Gravina dans les Pouilles, l'histoire unique de l'église dont la façade a la forme d'un blason noble


Il existe une église unique à Gravina, dans les Pouilles: sa façade reproduit en effet les armoiries de la famille de l'évêque qui l'a fait construire. Voici son histoire.

Un évêque souffrant probablement de problèmes de mégalomanie mais très rusé et astucieux, une communauté de croyants extrêmement dévouée au culte d’une image de la Madone, beaucoup d’argent: tels sont les ingrédients qui ont conduit, en 1602, à la construction de l’une des églises les plus singulières du monde, le sanctuaire de la Madonna della Grazia (ou “des Grâces”: tout au long de l’histoire, l’édifice de culte a été désigné dans les deux sens) à Gravina, dans les Pouilles. L’originalité de cet incroyable monument réside dans sa façade: en effet, elle a été conçue comme un énorme blason héraldique de l’évêque qui l’a fait construire, le prélat Vincenzo Giustiniani (Chio, 1550 - Gravina in Puglia, 1614), membre de la branche “grecque” de l’une des familles les plus importantes de Gênes, les Giustiniani, à qui la Compagna Communis (c’est-à-dire l’organisation républicaine de la Gênes médiévale) avait confié depuis le XIVe siècle la gestion de l’île grecque de Chios, ancienne colonie génoise. Les Giustiniani exercèrent de facto une sorte de seigneurie sur l’île, qu’ils ne quittèrent qu’en 1566, lorsque Chios tomba aux mains des Turcs: les Ottomans massacrèrent de nombreux membres de la famille, mais plusieurs autres survécurent. Parmi eux, le marquis Vincenzo, grand collectionneur d’art et mécène du Caravage (il n’était alors qu’un enfant de deux ans), et l’autre Vincenzo, celui qui allait devenir évêque de Gravina, qui était alors un garçon de seize ans: tous les survivants de la famille ont été contraints de se réfugier en Italie, et les membres ont partagé leur temps principalement entre Gênes et Rome.

Vincenzo Giustiniani se forma entre Gênes et Turin (où il obtint sa licence en droit) et en 1590, à l’âge de quarante ans, il fut nommé gouverneur de Tivoli par le pape Sixte V. Il passa trois ans sur les rives de l’Aniene, au cours desquels il se distingua par ses remarquables capacités administratives, si bien qu’en 1593, le nouveau pape Clément VIII décida de le nommer évêque de Gravina, poste que Giustiniani occupera jusqu’à sa mort, vingt-et-un ans plus tard. Dans le célèbre Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, l’œuvre monumentale de Gaetano Moroni (Rome, 1802 - 1883) dans laquelle sont passées en revue de nombreuses personnalités de l’Église depuis Saint-Pierre jusqu’à la date de publication de l’encyclopédie de Moroni (la première édition fut publiée en 1840), le profil de Vincenzo Giustiniani est résumé comme suit: En 1593, Clément VIII fit de Vincenzo Giustiniani, originaire de Gênes, l’évêque de Gravina, qui institua le séminaire et lui attribua les loyers nécessaires, fonda le conservatoire des moniales capucines et, non loin de la ville, en 1602, érigea à partir des fondations l’église de la Beata Vergine delle Grazie: il prospéra dans le zèle, la prudence, la doctrine et les autres vertus".

En effet, la première mesure de Giustiniani en tant qu’évêque de Gravina fut la création d’un séminaire: le prélat était fermement convaincu que les membres du clergé devaient avoir une solide formation théologique, philosophique et culturelle, et c’est pourquoi il fit tout son possible pour que la Terre de Bari (subdivision administrative du Royaume de Naples, correspondant à peu près à l’actuelle province de Bari) ait son premier séminaire. L’évêque réussit à trouver les fonds nécessaires, inventant même de nouvelles taxes (comme celle justifiée pour lutter contre les sauterelles qui avaient infesté la campagne autour de la ville en 1595), et en deux ans seulement, le séminaire put ouvrir ses portes (aujourd’hui, le bâtiment qui l’abritait est une copropriété dans le centre historique de Gravina). L’autre mesure mentionnée par Moroni est la construction du conservatoire des “cappuccinelle”: il s’agissait d’une structure destinée à l’éducation des jeunes filles pauvres, qui vivaient d’aumônes (c’est pourquoi elles étaient ironiquement appelées “cappuccinelle” par leurs concitoyens, car la mendicité était une habitude des capucins). Il convient de souligner que, dans l’Antiquité, le terme “conservatoire” avait une signification différente de celle que nous lui attribuons aujourd’hui: un “conservatoire” était considéré comme une institution caritative destinée à dispenser une éducation aux personnes les moins aisées. C’était précisément l’objectif du Conservatoire féminin des Capucines, qui était rattaché à l’église de San Matteo et devint par la suite un couvent cloîtré. Giustiniani est également entré dans l’histoire pour la lutte qui l’opposa à la ville d’Altamura: la cathédrale de la ville bénéficiait en effet d’un privilège institué par Frédéric II, qui soustrayait l’église d’Altamura à la juridiction de l’évêché et la faisait dépendre exclusivement du souverain (qui nommait l’archiprêtre d’Altamura) et du Saint-Siège. Pendant des siècles, les évêques de Gravina ont tenté de s’opposer à cette situation, en essayant, en vain, d’inclure Altamura dans le diocèse de Gravina. Giustiniani alla même jusqu’à excommunier Altamura en 1601 (parce qu’on l’avait empêché d’effectuer une visite pastorale dans la ville): l’excommunication ne fut levée qu’en 1622, mais les affrontements se poursuivirent pendant des décennies et ne prirent fin qu’en 1818, lorsque le pape Pie VII confirma les droits d’Altamura. La ville devint ensuite un évêché en 1848 et fut unie à Gravina en 1986.

