Nous devrions nous attendre à de nouvelles découvertes passionnantes à Pompéi. L'archéologue Giuseppe Scarpati s'exprime


La ferveur est grande à Pompéi, entre les dernières découvertes passionnantes dans l'Insula dei Casti Amanti (la découverte de dessins d'enfants a été particulièrement enthousiasmante) et ce qu'il reste à trouver. Nous faisons le point avec Giuseppe Scarpati, responsable archéologique du Parc de Pompéi.

Le parc archéologique de Pompéi, et en particulier l’Insula dei Casti Amanti, qui a ouvert ses portes aux visiteurs le 28 mai, a fait d’importantes découvertes. La découverte de dessins d’enfants, dont on a beaucoup parlé ces derniers jours, est particulièrement passionnante. Mais les fouilles se poursuivent et de nouvelles découvertes passionnantes sont à venir. Nous faisons le point dans cet entretien de Noemi Capoccia avec Giuseppe Scarpati, responsable archéologique du parc de Pompéi.

Giuseppe Scarpati
Giuseppe Scarpati. Avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.

NC. D’où vient le nom Insula dei Casti Amanti ? Quels sont les espaces et les habitations que l’on y trouve aujourd’hui ?

GS. Le nom Insula dei Casti Amanti provient d’une petite peinture trouvée à l’intérieur d’une salle de la Maison des Casti Amanti. Plusieurs scènes figuratives ont été découvertes à l’intérieur de la salle, dont une scène de banquet représentée sur le mur du fond. Dans cette scène, deux personnages sont allongés sur le triclinium et échangent un tendre baiser. Cette représentation est à l’origine du concept des Casti Amanti, qui a donné son nom à la maison et, plus tard, à l’ensemble de l’insula. En ce qui concerne les espaces et les habitations contenus dans l’insula, nous avons actuellement identifié quatre unités de construction principales dans l’Insula 12 de la Regio IX. La Maison des Casti Amanti, transformée en boulangerie, donne directement sur la Via dell’Abbondanza. Deux autres unités de construction, appelées Maison du premier cénacle à colonnades et Maison du deuxième cénacle à colonnades, donnent également sur la Via dell’Abbondanza et se distinguent par la présence d’un deuxième étage avec une structure de cénacle à colonnades. On a récemment découvert qu’au moins la Casa del Secondo Cenacolo Colonnato était probablement une activité commerciale. À l’arrière de l’insula se trouve la Maison des peintres au travail, qui fait actuellement l’objet de fouilles importantes.

Environ la moitié de la zone est actuellement fouillée : il s’agit de 2 600 mètres carrés. Qu’attendez-vous de la deuxième partie des fouilles ? Quelles découvertes pourraient être faites à partir des données récentes ?

La poursuite des fouilles nous permet de dégager toutes les salles restées inexplorées par les interventions précédentes, qui ont commencé au début du XXe siècle avec Vittorio Spinazzola. À cette époque, de grandes excavations ont été réalisées pour dégager la Via dell’Abbondanza, révélant partiellement les façades de l’insula et les salles d’entrée. Par la suite, depuis les années 1980, Antonio Varone a dirigé d’autres fouilles, en se concentrant principalement sur les deux unités de la Maison des Casti Amanti et de la Maison des Peintres au Travail. Actuellement, nous fouillons les salles qui étaient restées inexplorées pour diverses raisons. Les campagnes de fouilles précédentes n’ont pas permis de compléter toute l’insula, c’est pourquoi nous visons maintenant à dégager ces salles. La Maison des peintres au travail apparaît comme une domus de plain-pied avec des fresques, révélant une forte vocation résidentielle. D’autre part, le complexe de la deuxième chambre haute à colonnade, où se concentrent d’autres fouilles importantes, révèle une habitation transformée plus tardivement. Pendant l’éruption, une série d’interventions étaient en cours pour la convertir en activité commerciale. La présence de plusieurs fourneaux et latrines à proximité indique qu’il s’agissait d’un lieu où l’on offrait des repas et, probablement, l’hospitalité aux clients, ce qui suggère une sorte d’auberge ou de lieu de restauration. Il faut donc imaginer une transformation en une telle activité commerciale.

