Botanique, classique, échecs, animaux: livres anciens du Fonds Buonaccorsi à Macerata


La bibliothèque d'État de Macerata possède une remarquable collection d'antiquités, le fonds Buonaccorsi, qui conserve d'importants textes anciens sur divers sujets: classiques, traités de botanique et de zoologie, et même un ancien traité sur les échecs. Voici les textes les plus importants.

Une collection de huit mille volumes du XVe au XIXe siècle: c’est la quantité de livres que la noble famille Buonaccorsi de Macerata a rassemblée dans sa bibliothèque, donnant naissance à ce qui est devenu plus tard le noyau fondateur de la Bibliothèque d’État de Macerata, le Fonds Buonaccorsi. Le ministère de la Culture a acquis le fonds en 1978, bien avant la fondation de l’Institut des Marches, dans le but d’éviter la dispersion de l’ancienne bibliothèque de la famille Buonaccorsi. La collection de la famille, qui vivait entre Potenza Picena , dans une villa du XVIIIe siècle située sur une colline surplombant la mer, et Palazzo Buonaccorsi, la splendide demeure seigneuriale située au centre de Macerata, révèle les nombreux intérêts de la famille et ses liens avec la société de l’époque.

Outre un nombre important de classiques grecs et latins, la collection Buonaccorsi contient de nombreux codex et textes juridiques, des traités d’histoire, de géographie et d’ethnologie, de médecine et d’astronomie, ainsi que de nombreux ouvrages sur des sujets religieux. La présence d’écrits témoignant d’un intérêt pour l’agriculture et la vie rurale, la botanique et le jardinage, la diététique et la gastronomie est également notable.

L’un des ouvrages les plus remarquables de la collection Buonaccorsi est l’Historia naturale de. C. Plinio secondo tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Landino fiorentino. Impresso in Venesia, per Bartolamio de Zani de Portesio, 1489 adi XII di Septembre. Il s’agit de la première traduction de la Naturalis historia de Pline par Cristoforo Landino, un important humaniste florentin, publiée par Nicolas Jenson à Venise en 1476. L’édition du Fonds Buonaccorsi a été publiée par Bartolomeo Zani (originaire de Brescia qui s’est ensuite installé dans la lagune) en 1489. L’exemplaire présente une reliure coevalente en bois recouvert de cuir, avec des décorations estampées sur les plats et le dos, tandis que des parties de deux goujons métalliques subsistent sur le plat arrière, témoignant de la présence d’anciens fermoirs utilisés pour fermer le volume. Au verso du feuillet de garde avant (par “feuillet de garde” nous entendons ceux qui sont placés entre la couverture et le texte) et à l’intérieur du contreplat se trouve le léopard rampant, ex-libris de la famille Buonaccorsi. Dans certaines parties du texte, en particulier dans les livres XXII - XXVI qui traitent de la botanique et de la médecine, il y a de nombreuses notes, soulignements et manicules (signes en forme de main utilisés pour souligner des passages importants) qui témoignent de l’intérêt particulier du lecteur pour ces sujets.

Les commentaires de C. Julius Caesar sont également dignes d’intérêt, avec des figures en cuivre représentant les logements, les faits d’armes, la circumnavigation des villes et bien d’autres choses notables qui y sont décrites. Fatte da Andrea Palladio per facilitare a chi legge, la cognition dell historia, de 1575. Le terme commentarius indique un type de narration situé quelque part entre la collecte de notes et leur élaboration sous forme littéraire, et César a utilisé ce genre pour décrire ses campagnes militaires, probablement avec des intentions propagandistes et didactiques pour les Romains. Le texte contient le De bello Gallico et le De bello civili de César, ainsi que des œuvres d’autres auteurs dans la traduction de Francesco Baldelli, traducteur actif d’auteurs grecs et latins, poète en langue vernaculaire et académicien de l’Umorosi de Bologne sous le nom de “Assoiffé”. Palladio ajoute ensuite à la traduction un long proème sur la milice romaine. La marque typographique présente Fortuna sous les traits d’une femme sans vêtements, drapée comme une voile au vent. À côté d’elle, la Vertu est représentée sous les traits d’une femme couronnée avec un sceptre, dans une barque portant l’inscription “Regina Virtus”. La date imprimée sur la page de titre correspond à 1575, mais une correction manuelle l’a remplacée par 1577. Le texte, essentiellement en caractères italiques et inséré dans un double cadre linéaire, est orné de capilettera figurés et de 41 des 42 planches originales conçues par Andrea Palladio, qui illustre les actions de César avec une grande capacité de synthèse, une géométrie rigoureuse, une clarté de signe et une clarté de volume. Il s’agit d’une première édition qui a commencé comme un projet d’édition confié à Leonida et Orazio, les fils de Palladio, mais qui a été achevée par Palladio lui-même en raison de leur mort en 1572.

