Le lieu de travail comme espace de relation : exposition du photographe Mario Siragusa


La galerie Other Size de Milan accueille jusqu'au 23 juillet l'exposition "Posti di lavoro" (Lieux de travail) du photographe Mario Siragusa, dont les travaux portent sur le thème de la valeur sociale des lieux de travail en tant qu'espaces de relations, de créativité et de formation.

Avec l’exposition Massimo Siragusa. Posti di lavoro, du 10 juin au 23 juillet 2021, la galerie Other Size de Milan ouvre, à travers les œuvres du photographe Mario Siragusa (Catania, 1958), une réflexion sur le thème extrêmement actuel de la valeur sociale des lieux de travail entendus comme des espaces de relation, de créativité, de formation, et pas seulement de productivité.

La narration de l’exposition se développe à partir de l’ambiguïté du titre : si la locution “lieu de travail” indique en fait une occupation stable, elle désigne aussi, de manière plus littérale, le lieu physique où cette occupation a lieu. La sélection des douze photographies exposées repose sur le seuil subtil entre ces deux significations, générant un effet de distanciation : les lieux de travail ne sont pas seulement des “conteneurs”, mais des espaces dans lesquels les dimensions esthétiques et architecturales - qui apparaissent apolliniennes dans l’objectif du photographe catanais - jouent un rôle fondamental dans la construction de la société et de l’identité individuelle.

De l’atelier du théâtre de la Scala aux espaces du Circolo Volta de Milan, des salles de la Bibliothèque nationale centrale de Rome aux pavillons de la foire de Rimini, de la cantine du commandement de l’école de formation et d’application de l’armée à Turin aux hangars industriels de Fincantieri, tels sont quelques-uns des lieux de travail que Massimo Siragusa a choisi d’immortaliser. Dans le parcours de l’exposition, toujours selon la logique du dédoublement et de l’éloignement, les douze œuvres sont présentées en six diptyques combinés par analogie ou juxtaposition, s’intéressant aux géométries et aux éléments architecturaux, aux lumières et aux couleurs, mais aussi à leurs usages, dans un manège de stimuli visuels.

Réalisé entre 2005 et 2017, le noyau d’œuvres de l’exposition naît d’une reconnaissance effectuée dans les archives du photographe avec un regard contemporain, qui ne pouvait pas ignorer les réflexions sur le thème du travail que l’urgence Covid-19 a généré ces derniers mois : les lieux photographiés par Siragusa, bien qu’utilisés pour accueillir le travail grouillant de dizaines de personnes, se caractérisent par l’absence de la figure humaine. Ce qui prévaut, c’est l’investigation de la beauté et de la géométrie des bâtiments, à la manière d’un photographe d’architecture et de paysage. Pourtant, l’œuvre est évoquée avec force, l’impression de l’action de ceux qui vivent ces lieux au quotidien est palpable.

L’absence de la figure humaine, de ceux qui chaque jour se rendent sur leur lieu de travail à l’intérieur de ces lieux, dans les images de Massimo Siragusa est un choix de style, aux yeux de ceux qui les regardent aujourd’hui, elle évoque irrémédiablement une imagerie liée à l’actualité pandémique.

Massimo Siragusa est photographe et directeur artistique de la galerie Plenum à Catane et conférencier à l’IED. Ses photographies font partie des collections permanentes des musées du Vatican, de la Galleria di Arte Contemporanea à Rome, du Mart à Rovereto et du Museo di Roma à Trastevere, et ont été exposées dans de nombreuses galeries en Italie et à l’étranger. Il a publié dans les plus grands journaux internationaux et, avec ses travaux sur les entreprises, il a dépeint la réalité des principales industries italiennes. Il a remporté de nombreux prix, dont quatre prix World Press Photo (2e dans la catégorie Vie quotidienne en 1997, lauréat dans la catégorie Histoires d’art en 1999, 2e dans la catégorie Histoires d’art en 2008 et 3e dans la catégorie Questions contemporaines en 2008). Il a publié les livres : Il Vaticano, Il cerchio magico, Credi, 12 portali, Teatro d’Italia, L’emozione della vertigine, Respirano i muri, Il cretto grande, Magic Coppedè, Roma.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel de Workness.

Sur la photo : Massimo Siragusa, Atelier de travail sur les décors de scène au Théâtre de la Scala, Milan (2006)

Le lieu de travail comme espace de relation : exposition du photographe Mario Siragusa
Le lieu de travail comme espace de relation : exposition du photographe Mario Siragusa


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.