À votre avis, dans combien de temps la deuxième partie des fouilles sera-t-elle découverte ? Comment se déroulent les fouilles de ce type ? Procèdent-elles par blocs ou utilisent-elles d’autres techniques ?

Les fouilles se poursuivront encore pendant quelques mois, mais il est difficile de donner un calendrier précis. La durée dépendra beaucoup des problèmes que nous rencontrerons, car nous ne travaillons pas sur un plan de sol ouvert avec des structures rasées. La progression des fouilles dépend de l’état des structures que nous rencontrons, il est donc nécessaire de sécuriser la maçonnerie et les décorations au fur et à mesure que nous avançons, afin de garantir la stabilité structurelle et la préservation des décorations. Nous travaillons dans une zone qui a déjà été affectée par des interventions antérieures. Les premières fouilles ont été menées par Vittorio Spinazzola à partir de 1912, en dégageant la partie des salles donnant sur la Via dell’Abbondanza. Plus tard, dans les années 1980, sous la direction d’Antonio Varone, la plupart des salles de la Casa dei Casti Amanti et de la Casa dei Pittori al Lavoro ont été dégagées. En outre, nous travaillons dans une zone qui a également été explorée à l’époque des Bourbons, avec la présence de tunnels et de galeries construits à cette époque. Cela ajoute des défis supplémentaires à notre travail, car nous devons gérer ces structures existantes. Actuellement, nous procédons par environnements, en identifiant le meilleur moyen logistique de transporter le matériel et en vidant systématiquement les zones délimitées par les murs. Cette méthodologie nous permet donc de gérer les fouilles de manière stratigraphique.

L'Insula des Casti Amanti vue d'en haut
L’Insula des Casti Amanti vue d’en haut. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Insula des Casti Amanti, passerelle
Insula des Casti Amanti, passerelle. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Insula des Casti Amanti, passerelle
Insula des Casti Amanti, passerelle. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.

Existe-t-il actuellement d’autressites de fouilles à Pompéiavec des fouilles et des restaurations de cette ampleur ?Oui, il existe actuellement plusieurs sites de fouilles à l’intérieur du Parc archéologique de Pompéi. Outre le chantier de l’Insula dei Casti Amanti, un autre grand chantier est celui de l’Insula 10 de la Regio IX. Le chantier, qui s’étend sur une superficie de plus de trois mille mètres carrés, donne des résultats extraordinaires avec la fouille de deux unités de construction donnant sur la Via di Nola : l’une transformée en boulangerie et l’autre en blanchisserie. Un troisième corps de bâtiment, situé derrière l’insula, est encore en cours de fouille, mais certaines pièces ont déjà été identifiées. Il existe également d’autres chantiers de fouilles actifs, certes plus modestes, mais d’une grande importance. Il s’agit notamment de la poursuite des fouilles de la Maison de Leda et de la Thermopolis de Regio V. En dehors des murs de Pompéi, mais toujours dans le contexte du parc archéologique, les fouilles de Civita Giuliana, où se trouve une villa suburbaine, et les fouilles d’Oplontis, à la Villa de Poppée, sont ouvertes. Ce dernier chantier vise à dégager la grande salle des Paons, dont une partie se trouve sous la route moderne. Les fouilles représentent une période de grande ferveur au sein du Parc archéologique de Pompéi, avec de nombreuses découvertes contribuant à notre compréhension de la vie dans la cité antique.

Des passerelles suspendues ont été prévues pour visiter la zone. A quoi doit-on le choix de ce parcours d’exposition ?