En revanche, elle fut imprimée à Venise, chez Cornelio Arrivabene, en 1584, sous le titre Il Giuoco de gli scacchi par Rui Lopez, Spagnuolo ; nouvellement traduit en italien par m. Gio. Domenico Tarsia . L’auteur, Lopez de Segura Ruy, fait l’historique de l’origine des échecs, explique les règles du jeu, qui correspondent presque entièrement à celles que nous connaissons, et donne pour la première fois une image complète des ouvertures connues à l’époque. Le texte décrit et illustre les caractéristiques de l’échiquier, ou plateau, la signification des 32 “maisons vacantes” (cases vides) et la “forme, l’emplacement, le chemin” des différentes pièces. Le volume est également accompagné de nombreuses illustrations gravées sur bois montrant les différentes pièces et phases du jeu. Lopez de Segura Ruy, confesseur et conseiller du roi Philippe II d’Espagne, fut l’un des premiers grands joueurs d’échecs. Il prononça ses vœux, probablement dans l’ordre franciscain. En 1560, à Rome, il remporta l’importante partie contre Leonardo da Cutro et fut reconnu par ses contemporains comme une sorte de champion du monde ante litteram.

Historia naturale di. C. Pline second tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Landino fiorentino
Historia naturale di. C. Pline second tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Landino fiorentino
Historia naturale di. C. Pline second tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Landino fiorentino
Historia naturale di. C.
Pline
second tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Land
ino fiorentino
Historia naturale di. C. Pline second tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Landino fiorentino
Historia naturale di. C. Pline second tradocta di lingua latina in fiorentina per Christophoro Land
ino fiorentino
Commentaires de C. Jules César
Commentaires de C. Jules César
Commentaires de C. Jules César Commentaires de C. Jules
César
Commentaires de C. Jules César Commentaires de C. Jules
César
Le jeu d'échecs par Rui Lopez, Spagnuolo
Il Giuoco de gli scacchi de Rui Lopez, Spagnuolo
Le jeu d'échecs par Rui Lopez, Spagnuolo Il Giuoco de gli scacchi
de Rui Lopez, Spagnuolo

Le Trattato dell’ vso et della fabbrica dell’ astrolabio remonte également au XVIe siècle. Di F. Egnatio Danti [...] Con l’aggiunta del planisfero del Roias, publié par Giunti à Florence en 1569. Le frontispice présente les six sphères des armoiries des Médicis sur un globe surmonté d’une couronne et la dédicace au très illustre et révérend Ferdinand, cardinal de Médicis. Le texte est illustré de nombreux diagrammes et gravures sur bois représentant des instruments de mesure scientifiques, des modèles d’astrolabe et des planisphères. L’importance du livre tient au fait qu’il s’agit de l’ un des premiers traités scientifiques en langue italienne et de la première description complète de l’astrolabe imprimée en Italie, œuvre d’Egnazio Danti de Pérouse, mathématicien, cosmographe et architecte actif à la cour de Cosimo I de’ Medici. Danti explique les techniques d’utilisation et de construction de linstrument , en examinant certains des spécimens les plus importants de l’époque et en s’attardant sur l’utilisation de l’astrolabe pour de nombreux types de calculs tels que la détermination de l’année bissextile, la hauteur des étoiles et la direction des vents, la mesure des hauteurs et des profondeurs, en comparant les connaissances de l’époque avec les théories antérieures.

