Le secret qui a échappé à Vittorio Sgarbi: sur les bustes de Giovanni Antonio Cybei dans les "Salles secrètes


Une nouvelle identification des bustes de Giovanni Antonio Cybei provenant de la collection Cavallini Sgarbi et récemment exposés dans le cadre des "Salles secrètes".

Les Stanze Segrete de Vittorio Sgarbi n’ont plus grand-chose de secret ; seul le regard furtif de sa sœur Elisabetta, avec le court-métrage Belle di Notte, nous avait permis de jeter un coup d’œil dans les pièces, et d’entrevoir les œuvres, de la collection privée de Sgarbi, mais s’il est vrai, comme il le dit lui-même, que “ le sens de la collection est lié à la vanité de la vie ”, ce secret ne pouvait pas le rester longtemps.

Les trésors de la collection Cavallini Sgarbi, accumulés au fil des ans grâce à une collaboration mère-fils assidue, sont exposés depuis 2016 dans une exposition continue, qui a débuté dans la région des Marches et s’est ensuite transformée en exposition itinérante, presque comme une longue tournée théâtrale, se déplaçant environ tous les six mois.L’expositionLotto Artemisia Guercino, Le Stanze Segrete de Vittorio Sgarbi a commencé ses pérégrinations depuis les salles du Palazzo Campana, à Osimo, en mars 2016, avant d’arriver à Cortina d’Ampezzo en décembre, juste à temps pour le début de la saison hivernale. Au printemps 2017, la collection est arrivée à Trieste, occupant l’évocateur “Salone degli Incanti”, l’ancien marché aux poissons de la ville ; il y a quelques jours, sous le titre Dal Rinascimento al Neoclassico, Le Stanze Segrete di Vittorio Sgarbi, l’exposition a ensuite été inaugurée au château de Novara, tout juste sorti d’une longue et très récente restauration. En 2018, une étape à Ferrare est déjà prévue, qui pour l’occasion ouvrira les portes du Castello Estense, futur siège de la Pinacoteca Comunale, au populaire concitoyen. Pour 2019, on parle d’une descente à Matera, l’année où la ville sera Capitale européenne de la culture, et on regarde déjà plus loin, en pensant à un lieu d’exposition permanent pour les œuvres.

Compte tenu de l’importance du matériel (on parle d’un corpus d’au moins 3 000 objets d’art), les arguments en faveur de ces manifestations continues ne devraient pas manquer, mais ceux qui s’attendent à une rotation verront leurs espoirs déçus ; les différences d’une exposition à l’autre ont été jusqu’à présent minimes, voire nulles, et le seul catalogue disponible (pour autant qu’on puisse en trouver un) reste celui qui a été imprimé pour l’exposition d’Osimo. Il n’y a donc pas de véritable secret sur le contenu de la collection, du moins en ce qui concerne cette centaine d’œuvres, dont de véritables chefs-d’œuvre, exposés et présentés, commentés, photographiés et bien documentés dans le catalogue correspondant.

Le monde de l’art, en revanche, ne manque jamais de réserver quelques surprises, et quelques-uns de ces précieux objets conservent un “secret” que Sgarbi lui-même n’a pas révélé, du moins jusqu’à présent. À côté des Guercino, Lorenzo Lotto, Pietro Liberi et Artemisia Gentileschi, deux bustes en marbre, particulièrement chers à leur propriétaire, figurent dans le catalogue sous le titre “Portraits des frères Masetti de Bagnano” et sont attribués à un sculpteur aussi connu de son vivant qu’oublié aujourd’hui: Giovanni Antonio Cybei (Carrara, 1706 - 1784).

Giovanni Antonio Cybei, i due busti marmorei della Collezione Cavallini Sgarbi (dettagli dei singoli busti nelle foto seguenti)
Giovanni Antonio Cybei, les deux bustes en marbre de la collection Cavallini Sgarbi (détails des bustes individuels dans les photos suivantes).