Pasquale Ceci, portrait posthume de Vincenzo Giustiniani (XIXe siècle ; huile sur toile ; Gravina, Santa Maria della Grazia)
Pasquale Ceci, portrait posthume de Vincenzo Giustiniani (XIXe siècle ; huile sur toile ; Gravina, Santa Maria della Grazia)


Armoiries de la famille Giustiniani
Armoiries de la famille Giustiniani


Vue de Gravina dans les Pouilles. Ph. Crédit Luigi Scorcia
Vue de Gravina dans les Pouilles. Ph. Crédit Luigi Scorcia

Quoi qu’il en soit, Giustiniani est surtout resté célèbre pour l’étrange église de Santa Maria della Grazia, qui a fait entrer son nom dans l’histoire de l’architecture: on ne connaît pas d’autre édifice aussi imposant, créé pour célébrer une famille... en reproduisant ses armoiries sur la façade à une échelle aussi monumentale. L’histoire commence en 1595, année où l’évêque de Gravina visite quelques chapelles de campagne en dehors de la ville: Giustiniani est frappé par la dévotion que les habitants des zones rurales de cette bande des Pouilles nourrissent à l’égard d’une image de la Madone située à l’intérieur d’une petite chapelle, qui attire néanmoins de nombreux fidèles. Dans un document de 1568, cette chapelle est mentionnée comme “Santa Maria la gratia alias de Cardone”: Cardone est très probablement le nom de celui qui l’a construite. Afin d’améliorer l’accueil, l’évêque décida de donner aux habitants de Gravina une église plus grande: c’est pourquoi, en février 1595, lestravaux commencèrent pour la construction d’une église dédiée à la Vierge de la Grâce, qui devait être placée à l’emplacement de la chapelle, à l’extérieur des murs de la ville. Les travaux commencèrent entre 1597 et 1598 et s’achevèrent quelques années plus tard, en 1602. On ne peut qu’imaginer l’étonnement des habitants de Gravina à la vue de l’église achevée. En effet, la façade était (et est toujours) divisée en deux parties: dans le registre inférieur, de grandes pierres de taille appliquées au mur recréent la forme d’un château, dont les tours correspondent aux trois portes de l’édifice. Au-dessus de la tour centrale se dresse un énorme aigle en pierre aux ailes déployées, tandis qu’au centre du tympan brisé qui ferme la façade se trouve une mitre d’évêque en pierre. Le dessin correspond exactement à celui des armoiries des Giustiniani, où l’on voit également un aigle surmontant un château à trois tours.

Vincenzo Giustiniani sut néanmoins déjouer les critiques que les fidèles ne manqueraient pas de lui adresser: un temple consacré à Dieu pouvait-il célébrer la lignée de l’évêque qui l’avait construit d’une manière aussi flagrante et tronquée? Pour ne pas faire croire à un flagrant péché d’orgueil, l’évêque de Gravina inventa également une sorte de justification religieuse à la présence plus qu’encombrante, sur la façade, de ce qui était en fait ses armoiries. Ainsi, Giustiniani fit graver en latin un passage du Deutéronome (32, 11) à un endroit de la façade facilement observable par tous: “sicut aquila provocans ad volandum pullos suos et super eos volitans expandit alas suas et portat eos” (“comme l’aigle pousse ses poussins à voler en s’élevant au-dessus d’eux, il déploie ses ailes et les porte sur lui”). L’“explication” du château est plutôt tirée du psaume 60: “Turris, fortitudinis a facie nemici” (“Tour ferme face aux ennemis”). L’ensemble de la façade est en fait une invitation à renforcer la foi. La façade est contrebalancée par un intérieur très sobre, presque dépouillé: trois nefs avec peu d’ornements, qui se présentent avec la disposition qu’elles ont obtenue au fil du temps, puisque l’église de Santa Maria della Grazia a été remodelée à plusieurs reprises en raison des effondrements survenus au cours des siècles.