Enfin, le Corpus Iuris Civilis, dans la précieuse édition du XVIe siècle glosée par Accursio et publiée à Lyon en 5 volumes par les frères Senneton (1549-1550), dont la production se caractérise par un intérêt marqué pour le secteur juridique avec la réalisation de volumes de grand format, richement décorés et d’une qualité remarquable, manifestement destinés à une élite cultivée. Les éléments caractéristiques de leurs éditions sont donc les frontispices ornés d’encadrements historiés, comme celui du premier volume, , qui présente des caractères rouges et noirs et la marque constituée de l’image de la salamandre en rouge vif entourée de flammes, avec une devise de part et d’autre: invidia cedit virtus. Il s’agit probablement de l’œuvre du célèbre graveur Pierre Vase. Le deuxième volume représente l’Arbor iurisdictionum, une schématisation illustrée des différents degrés de juridiction tels qu’ils ont été subdivisés par les commentateurs médiévaux, en particulier par Bartolo da Sassoferato. Le panneau représente cette structure complexe à travers les ramifications d’un arbre, dans lequel chaque degré est illustré par un symbole: par exemple, le fascio du licteur est un symbole du Merum Imperium et un emblème de l’autorité judiciaire faisant référence aux licteurs, fonctionnaires au service des hauts magistrats qui, armés de haches enveloppées dans des fagots de verges, exécutaient les peines corporelles et capitales. L’ouvrage est écrit, comme on peut le lire sur la page de titre, ad Florentinarum (quae prius Pisanae) prototypon, c’est-à-dire sur la base du texte ancien conservé d’abord à Pise puis à Florence (aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Laurentienne de Florence). Les notes ou “gloses accursiennes” qui encadrent le texte sont le fruit du grand travail d’interprétation du droit justinien par l’école de Bologne (XIIe-XIIIe siècle) fondée par Irnerio et dont Accursio fut l’un des plus grands représentants.

Traité du Vso et de la fabrication de l'astrolabe
Trattato dell’ vso et della fabbrica dell’ astrolabe
Traité du Vso et de la fabrication de l'astrolabe Traité du vso et de la fabrique de l’
astrolabe
Corpus Iuris Civilis
Corpus I
uris Civilis
Corpus Iuris Civilis
Corpus Iuris Civilis

Parmi les volumes du XVIIe siècle d’une importance considérable figure Flora ouero cultura di fiori du père Gio Battista Ferrari Sanese della Compagnia di Giesù, divisé en quatre livres et traduit du latin en italien par Lodovico Aureli Perugino, publié à Rome en 1638 par Pierantonio Facciotti. Le frontispice gravé encadré porte les armes d’Anna Colonna Barberini, à qui l’ouvrage est dédié par Claudio Aureli, frère du traducteur Ludovico Aureli, décédé avant la publication. L’appareil iconographique du volume est remarquable, orné de quarante-six gravures représentant des dessins de jardins, des scènes mythologiques, des fleurs, des outils de jardinage et des compositions de vases. Des artistes importants de l’époque comme Pietro da Cortona, Andrea Sacchi et Guido Reni sont à l’origine de l’invention des dessins, tandis que les gravures sont l’œuvre de Johann Friedrich Greuter et de Claude Mellan ; l’une d’entre elles est réalisée par une femme, Anna Maria Vaiani. Ce traité en quatre livres sur les fleurs ornementales et le jardinage a été publié pour la première fois en 1633 en latin par Giovanni Battista Ferrari, jésuite et botaniste, pour les caractères de Stefano Paolini. Le premier livre traite de “l’appareil des jardins”, avec six précieuses planches représentant autant de dessins de jardins aux formes géométriques différentes. Le deuxième livre décrit les caractéristiques de certaines fleurs et, dans le troisième, la manière de les planter et de les nourrir. Enfin, dans le quatrième livre, “l’usage et les merveilles des fleurs sont montrés”: des suggestions qui vont de la manière de composer des bouquets aux règles de construction d’une architecture florale princière, avec des indications sur le choix des vases et des corbeilles pour créer de somptueuses compositions. Les secrets pour embellir les plantes, pour avoir des fleurs différentes à un moment donné, les enseignements pour corriger ou parfumer les fleurs qui en sont dépourvues ou pour modifier leur couleur ne manquent pas.

