Installations d'art contemporain en plein air dans les jardins de l'Aventin


Open Box, des installations d'art contemporain peuplent les jardins de l'Aventin pour une exposition en plein air.

Du 19 décembre 2020 au 28 février 2021, les jardins de l’Aventin s’enrichiront d’œuvres d’art contemporain, à l’occasion de l’exposition gratuite OPEN BOX: les installations de Paolo Buggiani, Tommaso Cascella, Publia Cruciani, Marco Fioramanti, Riccardo Monachesi, Giulia Ripandelli, Ninì Santoro, Mara van Wees y prendront place

L’initiative est organisée par Francesca Perti, conçue par AdA (Associazione Amici dell’Aventino) et promue en collaboration avec la Municipio Roma I centro. L’inauguration aura lieu le 19 décembre à partir de 11 heures dans les jardins de Sant’Alessio, Piazza Albina et Piero Piccioni, et sera présentée par Daniela Gallavotti Cavallero.

Le projet d’exposition vise à valoriser les lieux de l’Aventin et s’articule autour du dialogue entre la sculpture contemporaine et les espaces verts adoptés par AdA, en collaboration active avec l’Office des jardins. Les espaces verts seront transformés en galeries d’art à ciel ouvert.

À l’avenir, il est prévu de recueillir de nouvelles propositions d’exposition, de donner la parole aux “moins de 35 ans” et de créer une galerie dynamique avec une exposition tournante d’œuvres.

"Cette initiative culturelle, souligne la vice-présidente de la Fondazione Sorgente Group Paola Mainetti, est une opportunité importante qui, à travers la valorisation des œuvres d’artistes contemporains intéressants, nous rappelle le respect des espaces verts communs, trop souvent oubliés, dont l’entretien requiert l’engagement des institutions et le respect des citoyens.

Cette première édition présente huit artistes : dans le jardin de Sant’Alessio, Buggiani, Cascella, Monachesi et Santoro s’expriment avec des matériaux durables tels que le fer, l’acier et la céramique, tandis que Cruciani, Fioramanti, Ripandelli et van Wees ont choisi les espaces ouverts des jardins de Piero Piccioni et de la Piazza Albina pour leurs installations spécifiques et leur landart.

Paolo Buggiani présente son ESCALATION (2000-2020), un grand homme grimpant sur une échelle à côté d’un serpent qui semble sorti d’un jeu d’enfant ou du Magicien d’Oz, faisant allusion à une humanité qui cherche son épanouissement dans la richesse et la consommation.

L’œuvre CIELO de Tommaso Cascella est une sculpture qui trace son volume avec du fer et dessine l’espace pour suggérer l’idée du cosmos. Deux éléments ont inspiré l’artiste : les dômes de Rome, qui sont comme des voûtes célestes, donc des cieux, et le clocher de l’Oratorio dei Filippini de Borromini, où l’architecture n’est dessinée qu’avec du fer.

Dans BLUE FLUXUS, Riccardo Monachesi fusionne deux suggestions : les quinze dernières années de la vie de Sant’Alessio passées sous un escalier du palais ancestral et le concept de l’eau, que l’artiste réalise à travers des carreaux de céramique émaillée. Il crée sa propre vision du jardin à travers l’art céramique de la tradition, en l’élevant au niveau des réalisations sculpturales des fontaines de la Renaissance.

Avec BOUCLIER, LO SCUDO E LA LANCIA DI ACHILLE (1971), réalisé en fer et en acier, Ninì Santoro réaffirme l’intérêt que l’artiste porte depuis toujours aux références historiques et littéraires et souligne sa force originelle, son image mentale projetée sur la sculpture qui ne devient réalité qu’avec le nom.

Mara Van Wees a réalisé l’installation L’ACQUA CHE NON C’È (2020) : l’artiste remplit un vide au centre du jardin de Piazza Albina, en imaginant une fontaine ornée d’une mosaïque cosmatesque moderne. Elle réutilise des matériaux de construction contemporains, du revêtement et du fer, des matériaux mis au rebut lors de la construction.

Dans NASADIYA SUKTA (2017-2018), Giulia Ripandelli s’inspire de l’hymne védique, connu sous le nom d’Hymne de la Création, qui raconte comment l’origine de l’univers est incompréhensible et mystérieuse. L’artiste ramène les mots de l’hymne, suspendus aux branches de l’arbre, fluides et légers, prêts à passer et à se transformer, et à jeter au vent leur message cosmique.

Publia Cruciani, avec PRESENZE RIBELLI, que l’on peut définir comme une cosmogonie édénique, crée un monde à part, où les personnages de l’Antiquité reviennent peupler la colline de l’Aventin : Romulus, Messaline, Poppée, Brutus, Hadrien semblent revenir chez eux, parfaitement à l’aise dans une Rome post-postmoderne.

Marco Fioramanti a créé le C.R. 42 “FALCO”. “L’épave de l’avion est une relique de la mémoire qui existe dans le cimetière des souvenirs”, mais c’est aussi un acte d’amour envers le père qui a piloté l’avion pendant la campagne en Grèce et en Albanie et une histoire d’amour parce que, dans la tourmente de la guerre, les yeux d’une femme de la faction ennemie ont rencontré ceux du jeune pilote.

Photo : Giulia Ripandelli, Nasadiya Sukta

Installations d'art contemporain en plein air dans les jardins de l'Aventin
Installations d'art contemporain en plein air dans les jardins de l'Aventin


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.