Vittorio Sgarbi s’est déclaré à plusieurs reprises “fan” de cet artiste négligé par la critique, figure de proue de la sculpture à l’apogée du XVIIIe siècle et premier directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Carrare, sa ville natale ; il n’est pas rare que le célèbre critique fasse l’éloge de Cybei, le décrivant de temps à autre comme “le sculpteur que j’adore” (2002), “grand, exceptionnel, mais totalement inconnu” (2002), “un artiste extraordinaire totalement oublié, exclu” (2015) - louant son habileté - “la qualité de cet artiste est incroyable” (2001) et, sans épargner des comparaisons vraiment stimulantes, “je le considère aussi grand que Canova” (2016).

Lors d’une visite à Carrare en 2002, Sgarbi a également annoncé qu’il souhaitait consacrer une monographie à l’artiste qu’il admire tant: “Je vais écrire un livre sur Cybei, bien sûr ce ne sera pas un livre à succès, mais les gens de Carrare l’aimeront”. Le livre était toujours en préparation en 2008: “Je suis l’un des plus grands connaisseurs de Cybei, je possède également certaines de ses sculptures, et je prépare un volume consacré précisément à sa production artistique”, mais malheureusement, nous attendons toujours. L’emplacement que Sgarbi avait réservé aux deux sculptures de Cybei, dans sa somptueuse résidence romaine du Palazzo Pamphili, Via dell’Anima, dans la pièce la plus prestigieuse de la maison, “l’endroit le plus monumental, mais aussi le plus protégé, qui est la chambre à coucher d’Innocent X”, où il conservait “les choses, je ne sais pas si elles sont plus précieuses, mais certainement de la plus haute qualité absolue”, est également symptomatique.

Les longues séquences qui leur sont consacrées dans le court métrage Belle di Notte, déjà mentionné, sont une preuve supplémentaire de la considération de Sgarbi pour ces deux précieux portraits. Sur une musique de fond de Gustav Mahler et grâce aux choix séduisants d’Elisabetta Sgarbi en matière d’éclairage et de mise en scène, destinés à mettre en valeur leur préciosité, les deux œuvres de Cybei sont amplement mises en valeur, tandis que leur frère, plus célèbre, chante leurs louanges: Dans cette salle, où j’ai placé ces choses si choisies, il y a ces deux formidables sculptures [...] ce visage extraordinairement réaliste et ce formidable drapé, avec aussi des éléments réalistes comme les boutons, les boutonnières, cette formidable cocarde, la croix de l’Ordre de Lorraine...“...”. C’est pourtant là, dans sa pièce la plus secrète, dans les œuvres d’un de ses artistes préférés, dans les marbres les plus raffinés de sa collection, que quelque chose échappe à Sgarbi lui-même.

Revenons au début de l’histoire: l’achat des deux bustes n’a pas été la conséquence de sa passion pour Cybei, mais en a constitué la prémisse. Sgarbi ne connaissait ni l’auteur ni le sujet des marbres lorsqu’il en est entré en possession, et le fait d’avoir remonté jusqu’à la main du Carrarese est dû à une heureuse intuition de sa part, qu’il a rappelée avec force détails en 2001: “Je me trouvais alors à Modène où, dans la Biblioteca Estense, j’ai trouvé à l’entrée deux sculptures qui semblaient être de la même main. Je suis monté à l’échelle: j’ai vu les mêmes boutonnières, les mêmes boutons. J’ai demandé au directeur, le professeur Milano, ce qu’il en était de ces bustes, et il m’a dit: ”Ah mais vous les connaissez: ce sont des œuvres d’Antonio Cybei“. Antonio Cybei était un illustre sculpteur qui travaillait pour la famille Este à Modène... et qui fut le premier directeur de l’Académie de Carrare. Et c’est à partir de là que j’ai compris, ayant aussi la même base [...] qu’il s’agissait bien de l’œuvre de Cybei”.

Les deux portraits-bustes relevés par le critique à Modène sont en effet des œuvres documentées de Cybei, qui les a exécutés en 1774. Les versions en terre cuite sont également conservées dans les dépôts de la Galleria Estense et ont été exposées en 1996 dans le cadre de l’exposition Sculptures à la cour à la Rocca di Vignola. Elles représentent deux personnages de grande importance pour la culture modénaise, Ludovico Antonio Muratori et Carlo Sigonio, et, comme nous le verrons plus loin, ont été exécutées quelques années seulement après les bustes de la collection Cavallini Sgarbi, auxquels elles sont manifestement apparentées.

