon l’universitaire, “le lien avec les œuvres napolitaines de l’artiste et avec celles de ses disciples semble assez évident”, malgré l’état de conservation de l’œuvre et malgré la “difficulté qui persiste à sérier la production méridionale du maître”. Terzaghi compareEcce Homo à la Madone de la Stella de Battistello Caracciolo (œuvre conservée à Santa Maria della Stella à Naples). Dans cette œuvre, qui est peut-être l’une des plus belles réussites de la réception du Caravage non seulement à Naples, mais aussi en Europe“, écrit le chercheur, ”le beau Saint Dominique au premier plan a des relations très étroites avec le Pilate du Caravage, en particulier dans l’éloquence du geste, qui est certainement influencé par la leçon du Rosaire de Vienne, mais qui trouve dans l’Ecce Homo un autre indice de composition“. La date très élevée du chef-d’œuvre de Battistello, certainement exécuté entre octobre 1607, date des paiements au peintre, et le même mois de l’année suivante, lorsque les cadres en bois furent payés aux doreurs, semble constituer un ante quem idéal également pour le tableau de Madrid. Mais en 1608, Le Caravage était à Malte. Je pense donc qu’il est correct de dater le tableau de Madrid avant le départ de l’artiste pour l’île”. Selon Terzaghi, “la grandeur de ce chef-d’œuvre est certaine [...] qu’il a manifestement laissé son empreinte dans les cœurs et les pinceaux de ceux qui ont pu le voir et l’apprécier” : parmi les œuvres sur lesquelles l’Ecce Homo a laissé son empreinte, un tableau de Domenico Fetti est également cité, un terme de comparaison établi pour la première fois par Massimo Pulini. Mais aujourd’hui, “seule la restauration”, conclut Terzaghi, “permettra de lire de manière adéquate le sujet de la peinture espagnole”.

Maria Cristina Terzaghi publie le premier article scientifique sur l'Ecce Homo :
Maria Cristina Terzaghi publie le premier article scientifique sur l'Ecce Homo : "c'est du Caravage".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.