Padoue, l'"autre" chapelle Scrovegni. Nouvelles découvertes sur Giotto, parle l'érudit Giacomo Guazzini


L'historien de l'art Giacomo Guazzini, né en 1984, a mené d'importantes études sur l'activité de Giotto à Padoue et a fait d'intéressantes découvertes. C'est ce qu'il explique dans cette interview.

Le jeune historien de l’art Giacomo Guazzini, né en 1984, est l’auteur d’une importante découverte concernant l’activité de Giotto (Florence?, vers 1267 - Florence, 1337) à Padoue, et en particulier sa présence dans la basilique Saint-Antoine. En effet, Giotto travaillait dans la chapelle Sainte-Catherine à l’intérieur de la Basilique du Santo. Les dernières recherches de Guazzini ont porté sur les décorations de la chapelle et ont permis de découvrir que le cycle de Giotto était beaucoup plus important qu’on ne le pensait auparavant. Ces travaux ont abouti à une reconstruction numérique qui permet de mieux comprendre l’aspect original du cycle. Mais cen’est pas tout: en 2015, Guazzini avait identifié la Glorification de la Vierge parmi les anges et les prophètes, dans la chapelle de la Madonna Mora, comme un autre témoignage précieux et méconnu de l’activité de Giotto à Padoue. Nous avons parlé de tout cela avec Giacomo Guazzini. L’interview est réalisée par Ilaria Baratta.

Reconstruction du cycle de la chapelle Sainte-Catherine (graphisme d'Enrico Bancone)
Reconstruction du cycle de la chapelle Sainte-Catherine (conception graphique d’Enrico Bancone)


Chapelle de Sainte Catherine, état actuel (Padoue, Basilica del Santo)
Chapelle Sainte-Catherine, état actuel (Padoue, Basilica del Santo)

IB. Qu’est-ce qui a motivé vos recherches qui ont abouti à la découverte d’une deuxième chapelle Scrovegni à l’intérieur de la Basilica del Santo de Padoue? De quand datent vos premières études sur le sujet?
GG. Le travail sur le cycle giottesque de la chapelle Sainte-Catherine de la basilique Saint-Antoine de Padoue est le résultat de recherches que je mène en tant que chercheur postdoctoral au Kusthistorisches Institut (Max-Planck-Institut) de Florence, à qui je dois ma plus profonde gratitude pour leur soutien. Mes études sur Padoue ont commencé en 2014 avec une thèse de doctorat à la Scuola Normale Superiore de Pise, au cours de laquelle j’ai eu l’occasion de découvrir dans la chapelle de la Madonna Mora de la basilique une fresque importante et totalement inconnue de Giotto: une grande Glorificazione della Vergine tra profeti e angeli (visible derrière une sculpture avec une Vierge à l’enfant plus tardive), qui avait jusqu’alors été considérée comme l’œuvre d’un suiveur d’Altichiero de la fin du XIVe siècle. En y regardant de plus près, elle s’est révélée être une œuvre de très grande qualité, parfaitement dans la ligne des plus belles pièces autographes de Giotto dans la chapelle de l’Arena, conçue pour orner un lieu particulièrement important de la basilique, à savoir le premier et le plus vénéré tombeau de saint Antoine. La nouvelle de cette première découverte a été donnée dans Il Sole 24 Ore du 1er mars 2015, qui a été rapidement suivie par la publication de l’essai dans la revue scientifique “ Nuovi Studi ”(Un nuovo Giotto al Santo di Padova: la cappella della Madonna Mora), une identification qui a été confirmée à l’unanimité par les plus grands spécialistes au niveau international. L’ouvrage que je m’apprête à publier (dans la revue internationale “Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz”) est le résultat d’une recherche plus poussée et d’une étude approfondie qui porte sur d’autres travaux de Giotto dans la même basilique. Plus précisément, je me suis concentré sur la première chapelle du déambulatoire dédiée à Sainte Catherine, où Francesca Flores d’Arcais avait déjà identifié, il y a de nombreuses années, des fragments de décorations de Giotto dans la sous-arche d’entrée.

Quelle est l’histoire de la chapelle et quelles ont été les étapes de la découverte?
Bien que les profondes restaurations du XXe siècle aient radicalement modifié le schéma décoratif ancien de la chapelle, il subsiste des traces évidentes de décorations giottesques dans la sous-arche d’entrée de la chapelle: une série de bustes de saints dans des clypées, déjà bien connus des critiques. Considérant toutefois que ces fragments devaient à l’origine faire partie d’une décoration beaucoup plus vaste, j’ai tenté d’approfondir mes recherches afin de comprendre l’ancien arrangement décoratif de cette vaste entreprise giottesque, aujourd’hui perdue. L’ancienne décoration du XIVe siècle a dû rester visible jusqu’en 1734, date à laquelle elle a été entièrement recouverte d’un badigeon, et elle est restée dans cet état jusqu’au début du XXe siècle, lorsque des parties de l’ancienne décoration sous-jacente ont commencé à émerger et à revenir à la lumière à partir du badigeon du XVIIIe siècle. La recherche s’est donc basée à la fois sur l’étude de précieuses photographies d’époque, datant d’avant les restaurations, et sur l’étude détaillée des deux restaurations qui ont radicalement modifié cet espace: la première, qui a eu lieu entre 1923 et 1925, a été réalisée par Giuseppe Cherubini (chargé d’enlever le badigeon et de restaurer les anciennes décorations qui avaient fait surface), et la seconde, entre 1981 et 1983, a été réalisée par Pietro Annigoni, chargé de recouvrir complètement les murs latéraux avec de nouvelles courtines et des fresques représentant des histoires de saint Antoine. L’analyse des photographies et l’étude des restaurations ont été suivies d’une reconnaissance attentive de l’état actuel, puis d’une campagne de relevés métriques précis et de reconstructions numériques de l’agencement décoratif d’origine, réalisée grâce à la précieuse collaboration et à l’expertise du graphiste Enrico Bancone. Des photographies d’époque prises avant la restauration du XXe siècle (et de la reconstitution numérique qui en a résulté), il ressort clairement un décor complexe sur les murs latéraux, largement dépourvu de figures, constitué d’une série de registres superposés de fausse architecture avec illusionnisme de la perspective: plaques de marbre, édicules encastrés, lunettes, pilastres et corniches. Une sorte de trompe-l’œil architectural continu, conçu de manière illusionniste en fonction de l’observateur qui se tient à l’entrée de la chapelle.