Giovanni Antonio Cybei, Carlo Sigonio
Giovanni Antonio Cybei, Portrait de Carlo Sigonio (1774 ; marbre ; Modène, Biblioteca Estense)


Giovanni Antonio Cybei, Ludovico Muratori
Giovanni Antonio Cybei, Portrait de Ludovico Muratori (1774 ; marbre ; Modène, Biblioteca Estense)

Si l’intuition de Sgarbi pour reconnaître la main de Cybei est claire, les mécanismes qui l’ont conduit à identifier les frères Masetti da Bagnano fantômes dans les portraits le sont moins. Qui étaient-ils? Et pourquoi Cybei, qui nous a laissé une liste assez complète de ses œuvres, ne les mentionne-t-il pas? Voici ce que Sgarbi a déclaré en 2001: “... J’ai retrouvé la famille où ils se trouvaient en Toscane, qui avait un lien avec la famille Modenese. J’ai également compris qui étaient les personnages: Masetti da Bagnano, deux frères, probablement issus de cette riche famille de marchands qui devinrent ensuite des aristocrates, des comtes, en Toscane”. La piste semble intéressante, suggérant qu’il existe des documents prouvant ces relations, mais la première entrée du catalogue consacrée aux deux Cybei, éditée par Vittorio Sgarbi avec la collaboration de Pietro di Natale, n’a pas grand-chose à ajouter: “En retraçant l’histoire des bustes, Sgarbi a également proposé de les identifier comme les portraits de deux aristocrates, peut-être des frères, de la famille Masetti da Bagnano, une riche famille originaire de Modène qui a donné naissance à une branche qui s’est installée à Florence” (2008).

On ne sait rien des détails de cette “affaire de collection”, et la seule bibliographie fournie à l’appui de l’hypothèse est une référence à l’ancienne (et glorieuse) Enciclopedia storico-nobiliare italiana du marquis Vittorio Spreti. Il est logique (et légitime) d’attendre quelque chose de plus de la carte dédiée dans le très récent catalogue de Le Stanze Segrete; rien de nouveau au lieu de cela, toujours la référence générique à l’histoire de la collection grâce à laquelle “Sgarbi a reconnu les portraits de deux aristocrates, peut-être des frères, de la maison Masetti da Bagnano” (2016).

Qui sont donc ces frères Masetti dont les noms ne sont même pas mentionnés? Sont-ils des personnages importants au point d’avoir des portraits en marbre aussi somptueux, sculptés par un auteur de renom, et d’un rang tel qu’ils arborent la croix de l’ordre de Saint-Étienne de Hongrie?

Les écrits et les conférences de Sgarbi ne répondent pas entièrement à ces questions, et le doute que quelque chose ne va pas, que nous sommes sur la mauvaise voie, devient très fort. Ce n’est pas sans hésitation que l’on conteste ceux qui ont dû déclarer: “D’abord, que ce soit clair, pour moi la raison signifie que j’ai raison” (2005), mais cette fois-ci, Sgarbi s’est vraiment trompé, et de beaucoup.

En 1776, Cybei a rédigé un bref résumé de sa carrière, un “mémorial” avec une liste des principales œuvres qu’il a réalisées, des mécènes les plus illustres et des récompenses qu’il a reçues ; ce précieux document, fondamental pour la reconstruction de la carrière artistique de Cybei, est conservé aux Archives d’État de Modène et est resté inédit jusqu’à la publication d’un essai de ma plume, Dal Choro alla Bottega. Nuove acquisizioni su Giovanni Antonio Cybei(Commentari d’arte 14, Anno V - 1999, Roma 2003), dans lequel il a été entièrement transcrit. Certes, il ne s’agit pas d’une revue que l’on trouve dans les kiosques, mais Commentari d’Arte est certainement l’une des principales publications spécifiques dans le domaine, et il est dommage qu’une personne comme Sgarbi, si intéressée par Cybei, ne l’ait jamais lue.

