Carlton d'Ettore Sottsass, la bibliothèque qui a introduit l'"innovation de sens" dans le design


Conçu en 1981, Carlton d'Ettore Sottsass est l'une des créations les plus célèbres du groupe Memphis, le mouvement de design postmoderniste qui a innové dans la manière de produire des objets.

“J’ai essayé de concevoir des objets, des choses, des meubles et de les faire construire. Je les ai fait grands et lourds avec des socles et des plinthes pour les éloigner du kitsch du mobilier bourgeois et petit-bourgeois. Ils ne tiennent pratiquement pas debout et, de toute façon, ils ne se lient pas, ils ne peuvent pas produire de coordonnées. Ils sont seuls, comme les monuments sur les places, et ils ne peuvent même pas styliser”. C’est ce qu’écrivait le grand designer Ettore Sottsass (Innsbruck, 1917 - Milan, 2007) à propos de ses créations, et qui sait s’il pensait la même chose lorsqu’il a conçu Carlton, l’un de ses objets les plus célèbres. Nous sommes en 1981 et Sottsass vient de fonder le Memphis Group, un collectif de design et d’architecture dont le nom aurait été inspiré par la chanson Stuck inside of mobile with the Memphis Blues Again de Bob Dylan, et initialement formé, outre Sottsass, par Michele De Lucchi, Martine Bedin, Aldo Cibic, Matteo Thun et Marco Zanini, rejoints ensuite par d’autres designers comme Ernesto Gismondi, Alessandro Mendini, Arata Isozaki et bien d’autres encore. Le groupe Memphis, dont la pensée était ancrée dans la culture pop de l’époque, visait à créer des objets de design colorés, amusants et hors des sentiers battus: ils ont été les pionniers du mouvement postmoderne dans le domaine du design et ont produit une large gamme de produits caractérisés par des formes géométriques simples, des couleurs vives et des matériaux novateurs. Les produits innovants ont introduit la couleur et la poésie dans la vie quotidienne à travers des objets de tous les jours. Cette expérience a été d’une importance considérable pour l’histoire du design, car le groupe a changé la façon dont le design était perçu et produit, ouvrant la voie à de nouvelles formes de créativité et d’innovation en matière de design et définissant un nouveau style postmoderne qui a eu un impact majeur sur de nombreux designers et architectes.

Carlton est certainement l’un des produits les plus célèbres issus des idées du groupe, ainsi que l’un des objets les plus réussis d’Ettore Sottsass. Conçue en 1981, Carlton est une bibliothèque qui se distingue par la combinaison de formes géométriques simples, de couleurs vives et de matériaux innovants. Sa forme pure, solide et flamboyante en blocs de couleurs a fait de Carlton un symbole du design postmoderne. En outre, la combinaison de bois et de plastique stratifié (ce dernier produit par la société milanaise Abet) reposant sur une base décorée de stratifié “Bacterio” (un motif punctiforme appelé ainsi parce que les points ressemblent à des bactéries en mouvement) a également fait de Carlton un exemple de l’utilisation de matériaux modernes dans le design. Le matériau avait également une signification symbolique pour Carlton, car le stratifié plastique était considéré comme un produit bon marché: Sottsass voulait au contraire montrer qu’il est possible de créer des objets de design raffinés même avec des matériaux grand public.

Ettore Sottsass, Carlton (1981 ; bois et plastique stratifié, 195 x 190 x 40 cm)
Ettore Sottsass, Carlton (1981 ; bois et plastique stratifié, 195 x 190 x 40 cm). Photo: Memphis srl
Ettore Sottsass, Carlton, détail Ettore
Sottsass, Carlton, détail
Ettore Sottsass, Esquisse pour Carlton (1981 ; plume et encre sur papier, 220 x 140 mm ; Londres, Victoria and Albert Museum)
Ettore Sottsass, Esquisse pour Carlton (1981 ; plume et encre sur papier, 220 x 140 mm ; Londres, Victoria and Albert Museum)
Ettore Sottsass avec Carlton. Photo: Vittoriano Rastelli
Ettore Sottsass avec Carlton. Photo: Vittoriano Rastelli

Carlton a été présenté au Salon du meuble de Milan en 1981 et a rencontré un certain succès (mais aussi des critiques) en raison de ces caractéristiques et de sa forme anthropomorphique, qui peut également ressembler à celle d’un totem. Selon le designer Francesco Trabucco, la bibliothèque de Sottsass est un exemple d’“innovation de sens”: apparemment banale, elle est en fait un objet très innovant, capable de véhiculer “une image complètement nouvelle”, écrit Trabucco, "perturbatrice par rapport au déjà-vu du modernisme qui est aujourd’hui considéré comme acquis“. Une image destinée à marquer une certaine façon de faire du design italien pendant des années, en passant par toutes les galeries d’art moderne et les musées du monde, toutes les revues et les chroniques de design pendant des années, certainement bien plus qu’elle n’a habité les maisons des utilisateurs enthousiastes de la bibliothèque”.

