Sante Monachesi et son lien avec Paris. Une exposition à Macerata


Du 29 juin au 24 septembre 2023, les Musées Civiques du Palazzo Buonaccorsi de Macerata consacrent une exposition à l'un des protagonistes du début du XXe siècle, Sante Monachesi, et en particulier à sa relation avec Paris.

Du 29 juin au 24 septembre 2023, les Musées Civiques du Palazzo Buonaccorsi de Macerata consacrent une exposition à l’un des protagonistes du début du XXe siècle, Sante Monachesi (Macerata, 1910 - Rome 1991) et en particulier à sa relation avec Paris. L’exposition, intitulée Sante Monachesi tra Macerata e Parigi (Sante Monachesi entre Macerata et Paris ), raconte l’histoire du lien entre le célèbre artiste de Macerata et la capitale française. Elle est organisée par Maurizio Faraoni et bénéficie du soutien scientifique de Donatella Monachesi. Promue par le département de la culture de la municipalité de Macerata avec Macerata Musei, l’exposition est parrainée par la région des Marches, la province de Macerata et l’Académie des beaux-arts de Macerata.

L’exposition, à travers une sélection de plus de 60 œuvres dont des dessins et des peintures, retrace les années au cours desquelles l’artiste a quitté sa ville pour Paris en présentant une série de documents d’archives. L’exposition, à travers une sélection de plus de 60 œuvres dont des dessins et des peintures, retrace les années où l’artiste a quitté sa ville pour Paris en présentant une série de documents d’archives, de photos, de lettres, de sculptures, de dessins et de peintures inédits, dont certains ont été exposés à la galerie Silvagni en 1950 et représentent les célèbres “Muri ciechi”, des œuvres picturales dans lesquelles Monachesi transforme et réinterprète les profils aveugles des façades parisiennes, un exemple clair du “minimalisme” de l’auteur, comme l’illustre Faraoni.

"Le thème lié à Paris, écrit le commissaire, reste une constante dans la production artistique de Monachesi, et dans cette exposition, ma tâche aujourd’hui est de regarder avec un œil contemporain l’œuvre d’un artiste qui a traversé plusieurs époques de manière transversale.

“Avec cette exposition, déclarent Sandro Parcaroli, maire de Macerata, et Katiuscia Cassetta, conseillère à la culture de la municipalité de Macerata, s’achève un important cycle triennal d’expositions consacré au second futurisme, qui a déjà vu l’œuvre de Tullio Crali et de Wladimiro Tulli. L’occasion est d’autant plus importante que sa fille Donatella a fait don à l’institution muséale d’un important noyau d’œuvres pour augmenter la collection permanente, un hommage qui vient enrichir et compléter la collection du musée qui présente déjà de nombreuses œuvres des artistes du Groupe Boccioni”.

Les huit œuvres offertes occuperont une section de l’exposition, en dialogue étroit avec la collection permanente du XXe siècle. L’activité de l’artiste sera ainsi documentée depuis ses débuts futuristes jusqu’au néo-cubisme et au mouvement Agrà (agravitazionale), qu’il a fondé sous le signe de l’énergie expressive libre, en adoptant de nouvelles formes et des matériaux légers tels que l’evelpiuma et le plexiglas.

Pour approfondir votre connaissance de l’artiste brillant et aux multiples facettes qu’est Sante Monachesi, vous pourrez admirer d’autres de ses œuvres simultanément à Civitanova Alta à la Pinacoteca Civica Moretti et à Macerata au Museo del Novecento in Palazzo Ricci à partir de la mi-juillet.

Le catalogue (Sagep Editori) qui accompagne l’exposition comprend, outre les salutations des autorités, les textes du commissaire, des universitaires Lorenzo Cantatore, Paola Ballesi et Giulia Mastropietro qui intervieweront Donatella Monachesi.

Notes sur l’artiste

Sante Monachesi est né à Macerata en 1910, où il a fréquenté l’école professionnelle d’art. En 1936, il suit le cours de scénographie du Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome. Le livre de Boccioni Pittura e scultura futuriste (Peinture et sculpture futuristes) inspire sa production artistique dans les années 1930 ; avec les structures “en spirale” et “en diagonale” de la peinture et de la sculpture, naît sa plastique extra futuriste très personnelle.

En 1932, il fonde avec Bruno Tano et d’autres le groupe futuriste Umberto Boccioni. Mouvement futuriste des Marches. C’est le début d’un rythme d’expositions intense qui voit Monachesi participer aux principaux événements de la troisième décennie : en 1937, il participe à l’Exposition universelle de Paris ; en 1938, il expose à la 21e Biennale de Venise et à l’Exposition du département d’art de l’Université de Columbia à New York. En 1939, il participe à la IIIe Quadriennale de Rome, avec une présentation de Filippo Tommaso Marinetti. Après l’expérience futuriste, il projette ses recherches dans l’élaboration d’une poétique figurative à travers de larges plans chromatiques et des contours synthétiques qui caractérisent sa peinture dans les années 1940 et 1950. C’est de cette période que datent les thèmes picturaux les plus connus de Monachesi, également inspirés par son séjour d’après-guerre à Paris, tels que Murs aveugles, Paris, Fleurs et Clownesses. Monachesi, toujours intéressé par la recherche, ouvert à de nouvelles aventures esthétiques et inspiré par les nouveaux matériaux plastiques, crée les œuvres en caoutchouc mousse et en polyméthacrylate de méthyle dans les années 1960. En phase avec ces nouvelles découvertes sur la matière et l’énergie, à travers, entre autres, la conquête de l’espace et la perturbation de la gravité, il fonde en 1964 le mouvement “Agravitational Movement” et rédige le premier manifeste “Agrà”.

Un mouvement dans lequel l’utopie devient une expression esthétique crédible et se concrétise dans la légèreté des formes avec les œuvres “Evelpiuma”. Cette expérience est documentée dans l’exposition “Legare e sciogliere”, Evelpiuma e l’Universo Agrà de Monachesi 1979, Paris, Chapelle de la Sorbonne. Ces dernières années, toujours actif et curieux de l’avenir, il a poursuivi ses recherches en tant que sculpteur et peintre en définissant de nouveaux horizons pour l’art. Sa longue carrière artistique est attestée par des contributions critiques importantes et approfondies sur son œuvre et par de nombreuses expositions en Italie et à l’étranger. Il est décédé à Rome en 1991.

Image : Sante Monachesi, Moulin Rouge (1955 ; huile sur toile, 50 x 60 cm ; collection privée)

Sante Monachesi et son lien avec Paris. Une exposition à Macerata
Sante Monachesi et son lien avec Paris. Une exposition à Macerata


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.