Une grande exposition aux thermes de Dioclétien s'intéresse à notre relation avec les anciens.


Du 4 mai au 30 juillet 2023, les Thermes de Dioclétien présentent l'exposition "L'instant et l'éternité. Entre nous et les anciens". À travers environ trois cents œuvres, l'exposition vise à explorer la relation complexe et variée que nous entretenons avec les anciens.

Le Musée national romain présente aux Thermes de Dioclétien, du 4 mai au 30 juillet 2023, l’exposition L’istante e l’eternità. Entre nous et les Anciens, promue par le ministère italien de la Culture et le ministère grec de la Culture et des Sports (Ephorie des Antiquités des Cyclades), organisée par la Direction générale des musées et le Musée national romain en collaboration avec Electa, conçue et réalisée par Massimo Osanna, Stéphane Verger, Maria Luisa Catoni et Demetrios Athanasoulis, avec le soutien du Parc archéologique de Pompéi et la participation de la Scuola IMT Alti Studi Lucca et de la Scuola Superiore Meridionale.

À travers environ trois cents pièces, dont des œuvres grecques, romaines, étrusques et italiques, médiévales, modernes et contemporaines, l’exposition vise à explorer la relation complexe et variée que nous entretenons avec les anciens. Pour l’occasion, certaines des grandes salles des thermes de Dioclétien, qui ont accueilli l’exposition archéologique en 1911 dans le cadre des célébrations du premier cinquantenaire de l’unification de l’Italie et qui conservent encore une partie du plan historique des années 1950, seront rouvertes au public après des décennies. Notre relation avec les anciens est essentiellement double: d’une part, elle s’est construite à travers un processus historique long et discontinu de transmission intellectuelle et artistique qui a façonné notre culture classique entre continuités, fractures et manipulations ; d’autre part, elle a parfois pris la forme d’un rapport d’identification, développé avec des personnes qui, bien qu’ayant vécu il y a longtemps, ont affronté tous les événements de la vie et leur ont donné des voix et des formes qui sont parvenues jusqu’à nous. C’est pourquoi les anciens nous semblent à la fois lointains et proches.

La première salle de l’exposition (Salle I - L’éternité d’un instant) s’ouvre sur le moulage de deux victimes anonymes de l’éruption du Vésuve que l’archéologie nous a restituées comme éternellement immobilisées dans l’instant de la mort. Autour d’eux, en revanche, sont présentées diverses formes populaires et cultivées de réinterprétation moderne de l’ancien.

La deuxième salle (Salle II - La renommée éternelle des héros) explore les formes de transmission culturelle et de tradition de l’Antiquité à travers l’art et la littérature : Comment les modernes ont hérité des anciennes manières de montrer et de représenter le pouvoir, de César à Cosimo de’ Medici ; comment les grands cycles mythiques transmis sous diverses formes depuis l’Antiquité sont restés vivants dans l’imaginaire populaire contemporain ; et comment, au contraire, d’autres traditions mythiques sont tombées dans l’oubli, puis récupérées seulement grâce à la redécouverte érudite et philologique de la littérature antique effectuée à l’époque post-antique.

Dans lasalle III (L’ordre du cosmos), nous passons du mythe aux représentations antiques de l’espace et du temps, qui prennent la forme de divinités, de personnifications et d’entités abstraites qui ont donné naissance à nos catégories spatiales et temporelles. Un premier voyage vers l’éternité - Aion - et l’ ordre immuable du monde - le kosmos - s’achève ainsi : cette section présente des pièces exceptionnelles, comme l’omphalos - le nombril du monde - qui se trouvait dans le grand sanctuaire d’Apollon à Delphes.

La deuxième partie du parcours illustre la relation intime d’identification qui, malgré la distance culturelle et temporelle qui nous sépare des anciens, les rend très proches de nous chaque fois que nous identifions les événements de leur vie à la nôtre. Dans lasalle IV (Les travaux et les jours), nous reconstituons, grâce à une série de découvertes récentes, des moments importants de la vie sociale, à la fois dans la maison et dans la ville, marqués par des rituels privés et publics. L’Antiquité nous a transmis une variété inépuisable de représentations de l’individu, des stèles néolithiques aux compositions classiques et hellénistiques. Une sélection importante de ces représentations est exposée dans la salle V (Humains divins). On notera en particulier la statue féminine monumentale de Santorin, l’une des plus anciennes de toute la sculpture grecque, exposée pour la première fois au grand public, la statue en bronze de l’Orateur et l ’un des géants sardes du Mont’e Prama. Autour de ces figures humaines déifiées, on suit le long chemin qui mène le défunt dans l’au-delà, tant à travers les différentes représentations du rituel funéraire qu’à travers les diverses croyances en l’au-delà que l’Antiquité nous a transmises.

Le visiteur est accompagné dans ce voyage de découverte et de confrontation par des œuvres extraordinairement représentatives, provenant non seulement des principaux musées italiens, dans le cadre du Système muséal national coordonné par la Direction générale des musées, mais aussi d’importants instituts grecs. De nombreuses œuvres sont présentées au public pour la première fois: de nouvelles découvertes, comme le char de parade de Civita Giuliana et la statue d’Hercule du Parc archéologique de l’Appia Antica, de nouvelles acquisitions, comme la Tabula Chigi du Musée national romain, et surtout de nombreux chefs-d’œuvre habituellement conservés dans les dépôts des musées italiens et grecs, comme la statue de Santorin.

L’exposition représente une nouvelle opportunité pour le projet Depositi (Re)scoperti, conçu et promu par le Musée national romain, en permettant non seulement la poursuite de l’initiative, mais aussi son expansion avec la création de nouvelles scènes d’exposition dans les instituts de la Direction régionale des musées du Latium à Nemi et à Sperlonga.

“La valeur de la liberté, la valeur de l’Occident est le leitmotiv de cette exposition. L’intention est de proposer les origines et le parcours de notre histoire. Je tiens à remercier le ministère grec de la culture et des sports pour sa coopération active et amicale. Nos racines se trouvent dans la civilisation gréco-romaine et il est de notre devoir de sauvegarder et de rendre accessible à tous ce patrimoine qui nous rappelle notre héritage culturel et inspire notre philosophie contemporaine. Tradition et modernité, deux faces d’une même pièce, font partie du parcours de l’exposition L’instant et l’éternité. Entre nous et les anciens”, a déclaré le ministre de la culture, Gennaro Sangiuliano.

Heures d’ouverture : Du mardi au dimanche de 11h à 18h.

Photo par Studio Zabalik pour Electa

Une grande exposition aux thermes de Dioclétien s'intéresse à notre relation avec les anciens.
Une grande exposition aux thermes de Dioclétien s'intéresse à notre relation avec les anciens.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.