Le château Mackenzie à Gênes, le rêve fantastique d'un passionné d'antiquités et d'un grand architecte


Le château Mackenzie est l'un des bâtiments les plus incroyables de Gênes: il est la réalisation du rêve d'Evan Mackenzie, grand amateur d'antiquités, et de l'architecte Gino Coppedè.

Il n’a que trente ans lorsque Gino Coppedè (Florence, 1866 - Rome, 1927) s’apprête à concevoir sa première grande œuvre, celle qui le rendra célèbre parmi ses contemporains et contribuera à lancer son nom. Coppedè, jeune homme talentueux mais inexpérimenté à l’époque, avait été remarqué par le richissime assureur Evan Mackenzie (Florence, 1852 - Gênes, 1935), d’abord agent de la Lloyd’s de Londres, puis, en 1898, fondateur d’une nouvelle et moderne compagnie d’assurances, Alleanza Assicurazioni, qui existe encore aujourd’hui: Mackenzie était né à Florence d’un noble écossais aventurier, et il était très amoureux de sa ville natale. Il y fréquentait l’atelier du sculpteur Pasquale Romanelli (Florence, 1812 - 1887), dont la fille, Beatrice, avait épousé Gino Coppedè: Mackenzie s’était depuis longtemps installé à Gênes et entendait réaliser un de ses rêves, celui de voir une somptueuse demeure qui lui rappellerait sa Toscane bien-aimée. En particulier, Mackenzie aimait l’histoire de Florence: le Moyen Âge, la Renaissance, le XVIe siècle. Il avait même commencé une collection d’éditions de Dante. Ainsi, même la résidence aurait dû lui donner l’impression de vivre au cœur de Florence.

Mackenzie, à Gênes, avait acheté une propriété près des anciennes murailles du XVIIe siècle, sur les bastions de San Bartolomeo. C’était un endroit très prestigieux: près de l’actuelle Piazza Manin, sur une colline, avec une belle vue sur la ville. Le jeune Gino Coppedè lui avait probablement été présenté par son beau-père et avait fait bonne impression. Acculturé, polyvalent, imaginatif, bien préparé, doté d’un excellent bagage d’études, puisqu’il avait d’abord étudié à la Scuola Professionale di Arti Decorative Industriali de Florence, puis à l’Accademia di Belle Arti locale, ainsi que d’une connaissance approfondie de l’histoire et de l’art de Florence, Gino Coppedè semblait être l’architecte idéal pour le projet, malgré son manque d’expérience. Il s’agissait en fait d’un pari, que Mackenzie allait remporter triomphalement. Aussi parce que Coppedè ne s’est pas révélé un exécutant passif: c’est probablement lui qui a suggéré à l’assureur écossais de ne pas restaurer le bâtiment qu’il avait acheté, mais de construire ce que l’arrêté municipal mentionne comme “un autre bâtiment, plus grandiose”. Le premier projet, qui prévoyait une rénovation du bâtiment existant, fut donc radicalement revu, pour se transformer en un projet de reconstruction totale, selon le goût du client, qui correspondait également aux modes qui s’étaient répandues depuis longtemps dans la patrie de Mackenzie: les différents renouveaux de l’époque victorienne (néo-roman, néo-gothique, néo-Renaissance) ont fini par se fondre dans un éclectisme qui a ouvert la voie à des bâtiments combinant des éléments décoratifs issus des époques historiques les plus disparates. À la fin du siècle, la rigueur philologique n’est plus recherchée: ce sont plutôt les combinaisons surprenantes dictées par le goût personnel qui guident les choix.

