Et il y avait de la lumière. Œuvres de Balla, Fontana, Eliasson et Leotta à Cuneo


Du 24 octobre 2020 au 14 février 2021, le Complesso Monumentale di San Francesco de Cuneo accueillera l'exposition E luce fu : Balla, Fontana, Eliasson, Leotta.

Du 24 octobre 2020 au 14 février 2021, le Complesso Monumentale di San Francesco de Cuneo accueillera l’exposition E luce fu, organisée par Carolyn Christov-Bakargiev et Marcella Beccaria, avec les conseils de Marianna Vecellio pour le projet de Renato Leotta, et promue par le Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea et la Fondazione CRC.

Les protagonistes sont Giacomo Balla, Olafur Eliasson, Lucio Fontana et Renato Leotta, avec leurs œuvres toutes axées sur la lumière, appartenant aux collections du Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea.

Les œuvres des quatre artistes exposants sont installées en relation avec les espaces du lieu d’exposition, créant ainsi un parcours immersif et sensoriel. Au centre de la nef se trouve l’œuvre historique de Giacomo Balla (Turin, 1871 - Rome, 1958) Feu d’artifice(1917), que l’artiste a réalisée pendant ses années de participation au futurisme. Présentée pour la première fois le 30 avril 1917 au Teatro Costanzi de Rome, l’œuvre consiste en une véritable représentation théâtrale dans laquelle Balla, sur les notes d’Igor’ Stravinsky et sous la direction de l’impresario des ballets russes Sergei Djagilev, active un scénario dont les protagonistes sont des volumes géométriques lumineux. Des formes pyramidales et des parallélépipèdes pointus, dont la structure en bois est recouverte de tissus peints et colorés, avec des lumières électriques à l’intérieur, rythmées par des effets de mouvement inhabituels. Ces éléments représentent, comme l’explique Balla, “les humeurs des feux d’artifice” que la musique de Stravinsky lui a suggérées. La représentation ne dure que trois minutes, conformément aux principes d’un théâtre né de l’intuition et capable de condenser de multiples situations et idées en quelques instants, tels que définis par Filippo Tommaso Marinetti.

Lucio Fontana (Rosario di Santa Fe, Argentine, 1899 - Comabbio, Varese, 1968) est représenté dans l’exposition par Ambiente Spaziale, 1967 (1981). La lumière des lampes de Wood révèle la double trajectoire linéaire de cercles peints en couleurs phosphorescentes. Le spectateur, selon les intentions déclarées de l’artiste, se trouve dans l’environnement face à lui-même : tous les sens contribuent à faire de la perception une expérience totale. L’œuvre environnementale de Fontana constitue une première réalisation des projets énoncés dans les manifestes du mouvement Spatialiste, que l’artiste a fondé à Milan en 1947.

L’abside de l’église est animée par des jeux d’ombre et de lumière dans The sun has no money (2008) d’Olafur Eliasson (Copenhague, 1967). L’artiste place la subjectivité de chaque visiteur au centre de sa recherche et, depuis le début de sa carrière artistique, il étudie la lumière comme un thème crucial dans sa compréhension de la réalité. Eliasson qualifie souvent ses œuvres de “machines” : la véritable œuvre d’art est le produit de la rencontre entre des objets physiquement disposés dans l’espace et l’unicité des individus qui les perçoivent. Dans le cas de l’installation présentée, Eliasson utilise deux projecteurs de théâtre dont les faisceaux lumineux sont dirigés vers deux structures constituées d’anneaux concentriques de matériau acrylique. Suspendus au plafond et actionnés mécaniquement, les anneaux projettent des ombres multiples dans l’espace d’exposition, produisant des cercles de lumière colorée qui dessinent des formes inhabituelles le long des murs de l’espace. Dans The sun has no money, il laisse visibles les éléments mécaniques et électriques qui composent l’installation, invitant le visiteur à s’interroger sur la manière dont ils sont perçus.

L’œuvre de Renato Leotta (Turin, 1982), Sun (2019-2020) longe tout l’espace de l’église : elle est constituée de vieux phares de voitures désaffectées installés pour éclairer des détails significatifs de l’architecture et de la décoration intérieure de l’édifice. À partir d’une recherche entamée en 2019, Leotta récupère les phares de divers véhicules, les reconfigurant comme des agents capables de remplacer les systèmes d’éclairage traditionnels. Leotta interroge ainsi les changements sociaux qui ont eu lieu dans différentes parties de la région du Piémont, qui, de centre lié à l’industrie jusqu’à la fin des années 1990, s’est tournée vers la production d’une “culture de divertissement contemporaine”, selon l’artiste lui-même.

"Dans la culture occidentale, explique Carolyn Christov-Bakargiev, directrice du Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea, la lumière a toujours été un symbole de clarté et de connaissance pure, de cette subtilité suprême de la pensée à laquelle tout adepte de Platon devrait aspirer. Mais il y a quelque chose d’irrationnel et de libre dans l’expérience de l’éblouissement vécu au contraire pendant l’extase, qui fait également partie de notre culture et qui est décrite en détail par Dante dans le dernier chant du Paradis et, plus tard, par certains saints, comme Thérèse d’Avila (1515-1582) dans ses journaux intimes. Aujourd’hui, la lumière des écrans de nos téléphones portables et de nos ordinateurs nous éblouit dans un sens très éloigné de la clarté de la pensée et de l’extase. À travers une exposition d’œuvres d’art réalisées avec la lumière pure comme matériau, nous réfléchissons sur le monde réel, enveloppé de rayons électromagnétiques".

Pour plus d’informations : fondazionecrc.it

Heures d’ouverture : Du mardi au samedi de 15h30 à 18h30, le dimanche de 10h30 à 18h30. Entrée gratuite.

Image : Olafur Eliasson, The sun has no money (2008 ; filtre en verre teinté, miroir, câble en acier, moteurs électriques, projecteurs, trépieds, supports muraux, dimensions variables ; Rivoli, Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea). Prêt de la Fondazione per l’Arte Moderna e Contemporanea CRT. Avec l’autorisation du Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea, Rivoli-Turin. Photo Paolo Pellion.

Et il y avait de la lumière. Œuvres de Balla, Fontana, Eliasson et Leotta à Cuneo
Et il y avait de la lumière. Œuvres de Balla, Fontana, Eliasson et Leotta à Cuneo


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.