Uffizi Diffusi ramène le Triptyque de Nicolas Froment chez lui après presque 200 ans


Le retable représentant les histoires de Lazare, Marthe et Marie du peintre français du XVe siècle Nicolas Froment, aujourd'hui dans la collection des Offices, retourne dans son église, celle du monastère Bosco ai Frati de San Piero a Sieve (Florence).

Après presque deux cents ans, le retable représentant les histoires de Lazare, Marthe et Marie, qui se trouvait dans l’église du monastère Bosco ai Frati à San Piero a Sieve (Florence) et qui est aujourd’hui conservé dans les collections des Offices, revient “chez lui” grâce à Uffizi Diffusi. Le Triptyque, peint par le peintre français du XVe siècle Nicolas Froment (Uzés, vers 1430 - Avignon, 1486) et considéré comme un grand chef-d’œuvre de la Renaissance, a été retiré du couvent du Bosco ai Frati (San Piero a Sieve) lors des suppressions napoléoniennes et, en 1841, il a été transféré à la Galerie des statues et des peintures.

Aujourd’hui, dans le cadre de Terre degli Uffizi, le programme d’expositions des Galeries des Offices et de la Fondazione CR Firenze, au sein de leurs projets respectifs Uffizi Diffusi et Piccoli Grandi Musei, du 1er juin au 6 novembre, il sera le protagoniste d’une exposition organisée dans le lieu de culte qui a été si longtemps sa “maison”.

Le retable est daté de 1461 et signé sur les panneaux par Nicolas Froment, un artiste dont l’activité est documentée entre le nord de la France et la Provence de 1461 à 1483. Le triptyque a été commandé par l’évêque Francesco Coppini (Prato, 1402 - Rome, 1464) lors de ses missions diplomatiques à l’étranger: le commanditaire, identifié par les armoiries, est représenté en train de prier devant la Vierge, au dos d’une des portes. Au centre, Jésus ressuscite Lazare en prononçant les mots “Lazare veni foras”, écrits en lettres d’or. Le ressuscité, dont le corps est en décomposition, sort du tombeau sous le regard de ses sœurs Marthe et Marie, dont les visages sont mouillés de larmes. Le miracle est précédé de la scène où Marthe va à la rencontre de Jésus pour l’avertir de la mort de son frère, illustrée sur le volet de gauche. Sur l’autre volet, Marie rend hommage à Jésus en oignant ses pieds d’un baume parfumé. Influencé par la peinture flamande, Nicolas Froment tend à caractériser les physionomies, qui prennent presque l’allure de caricatures.

La représentation minutieuse des vêtements, des objets, des détails curieux comme la mouche sur la table dressée, transforme le conte sacré en une source continue d’émerveillement ; les paysages en arrière-plan évoquent l’univers féerique des cours d’Europe du Nord du XVe siècle. Au cours de l’été de l’année où l’œuvre a été achevée, Coppini a été rappelé à Rome par le pape, accusé de délits politiques et de simonie. Condamné, il est déchu de ses titres et ses biens sont confisqués. Le tableau est alors entré en possession de la famille Médicis, puis a été donné aux frères franciscains du Bosco ai Frati, où il est resté jusqu’à la suppression du couvent à l’époque napoléonienne. Il est arrivé aux Offices en 1841.

Le triptyque se trouvait historiquement dans l’église du couvent où, jusqu’au début du XIXe siècle, se trouvait également un crucifix en bois de style Donatello, aujourd’hui exposé dans la même salle que celle où se tient l’exposition. De nombreux trésors ont été créés pour ce lieu, dont la fondation remonte au VIIe siècle. La fortune du couvent est également due à Cosimo il Vecchio de’ Medici, qui acheta toute la zone sur laquelle se trouve encore aujourd’hui le complexe religieux et la forêt adjacente, et en assuma le patronage et la direction des travaux de modernisation, qu’il confia à l’architecte Michelozzo.

L’exposition qui débute aujourd’hui est organisée par l’Unione Montana dei Comuni del Mugello en collaboration avec la municipalité de Scarperia/San Piero a Sieve et le couvent de Bosco ai Frati lui-même.