C’est également le cas de l’édifice conçu par Gino Coppedè, qui sera plus tard connu sous le nom de château Mackenzie. Le jeune architecte l’a imaginé comme un ancien manoir médiéval, avec un corps principal rectangulaire auquel il a ajouté un avant-corps qui donne au château l’apparence de deux bâtiments distincts. Pour la façade donnant sur la Via Cabella, Coppedè s’est inspiré du Palazzo Pubblico de Sienne: ici aussi, on trouve une façade légèrement incurvée, des revêtements de sol en deux matériaux différents (pierre au rez-de-chaussée, brique au premier étage, puis à nouveau pierre aux étages supérieurs), des arcs ogivaux encadrant portes et fenêtres, et des merlons de Guelph décorant le dernier étage. La façade donnant sur les murs de San Bartolomeo, en revanche, est beaucoup plus complexe. La partie la plus proche de la mer présente la structure de plusieurs palais fortifiés du Moyen Âge italien, avec une sévère façade en pierre et un escalier en diagonale placé contre les murs: pensez au Palazzo Pretorio de Prato, au Palazzo del Podestà de Castell’Arquato, à la Tour Ezzelinienne de Monselice, ou encore à la cour du Palazzo del Bargello de Florence. Le même motif est répété sur le côté adjacent. La façade sur les murs de San Bartolomeo se poursuit par un élément en briques à un étage, décoré d’arcs suspendus et au-delà duquel on aperçoit le corps du bâtiment, et par la dernière partie du mur d’enceinte, qui se termine par une tourelle au centre de la façade. Sur le petit côté, celui qui fait face à la mer et qui abandonne le rôle de forteresse pour celui de manoir, se dresse la plus haute tour du château Mackenzie, une sorte de “version allégée” de la Torre di Arnolfo à Florence ou de la Torre del Mangia à Sienne.

Vue principale du château de Mackenzie
Vue principale du château Mackenzie. Ph. Crédit Cambi Aste


Vue de la via Cabella
Les deux tours depuis la via Cabella. Ph. Crédit Cambi Auctions


Le château de Mackenzie sur une photographie d'époque
Le château Mackenzie sur une photo d’époque


Détail de la tour
Détail de la tour. Ph. Crédit Cambi Aste


De gauche à droite: Prato, Palazzo Pretorio ; Castell'Arquato, Palazzo del Podestà ; Monselice, Torre Ezzeliniana. Ph. Crédit Finestre Sull'Arte
De gauche à droite: Prato, Palais Pretorio ; Castell’Arquato, Palais du Podestat ; Monselice, Tour Ezzeliniana. Ph. Crédit Finestre Sull’Arte


La Tour d'Arnolfo à Florence et la Torre del Mangia à Sienne. Ph. Crédit Finestre Sull'Arte
La Tour d’Arnolfo à Florence et la Torre del Mangia à Sienne. Ph. Crédit Finestre sull’Arte


Luigi De Servi, Portrait d'Ewan Mackenzie (1902 ; huile sur toile, 136,5 x 136,5 cm ; Gênes, Galleria d'Arte Moderna)
Luigi De Servi, Portrait d’Ewan Mackenzie (1902 ; huile sur toile, 136,5 x 136,5 cm ; Gênes, Galleria d’Arte Moderna)


Gino Coppedè
Gino Coppedè

Le château Mackenzie n’est pas le premier édifice du genre “revival” à Gênes: quelques années plus tôt, en 1892, avait été inauguré le Castello d’Albertis, la demeure de l’explorateur Enrico Alberto d’Albertis (Voltri, 1846 - Gênes, 1932), qui avait confié la conception de sa résidence à une équipe d’ architectes et d’ingénieurs supervisée par Alfredo d’Andrade (Lisbonne, 1839 - Gênes, 1915). Cependant, le Castello d’Albertis et le Castello Mackenzie sont séparés par de profondes différences. Pour le Castello d’Albertis, en effet, les concepteurs ont voulu être le plus philologique possible en concevant un bâtiment inspiré exclusivement des habitations du Moyen Âge génois, avec des citations du Palazzo San Giorgio, de la tour Embriaci, des maisons Doria, mais aussi au-delà de la région (par exemple, il y a des éléments inspirés du cloître de San Colombano à Bobbio), sans toutefois dépasser la période de référence. Le château Mackenzie, au contraire, est transversal par rapport à l’époque: il y a des éléments médiévaux, d’autres renaissance, d’autres néoclassiques, sans oublier les nombreux éléments décoratifs en accord avec les modes de l’époque, comme les escaliers en colimaçon en fer forgé avec des motifs géométriques typiques du style Art nouveau. Coppedè ne s’est pas penché sur les théories de John Ruskin, William Morris, Eugène Viollet-le-Duc: il ne s’est pas intéressé à la philologie. Ce qui l’intéressait, c’était d’être éclectique et moderne à la fois. D’ailleurs, cela l’amusait beaucoup plus: à la fin de l’œuvre, dans une interview au journal génois Il Caffaro, il aurait dit, avec cette ironie typiquement toscane qui le caractérisait: “J’ai un peu batifolé”. Une phrase qui résume bien les idées qui ont présidé à la naissance du Castello Mackenzie.

