Florence, la grande exposition d'André Butzer au Museo Novecento qui retrace la carrière de l'artiste


Une grande exposition consacrée à André Butzer : c'est celle qu'organise le Museo Novecento de Florence. "Liebe, Glaube und Hoffnung", c'est son titre, est programmée du 1er mars au 9 juin 2024 et constitue la première exposition de l'artiste allemand dans une institution publique italienne.

Une grande exposition consacrée à l’artiste allemand André Butzer (Stuttgart, 1973) : c’est celle qu’organise le Museo Novecento de Florence. Liebe, Glaube und Hoffnung (“Amour, foi et espoir”), dont le commissaire est Sergio Risaliti, sera accueillie dans les salles du musée du 1er mars 2024 au 9 juin 2024, et en outre la section ... und der Tod ist auch ein Leben (“... et la mort est aussi une vie”) sera présentée au Museo Stefano Bardini du 22 mars au 9 juin 2024. Cette exposition en deux lieux offre l’opportunité d’explorer l’ensemble de la carrière artistique d’André Butzer. La pratique artistique de Butzer prend vie à travers une fusion entre l’expressionnisme européen et la vibrante culture populaire américaine. Aux côtés de géants tels que Jawlensky, Munch et Kirchner, des personnalités telles que Henry Ford et Walt Disney apparaissent dans la biographie et la formation artistique de Butzer. Il ne faut pas non plus oublier l’influence décisive de Cézanne et de Matisse, des peintres qui ont contribué à la fondation du modernisme artistique et qui ont fasciné l’artiste dès sa jeunesse.

L’exposition Liebe, Glaube und Hoffnung se tient dans les salles du rez-de-chaussée du complexe Ex Leopoldine et s’inspire de la première lettre de Paul aux Corinthiens (13:13). L’exposition présente environ 25 œuvres couvrant toute la carrière de l’artiste qui, outre la peinture et le dessin, a également exploré le monde de la poésie. La sélection d’œuvres, réalisée en étroite collaboration avec Butzer lui-même, vise à mettre en évidence les liens profonds entre le passé et le présent de son travail. Les thèmes centraux et récurrents qui caractérisent l’œuvre de Butzer sont mis en évidence, explorant les dualismes entre la vie et la mort, l’espoir et le désespoir, la vérité et le mensonge, qui imprègnent si souvent ses œuvres. Cette tension continue et antithétique crée un tissu dense de significations et de références, qui seront exposées avec soin et réflexion.

En outre, la sélection s’enrichit de quelques œuvres inédites, créées spécialement pour l’occasion et exposées pour la première fois au Museo Novecento. On notera en particulier la création de la grande toile intitulée Ohne Titel (Sternenmadonna ) (“Madone des étoiles”), placée dans l’espace initialement prévu pour le retable à l’intérieur de l’ancienne chapelle de l’édifice.

La deuxième partie du projet d’exposition sera présentée au Museo Stefano Bardini le 22 mars 2024 avec ... und der Tod ist auch ein Leben, un titre évocateur inspiré du poème Nel bel blu (1808) de Friedrich Hölderlin, l’un des préférés d’André Butzer. Cette exposition s’inscrit dans le cycle d’expositions lancé en 2016, dont l’objectif est de créer un dialogue stimulant entre le prestigieux musée florentin et certains des plus importants artistes contemporains, de John Currin à Glen Brown, d’Ali Banisadr à Rachel Feinstein et Nathaniel Mary Quinn. La section ... und der Tod ist auch ein Leben débute par un ensemble d’œuvres créées par l’artiste à la suite d’une visite au musée et à la riche collection du connaisseur et antiquaire raffiné Stefano Bardini. La série de 22 peintures de 2022 reflète le dialogue entre Butzer et le Museo Stefano Bardini, à commencer par l’atmosphère évocatrice de la Sala delle Madonne, que l’artiste a réinterprétée de manière innovante. Cette salle abrite une extraordinaire collection de madones en terre cuite, dont certaines œuvres d’une rare beauté comme la Madonna dei Cordai et la Madonna della Mela de Donatello, des trésors que Stefano Bardini a toujours jalousement gardés pendant son activité de marchand d’art. La collection comprend des œuvres des ateliers florentins les plus actifs et les plus importants du XVe siècle, de Verrocchio à Jacopo della Quercia, de Ghiberti à Desiderio da Settignano. La disposition des terres cuites se reflète dans les portraits réalisés par l’artiste allemand et dans le plan de l’exposition. La comparaison avec les portraits de la collection du musée se poursuit dans la section de l’exposition aménagée dans la salle des peintures. Le parcours de l’exposition prévoit également la présentation d’une sélection de dessins et d’aquarelles dans la salle des Plafonds vénitiens, où les œuvres de Butzer seront exposées à côté de la salle Guercino, où sont conservés plusieurs dessins et aquarelles de Giovan Battista Tiepolo, de son fils Lorenzo et de Piazzetta.