La décision d’adopter un toit à une seule travée avec des passerelles suspendues pour l’Insula dei Casti Amanti remonte aux années 1980 et 1990. A l’époque, une toiture provisoire avait été installée au-dessus des fouilles, avec une passerelle suspendue qui permettait aux visiteurs d’observer les salles de fouilles par le haut. Cette solution avait pour but d’offrir une vue panoramique des fouilles, l’intérieur de l’insula étant encore soumis à diverses exigences de conservation, nécessaires pour préserver les traces des dommages causés par les tremblements de terre et l’éruption volcanique. La visite par le haut s’est avérée fonctionnelle, car elle a permis d’observer la disposition des pièces sans interférer avec les accessoires et les structures de soutien temporaires installés à des fins de conservation. Dans le cadre du nouveau projet, il a été décidé de respecter cette approche initiale. Par conséquent, un toit à travée unique a été conçu, permettant l’installation d’une passerelle suspendue. Cette conception permet de conserver la vue sur les fouilles depuis le haut, offrant ainsi une vue d’ensemble des pièces découvertes. Une fois les travaux terminés, la passerelle permettra aux visiteurs de voir toutes les pièces d’en haut. Cependant, cela n’exclut pas la possibilité de visites canoniques à l’intérieur des salles elles-mêmes dans le futur, comme c’est le cas pour d’autres maisons pompéiennes.

Comment le parcours aérien contribuera-t-il à offrir une vision innovante et globale de l’ensemble de l’insula, un nouvel usage public et une approche différente de l’archéologie publique ?

Depuis le 28 mai, nous avons ouvert les passerelles aux visiteurs du Parc archéologique. Dès à présent, les visiteurs peuvent emprunter les passerelles et visiter l’insula, même si les travaux d’excavation et de restauration sont encore en cours. Lorsque l’ensemble du projet sera achevé, les travaux d’excavation et de restauration terminés, il sera possible de faire une visite unique à Pompéi. Contrairement à la visite canonique à l’intérieur des maisons pompéiennes, cette perspective d’en haut permettra aux visiteurs d’observer les pièces d’un point de vue différent. Cette approche offre une vue panoramique qui permet de mieux comprendre l’agencement des espaces, un peu comme si l’on regardait un plan d’en haut tout en observant les pièces elles-mêmes. Cette nouvelle perspective rendra la perception des espaces plus immédiate et contribuera à créer une expérience alternative et plus compréhensible pour les visiteurs. Il sera possible de mieux apprécier la distribution des pièces et d’appréhender l’organisation des espaces au sein de l’insula de manière plus intuitive.

Maison des peintres au travail, enfant avec cape et manteau de voyageur
Maison des peintres à l’œuvre, enfant avec une cape de voyageur. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison des peintres au travail, chien
Maison des peintres au travail, chien. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison des peintres au travail, Dionysos
Maison des peintres au travail, Dionysos. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
La maison des peintres au travail, la porte d'entrée
Maison des peintres au travail, porte principale. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison des peintres au travail, Persée Andromède et la tête de Méduse
Maison des peintres au travail, Persée Andromède et la tête de Méduse. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison des peintres au travail, Purification d'un héros
Maison des peintres au travail, Purification d’un héros. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison des peintres au travail, salles décorées de fresques, style IV
Maison des peintres au travail, salles décorées de fresques, 4e style. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison des peintres au travail, salle des fresques
Maison des peintres au travail, salle avec fresques. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.

Pourquoi avez-vous décidé de laisser apparentes certaines parties des sections géologiques relatives à la stratigraphie dérivée des éruptions ?

La décision d’adopter un toit suspendu lors des fouilles de la fin du XXe siècle a été dictée par la nécessité de mieux communiquer aux visiteurs les dynamiques qui ont conduit à la destruction et à l’ensevelissement de la ville de Pompéi. Après des années de fouilles moins intensives, à commencer par les travaux d’Amedeo Maiuri, la reprise d’une grande saison de fouilles avec la Maison de Jules Polybe et l’Insula des Casti Amanti a offert l’occasion d’explorer et de mettre au jour de nouvelles portions de la ville, en soulignant les différentes phases de la catastrophe naturelle. Ce choix, centré sur une intention didactique, visait à montrer aux visiteurs les conséquences des éruptions et des tremblements de terre qui avaient probablement précédé et accompagné l’éruption elle-même. Pendant les fouilles, ces dynamiques étaient très évidentes, mais avec le passage du temps et la nécessité d’effectuer des travaux de conservation, il devient plus difficile de maintenir cette clarté. C’est pourquoi une communication adéquate est essentielle pour aider les visiteurs à comprendre la signification de l’alternance des couches de lapilli et de cinérite compactée, qui révèlent les différents événements de l’éruption. De même, il est important d’expliquer les situations d’effondrement des murs, non seulement dues à la force de l’éruption, mais aussi aux fractures causées par les tremblements de terre. Par exemple, certains murs présentent des traces qui indiquent qu’ils ne sont pas tombés à cause de la pression des cendres volcaniques, mais à cause de secousses sismiques qui se sont produites pendant ou juste avant l’éruption, alors que les structures étaient déjà partiellement ensevelies par les lapilli. Ce type de détails nous donne une vision plus complète et plus compréhensible des forces qui ont affecté Pompéi et améliore l’expérience éducative des visiteurs.