Les déclarations

“Le triptyque de la Résurrection de Lazare a lui-même subi une résurrection, pour ainsi dire, grâce à la restauration effectuée il y a quelques années et généreusement financée par les Amis des Offices. Immédiatement après une exposition aux Offices documentant sa récupération, en raison de travaux en cours au musée et dans l’attente de sa nouvelle exposition, le tableau était retourné en réserve. L’exposition qui se tient actuellement au Bosco ai Frati est l’occasion pour beaucoup d’admirer pour la première fois l’œuvre restaurée, alors brièvement exposée et pas encore incluse dans l’itinéraire du musée florentin. Le fait que les Médicis - et certainement Cosimo Pater Patriae - s’en soient rapidement emparés après la disgrâce du commissaire est une preuve supplémentaire du goût pour la peinture nordique qui s’est manifesté très tôt à Florence”, explique Eike Schmidt, directeur de la Galerie des Offices.

“Il s’agit de la quatrième étape de ce fascinant voyage pour découvrir ou redécouvrir des trésors méconnus de notre territoire. Et c’est une véritable surprise que de visiter ce monastère niché parmi les chênes verts, l’un des plus anciens de Toscane et très cher à Cosimo il Vecchio. Au cours de son histoire millénaire, il a vu passer jusqu’à cinq papes et, entre ces murs, Donatello et Angelico y ont réalisé quelques-uns de leurs chefs-d’œuvre. Le retour du retable remet en lumière ce joyau caché qui, grâce à ’Terre degli Uffizi’, fascinera et surprendra ceux qui visiteront cette oasis de silence, de prière et de beauté étonnante ”, a déclaré le président de la Fondazione CR Firenze Luigi Salvadori.

“Le Mugello est une région riche en œuvres d’art, riche en histoire, entrelacée avec les noms des artistes qui ont fait la grandeur de Florence et de la Toscane. Aujourd’hui, une œuvre d’art importante revient ici dans le cadre d’une initiative qui ouvre les portes des trésors que les Offices conservent au territoire. L’art qui revient là où il était, là où il est né, l’art qui devient un réseau, l’art comme ciment de la Toscane et comme développement territorial et touristique. Merci à la Fondazione CR Firenze, merci aux Offices, merci à l’église, au couvent et au musée de San Bonaventura in Bosco ai Frati, qui nous accueille, d’avoir permis que tout cela se produise. Nous espérons que cet événement sera le premier d’une série de manifestations de ce type que notre territoire accueillera désormais. En attendant, nous vous invitons à ne pas manquer l’occasion d’admirer le triptyque de Froment, qui revient dans les salles qui l’ont accueilli pour la première fois”, déclare le président de l’Unione Montana Comuni del Mugello, Stefano Passiatore.

“Il est important pour nous d’accueillir cette exposition sur le territoire parce qu’elle nous rappelle qu’il est possible d’apprécier la beauté et que nous ne pouvons le faire que lorsque nous vivons en paix et en démocratie, ce qui, compte tenu des contextes qui nous sont proches, n’est pas une évidence. Revenir dans un lieu comme le couvent de San Bonaventura à Bosco ai Frati, où travaillaient les franciscains, nous offre également l’occasion d’un moment de réflexion générale qui, à partir de cette importante exposition de la Galerie des Offices, réalisée quelques jours seulement après le massacre de Georgofili, devrait communiquer nos coutumes, notre mode de vie, la démocratie et la beauté en reconnaissant les valeurs et les droits de la communauté civile”, a déclaré le maire de Scarperia et de San Piero Federico Ignesti.

“Il s’agit de l’endroit original où il a été donné et où il est resté pendant plus de trois cents ans. Il fait partie d’une histoire ancienne. Aujourd’hui, elle est reproposée à côté du Christ de Donatello, dans un cadre évocateur, recréant l’environnement souhaité par la famille de Médicis. Un rêve devenu réalité”, déclare Gianni Frilli, responsable du musée Bosco ai Frati de l’OFM Toscane.

Uffizi Diffusi ramène le Triptyque de Nicolas Froment chez lui après presque 200 ans
Uffizi Diffusi ramène le Triptyque de Nicolas Froment chez lui après presque 200 ans


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.