“Le Museo Novecento accueille au rez-de-chaussée l’exposition personnelle d’André Butzer à Florence”, écrit le commissaire Sergio Risaliti, directeur artistique du Museo Novecento. "Il s’agit d’une première dans une institution publique italienne, un voyage anthologique à la découverte de peintures et de sculptures des années 1990 à nos jours. Comme d’autres artistes allemands des dernières décennies - Georg Baselitz, Anselm Kiefer et Günther Förg, mais aussi Gerhard Richter, Sigmar Polke et Albert Oehlen - Butzer a lui aussi réussi à combiner la grande tradition romantique et expressionniste avec les influences pop et abstraites modernes, qui ont été très influentes sur la scène artistique allemande depuis les années 1960. [...] Pour la première fois dans l’histoire récente de l’institution, l’artiste a été invité à travailler sur les murs qui jalonnent le parcours de l’exposition autour du cloître Renaissance, une surface de taille considérable, qui a l’apparence d’un mur à ciel ouvert, comme un espace public à parcourir ébloui par la lumière extérieure. Une autre caractéristique inédite du projet est la commande d’un retable pour l’ancienne église au cœur du musée, espace tant aimé par les artistes ces dernières années, qui ont été confrontés ici à ce qui subsiste d’une certaine aura sacrée. Dans cette chapelle, conçue pour les liturgies eucharistiques, se retiraient pour prier les jeunes filles admises à la Spedale di San Paolino - c’était l’ancien nom de l’ancienne Léopoldine - jeunes filles sauvées des épreuves, des humiliations et des violences subies dans leur famille ou dans la société de la Renaissance. André Butzer est un artiste qui vit et crée dans la certitude de la mission artistique et du pouvoir même ontologique de l’art qui, se détachant des productions industrielles et du spectacle éphémère de la vie contemporaine, avance vers la vérité et la liberté.

Aménagement de l'exposition Plans d’
exposition
Aménagement de l'exposition Plans d’
exposition
Aménagement de l'exposition Plans de l’
exposition
André Butzer, Kill for Satan (1999 ; acrylique et émail sur toile, 210 x 150 cm). Avec l'aimable autorisation de Wendy Gondeln, Photo : Simon Vogel
André Butzer, Kill for Satan / Kill for Satan (1999 ; acrylique et émail sur toile, 210 x 150 cm). Avec l’aimable autorisation de Wendy Gondeln, Photo : Simon Vogel
André Butzer, 1 Eis, bitte / 1 ice cream, please ! (1999 ; acrylique et émail sur toile, 210 x 150 cm ). Avec l'autorisation de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris | Londres ; Gió Marconi, Milan Photo : def image.
André Butzer, 1 Eis, bitte / 1 ice cream, please! (1999 ; acrylique et émail sur toile, 210 x 150 cm ). Avec l’autorisation de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris | Londres ; Gió Marconi, Milan Photo : def image
.
André Butzer, Friedens-Siemens V / Peace-Siemens V (2000 - 2001 ; huile et acrylique sur toile, 250 x 200 cm ; collection privée). Photo : Simon Vogel
André Butzer, Friedens-Siemens V / Peace-Siemens V (2000 - 2001 ; huile et acrylique sur toile, 250 x 200 cm ; collection privée). Photo : Simon Vogel
André Butzer, Wanderer 2 (Im Friedensgebirge) / Wanderer 2 (In the Peace Mountains) / Wanderer 2 (In the Peace Mountains) (2001 ; huile sur toile, 185 x 135 cm ; collection privée). Photo : Frank Kleinbach
André Butzer, Wanderer 2 (Im Friedensgebirge) / Wanderer 2 (In the Peace Mountains) / Wanderer 2 (In the Peace Mountains) (2001 ; huile sur toile, 185 x 135 cm ; collection privée). Photo : Frank Kleinbach
André Butzer, Ohne Titel / Untitled / Untitled (2011 ; huile sur toile, 60 x 110 cm ; Collection privée). Photo : Roman März
André Butzer, Ohne Titel / Untitled / Untitled (2011 ; huile sur toile, 60 x 110 cm ; collection privée). Photo : Roman März
André Butzer, Ohne Titel / Untitled / Sans titre (2018 ; huile sur toile, 250 x 180 cm ; Munich, Kopp Collection). Photo : def image
André Butzer, Ohne Tit el / Untitled / Untitled (2018 ; huile sur toile, 250 x 180 cm ; Munich, Kopp Collection). Photo : def image
André Butzer, Ohne Titel / Untitled / Untitled (2021 ; acrylique sur toile, 200 x 442 cm). Avec l'autorisation de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris | Londres ; Gió Marconi, Milan. Photo : Fabio Mantegna
André Butzer, Ohne Tit el / Untitled / Untitled (2021 ; acrylique sur toile, 200 x 442 cm). Avec l’autorisation de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris | Londres ; Gió Marconi, Milan. Photo : Fabio Mantegna
André Butzer, Ohne Titel (Sternenmadonna) / Sans titre (Madone des étoiles) / Sans titre (Madone des étoiles) (2023 ; acrylique sur toile). Avec l'aimable autorisation de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris | Londres ; Gió Marconi, Milan. Photo : def image
André Butzer, Ohne Titel (Sternenmadonna) / Untitled (Madonna of Stars) / Sans titre (Madonna of Stars) (2023 ; acrylique sur toile). Avec l’aimable autorisation de la Galerie Max Hetzler, Berlin | Paris | Londres ; Gió Marconi, Milan. Photo : def image

