Venise, un nouvel espace s'ouvre : les Stanze della Fotografia. Et cela commence avec Ugo Mulas


Un nouvel espace culturel a été inauguré à Venise : les Stanze della Fotografia, héritières de la Casa dei Tre Oci. La première exposition est consacrée à Ugo Mulas : 50 ans après sa mort, une exposition de 300 photographies, dont 30 inédites.

Un nouveau centre pour la photographie ouvre ses portes à Venise : il s’agit des Stanze della Fotografia (Salles de la photographie), une initiative conjointe de Marsilio Arte et de la Fondation Giorgio Cini, destinée à poursuivre le chemin entamé en 2012 à la Casa dei Tre Oci à Venise, avec la conviction, expliquent les deux instituts fondateurs, “que la photographie, parmi les langages artistiques les plus intéressants du monde moderne et contemporain, doit avoir son propre lieu spécifique à Venise”. Elle débute du 29 mars au 6 août avec l’exposition Ugo Mulas. Cette opération photographique, présentée à l’occasion de l’inauguration du nouveau centre, est réalisée en collaboration avec les archives Mulas et sous la direction de Denis Curti et d’Alberto Salvadori, directeur des archives. Le projet coïncide avec le 50e anniversaire de la mort de l’auteur, le 2 mars 1973. Plus de 300 images, dont 30 photos jamais exposées auparavant, des documents, des livres, des publications, des films, offrent une synthèse capable de restituer une lecture qui s’ouvre aux différentes expériences abordées par Ugo Mulas (Pozzolengo, 1928 - Milan, 1973), un photographe transversal à tous les genres préétablis et capable d’approfondir des thèmes différents, toujours à la recherche de la profondeur de la “quantité humaine”.

L’une des figures les plus importantes de la photographie internationale après la Seconde Guerre mondiale, Mulas a rapidement compris, en tant qu’autodidacte, qu’être photographe signifiait apporter un témoignage critique de la société, et c’est cette conscience qui a guidé ses premiers reportages entre 1953 et 1954 : la banlieue milanaise et le milieu artistique et culturel du début des années 1950 dans le célèbre Bar Jamaica. Mulas s’impose rapidement dans les domaines les plus divers de la photographie, de la mode à la publicité, publiant dans de nombreux magazines tels que Settimo Giorno, Rivista Pirelli, Domus et Vogue. Au cours de ces années, le photographe développe une importante collaboration artistique avec Giorgio Strehler, grâce auquel il publie les chroniques photographiques L’opera da tre soldi (1961) et Schweyck nella seconda guerra mondiale (1962).

L’attention portée au monde de l’art et à la production artistique devient l’un des principaux centres d’intérêt de Mulas, qui photographie les éditions de la Biennale de Venise de 1954 à 1972. En 1962, il documente l’exposition Sculptures in the City à Spolète, où il est particulièrement associé aux sculpteurs américains David Smith et Alexander Calder. De cette période date également la série consacrée à la collection Ossi di Seppia d’Eugenio Montale (1962-1965). L’été 1964 est important pour Mulas. À la Biennale de Venise, le Pop Art américain est présenté au public européen ; le photographe obtient la collaboration du critique Alan Solomon et le soutien du marchand d’art Leo Castelli, qui l’introduit sur la scène artistique américaine lors de son premier voyage aux États-Unis.

Il a ainsi pu documenter d’importants peintres au travail comme Frank Stella, Lichtenstein, Johns, Rauschenberg et faire le portrait de présences importantes comme Andy Warhol et John Cage.

La collaboration avec les Américains s’est poursuivie en 1965 et plus tard en 1967, lorsque Mulas a présenté son analyse du travail des artistes en publiant le célèbre volume New York : Art and People. La collaboration avec Marcel Duchamp, entre autres, est également fondamentale, révélant quelque chose de plus profond et de plus général dans la conception que Mulas a des portraits d’artistes. "Les photographies de Duchamp, souligne Mulas, voudraient être plus qu’une série de portraits plus ou moins réussis, elles sont en fait une tentative de rendre visuellement l’attitude mentale de Duchamp envers son propre travail, une attitude qui s’est concrétisée par des années de silence, par un refus de faire quelque chose qui soit une nouvelle façon de faire, de continuer un discours. À l’analyse formelle et conceptuelle de la photographie sont consacrées les Verifiche (1968-1972), une série de treize œuvres photographiques à travers lesquelles Mulas remet en question la photographie elle-même.

Le titre de l’exposition vénitienne Ugo Mulas. L’opération photographique s’inspire de l’une des Verifiche et condense l’extraordinaire réflexion du photographe. L’exposition se compose de 14 sections couvrant tous les domaines d’intérêt de Mulas. Du théâtre à la mode, avec des portraits d’amis et de personnalités de la littérature, du cinéma et de l’architecture photographiés comme des “modèles posés”, des paysages et des villes à son expérience de la Biennale de Venise et des artistes du Pop Art. Une section est bien sûr consacrée à Milan et au célèbre bar Jamaica, que le grand Luciano Bianciardi décrit dans son livre La vita agra comme “le bar des Antilles”.

“Le Jamaica, observe Denis Curti, est le lieu des rencontres, des amitiés complices, celles avec Mario Dondero, Piero Manzoni, Alfa Castalfi, Pietro Consagra, Carlo Bavagnoli et Antonia Bongiorno, qui deviendra sa femme. Cette section est suivie d’un chapitre consacré aux projets industriels et aux expériences les plus intéressantes avec Olivetti et Pirelli. L’itinéraire se termine par les ”séries“ les plus significatives pour Mulas lui-même, celles consacrées à Calder, Duchamp et les ”vérifications“ fondamentales, qui sont certainement à considérer comme l’une des ”expériences de pensée critique“ les plus intéressantes sur la photographie”.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel des Stanze della Fotografia.

Photo : Ugo Mulas, Joan Miró au musée Poldi Pezzoli, 1963 © Eredi Ugo Mulas. Tous droits réservés. Par concession des Archives Ugo Mulas, Milan - Galerie Lia Rumma, Milan / Naples

Venise, un nouvel espace s'ouvre : les Stanze della Fotografia. Et cela commence avec Ugo Mulas
Venise, un nouvel espace s'ouvre : les Stanze della Fotografia. Et cela commence avec Ugo Mulas


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.