Toutefois, “s’amuser” avec le château ne signifiait pas que l’entreprise était un jeu. Au contraire: pour réaliser un travail aussi exigeant en peu de temps (et si l’on considère, en outre, qu’il s’agissait du projet d’un architecte débutant, âgé d’à peine 30 ans, et qui n’avait pas d’autres projets antérieurs dans son curriculum ), une organisation solide et efficace était nécessaire. Coppedè donna donc vie à un travail choral, capable d’impliquer et de valoriser (en accord, cette fois, avec les idées de Morris et d’autres) le travail artisanal, garanti par différentes manufactures, toutes engagées dans la réussite du projet en fournissant des sculptures, des mosaïques, du verre, des éléments en fer, des meubles, etc. L’atelier “leader” était La Casa Artistica, l’atelier dirigé par le père de Gino, Mariano Coppedè (Florence, 1839 - 1920), un ébéniste expérimenté qui a fourni plusieurs meubles au Castello Mackenzie. Coordonnés par la Casa Artistica, de nombreux autres ateliers, toscans ou non, étaient également actifs. Les céramiques ont été fournies par l’usine Cantagalli de Florence, spécialisée dans la fabrication de terres cuites inspirées des sculptures de Della Robbia. Pour les vitraux, en revanche, c’est la manufacture florentine De Matteis, l’un des meilleurs ateliers italiens dans la production de vitraux artistiques inspirés du Moyen-Âge, qui s’en est chargée. Les éléments en fer ont été confiés à l’Officine Michelucci de Pistoia, à la manufacture Checcucci de San Gimignano et aux entreprises Giacomo Mantero de Gênes et Federico Pinasco de Recco. Le même grès avec lequel les murs ont été recouverts provenait de Toscane. Enfin, les mosaïques ont été demandées à l’entreprise Musiva de Venise.

