La Joconde de Montecitorio vient d'être... découverte ? Il s'agit d'une œuvre bien connue qui n'est pas de Léonard de Vinci.


Aujourd'hui, la nouvelle de la prétendue découverte d'une Joconde à Montecitorio a fait le tour des journaux. Il s'agit en fait d'une œuvre bien connue, la Joconde de Torlonia, modeste copie tardive de la Joconde de Léonard de Vinci.

De nombreux journaux diffusent aujourd’hui la nouvelle d’une prétendue “découverte” : une copie de la Joconde découverte dans les réserves de Montecitorio à Rome (la Repubblica titre : “Rome découvre qu’elle a La Gioconda, elle était cachée dans une réserve de Montecitorio : ”Elle pourrait être de Léonard“). Il s’agit d’une copie du tableau du Louvre réalisée par l’atelier de Léonard, peut-être même avec sa propre collaboration”, a déclaré à la Repubblica le député Francesco D’Uva, questeur de la Chambre des députés du Mouvement 5 étoiles. En réalité, il n’y a pas de découverte: le tableau est connu depuis longtemps. La seule nouveauté est la possibilité de le déplacer dans la salle Aldo Moro de l’hémicycle pour le montrer au public. Autre fait amusant, l’œuvre n’était pas “en dépôt”, c’est-à-dire dans un lieu physique, comme beaucoup l’ont mal compris, mais “en consignation” (c’est-à-dire expédiée) par la Galleria Nazionale d’Arte Antica au Palazzo Barberini.

L’œuvre est également connue sous le nom de Mona Lisa Torlonia, parce qu’elle était autrefois la propriété de la noble famille romaine. Il s’agit de l’une des dizaines de copies existantes de la célèbre Joconde de Léonard de Vinci, et elle n’est même pas de la meilleure qualité (nous en avions également parlé dans ces mêmes pages dans un article sur les copies et les variantes de la Joconde, en mentionnant également l’œuvre que l’on fait passer aujourd’hui pour une nouvelle découverte). Il s’agit d’un tableau dont l’histoire est bien connue : documenté en 1814 dans les inventaires de la famille Torlonia comme une “copie de la Joconde de Léonard de Vinci” (il a été attribué à Bernardino Luini par Giuseppe Antonio Guattani, mais cette attribution est également devenue caduque car trop faible), il est entré dans la Galleria Nazionale d’Arte Antica au Palazzo Barberini en 1892, après quoi il a été déposé en janvier 1927 à la Chambre des députés et se trouve depuis lors à Montecitorio.

L’année du 500e anniversaire de Léonard, en 2019, la Joconde de Torlonia a même été le protagoniste d’une exposition à l’Accademia dei Lincei, intitulée Léonard à Rome. Influences et héritage : l’hypothèse d’une intervention de Léonard de Vinci remonte à cette même occasion. Elle a été soulevée par Roberto Antonelli et Antonio Forcellino, commissaires de l’exposition, qui ont proposé que l’œuvre soit un produit de l’atelier de Léonard de Vinci, avec une possible intervention du maître. "Pour la Joconde de Torlonia, les élèves du maître ont utilisé les couleurs de sa palette“, écrit Forcellino, selon lequel ”le tableau présente des pentimenti incongrus par rapport à une copie“ et ”les voiles dans les carnations et dans le paysage sont d’une transparence qui rappelle la technique d’exécution de Léonard utilisée dans le tableau du Louvre“. En substance, selon la restauratrice, ”la technique picturale est si raffinée que l’on peut supposer que Léonard lui-même a mis la main à la définition du clair-obscur du visage, étant donné qu’il n’y a pas d’autres peintres connus auxquels on puisse se référer pour un trait aussi léger dans le rendu du sfumato". Cinzia Pasquali, responsable de la restauration du tableau, tout en le considérant comme une œuvre du XVIe siècle et en estimant plausible l’hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir d’un produit de l’atelier de Léonard, a déclaré à la Repubblica en 2019 que “c’est un très bel objet, mais ce n’est pas Léonard. Mais il peut nous aider à comprendre quelque chose de plus sur lui”. L’intérêt du tableau est dû à un certain nombre de facteurs précis, par exemple le fait que “le matériau dont il est fait et les dimensions sont compatibles avec le tableau du Louvre” et le fait que “la surface inférieure abrasée présente des pentimenti tout à fait similaires à l’exemplaire de Paris”. Elle s’est également montrée très prudente quant à une éventuelle intervention directe : “il n’est pas facile d’établir si Torlonia est intervenu avec son pinceau sur la Joconde”, a-t-elle déclaré à Il Tempo en décembre dernier.

Quoi qu’il en soit, personne depuis 2019 n’a accueilli favorablement l’hypothèse de Forcellino, qui a été essentiellement ignorée par les critiques. La nouvelle a également rebondi aujourd’hui chez les historiens de l’art, qui l’ont toutefois rejetée sans appel. Elle ne mérite pas qu’on en parle autant“, déclare Fabrizio Federici. Parce que la nouvelle est connue depuis longtemps. Parce que le tableau est d’une laideur à couper le souffle. Elle est intéressante à bien des égards, mais y voir la main de Léonard, comme s’il s’agissait d’un film de Sorrentino... alors peut-être que la copie a été faite dans un environnement lié d’une manière ou d’une autre au maître, mais voici Léonard, je n’y vois même pas une gouttelette”.

Vittorio Sgarbi n’a pas mâché ses mots : “Quelle deuxième Joconde ! Ce n’est qu’une modeste toile ! Du mobilier confondu par des esprits obtus”, a déclaré le volcanique historien de l’art de Ferrare. "Une modeste toile exposée dans un bâtiment public, dans le bureau du questeur de Montecitorio, a été présentée comme une seconde Joconde de Léonard, qui, soit dit en passant, a eu du mal (il lui a fallu cinq ans) à en peindre une. L’excitation des esprits obtus a évoqué des entrepôts, des réserves, de la poussière, en évitant le seul mot qui vaille : meubles ! C’est-à-dire ce qui, habituellement, provenant des dépôts d’un musée (en l’occurrence de la Galleria Nazionale Borghese [en fait Barberini, ndlr]) est demandé par la Chambre des députés et le Sénat, puis par les ambassades et les préfectures, pour meubler des salles ouvertes au public, comme Montecitorio l’a été pendant des années. Tout ce qui méritait d’être restitué aux musées l’a été au cours des dernières décennies par le biais d’une commission que j’ai dirigée. Ce qui restait, à l’exception d’un Viol d’Europe surdimensionné de Giandomenico Ferretti, a été restitué aux musées. La copie de Léonard, peinte au moins 70 ans après sa mort, n’a aucune valeur artistique et indique seulement la fortune de l’œuvre, comme les innombrables copies de grands maîtres. Beaucoup de bruit pour rien".

En résumé, le dossier peut être clos très rapidement: la Joconde de Torlonia n’est pas l’œuvre de Léonard mais une copie, même si elle date du XVIe siècle, il est très difficile d’établir si Léonard est intervenu (pour ne pas dire que c’est presque impossible), et ce n’est même pas l’une des meilleures copies.

La Joconde de Montecitorio vient d'être... découverte ? Il s'agit d'une œuvre bien connue qui n'est pas de Léonard de Vinci.
La Joconde de Montecitorio vient d'être... découverte ? Il s'agit d'une œuvre bien connue qui n'est pas de Léonard de Vinci.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.