Une exposition à Parme retrace la relation continue entre l'homme et les plantes, avec plus de 200 objets figuratifs.


Du 13 janvier au 1er avril 2024, le Palazzo del Governatore de Parme accueillera une exposition qui raconte, à travers plus de deux cents objets figuratifs, la relation continue entre l'homme et les plantes, réalisée par l'Université de Parme en collaboration avec la municipalité de Parme.

Du 13 janvier au 1er avril 2024, le Palazzo del Governatore de Parme accueillera l’exposition Impronte. Noi e le piante (Empreintes. Nous et les plantes), réalisée par l’université de Parme en collaboration avec la municipalité de Parme et avec le soutien de la Fondazione Cariparma, du Gruppo Chiesi et du Gruppo Davines.

L’exposition retrace, à travers plus de deux cents objets figuratifs, dont des herbiers historiques, des illustrations botaniques, des gravures sur nature et des xylothèques, ainsi que des photographies modernes et des images de haute technologie, la relation continue qui lie l’humanité et la nature, la botanique et les images, la science et l’art. À travers dix sections, l’exposition entend présenter le lien que l’homme a toujours cherché à saisir et à fixer, des cartes d’herbiers aux images satellites actuelles des recensements d’arbres, en passant par les illustrations, les carnets, les modèles et même les images de résonance magnétique et de rayons X.

Les coupes

Des reproductions calligraphiques à l’agriculture de précision, des herbiers médiévaux à la tomographie par émission de positrons, Impronte se propose de tracer la parabole temporelle du rapport entre l’homme et la nature, en montrant toutes ses déclinaisons. Herbiers à l’usage des médecins et des pharmaciens, dominés par une approche réaliste et une fonction précise, tableaux tirés d’atlas destinés à la reconnaissance “professionnelle” des mauvaises herbes à éradiquer le long des voies ferrées, mais aussi catalogues d’échantillons de couleurs à faire correspondre à des variétés et à des espèces botaniques précises, comme l’original Impronte. C’est aussi grâce à une telle variété d’échantillons de couleurs qu’il est possible d’établir des correspondances avec des variétés et des espèces botaniques précises, comme le très original Répertoire de couleurs pour aider à la détermination des couleurs des fleurs, des feuillages et des fruits, qui combine les expériences et les besoins de floriculteurs, d’artistes et de scientifiques. C’est aussi grâce à une telle variété d’applications qu’un avancement des recherches sur les techniques d’impression, lithographie et galvanoplastie surtout, s’est avéré nécessaire, ce qui, combiné à la fascination artistique pour l’illustration botanique, a rapidement conduit à sa commercialisation, la faisant entrer dans la modernité. Des reproductions en série, des estampes, mais aussi des traces d’histoires d’espionnage liées au vol et aux droits de propriété ajoutent des pièces précieuses aux œuvres exposées : parmi elles, les rarissimes reproductions calligraphiques de champignons en cire, les modèles Brendel en papier mâché et les “cartes d’identité” en bois des arbres, la xylothèque ou le holzbuch.

Objet d’un intérêt croissant, la représentation de la nature concerne également la sphère professionnelle des femmes, car c’est par l’illustration botanique que de nombreuses femmes ont pu accéder au monde de la découverte scientifique, historiquement dominé par le genre masculin.

L’exposition propose également une réflexion sur le patrimoine de documents historiques conservés par l’Université et diverses institutions de la ville (Biblioteca Palatina, Fondazione Cariparma, Convitto Nazionale Maria Luigia). C’est ici que des matériaux inédits ou rarement exposés deviennent les protagonistes (comme, outre l’herbier Gardoni, les herbiers Berta, Guatteri et Jan), et le parcours conduit le visiteur à découvrir les nouvelles technologies utilisées pour représenter les plantes. Des premières reproductions photographiques obtenues à des fins scientifiques, comme celles, exotiques, des palmiers asiatiques lors des campagnes botaniques d’Odoardo Beccari à Bornéo, aux images obtenues à l’aide de techniques microscopiques, les œuvres exposées explorent un présent qui s’accélère vers de nouveaux objectifs. En témoignent les portraits spectrographiques réalisés sur des plantes pour accélérer la sélection agronomique et les photographies de scientifiques-artistes contemporains tels que Craig Burrows, Igor Siwanovicz, Rob Kesseler et Jan Martinek.

La dernière section s’ouvre sur des illustrations modernes capables d’élargir le regard du particulier au général. Microscopie, infrarouge, ultraviolet, radar, images satellites, time lapse, résonance, fluorescence offrent l’occasion de réfléchir aux questions qui caractérisent notre époque contemporaine, du changement climatique à la qualité de l’air, de la durabilité agricole à la gestion des espaces verts urbains et forestiers.