Parlons maintenant des esquisses au fusain trouvées sur les murs. Quels sont les détails concernant les dessins d’enfants, les peintures mythologiques et les deux victimes de l’éruption retrouvées dans l’insula ?

Lors des récentes fouilles encore en cours dans la colonnade du Second Cénacle, nous avons trouvé des dessins au fusain qui nous ont immédiatement semblé être des œuvres réalisées par des enfants. Certains de ces dessins se trouvent à une hauteur considérable sur les murs et, grâce à la documentation stratigraphique, nous avons compris que les enfants avaient probablement grimpé sur de petites tablettes dont il ne reste aucune trace car elles se sont décomposées avec le temps. Les scènes représentées, avec des traits enfantins indéniables, nous ont immédiatement fait penser à l’intervention d’enfants. Nous avons fait appel à des neuropsychiatres de l’Université Federico II de Naples qui ont confirmé que certains des dessins avaient été réalisés par des enfants de 7 à 8 ans, tandis que dans d’autres cas, comme le contour d’une main d’enfant, il a été déterminé qu’il s’agissait d’un enfant d’environ 5-6 ans. Il est probable que ces enfants se trouvaient à l’intérieur de la maison pendant les travaux et qu’ils profitaient des étagères pour grimper et dessiner sur les murs. Les scènes représentent surtout des scènes de chasse et de combat, tandis que sur un autre mur, des dessins rappellent des scènes marines, avec des bateaux peints en rouge plutôt qu’au fusain. Dans l’autre unité d’habitation, la Maison des peintres au travail, deux victimes ont été retrouvées dans l’entrée de la maison, qui donnait sur l’allée latérale. Ces personnes ont probablement tenté de se réfugier à l’intérieur de la maison pendant l’éruption, mais sont restées bloquées dans les fauces, l’espace d’entrée, car la porte du hall était barrée. Cet espace était couvert par un petit grenier à amphores qui s’est effondré, écrasant les victimes. Les études sur les squelettes sont toujours en cours et permettront de mieux comprendre la dynamique de leur mort, que ce soit par écrasement ou par d’autres causes. La Maison des peintres au travail a révélé de très belles salles avec des décorations picturales intéressantes, dont certaines peintures avec des scènes mythologiques. Parmi elles, une scène avec Persée et Andromède et une autre avec la purification d’Oreste ont déjà été étudiées par des experts en iconographie. Une autre particularité de ces salles est une petite peinture représentant un enfant vêtu d’une tunique rouge et d’un capuchon, parmi des grappes de raisin et des grenades, accompagné d’un petit chien. Cette figure a suscité beaucoup de curiosité en raison de son iconographie rare, qui pourrait représenter un enfant défunt lié aux propriétaires de la maison et représenté dans une apothéose divine, peut-être de caractère dionysiaque, compte tenu de la présence de Dionysos sur le mur d’en face. Ces interprétations sont en tout cas encore à l’étude et nécessiteront des recherches plus approfondies pour être pleinement comprises.