La loggia du château
La loggia du château. Ph. Crédit Cambi Aste


Cheminée en bois
Cheminée en bois. Ph. Crédit Cambi Auctions


Vitraux néogothiques
Vitraux néo-gothiques. Ph. Crédit Cambi Auctions


Les mosaïques
Mosaïques. Ph. Crédit Cambi Auctions


Le puits
Le puits. Ph. Crédit Cambi Aste

Ainsi, même pour les décorations intérieures, Coppedè s’est plié au goût de Mackenzie (et au sien) en s’inspirant de la grande tradition toscane, que l’architecte considérait comme la s ienne et pour laquelle il nourrissait une profonde passion. Citations, reproductions, réinterprétations libres, juxtapositions surprenantes d’éléments même éloignés dans le temps étonnent ceux qui se promènent dans les salles du château, mais en même temps ils coexistent harmonieusement avec les spécifications d’une résidence moderne en mesure d’offrir tous les types de confort à ceux qui y vivent: l’ensemble du château a été équipé dès le départ d’un réseau électrique capable d’atteindre toutes les pièces, de même que le système de chauffage central, et même d’un grand ascenseur reliant les sous-sols au deuxième niveau du bâtiment, ainsi que d’une piscine intérieure chauffée, avec sauna. Une architecture inspirée du passé qui, selon les dernières théories, ne devait pourtant pas manquer de confort moderne pour l’habitant. Un confort toutefois bien dissimulé par la vivacité des éléments décoratifs. Rossana Bossaglia, auteur avec Mauro Cozzi d’une importante monographie sur les Coppedè, a écrit: Avec un mélange exubérant et éclectique de styles - voir le caractère “ravennais” des mosaïques, le cadre florentin du XIIIe siècle et de la Renaissance de l’édifice et du mobilier, l’empreinte siennoise de la tour qui reprend les formes de la Torre del Mangia, la tonalité du haut Moyen Âge de nombreux motifs entrelacés - le goût obstiné et insistant pour l’architecture et la décoration de l’église de Coppedè s’est manifesté à plusieurs reprises, le goût obstiné et insistant pour le fragment ancien, vrai ou faux, et pour la composition de pièces de nature stylistique différente - romaine, étrusque, XVe siècle, médiévale - Coppedè qualifie l’édifice et répond aux besoins de son propriétaire riche et intellectuel".

Parcourir les salles du Castello Mackenzie, c’est presque entreprendre un voyage à travers l’histoire de l’art: un voyage qui mêle des pièces authentiques, comme les objets archéologiques de l’Antiquité romaine incrustés dans les murs, et des pièces savamment imitées (la production d’imitations, qui servaient aussi parfois à orchestrer des escroqueries à l’encontre de riches collectionneurs étrangers, bien que ce ne soit évidemment pas le cas au château Mackenzie, était particulièrement florissante à l’époque). était particulièrement florissante à l’époque) disséminées dans le château et combinées pour évoquer un ensemble de sensations, une atmosphère chère au mécène, pour donner corps à l’idée qui voyait dans l’artisanat le plus important gardien de la tradition artistique toscane. Les mélanges commencent déjà dans l’atrium, couvert par des voûtes d’arêtes soutenues par de puissantes colonnes de marbre, décorées au sommet de chapiteaux avec des animaux et des motifs phytomorphes rappelant ceux des cathédrales romanes, et à la base de lions et de griffons reposant sur des socles. À côté, la statue d’une Vénus néoclassique introduit le visiteur dans l’escalier monumental, fermé par des balustrades Renaissance, qui l’accompagne tout au long du parcours. L’itinéraire peut ensuite se poursuivre vers la chapelle néogothique, où se trouvent les splendides stalles en bois marqueté, inspirées du XIVe siècle, réalisées par La Casa Artistica à l’imitation des chœurs des églises toscanes, et le grand orgue à tuyaux, ou vers les loggias extérieures, sur les murs desquelles se trouvent des terres cuites émaillées imitant Della Robbia, produites par la société Cantagalli, ainsi que dans les grottes panoramiques du château (avec de véritables stalactites, provenant peut-être de Postumia, et renforcées par du ciment), où l’on peut admirer, à notre grand étonnement, une reproduction de la Vénus de Milo.