Quelles sont les relations de Giotto avec ses commanditaires? Existe-t-il des documents qui précisent ces relations à l’origine des projets padouans?
Outre la confirmation de ce cycle perdu de Giotto, l’étude des photographies a révélé une autre information très importante, à savoir l’identification certaine du mécène de la chapelle: la célèbre famille Scrovegni. C’est sans doute Enrico lui-même, responsable de la célèbre chapelle de l’Arena, qui a commandé cette décoration, comme le prouve la découverte des armoiries de la famille dans l’arcade d’entrée: une truie bleue sur fond ocre, visible sur les photographies d’époque, et toujours présente aujourd’hui. Cette décoration complexe a probablement précédé le grand cycle des Arènes (1303-1305): Giotto était alors un artiste célèbre et très demandé dans toute l’Italie, mais Enrico Scrovegni a probablement voulu lui confier la décoration de la chapelle familiale du Saint (le sanctuaire de la ville et la “scène” publique par excellence), peut-être aussi comme une sorte de “répétition” en vue de l’entreprise grandiose de l’oratoire privé.

Les armoiries des Scrovegni
Les armoiries des Scrovegni
Giotto, Glorification de la Vierge (vers 1300-1303 ; Padoue, Basilica del Santo, chapelle de la Madonna Mora)
Giotto, Glorification de la Vierge (vers 1300-1303 ; Padoue, Basilica del Santo, chapelle de la Madonna Mora)


À gauche: Giotto, Glorification de la Vierge, détail du prophète Isaïe. À droite: Giotto, Prière des bâtons, détail (1303-1305 ; Padoue, chapelle Scrovegni dans l'arène)
À gauche: Giotto, Glorification de la Vierge, détail du prophète Isaïe. À droite: Giotto, Prière des bâtons, détail (1303-1305 ; Padoue, chapelle Scrovegni dans l’arène)

Comment notre connaissance de Giotto évolue-t-elle à la suite de ses études?
Le cycle des Catherini, caractérisé par un système complexe et dynamique de subtiles modulations spatiales, est le résultat d’un important renouvellement artistique et conceptuel de Giotto, mis en œuvre par l’adoption d’un langage inspiré de l’art romain antique, qui l’avait profondément frappé et fasciné lors de son tout récent séjour à Rome vers 1300. Cette entreprise retrouvée apparaît comme un véritable lien entre la première phase “héroïque” des Histoires de saint François à Assise (vers 1290-1292) et la phase plus tardive et plus “classique” du cycle de l’Arène (1303-1305), caractérisée par une attention nouvelle et subtile à la modulation illusionniste de l’espace et des matériaux par la peinture, inaugurant un nouveau dialogue entre illusion et réalité, comme l’illustrent parfaitement dans l’Arène les incroyables fausses stalles du chœur ou les faux édicules encastrés avec les personnifications des Vices et des Vertus dans la partie inférieure des murs. Giotto élabore ici un véritable chantier expérimental, où il peaufine une série d’idées et d’aspects fondamentaux qui seront développés et perfectionnés lors de la réalisation ultérieure de l’Arène. Avec cette “première” chapelle des Scrovegni, nous disposons donc d’une nouvelle pièce importante pour mieux comprendre le parcours de l’artiste qui, plus que tout autre, a révolutionné et profondément remodelé l’art italien, grâce à sa recherche d’une relation nouvelle et dynamique entre l’architecture réelle, la peinture et l’observateur, déterminant ainsi la naissance d’une peinture nouvelle et moderne.

Pour conclure, quels sont vos projets futurs?
Bien entendu, j’ai l’intention de poursuivre mes recherches sur Giotto, mais malheureusement mon poste arrive à échéance: bien que le centre de notre travail soit l’Italie, en mettant en valeur son patrimoine artistique et culturel inépuisable, il est presque impossible de poursuivre des recherches au niveau universitaire en Italie en raison de l’absence totale de soutien économique et de postes de travail. Je suis extrêmement reconnaissante à l’Institut allemand d’histoire de l’art pour lequel je travaille, un institut de recherche étranger qui investit massivement dans la recherche sur notre territoire et notre patrimoine: il est honteux qu’au niveau national, la recherche soit ainsi laissée à l’abandon. La seule perspective, comme toutes celles de notre génération, est de faire ses valises et de trouver une place à l’étranger (Etats-Unis et Royaume-Uni surtout) pour pouvoir continuer notre travail.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.