Ce mémoire mentionne une série de bustes importants réalisés par Cybei dans les années précédant immédiatement sa rédaction, en gros de 1770 à 1776 ; certaines de ces œuvres sont bien connues, comme le portrait du grand-duc Pierre Léopold de Lorraine (au Palais royal de Pise et au Victoria & Albert Museum de Londres) ou de l’impératrice Catherine II (Peterhof) et de la duchesse Marie-Thérèse (Reggio Emilia, Basilique de la Ghiara), d’autres, très peu nombreuses, manquent encore à l’appel. Si l’on exclut un certain nombre de demi-bustes, parmi lesquels les deux prétendus Masettis ne peuvent certainement pas être inclus, seuls le portrait de la grande-duchesse de Toscane Marie-Louise de Bourbon (que nous ne nous sentons pas en mesure de prendre en considération....) et les bustes des deux juristes les plus importants de la Toscane du XVIIIe siècle: Giovanni Bonaventura Neri Badia (juge, auteur et fondateur de la chaire de droit international à l’université de Pise) et son fils Pompeo Neri, ce que nous appellerions aujourd’hui un homme politique de premier plan, avec une carrière de plus de dix ans dans l’administration grand-ducale, culminant avec sa nomination en 1770 en tant que président du Conseil d’État, plus ou moins l’équivalent d’un Premier ministre actuel, après le grand-duc Pietro Leopoldo lui-même.

Pour l’honorer [Cybei], Son Excellence le Président Pompeo Neri a également donné son accord, voulant son propre Portrait et celui de son Père pour lequel, en plus de le couvrir de mille attentions, il lui a fait un cadeau de lys zecchini n° 100, s’excusant en disant qu’il n’était pas le Grand-Duc“ (1776). Le cercle se resserre, la possibilité que les deux bustes soient bien ceux cités par Cybei doit être prise en considération, et une comparaison rapide et intuitive entre la physionomie du visage d’un portrait de Pompeo Neri (par exemple celui imprimé par Francesco Sabatelli et Benedetto Bordiga, ou celui à l’huile qui est passé récemment sur le marché des antiquités à Florence) et les bustes des ”Masetti“ suffit pour passer de l’hypothèse à la certitude: il n’est pas nécessaire d’être un expert pour reconnaître dans l’un des deux marbres la correspondance exacte avec les traits de Neri: le dernier ”secret" des salles de Sgarbi est révélé.

Giovanni Antonio Cybei, Giovanni Bonaventura Neri Badia
Giovanni Antonio Cybei, Portrait de Giovanni Bonaventura Neri Badia (1772 ; marbre, 74 x 70 x 30 cm ; Ro Ferrarese, Collection Cavallini Sgarbi)


Giovanni Antonio Cybei, Pompeo Neri
Giovanni Antonio Cybei, Portrait de Pompeo Neri (1772 ; marbre, 79 x 70 x 35 cm ; Ro Ferrarese, Collection Cavallini Sgarbi)


Scuola senese del XVIII secolo, Ritratto di Pompeo Neri
École siennoise du XVIIIe siècle, Portrait de Pompeo Neri (seconde moitié du XVIIIe siècle ; huile sur toile, 58,8 x 48,5 cm ; collection privée)


Francesco Sabatelli, Benedetto Bordiga, Ritratto di Pompeo Neri
Francesco Sabatelli, Benedetto Bordiga, Portrait de Pompeo Neri (après 1768 - avant 1829 ; gravure à l’eau-forte, 7,1 x 8,6 cm ; Monza, Civica Raccolta di Incisioni Serrone Villa Reale)

La lapide di Castelfiorentino
La plaque de Castelfiorentino
Nous pourrions également nous arrêter ici, tant l’identité est évidente dans les traits somatiques, mais il semblerait peu sérieux, voire grossier, de ne pas approfondir le sujet. Revenons à la fameuse “affaire de la collection” à la base des déductions de Sgarbi ; il n’est même pas nécessaire d’effectuer de longues et approfondies recherches dans les archives, mais il suffit de lire une plaque placée sur la voie publique, sur la façade du palais de Pompeo Neri à Castelfiorentino, pour obtenir une première réponse: “Cette maison a été habitée et avec son nom rendue plus honorable Pompeo Neri Badia auteur dans les conseils d’État de réformes civiles en temps de privilèges partisan de la liberté économique quand l’État était tout le citoyen rien. Pier Pompeo Masetti, seul survivant de la famille Neri Badia, le 28 mai 1882, commémorant...”. Oui, vous avez bien lu, une seule phrase suffit à clarifier le rapport entre les Masetti et la famille de Pompeo Neri ; l’idée que la collecte de l’histoire pourrait permettre de remonter à l’identité de l’escamoté était juste, le développement du thème très peu.

