Exposition photographique sur l'horreur de la guerre du Kenya à Turin


Du 10 avril au 2 juin, le Palazzo Madama présente une exposition de photos de Max Pinckers qui tente de reconstituer l'histoire de la période coloniale kenyane et des atrocités de la guerre.

EXPOSED Torino Foto Festival , qui se tiendra du 10 avril au 2 juin dans les espaces du Palazzo Madama à Turin, présente l’exposition State of Emergency - Harakati za Mau Mau kwa Haki, Usawa na Ardhi Yetu, organisée par Salvatore Vitale et réalisée par le photographe Max Pinckers en collaboration avec des vétérans Mau Mau et des survivants kenyans d’atrocités commises pendant la guerre. Il s’agit de la première exposition consacrée à ce projet qui, par son importance historique, anticipe la richesse du programme du festival qui, du 2 mai au 2 juin, présente dans la ville quelques-uns des exemples les plus intéressants de la recherche photographique internationale. State of Emergency - Harakati za Mau Mau kwa Haki, Usawa na Ardhi Yetu est un projet documentaire en cours qui crée une nouvelle visualisation de la lutte pour l’indépendance contre la domination coloniale britannique qui s’est déroulée dans les années 1950 et qui vise à s’adresser à un public futur. Le projet rassemble des archives, des photographies de vestiges architecturaux et symboliques du passé, des sites de fosses communes, des manifestations et des témoignages de ceux qui ont vécu et survécu à la guerre. Avec des archives coloniales délibérément détruites. En 2014, Max Pinckers a été invité à l’Archive of Modern Conflict à Londres, où il est tombé sur une collection de matériel de propagande britannique des années 1950 relative à l’urgence Mau Mau au Kenya, qui est devenue le point de départ d’une longue recherche sur l’un des épisodes les plus violents de l’histoire coloniale britannique.

Pendant la période coloniale britannique (1885-1963), les Mau Mau sont apparus comme un mouvement de libération en réponse à la domination étrangère au Kenya. Bien que la propagande britannique ait dépeint les Mau Mau comme des criminels sauvages, la réponse brutale de l’Empire au soulèvement est moins connue. Entre 1952 et 1960, l’administration coloniale a établi plus d’une centaine de camps de détention, de sites de torture et de villages de réinstallation : les Kikuyus ont été privés de leurs terres, déportés et torturés, tandis que plus d’un millier de personnes ont été pendues à des potences mobiles. À la veille de l’indépendance en 1963, le gouvernement colonial a également détruit une grande partie de la documentation relative au soulèvement dans le cadre de l’opération Legacy, tentant ainsi de dissimuler ses méfaits. Après l’indépendance, le gouvernement kenyan a interdit toute mention des Mau Mau jusqu’en 2003. Ce n’est qu’en 2013 que le gouvernement britannique a officiellement exprimé ses regrets pour les abus subis, et qu’un groupe de victimes a reçu une compensation d’environ 20 millions de livres sterling. La découverte des Migrant Archives, une collection secrète de milliers de documents détaillant la torture et l’approbation des fonctionnaires britanniques, a également fait surface.

Des reproductions de ces archives coloniales constituent le cœur de State of Emergency - Harakati za Mau Mau kwa Haki, Usawa na Ardhi Yetu. L’exposition est une tentative de collaboration, de reconstruction et de réimagination des futurs possibles de réparation et de réconciliation. Avec la collaboration des musées nationaux du Kenya, des archives nationales et de la documentation du Kenya, du musée de Nyeri, de l’université de Karatina, des membres de l’association des vétérans de la guerre Mau Mau du Kenya, de la commission des droits de l’homme du Kenya, des archives nationales (Royaume-Uni), des archives et musées de Bristol, des archives des conflits modernes et du gouvernement flamand, le projet apporte une réponse collective pour guérir, sans les effacer, les plaies encore ouvertes de la violence coloniale, en proposant un outil de réparation qui, par le biais de la photographie, raconte aux puissants la vérité de ceux qui l’ont vécue.

L’exposition est accompagnée et complétée par une publication produite grâce à la collaboration entre Max Pinckers et l’Association des vétérans Mau Mau de Murang’a, Nanyuki et Mukurwe-ini, initiée sous la direction de feu le président national Elijah Kinyua (alias le général Bahati), avec les conseils et le soutien des musées nationaux du Kenya et de l’université de Karatina.

Exposition photographique sur l'horreur de la guerre du Kenya à Turin
Exposition photographique sur l'horreur de la guerre du Kenya à Turin


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.