Malgré les motivations offertes aux fidèles par l’évêque Giustiniani dans les inscriptions de la façade, qui tentent d’atténuer le ton autocélébrant de la façade, l’historienne de l’architecture Aurora Scotti, qui a parlé de l’église Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles dans le volume consacré au XVIIe siècle de sa Storia dell’architettura, n’a aucun doute: ici, souligne Scotti, “le message du commanditaire est exprimé dans sa plus grande force communicative à travers une manipulation festive, et peut-être ambiguë et ludique, de l’artisanat local de la construction”. Plus qu’une architecture cultuelle, cette façade, qui adhère à un programme iconologique précis dans lequel l’intentionnalité autocélébratrice du commanditaire est reconnue, s’adresse à la ville tout entière. L’église, en effet, située extra moenia, se présente à la ville avec un message clair, bien conçu et de grand attrait".

La façade de l'église Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles
La façade de l’église Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles. Ph. Crédit BeWeB


Détail de la façade. Ph. Crédit IAT Gravina in Puglia
Détail de la façade. Ph. Crédit IAT Gravina in Puglia


La façade de Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles au XIXe siècle, sur une photo de William Henry Goodyear
La façade de Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles au XIXe siècle, sur une photo de William Henry Goodyear


La façade de Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles au XIXe siècle
La façade de Santa Maria della Grazia à Gravina dans les Pouilles au XIXe siècle


L'église d'aujourd'hui, derrière la gare
L’église aujourd’hui, derrière la gare

Malgré le caractère unique de son architecture, l’église Santa Maria della Grazia à Gravina di Puglia a connu une histoire très mouvementée, dès le XVIIe siècle, puisqu’elle a connu plusieurs années d’abandon quelques années après la mort de Vincenzo Giustiniani. Cependant, au milieu du XVIIe siècle, l’évêque Domenico Cennini s’employa à restaurer l’église et le bâtiment que Giustiniani avait construit à côté (il servait de résidence ecclésiastique): les fidèles, quant à eux, continuèrent à manifester leur dévotion à la Madonna della Grazia par des legs ostentatoires à l’église, mais sa situation excentrée fut aussi à l’origine de nombreux vols qui affectèrent l’édifice au fil des siècles. En outre, l’église a également été utilisée comme caserne, a été laissée à l’abandon à plusieurs reprises, a été fermée au culte pendant une longue période (elle ne retrouvera sa fonction qu’en 1951) et a subi en 1980 les dommages causés par le tremblement de terre d’Irpinia, à tel point que d’importants travaux de restauration ont été nécessaires. Mais sa jouissance a été irrémédiablement altérée par la construction du chemin de fer à la fin du XIXe siècle: les rails ont été posés juste devant l’église qui, en quelques années, a vu s’élever devant elle non seulement les rails mais aussi la gare de Gravina in Puglia et tous les bâtiments qui y sont rattachés (en 1912, le chapitre de la cathédrale a d’ailleurs demandé à l’État des dommages-intérêts pour la destruction du paysage). Comme si cela ne suffisait pas, un bâtiment moderne est venu récemment s’ajouter à cette extraordinaire façade.

L’église de Santa Maria della Grazia est donc une œuvre qui a beaucoup souffert et qui mérite d’être redécouverte comme l’un des monuments les plus intéressants non seulement des Pouilles, mais de toute l’Italie: d’ailleurs, selon certains historiens de l’art, sa façade excentrique peut être considérée comme une sorte d’anticipation du baroque de Lecce. Son caractère exceptionnel lui a d’ailleurs valu d’être considéré comme un bien d’intérêt historico-artistique notable par le ministère des Biens culturels (la contrainte date de 1984). Des informations sur Gravina dans les Pouilles sont disponibles sur le site de l’autorité régionale du tourisme, tandis qu’un vaste répertoire d’informations et de sources sur l’église de Santa Maria della Grazia est édité par l’association culturelle Benedetto XIII, qui a publié de nombreux documents sur l’édifice sacré sur son site web.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.