Venise, le musée du Palazzo Grimani avec une exposition sur les détails des palais de la ville.


Jusqu'au 26 novembre, le Palazzo Grimani de Venise accueille l'exposition "Venice Mapping Time", un projet du photographe Ugo Carmeni consacré aux détails des palais vénitiens en cours de restauration.

Le musée du Palazzo Grimani, rare exemple d’architecture de la Renaissance toscane et romaine à Venise et lieu où le classique et le contemporain trouvent un point d’union unique, accueille l’exposition Venice Mapping Time, un projet du photographe Ugo Carmeni. Organisée par Daniela Ferretti et Dario Dalla Lana, promue par la Direction régionale des musées de Vénétie et la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio pour la municipalité de Venise et de la Lagune, et parrainée par le Patriarcat de Venise, l’exposition a été conçue expressément pour les espaces du musée et sera ouverte au public du 5 juillet au 26 novembre 2023, offrant un nouveau regard sur les “pierres de Venise” et mettant en évidence leur façon particulière d’interagir avec la lumière. L’exposition fait partie d’un projet qui vise à relier de plus en plus le grand patrimoine historique du musée à des expériences dans la sphère contemporaine : les expositions produites et coproduites par le Palazzo Grimani visent en effet à valoriser les installations permanentes et l’architecture de ce lieu à travers des propositions innovantes et des opérations culturelles créées spécifiquement pour ses espaces.

"L’exposition Venice Mapping Time naît de la volonté du musée de valoriser, d’une part, le lien avec la ville et, d’autre part, celui avec la protection et la mise en valeur du patrimoine historique et artistique de Venise", explique Valeria Finocchi, directrice du musée Palazzo Grimani. “Ce projet d’exposition souligne la façon dont un travail de documentation devient un véritable projet artistique, poursuivant le parcours du musée ces dernières années et reliant l’ancien et le contemporain au-delà de la photographie”.

Au deuxième étage du bâtiment, habituellement dédié aux expositions temporaires, Carmeni expose cinquante-sept photographies qui partent d’un travail de documentation et de cartographie des surfaces architecturales de la ville qui s’est déroulé entre octobre 2020 et mars 2023 dans le cadre d’une série de restaurations de certains bâtiments et églises du Patriarcat de Venise, auxquelles s’ajoutent des aperçus d’autres lieux de la ville. L’exposition comprend également une installation multimédia, composée d’une sélection plus large d’images montées dans une séquence apparemment aléatoire mais en réalité générée par un algorithme qui, réagissant à la présence de l’observateur, produira une lecture visuelle en constante évolution pendant toute la durée de l’exposition, tandis qu’un mécanisme similaire, en rapport avec l’affluence du public, déterminera la composition de la conception sonore. La projection - conçue expressément par l’artiste pour cette exposition en collaboration avec Federico Poni pour l’algorithme et Alessandro Gambato pour la conception sonore - sera donc un flux d’images et de sons qui se succèdent dans une narration aléatoire, un voyage personnel sur la perception intime de l’idée de Venise entre passé, présent et futur, sans solution de continuité. Tandis que sur le piano nobile, dans les salles abritant les décorations de Giovanni da Udine, Francesco Salviati, Federico Zuccari ainsi que la collection de statues de Giovanni Grimani (revenue au palais après plus de quatre siècles), un accent d’exposition particulièrement important accueillera les visiteurs. Dans la salle Psyché, où un bas-relief représentant une salamandre a été récemment mis au jour, Ugo Carmeni compose un bestiaire vénitien rhapsodique, composé d’une sélection minutieuse de dix photographies de détails sculpturaux avec des sujets animaliers tels que des lions, des dragons, des serpents et des aigles disséminés dans la ville.

Les soixante-sept œuvres exposées sont des agrandissements de détails imprimés sur du papier coton en grand format (jusqu’à 100 x 150 cm) ; chaque photographie est polie à la main avec plusieurs couches de cire pour protéger les pigments et rehausser leur éclat, puis appliquée sur des panneaux d’aluminium montés sur un cadre en bois.

“Avec un esprit ruskinien, Carmeni a grimpé sur les échafaudages des nombreux chantiers de restauration des façades des églises et palais vénitiens et a observé, annoté, analysé, cartographié, photographié et finalement sélectionné, parmi les nombreux clichés, ceux nécessaires à son récit très personnel”, explique Daniela Ferretti, commissaire de l’exposition. “Ugo est un pèlerinage onirique fait d’embûches et de merveilles, d’émerveillements et de cauchemars, de corrosions et de surfaces polies, de raccourcis architecturaux vertigineux et hyperboliques, de personnifications allégoriques inquiétantes et fascinantes, de lapidaires admirables et de bestiaires fantastiques. Avec des détails éclairants, Ugo Carmeni met en scène une polyphonie inattendue et insoupçonnée de symboles sémantiques qui invite à l’observation la plus attentive et nous guide à la découverte d’un ”monde intermédiaire“”.

“Depuis des années, j’observe l’architecture et les surfaces de Venise avec mon appareil photo”, explique Ugo Carmeni. C’est un travail qui demande beaucoup de patience, car il est potentiellement infini. Mon but est d’explorer et d’enregistrer la variété chromatique des enduits, la texture des murs et les trames des toitures, en me concentrant sur les effets du temps qui passe sur les pierres de cette ville".

C’est précisément pour souligner l’étroite corrélation entre son travail photographique et le temps que le titre de chaque œuvre n’indique que l’instant où la photo a été prise, et non ses coordonnées spatiales.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue réalisé par l’artiste, partie intégrante du projet artistique et d’exposition.

Venice Mapping Time s’ajoute au vaste projet de relance et de valorisation du Musée du Palais Grimani qui a débuté en 2019 avec le retour de la collection de statues anciennes de Giovanni Grimani, patriarche d’Aquilée, après plus de quatre cents ans dans la Tribuna et la Sala del Doge. À cela s’ajoutent des expositions d’art contemporain consacrées à Helen Frankenthaler (2019), Georg Baselitz (2021) et Mary Weatherford (2022). Le musée accueille également, dans le cadre d’un prêt à long terme, les douze toiles du cycle Archinto créées spécialement pour la Sala del Portego par Georg Baselitz.

Venise, le musée du Palazzo Grimani avec une exposition sur les détails des palais de la ville.
Venise, le musée du Palazzo Grimani avec une exposition sur les détails des palais de la ville.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.