Biennale de Venise 2019, Pavillon de la Mongolie avec exposition et chant de gorge traditionnel


À la Biennale de Venise, le pavillon mongol propose un projet interdisciplinaire mettant en scène le chant guttural traditionnel mongol.

Le pavillon mongol de la cinquante-huitième édition de la Biennale de Venise présente un projet interdisciplinaire intitulé A temporality, organisé par Gantuya Badamgarav avec la collaboration de Carsten Nicolai, mieux connu sous le nom d’Alva Noto: Pour sa troisième participation à l’exposition vénitienne, le pays asiatique apporte à la lagune des installations sculpturales de l’artiste Jantsankhorol Erdenebayar, alias Jantsa, et une performance sonore interactive de chants de gorge traditionnels mongols, accompagnée par l’artiste et compositeur allemand Carsten Nicolai, alias Alva Noto.

Les anciens Mongols ont toujours eu un mode de vie nomade dans lequel le développement et l’accumulation de créations tangibles, telles que la littérature et l’art, étaient limités par le mode de vie pastoral, qui exigeait des déplacements constants. En raison de ce contexte limité, les traditions orales sont apparues et ont évolué comme principal moyen d’expression et ont été transmises de génération en génération. Au fil du temps, les techniques d’expression orale ont acquis des formes uniques et complexes, aujourd’hui reconnues par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité. À l’origine, les Mongols pratiquaient le chant de gorge comme moyen de communication avec leur moi intérieur, leur entourage et le monde animal. Les sons variaient en fonction de l’environnement et de l’état plus ou moins évolué du corps et de l’esprit des personnes qui les émettaient. De nos jours, l’interaction entre l’homme et la nature s’est considérablement atténuée et, au contraire, les environnements créés par l’homme se sont superposés à des siècles de relations naturelles, de sorte que les blocs de béton, le verre, les panneaux et l’asphalte sont devenus les points centraux de l’interaction.

En gardant à l’esprit cette altération et les travaux antérieurs de l’artiste Jantsa, qui se concentraient sur les transformations et les ajustements entre les êtres vivants et non vivants, le commissaire Gantuya a demandé à l’artiste de créer des installations sculpturales qui dialogueraient avec les pièces exiguës et interconnectées aux murs de briques de l’ancienne maison vénitienne de la Calle del Forno où le pavillon mongol a été érigé. Il a également invité Alva Noto à se joindre au projet et à se produire avec les chanteurs mongols pour transformer et traduire les anciens outils d’expression orale en une forme d’art contemporain en interagissant avec l’espace créé par Jantsa.

Issu d’une famille d’artistes, Jantsa est diplômé du Hunter College de New York et termine actuellement le programme de maîtrise en beaux-arts à l’université de Californie, à Los Angeles. Profondément conscient de ses racines, Jantsa a toujours été fasciné par les contes, les énigmes et les proverbes mongols, ainsi que par les structures mentales intellectuelles et communicatives construites par ses prédécesseurs. Il étudie les transformations des tabous, des rituels, des superstitions et des habitudes socialement construites et crée un dialogue entre le passé et le présent. Juxtaposant des œuvres contemporaines à l’esprit de la vieille maison vénitienne, les installations sculpturales de Jantsa offriront aux spectateurs des moments d’oubli et de réminiscence fugaces, au cours desquels les artistes pourront interagir avec l’espace et les objets, et créer des performances en émettant des sons abstraits à l’aide de techniques traditionnelles de chant guttural et de musique électronique. Les sons seront installés dans l’espace d’exposition pendant l’exposition internationale d’art La Biennale di Venezia.

A Temporality propose d’imposer l’idée de l’éphémère dans nos perceptions, en cherchant à évoquer un mélange de formes, de matériaux et de sons qui vise à remettre en question les mentalités socialement construites et à étudier différentes formes de résistance.

Lisez le classement des dix meilleurs pavillons nationaux de la Biennale 2019 selon Finestre Sull’Arte.

Photo du pavillon de la Mongolie, intérieur. Ph. Crédit Finestre Sull’Arte

Biennale de Venise 2019, Pavillon de la Mongolie avec exposition et chant de gorge traditionnel
Biennale de Venise 2019, Pavillon de la Mongolie avec exposition et chant de gorge traditionnel


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.