Les pièces du château, à commencer par les halls et les vestibules, regorgent également de somptueuses œuvres d’art, qui constituent l’un des points forts de la décoration du château Mackenzie, et contribuent aux ambitions d’Evan Mackenzie. L’œuvre la plus connue est sans doute la peinture murale représentant la construction de la tour du château: Inspirée de la Renaissance (les personnages semblent tout droit sortis d’un tableau de Ghirlandaio, tandis que l’atmosphère et le ciel prennent un air vénitien), elle a été peinte par le jeune Carlo Coppedè (Florence, 1868 - 1952), frère de Gino, qui a voulu immortaliser le mécène dans la partie inférieure de l’œuvre, Evan Mackenzie qui, vêtu de bleu selon la mode du XVe siècle, arrive à la table des planificateurs pour vérifier l’avancement des travaux, et son frère Gino, que l’on voit avec une longue barbe noire montrer le dessin de la Tour à son riche client. Pendant ce temps, derrière, sur fond de mer Ligure, les travaux battent leur plein, des ouvriers grimpent sur des échafaudages, d’autres scient des matériaux de construction, d’autres encore transportent des pierres et des briques. L’atrium, quant à lui, est décoré d’une peinture murale représentant une procession de soldats dans une Gênes médiévale: l’œuvre est très abîmée et peu lisible, mais l’intention de l’auteur et du commanditaire était probablement d’utiliser des matériaux facilement périssables pour rendre l’effet du temps plus réaliste. Dans la chapelle, on trouve également une splendide Annonciation qui est elle-même un mélange d’éléments provenant de différents peintres: les figures et la composition rappellent Fra Angelico, le vase entre l’archange Gabriel et la Vierge provient de l’Annonciation de Simone Martini qui se trouve actuellement aux Offices, et les arbres presque stylisés qui se détachent derrière la loggia rappellent les œuvres d’Alesso Baldovinetti. L’ensemble des sculptures est également important: Nous avons déjà mentionné la reproduction de la Vénus de Milo et la Vénus néoclassique, mais une promenade dans le château permet de découvrir de nombreuses autres œuvres en marbre, dont un Saint Georges imitant la célèbre statue de Donatello réalisée pour Orsanmichele au nom de l’Arte dei Corazzai, et un relief représentant Le voyageur et la fontaine, avec une belle jeune femme enveloppée de voiles Art nouveau qui presse une grappe de raisin dans une coupe que lui présente le chevalier: est une œuvre, datée de 1901, du sculpteur Edoardo de Albertis (Gênes, 1874 - 1950), l’un des principaux artistes de la scène génoise de l’époque.

L'atrium du château Mackenzie
L’atrium du château Mackenzie. Ph. Crédit Cambi Aste


Détail des marbres de l'atrium
Détail des marbres de l’atrium. Ph. Crédit Cambi Auctions


Détail d'un capital
Détail d’un chapiteau. Ph. Crédit Cambi Aste


Les stalles en bois de la chapelle
Les stalles en bois de la chapelle. Ph. Crédit Cambi Aste


L'Annonciation dans la chapelle
L’Annonciation de la chapelle. Ph. Crédit Cambi Auctions


Carlo Coppedè, La construction de la tour du château Mackenzie (vers 1900-1902 ; peinture murale ; Gênes, château Mackenzie)
Carlo Coppedè, La construction de la tour du château Mackenzie (vers 1900-1902 ; peinture murale ; Gênes, château Mackenzie). Ph. Crédit Cambi Auctions


Détail de la peinture de la construction de la tour du château avec Gino Coppedè illustrant le projet à Evan Mackenzie
Détail de la peinture de la construction de la tour du château avec Gino Coppedè illustrant le projet à Evan Mackenzie. Ph. Crédit Cambi Auctions


Les grottes du château avec la Vénus de Milo
Les grottes du château avec la Vénus de Milo. Ph. Crédit Cambi Auctions


Le Saint-Georges
Le Saint Georges. Ph. Crédit Cambi Aste


Edoardo de Albertis, Le voyageur et la fontaine (1901 ; marbre ; Gênes, château Mackenzie)
Edoardo de Albertis, Le voyageur et la fontaine (1901 ; marbre ; Gênes, château Mackenzie). Ph. Crédit Cambi Aste

Pour Gino Coppedè, le château Mackenzie, achevé en quelques années (en fait, il prend son aspect définitif dès 1902, bien qu’il soit inauguré plus tard), représente un authentique triomphe et le début prometteur d’une longue carrière, qui le consacrera comme l’un des plus grands architectes italiens du début du XXe siècle. Les journaux, en particulier les journaux locaux, font l’éloge de son travail, l’interviewent et s’intéressent à son œuvre. Dans l’un de ses essais, l’universitaire Micaela Giumelli rapporte le jugement d’un journal qui loue le Castello Mackenzie surtout pour la Tour, définie comme “méritant une mention spéciale”, une construction “du haut de laquelle on peut découvrir les terres environnantes et le golfe enchanteur sur plusieurs centaines de kilomètres”. Un autre journal fait l’éloge de la “magnifique tour aux lignes audacieuses”, qui “domine la ville et les vallées, saluée par la mer et les montagnes lointaines”. D’autres écrivent que “dans les ornements des chapiteaux, dans les balustrades des balcons, on pourrait penser à un Bernin modernisé, un Bernin de notre temps, qui préfère couronner le corinthien de quelques beaux visages féminins au lieu des classiques lauriers et feuilles de chêne”. Pour la presse, Coppedè était, en substance, un nouveau Bernin, et le château Mackenzie un “objet extraordinaire par sa magnificence et son paradoxe” ou, pour reprendre une définition donnée par un autre journal de l’époque et reprise plus tard par nombre de ceux qui ont décrit les merveilles de cet incroyable édifice, un “caprice de roi”.