Le XVIIe siècle marque également une étape importante dans le panorama de la botanique et de la médecine pharmacologique du siècle précédent: le traité Des discours de M. Pietro Andrea Matthioli de Saint-Marin, medico cesareo, et del serenissimo principe Ferdinando arciduca d’Austria ... nelli sei libri di Pedacio Dioscoride anazarbeo, della materia medicinale, imprimé à Venise chez Bartolomeo degli Alberti en 1604. Commencé vers 1533, l’ouvrage a connu au moins treize éditions de son vivant et de nombreuses traductions en français, en allemand de Bohême et en arabe. Pietro Andrea Mattioli était médecin et naturaliste ; il exerça à Sienne, sa ville natale, puis à Rome, Trente et Gorizia. Il est nommé médecin césarien de Ferdinand de Habsbourg, puis de Maximilien Ier. Après s’être enrichi grâce à sa profession de médecin, il se consacre à l’étude de la botanique. L’ouvrage est une traduction du grec du De materia medica de Dioscoride Pedacius, médecin botaniste ayant vécu au Ier siècle après J.-C., complétée par des anecdotes et des nouvelles issues de la tradition populaire et par la description des vertus médicinales de centaines de nouvelles plantes. Certaines espèces étaient encore inconnues à l’époque car elles avaient été importées d’Orient et d’Amérique, tandis que d’autres avaient été directement herborisées par Mattioli au cours de ses recherches dans le Val di Non et sur le Monte Baldo.

Flora ouero culture des fleurs par le père Gio Battista Ferrari Sanese Flora ouero culture de
fleurs du Père Gio Battista Ferrari Sanese
Flora ouero culture des fleurs par le père Gio Battista Ferrari Sanese Flora ouero culture de fleurs de Fr. Gio Battista
Ferrari
Sanese
Flora ouero culture des fleurs par le père Gio Battista Ferrari Sanese Flora ouero
cultura di fiori del P. Gio Battista Ferrari
Sanese
Des discours de M. Pietro Andrea Matthioli de Saint-Marin Les discours de
M. Pietro Andrea Matthioli Sanese
Des discours de M. Pietro Andrea Matthioli de Saint-Marin Les discours de M. Pietro
Andrea Matthioli Sanese
Des discours de M. Pietro Andrea Matthioli de Saint-Marin Dei discorsi di m.
Pietro Andrea Matthioli sanese

Enfin, deux importants volumes du XVIIIe siècle. Nous commençons par l’Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias, imprimé à Augsbourg par Matthäus Seutter vers 1744. Matthäus Seutter était l’un des éditeurs de cartes allemands les plus importants et les plus prolifiques du XVIIIe siècle. L’empereur Charles VI lui avait décerné le titre de géographe impérial. L’atlas s’ouvre sur un splendide frontispice allégorique, gravé sur cuivre et coloré à la main, qui présente le contenu de l’ouvrage. Le traité commence par un tableau des planisphères terrestres et célestes, qui présente aux quatre coins des représentations synthétiques du système solaire selon les quatre théories différentes de Ptolémée, Copernic, Tycho Brahe et Descartes. Viennent ensuite les cartes de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et des Amériques, qui, à la date de publication de l’atlas, n’étaient pas encore correctement cartographiées: la Californie est présentée comme une grande île et la côte pacifique des États-Unis n’est pas complète. L’atlas se compose de 67 planches géographiques, toutes parfaitement conservées et encore vivement colorées, disposées sur des doubles pages. Chaque planche comporte un riche cartouche avec le titre, le nom du graveur et les différentes scènes allégoriques. Parfois, des vues de villes sont représentées dans les coins, avec les éléments architecturaux les plus représentatifs. Le volume documente la situation géopolitique de certains États, tels que le duché de Savoie ou les États pontificaux, à l’aide de nombreux plans descriptifs remplis de noms de lieux. Chaque tableau indique les coordonnées géographiques et souvent les différentes échelles de réduction utilisées à l’époque: Germana, Gallica et Italica.

