Une exposition d'art vidéo à Lissone explore les problèmes d'aujourd'hui avec des œuvres de la Fondation Han Nefkens.


Ai bordi dell’identità, Videoarte contemporanea dalla Fondazione Han Nefkens, est une exposition d’œuvres vidéo conçue et organisée par Giacomo Zaza pour le MAC - Museo d’Arte Contemporanea di Lissone (MB). Le projet d’exposition est ouvert au public jusqu’au 24 novembre au MAC.

L’exposition présente des œuvres qui abordent le thème de l’identité interculturelle. Les questions sociales, ethniques et de genre invitent à une réflexion qui place l’être humain au centre des processus de transformation du monde contemporain. Quinze artistes originaires de différentes parties du monde - Occident, Amériques, Afrique, Asie et Moyen-Orient - proposent des considérations sociologiques et culturelles à partir de différents points de vue, à travers des langages narratifs hétérogènes.

Les œuvres sont sélectionnées dans la collection de la Fondation Han Nefkens de Barcelone et du Premio de Producción de Video Arte Fundación Han Nefkens - CAC Quito 2018.

L’exposition est documentée par un catalogue bilingue (italien et anglais) publié par Silvana Editoriale, une maison d’édition internationale, et sera distribuée en Italie et à l’étranger d’ici décembre 2019.

Le projet curatorial a été présenté en avant-première à MUST à Lecce grâce au soutien d’UBI Banca et à l’intérêt duservice culturel de la municipalité de Lecce.

Ai Bordi dell’Identità (Au bord de l’identité ) est une exposition qui témoigne de la mesure dans laquelle la recherche artistique contemporaine est impliquée dans le débat culturel et social concernant les conditions d’existence dans le monde globalisé. Les artistes impliqués présentent des réflexions à partir de points de vue personnels et culturels parfois très éloignés les uns des autres, avec des stratégies narratives et expressives dissemblables et variées. De cet excursus de vidéo-narratives ressort l’urgence de placer l’être humain au centre d’une investigation qui implique des processus d’identification et d’appartenance, d’identification des différences, de reconnaissance de l’altérité. Being at the edges, comme l’indique le titre de l’exposition collective, fait allusion à cette condition de fluidité dans laquelle la définition individuelle se réalise à travers des relations de confrontation et de négociation avec le voisin ou l’autre. Les vidéos de l’exposition indiquent, dans une perspective positiviste, la direction de l’interculturalité en tant que matrice constructive du chemin de l’émancipation humaine, un chemin perpétuellement en construction.

Le thème de l’oppression des femmes dans les zones de guerre del’ISIS est abordé avec un regard documentaire par la vidéo Purple Muslin (2018) d’Erkan Özgen(Derik, Turquie, 1971). Shirin Neshat(Qazvin, Iran, 1957) dans Tooba (2002) propose, à travers l’allégorie d’un arbre, la résolution des tensions entre hommes et femmes par la dimension transcendante et spirituelle. Maya Watanabe(Lima, Pérou, 1983) dans la vidéo Liminal (2019) s’attarde sur les génocides qui ont eu lieu au Pérou, abordant le deuil non seulement comme un chagrin personnel, mais aussi comme une expérience de la collectivité. Arash Nassiri(Téhéran, 1986) dans Tehran-geles (2014) nous montre, en superposant de manière surréaliste les villes de Téhéran et de Los Angeles, les urgences qui poussent des milliers de personnes à migrer. S’intéressant également aux dynamiques migratoires, Ramin Haerizadeh(Téhéran, 1975), Rokni Haerizadeh (Téhéran, 1978) et Hesam Rahmanian(Knoxville, 1980) avec From Sea to Dawn (2016-2017) ; la vidéo est un collage d’images extraites des médias et retravaillées avec des interventions picturales qui renvoient à l’odyssée du voyage. Bárbara Sánchez Barroso(Lleida, Espagne, 1987) dans Paradise (2017) superpose les enregistrements vocaux d’un migrant sur des images à valeur symbolique : l’homme est prêt à payer de la perte de ses propres certitudes de valeurs en faveur de l’espoir de la liberté individuelle. Le thème de la liberté est également abordé par Zwelethu Mthethwa(Durban, Afrique du Sud, 1960) dans Flex (2002) à travers la métaphore de l’effort et de la physicalité, tandis que l’utopie communiste soviétique est le sujet de la vidéo intime et biographique Disappearance of a Tribe (2005) de Deimantas Narkevičius(Utena, Lituanie, 1964). Les questions sociales sont les sujets des œuvres d’ Araya Rasdjarmrearnsook(Trad, Thaïlande, 1957) Village Kid Singing (2004), sur la condition de la séropositivité en Thaïlande, et EBB AND FLOW (A Onda Trás o Vento Leva) (2012) de Gabriel Mascaro(Recife, Brésil, 1983), sur le handicap physique dans la société brésilienne.

Une sélection d’œuvres de l’édition 2018 du Premio de Producción de Video Arte Fundación Han Nefkens - CAC Quito 2018 offre un regard approfondi sur l’art vidéo latino-américain. Cinq artistes de nationalité ou d’origine latino-américaine témoignent de la vivacité de ce fond culturel. Adrián Balseca(Quito, Équateur, 1989) dans Mar Cerrado (2016) construit une réflexion sur l’exploitation des ressources extractives en les comparant aux icônes patriotiques et monumentales de l’Équateur. Javier Castro(La Habana, Cuba, 1984) avec La Edad de Oro (2012) démonte la rhétorique de l’universalité des valeurs humaines en ramenant les réponses imaginatives et naïves des enfants cubains à la question de savoir ce qu’ils aimeraient être quand ils seront grands. Jonathas de Andrade(Maceió, Alagoas, Brésil, 1982) intervient également sur les changements des valeurs sociales partagées ; dans la vidéo O Levante (2014), l’artiste organise une course de chevaux à des fins cinématographiques afin de contourner l’interdiction imposée dans la ville de Racife sur les animaux ruraux. L’œuvre de Luis Gómez Armenteros (La Habana, Cuba, 1968) a un impact autoréférentiel ; dans Life from the Spinning Washing Machine (2012), une séquence en stop-motion d’images de son propre visage crée une altération visionnaire dans laquelle la distinction entre la fiction et la réalité devient imperceptible. Beatriz Santiago Muñoz(San Juan, Puerto Rico, 1972) dans Otros Usos (2014) analyse les effets du post-colonialisme sur le paysage des territoires caribéens.

Pour de plus amples informations, veuillez appeler le +39 039 7397368, envoyer un courriel à museo@comune.lissone.mb.it ou visiter le site www.museolissone.it.

Photo : Shirin Neshat, Tooba (2002), image tirée du film. Crédit photographique : Shirin Neshat / Gladstone Gallery, New York et Bruxelles ; Fondation Han Nefkens, Barcelone

Source : communiqué de presse

Une exposition d'art vidéo à Lissone explore les problèmes d'aujourd'hui avec des œuvres de la Fondation Han Nefkens.
Une exposition d'art vidéo à Lissone explore les problèmes d'aujourd'hui avec des œuvres de la Fondation Han Nefkens.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.