La bibliothèque de Sottsass a été accueillie avec enthousiasme par les designers, mais on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un objet “populaire”: encombrante (elle mesure près de deux mètres de haut, autant de large, pèse 120 kilos, à tel point qu’elle peut également servir de séparation de pièces), chère, non conventionnelle et produite en quelques exemplaires, elle a néanmoins joui d’une vaste réputation, due avant tout au fait qu’elle constitue un excellent exemple de design post-moderne et un manifeste incontestable de la poétique d’Ettore Sottsass et de l’ensemble du mouvement Memphis. Carlton a démontré qu’un objet de design ne devait pas nécessairement être sérieux et complexe pour remplir son rôle: une pièce de design peut aussi avoir des formes ludiques, être fabriquée avec des matériaux bon marché, tout en devenant reconnaissable et en apportant une valeur ajoutée dans les foyers de ceux qui l’achètent.

Parmi les admirateurs d’Ettore Sottsass et du Memphis Group figurait également David Bowie, qui conservait chez lui une bibliothèque Carlton, vendue aux enchères fin 2016, quelques mois après sa mort, dans le cadre de la troisième partie d’une vente intitulée Bowie/Collector , avec plusieurs autres objets ayant appartenu à la star du glam. C’est à cette occasion que l’on a découvert que Bowie était un fan des créations du groupe milanais, ainsi qu’un collectionneur avide, capable de réunir, avec goût et passion, une collection de plus de cent pièces Memphis, commencée dans les années 1990. Un autre grand amateur des créations de Memphis fut le créateur de mode Karl Lagerfeld: sa passion pour les objets de Sottsass et de ses collègues a commencé dès les années 1980, et il existe des photographies, datant de cette époque, le montrant dans son appartement de Monte-Carlo en compagnie d’objets produits par Memphis, dont l’omniprésent Carlton. Une bibliothèque Carlton figure d’ailleurs en bonne place sur le mur du fond du salon de l’appartement londonien de Cara Delevingne

Carlton. Photo: Memphis Ltd.
Carlton. Photo: Memphis Ltd.
L'appartement de Karl Lagerfeld à Monte-Carlo en 1983. Photo: Jacques Schumacher
L’appartement de Karl Lagerfeld à Monte-Carlo en 1983. Photo: Jacques Schumacher
Le salon de Cara Delevingne. Photo: Skyler Smith
Le salon de Cara Delevingne.
Photo
: Skyler Smith

Bien que l’expérience du groupe Memphis ait pris fin en 1987, ses objets sont toujours produits, par Memphis srl, la société qui produit les pièces historiques en suivant les dictats des designers qui les ont conçues (et qui peuvent donc être considérées comme originales). On dit que Carlton est un objet cher: il se vend 15 600 euros, et pour son 30e anniversaire, en 2011, une version avec une étiquette en argent plaqué or 24 carats et un étui spécial a également été produite, mais il existe aussi une version miniature (un quart de la taille de Carlton) vendue pour un peu plus de mille euros.

En raison de son histoire et de sa signification, Carlton est également entré dans les collections de plusieurs musées, dont le Metropolitan Museum de New York, qui le décrit dans son dossier comme un “séparateur de pièce totémique”, une “icône du groupe Memphis” qui “défie les formes conventionnelles du mobilier en combinant un séparateur de pièce, une bibliothèque et une commode”. Destinée au “haut de gamme et finement fabriquée à la main”, elle est faite de “couleurs vibrantes et selon un jeu apparemment aléatoire de pleins et de vides qui suggèrent la peinture et la sculpture d’avant-garde”, bien qu’elle soit construite selon un “système structurel entièrement logique de triangles équilatéraux réels et implicites”. Pour le musée new-yorkais, Carlton peut être lu de différentes manières: un robot nous accueillant à bras ouverts, une déesse hindoue, ou encore un homme exultant devant un chaos qu’il a lui-même contribué à créer. Il est donc vrai que Carlton est un objet qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Mais l’idée qu’il véhicule a contribué à rendre le design plus populaire et plus accessible. Et à réintroduire la créativité à un moment de l’histoire où la fonctionnalité avait pris le dessus.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.