Le deuxième volume important du XVIIIe siècle est le traité Animaux quadrupèdes d’après nature dessinés, gravés et enluminés con i loro ver colori d’Innocente Alessandri et Pietro Scattaglia, imprimé à Venise par l’éditeur Ponte di Rialto en 1771-1775. Cet ouvrage en quatre volumes et de grand format in-folio est l’un des traités de zoologie les plus précieux parmi ceux publiés en Europe au XVIIIe siècle. En effet, il s’agit de la seule édition comportant des gravures en couleur réalisées par les artistes vénitiens Innocente Alessandri et Pietro Scattaglia, qui travaillaient à l’époque sur le pont du Rialto: 200 gravures coloriées à la main représentant des animaux connus et exotiques. L’ouvrage est complété par les Descrizioni degli animali [...] in Venezia, nella Stamperia di Carlo Palese, 1771-1775, en quatre volumes et dans le même format, décrivant les animaux représentés, dont les textes sont attribués à Lodovico Leschi. Les deux ouvrages s’inspirent de l’Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du Roi de Georges-Luois Leclerc, comte de Buffon, publiée entre 1749 et 1789, d’où sont tirés les textes et les images, souvent reproduits en contrepartie. Innocente Alessandri et Pietro Scattaglia, élèves de Francesco Bartolozzi, étaient propriétaires de la Calcografia Magna de la cité lagunaire et ont réalisé ensemble plusieurs séries. Les animaux sont représentés dans un habitat à peine esquissé, enrichi de fleurs et d’éléments végétaux au centre de la feuille, et grâce à l’absence de cadre entourant le dessin, l’image semble comme suspendue. Contrairement à d’autres éditions où les animaux sont toujours représentés immobiles, celles gravées par Alessandri et Scattaglia introduisent, grâce aux dessins préparatoires du peintre Pietro Novelli, plus de mouvement et d’éléments de dynamisme. Il est également probable que le “mapcà” (macaque) ait été représenté d’après nature, car le prince lituanien Carlo Stanislao Radzwill en possédait un spécimen à Venise à l’époque. Le tableau I, dédié à Lunardo Venier, propriétaire de l’animal, nous apprend que le lion a été représenté d’après nature.

Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias
Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias
Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias Atlas minor præcipua orbis
terrarum imperia, regna et provin
cias
Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias Atlas minor præcipua orbis
terrarum imperia
, regna et provincias
Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias Atlas minor præcipua orbis
terrarum imperia
, regna et provincias
Atlas minor præcipua orbis terrarum imperia, regna et provincias Atlas
minor præcipua orbis terrarum imperia
, regna et provincias
Animaux quadrupèdes d'après nature dessinés, gravés et enluminés
Animaux quadrupèdes de la nature dessinés, gravés et enluminés
Animaux quadrupèdes d'après nature dessinés, gravés et enluminés Animaux quadrupèdes de la nature, dessinés, gravés et
enluminés
Animaux quadrupèdes d'après nature dessinés, gravés et enluminés Animaux quadrupèdes de la nature, dessinés, gravés et
enluminés
Animaux quadrupèdes d'après nature dessinés, gravés et enluminés Animaux quadrupèdes de la nature dessinés
,
gravés et enluminés
Animaux quadrupèdes d'après nature dessinés, gravés et enluminés Animaux quadrupèdes de la nature dessinés
,
gravés et enluminés
Animaux quadrupèdes d'après nature dessinés, gravés et enluminés Animaux quadrupèdes de la nature, dessinés, gravés et
enluminés