L’artiste

Le travail d’André Butzer mêle la connaissance des maîtres du début du XXe siècle à un intérêt profond pour la communication, la bande dessinée et la diffusion de la culture populaire en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, ce qui donne un mélange personnel de haute culture et de culture populaire. Depuis 1999, Butzer a façonné un univers artistique qui, bien que passant par différentes phases, se présente comme un processus de maturation cohérent et organique.

De l’expressionnisme initial émerge une tendance croissante à l’abstraction, périodiquement interrompue par des éléments figuratifs sériels distinctifs. Après la phase des N-Paintings (2010-2017), représentant l’utopique NASAHEIM, lieu primordial de toute expression picturale et poétique, nous assistons au retour de ses personnages caractéristiques, dont The Woman, Man ofShame, Friedens-Siemens et Wanderer. Si ces personnages sont des portraits de l’artiste lui-même, ils revêtent également une dimension universelle, au-delà du temps et de l’espace.

Par exemple, le Wanderer rappelle l’iconographie du voyageur que l’on retrouve dans la littérature et l’art, avec des références allant de Hölderlin et Friedrich à la sphère allemande et au-delà. La complexité de l’univers artistique de Butzer trouve sa place dans l’expressionnisme de science-fiction, terme inventé par l’artiste lui-même, qui mêle figuration et abstraction dans un équilibre constant entre l’analyse du présent, la réflexion sur le passé et le pressentiment de l’avenir.

André Butzer (Stuttgart, 1973) vit et travaille à Berlin. Ses principales expositions personnelles ont eu lieu à la Page Gallery (2023), au Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, à Madrid (2023), au Kunstverein Friedrichshafen (2023) et à la Fondation Friedrichs, à Weidingen (2022) ; Galerie Max Hetzler, Berlin (2021) ; Gió Marconi, Milan (2021) ; YUZ Museum, Shanghai (2020) ; Museum of the Light, Hokuto (2020) ; IKOB Musée d’Art Contemporain, Eupen (2018) ; Växjö Konsthall, Växjö (2017) ; Bayerisches Armeemuseum, Ingolstadt et Neue Galerie Gladbeck (2016) ; Kunstverein Reutlingen (2015) ; Künstlerhaus - Halle für Kunst und Medien, Graz (2014) ; Kestnergesellschaft, Hanovre et Kunsthistorisches Museum / Theseustempel, Vienne (2011) ; Kunsthalle Nuremberg (2009) ; Kunstverein Ulm (2005) et Kunstverein Heilbronn (2004).

Les œuvres d’André Butzer font partie des collections de : Art Institute of Chicago ; University of Chicago,Chicago ; Children’s Museum of the Arts, New York ; Faye G. Allen Centre for the Visual Arts, University of Washington, Seattle ; Rubell Museum, Miami ; LACMA Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles ; Marciano Collection, Los Angeles ; MOCA Museum of Contemporary Art, Los Angeles ; Pinakothek der Moderne, Munich ; Contemporary Art Collection of the Federal Republic of Germany, Bonn ; Friedrichs Foundation, Weidingen / Bonn ; Deichtorhallen Hamburg - Falckenberg Collection, Hamburg ; Paula Modersohn-Becker Museum, Bremen ; Hall Art Foundation, Reading / Derneburg ; Hamburger Bahnhof, Berlin ; Nationalgalerie / Hamburger Bahnhof - Museum für Gegenwart, Berlin ; Kupferstichkabinett, Berlin ; Miettinen Collection, Berlin ; Hölderlinturm, Tübingen ; IKOB Musée d’Art Contemporain, Eupen ; Collection du Pays Tyrol ; Carré d’Art, Nîmes ; Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid ; MONA Museum of Old and New Art, Tasmania ; YUZ Museum, Shanghai.

Florence, la grande exposition d'André Butzer au Museo Novecento qui retrace la carrière de l'artiste
Florence, la grande exposition d'André Butzer au Museo Novecento qui retrace la carrière de l'artiste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.