II Cenacolo Maison à colonnade, amphores dans la cour
Maison de la colonnade du IIe Cénacle, amphores dans la cour. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Chambre haute Colonnade, cour
Maison de la colonnade du IIe Cénacle, cour. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison du II Cenacolo Colonnade, petite cour
Maison du IIe Cenacolo Colonnade, petite cour. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
2e colonnade de la salle supérieure, dessins au fusain : main et gladiateur
Maison de la colonnade du IIe Cénacle, dessins au fusain : main et gladiateur. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
II Cenacolo Colonnade, dessins d'enfants au fusain : gladiateurs, sangliers, rapaces
Maison de la colonnade du IIe Cénacle, dessins au fusain d’enfants : gladiateur, sanglier, oiseau de proie. Photographie reproduite avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.
Maison du IIe Cénacle Colonnade, dessins des membres masculins
Maison de la colonnade du IIe Cenacolo, dessins de membres masculins. Photographie fournie avec l’aimable autorisation du ministère de la Culture - Parc archéologique de Pompéi.

Quelle a été votre première réaction à la découverte des dessins d’enfants dans la maison du Cénacle ?

D’un point de vue personnel, la découverte des dessins au fusain des enfants a été particulièrement émouvante. Cette découverte nous a permis de percevoir de manière vivante la vie quotidienne de l’époque, en imaginant les enfants à l’intérieur du bâtiment où des travaux étaient en cours, dont nous avons retrouvé des traces très claires. Nous avons trouvé des murs qui avaient probablement été élevés récemment et qui n’avaient pas encore leur revêtement extérieur, construits rapidement et avec des techniques simples. L’idée que ces enfants se promenaient dans un environnement bourdonnant, laissant leurs traces sur les murs, nous a donné une image vivante de la vie quotidienne dans les maisons de Pompéi juste avant l’éruption, ce qui a rendu la découverte très émouvante. La découverte des fresques, bien que surprenante et de grande valeur, a été vécue différemment. Nous avons trouvé une salle pratiquement intacte du point de vue des murs, avec un cadre en stuc et un contexte iconographique complet, malgré une brèche causée par les excavateurs de Bourbon. C’était passionnant de mettre en lumière ces artefacts, mais de nombreux murs peints à fresque ont été découverts à Pompéi au fil des ans. Cependant, l’impact émotionnel des dessins des enfants était unique et particulièrement significatif. Ces découvertes nous ont ainsi permis de mieux comprendre la vie quotidienne à Pompéi peu avant la catastrophe.

En se basant sur les dessins au fusain de gladiateurs et de sangliers, le réalisateur Zuchtriegel affirme que les enfants ont été exposés à la violence de l’amphithéâtre dès leur plus jeune âge. Comment comprendre qu’il s’agit de dessins réalisés en vision directe et non de modèles picturaux ?

Les murs de Pompéi sont pleins de graffitis et de dessins au fusain, que l’on retrouve sur presque tous les murs. Cela indique que les habitants ont beaucoup écrit et dessiné sur les murs, représentant souvent ce qu’ils voyaient. Les dessins au fusain récemment découverts, par exemple, représentent des scènes de chasse ou de combat. Il est difficile d’imaginer que de jeunes enfants aient participé à des parties de chasse avec des adultes. Il est donc plus plausible que ces scènes aient été inspirées par ce que les enfants ont vu dans l’amphithéâtre, où se déroulaient les combats, ou lors de l’entraînement dans le gymnase. Le directeur du parc archéologique a d’ailleurs souligné cet aspect dans son discours, en indiquant que les enfants avaient tendance à dessiner ce qu’ils voyaient et ce qui les impliquait émotionnellement, tout comme les enfants d’aujourd’hui qui reproduisent ce qu’ils voient à la télévision par le biais du sport. On peut donc supposer que les enfants de Pompéi dessinaient des scènes inspirées par les spectacles qu’ils observaient dans l’amphithéâtre, plutôt que par des expériences directes de chasse. En fait, peu d’éléments permettent de penser que ces dessins étaient basés sur des scènes peintes, ce qui suggère plutôt que les enfants avaient accès à l’amphithéâtre et qu’ils assistaient directement aux spectacles. Ce contact direct avec les scènes de combat et de chasse expliquerait qu’ils les aient ensuite reproduites sur les murs de leurs maisons.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.