La bibliothèque d’État de Macerata

La Bibliothèque d’État de Macerata a été créée en 1987 en tant que section détachée de la Bibliothèque nationale de Naples, dont elle est devenue autonome en 2002, et a commencé officiellement ses activités le 11 février 1992. Sa création est le fruit d’un effort conjoint du ministère de la Culture de l’époque et de l’université de Macerata qui, ayant acquis à la fin des années 1970 le complexe du XVIIe siècle faisant référence au monastère de Santa Chiara situé dans le centre de la ville, en a assuré la rénovation et en a affecté une partie à la bibliothèque. Lors des suppressions napoléoniennes des instituts ecclésiastiques, le bâtiment a été confisqué par l’État et a subi des adaptations pour accueillir le tribunal de la ville et la prison. Le transfert ultérieur à l’université de Macerata a finalement décrété sa fonction de centre culturel de première importance.

La bibliothèque actuelle compte plus de 95 000 volumes, dont deux incunables et 590 livres du XVIe siècle. La dotation en ouvrages d’édition courante est prédominante, en vertu de la connotation de la bibliothèque en tant que bibliothèque généraliste, destinée à un public vaste et hétérogène. Ce qui a été créé en trente ans est en fait une bibliothèque ouverte à tous les besoins cognitifs et informatifs, avec un accent particulier sur les œuvres littéraires et artistiques. Deux fonds anciens se distinguent par leur valeur et leur intérêt: le fonds Buonaccorsi et le fonds Castelbarco Albani, ce dernier une partie de la grande bibliothèque de la famille Albani d’Urbino (devenue Castelbarco Albani à partir du XIXe siècle), aujourd’hui fragmentée en plusieurs noyaux conservés dans différentes institutions. Les 1 400 volumes qui composent la collection conservée à la Bibliothèque d’État de Macerata représentent bien le lien qui donne son unité à la collection, lié au goût bibliophile raffiné et aux intérêts culturels des différents membres de la famille, dont l’un d’eux était le pape Clément XI. De formation plus récente, mais significative pour sa spécificité, est l’ancienne bibliothèque du tribunal de Macerata qui comprend environ 1 700 volumes, journaux et brochures de nature juridique, à partir du XVIIIe siècle. Il convient également de souligner l’extraordinaire valeur artistique et documentaire des archives photographiques Balelli, , fruit du travail d’une dynastie de photographes actifs à Macerata de 1851 à 1972. Les archives, composées de plus de 11 000 pièces originales comprenant des négatifs et des positifs, contiennent des images du territoire issues de l’activité professionnelle d’Alfonso et de Carlo Balelli du début du XXe siècle aux années 1960 et constituent une source précieuse et inépuisable pour les études sur la vie politique, économique, sociale, culturelle et artistique de Macerata et de sa province. À cela s’ajoute la collection dite de la Première Guerre mondiale, qui comprend un millier de précieux positifs en noir et blanc pris sur le front italo-autrichien par Carlo Balelli en tant que premier caméraman de l’équipe photographique de la Troisième Armée et de l’équipe téléphotographique de montagne de la Quatrième Armée, documentant la vie dans les tranchées et les phases cruciales de la guerre.

Enfin, parmi les particularités de la bibliothèque d’État de Macerata figure une riche collection d’ex-libris , offerte par l’artiste Maria Elisa Leboroni, née à Macerata, qui se consacre à l’ancienne technique de la xylographie depuis plus de cinquante ans. La collection Leboroni comprend plus de douze mille spécimens, œuvres d’importants artistes italiens et étrangers. Un unicum de grande qualité, pour l’extraordinaire richesse des auteurs présents mais aussi pour la sensibilité artistique et la compétence spécifique de l’auteur de la collection, complété par un noyau pertinent de publications italiennes et étrangères sur les différents aspects qui gravitent autour du monde de l’ex-libris.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.