Le château Mackenzie avait en effet sanctionné la naissance du style dit Coppedè: un style toutefois difficile à cerner, comme l’a si bien précisé Emanuela Brignone Cattaneo. “Ce n’est ni du néogothique, ni de la Renaissance, ni de l’Art nouveau ornemental, mais il y a un soupçon de tout cela, un renouveau dans une tonalité très personnelle. Un style éclectique utilisé sans retenue, entièrement adapté au goût du client”. Un langage particulièrement adapté à la bourgeoisie aisée qui, en Italie et en Europe, prenait de plus en plus de poids social et recherchait une identité culturelle propre, en accord avec le statut qu’elle avait atteint: une opération dans laquelle la récupération du passé jouait un rôle fondamental, du moins en Italie (un jeune État qui n’avait été formé que quelques décennies auparavant). Coppedè inventa un style qui lui procura de nombreux clients, mais son éloignement de l’Académie et de l’avant-garde fut également à l’origine des critiques sévères qu’il subit par la suite, à tel point que, pendant longtemps, l’expression “style Coppedè” prit un sens négatif: cependant, des études plus récentes, comme celle, citée plus haut, de Rossana Bossaglia, ont contribué à replacer l’art du grand architecte florentin dans une position plus appropriée. Son art lui assura d’ailleurs un grand succès: après avoir terminé le Castello Mackenzie, Coppedè reçut de nombreuses autres commandes, réussissant à se constituer un cercle de clients fortunés et allant même jusqu’à construire à Rome un ensemble de bâtiments encore connu aujourd’hui sous le nom de “quartier Coppedè”.

Quant à Evan Mackenzie, il continua à résider au château avec sa famille jusqu’à sa mort en 1935. Quatre ans plus tard, sa fille Isa le vend à une agence immobilière. Occupé pendant la Seconde Guerre mondiale, d’abord par les Allemands puis par les Alliés, il devint après la guerre le siège d’un poste de commandement local des carabiniers et, dans les années 1960 et 1970, il abrita la Société de gymnastique Rubattino, qui l’utilisa comme gymnase. En 1986, il a été acheté par le collectionneur américain Mitchell Wolfson Jr, qui l’a restauré à partir de 1991 (pendant les années où il était utilisé comme gymnase, en effet, le Castello Mackenzie a connu une détérioration considérable), puis, en 2002, l’a vendu à la Cambi Auction House, dont il est encore le siège aujourd’hui. Un lieu où l ’art est toujours vivant et qui, comme à l’époque de sa construction, ne cesse d’étonner ceux qui le visitent.

Bibliographie de référence

  • Francesca Mazzino (ed.), Jardins historiques en Ligurie: connaissance, réaménagement, restauration, San Giorgio, 2006
  • Giorgio Croatto (ed.), Castelli in terra, in acqua e... in air, actes de la conférence internationale (Pise, mai 2001), Université de Pise, 2002
  • Emanuela Brignone Cattaneo, Genova: edifici storici e grandi dimore, Allemandi, 1992
  • Annalisa Maniglio Calcagno, Giardini, parchi e paesaggio nella Genova dell’Ottocento, Sagep, 1984
  • Rossana Bossaglia, Mauro Cozzi, I Coppedè, Sagep, 1982


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.