Au centre du projet se trouve l’installation audiovisuelle Artificial Botany, conçue par fuse*, qui vise à explorer les suggestions et les capacités expressives des illustrations botaniques classiques grâce à l’utilisation d’algorithmes modernes d’apprentissage automatique. Une installation audiovisuelle hypnotique dans laquelle la fluidité du processus de vie de la plante est représentée à partir d’une série d’illustrations botaniques anciennes. Collectées dans les archives numériques libres des illustrateurs du milieu du XIXe siècle, ces illustrations sont devenues le matériel pédagogique d’un système particulier d’apprentissage automatique appelé GAN (Generative Adversarial Network) qui, à travers une phase d’entraînement, est en mesure de recréer de nouvelles images artificielles avec des éléments morphologiques extrêmement similaires aux images d’inspiration, mais avec des détails et des caractéristiques qui semblent faire ressortir une véritable représentation humaine. La machine retravaille le contenu en créant un nouveau langage, capturant les informations et les qualités artistiques de l’homme et de la nature.

De nombreuses œuvres exposées mettent en lumière la relation entre l’ imagerie botanique et la ville, des herbiers de personnalités illustres (comme Luigi Gardoni, dont l’herbier pharmaceutique éponyme n’a été remis au jour qu’en 2014 après un séjour silencieux de plus d’un siècle dans les armoires du Jardin botanique), aux “herbiers de la ville”, en passant par les “herbiers de la ville”, les “herbiers de la ville”, les “herbiers de la ville” et les “herbiers de la ville”. ), à la “donation royale” de modèles en cire de champignons achetés par Maria Luigia d’Autriche pour le Jardin botanique, en passant par les histoires, les nouvelles et les curiosités contenues dans l’univers numérique composé de QR-codes et de vidéos. La provenance des matériaux est riche et variée. Outre les prêteurs locaux, des institutions étrangères (Real Jardin Botanico de Madrid) et italiennes (Jardins botaniques de Padoue, Bologne, Pavie, Erbario Centrale Italiano de Florence, entre autres) ont été impliquées.

L’expression “cécité végétale” est souvent utilisée pour désigner notre faible capacité à remarquer les plantes dans la vie quotidienne", explique Renato Bruni, directeur scientifique du Jardin botanique de Parme et responsable du projet scientifique de l’exposition. “Impronte a été créée pour mettre en évidence comment, au contraire, les savants et les chercheurs ont développé au fil des siècles une grande capacité d’observation à l’égard de ces organismes, découvrant peu à peu leurs caractéristiques et leurs particularités. Ce qui a manqué jusqu’à présent, c’est la mise en lumière, l’exposition complète du photomontage que la science a construit au cours des siècles de botanique, un plan séquence pour comprendre combien la réponse à une question apparemment anodine a changé : ”Qu’est-ce qu’une plante ? Une réponse facilitée par l’outil visuel et sa valeur symbolique : les images scientifiques de plantes sont belles et capables de transmettre des concepts complexes dans l’émotion d’un instant".

L’exposition comprend également des visites guidées, des ateliers éducatifs pour les jeunes visiteurs accompagnés d’enseignants et un concours pour les jeunes illustrateurs, intensifiant ainsi le dialogue ininterrompu entre Parme et son université. La science et l’art à voir, à connaître et à expérimenter. Fidèle à sa vocation d’ouverture et d’échange avec le public, l’Université de Parme enrichit l’offre d’exposition d’ Impronte en organisant un riche calendrier d’ateliers (organisés par Esperta) et de visites guidées (organisées par Artificio). Cinquante rendez-vous, réservables par le biais du système muséal de l’Université, s’adressent aux élèves, petits et grands, de l’école primaire au lycée, qui pourront s’amuser à découvrir tous les secrets de la longue histoire de la représentation botanique. Les adultes, quant à eux, pourront participer à des visites guidées spéciales certains week-ends pour explorer les thèmes abordés dans les dix sections de l’exposition, au milieu d’anecdotes et de curiosités. Dans le projet de récupération, l’Université est soutenue par des institutions et des organismes privés de la région : le Ministère de l’Université et de la Recherche, le Ministère de la Culture, la Fondation Cariparma, le Groupe Chiesi et "Parma, io ci sto !

Image : Luigi Gardoni, Herbier (1836 - 1878 ; Parme, Université d’études, Bibliothèque du jardin botanique)

Une exposition à Parme retrace la relation continue entre l'homme et les plantes, avec plus de 200 objets figuratifs.
Une exposition à Parme retrace la relation continue entre l'homme et les plantes, avec plus de 200 objets figuratifs.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.