Et cette très ostentatoire croix de saint Étienne de Hongrie sur le buste que l’on sait désormais être celui de Pompeo Neri? Ce n’est pas vraiment courant: l’ordre avait été institué en 1764 par l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, et était réservé aux personnalités marquantes du Saint Empire romain germanique. De sa création à 1792, seuls huit étrangers ont reçu la croix de chevalier. N’aurait-il pas fallu tirer la sonnette d’alarme pour que l’un de ces obscurs frères Masetti ait eu accès à une si haute distinction? En cas de doute, il existe également des listes imprimées de chevaliers honorés de l’ordre, et qui en fait partie? Notre très cher Pompeo Neri.

La nouvelle n’est pas passée inaperçue à l’époque, comme en témoigne la Gazzetta Toscana du 25 novembre 1769: “L’empereur a élevé ces jours-ci à la dignité de grand-croix de l’ordre royal de Saint-Étienne le comte de Coblence [Karl Von Coblenz], chevalier de la Toison d’or et ministre plénipotentiaire aux Pays-Bas: De même, Souveraine Majesté a nommé Signor Abate Pompeo Neri, premier secrétaire d’État de l’archiduc, grand-duc de Toscane, chevalier dudit ordre”.

Notre bon Pompeo, manifestement très fier de cet honneur, n’a pas manqué d’en exhiber le symbole au grand jour, et au XVIIIe siècle, voici ce que l’on pouvait lire dans les “journaux”: “Pise, 6 décembre 1769 - Son Excellence Monsieur le Président Pompeo Neri, ayant été décoré par Sa Majesté l’Impératrice Reine de la Croix de Chevalier de l’Ordre de Saint-Étienne de Hongrie, a commencé la semaine dernière à porter l’uniforme qu’il a reçu des mains de notre Grand-Duc Royal...”.

En résumé, tout concorde, de la Croix de Saint-Étienne à l’affaire du collectionneur, du témoignage direct de Cybei à l’identité complète avec les traits du visage de Pompeo Neri, et il est très évocateur de lire la description qu’en fait Angelo Ridolfi dans son “Eulogie de Pompeo Neri”, en observant son portrait: Il était du caractère le plus doux: grave et éloquent dans ses paroles: toujours égal à lui-même: ferme et constant dans ses divisions réfléchies [...] La joie de son âme brillait dans ses yeux vifs".

Aucun portrait de Giovanni Bonaventura Neri Badia, le père de Pompeo, n’est connu à l’heure actuelle, bien que leur histoire commune devrait déjà appuyer cette reconnaissance. Le premier des deux bustes peut être comparé à la mode de l’époque de Gian Gastone de Médicis, comme le montre par exemple le portrait de Franz Ferdinand Richter au palais Pitti, où le grand-duc porte un somptueux jabot de dentelle et une imposante coiffure de longues boucles avec une raie centrale, éléments qui sont exactement les mêmes que dans le portrait de Neri Badia. En revanche, le portrait de Pompeo Neri le présente avec une perruque de style Louis XV, ramassée et probablement poudrée, semblable à celle que porte le grand-duc François-Étienne de Lorraine dans le portrait (en tant qu’empereur François Ier) de Pompeo Batoni à Schönbrunn.

Dettaglio dello jabot di Giovanni Bonaventura Neri Badia
Détail du jabot de Giovanni Bonaventura Neri Badia

Cette brève incursion dans la mode du XVIIIe siècle n’a pour but que de souligner l’appartenance des deux personnages à des générations différentes, comme un père et un fils par exemple, et certainement pas comme deux frères, un autre détail qui n’aurait pas dû échapper à la critique.

Après avoir dévoilé tous les “secrets” qui ont échappé à Sgarbi, il ne reste plus qu’à conclure sur la datation des deux œuvres, dont la chronologie de Cybei suggère qu’elles ont été exécutées en 1772, à l’apogée de la carrière “politique” de Pompeo Neri et de la carrière artistique de l’auteur. Nous sortons des Stanze Segrete, amusés d’avoir dévoilé un secret qui avait échappé à Sgarbi lui-même, alors qu’il l’avait sous le nez, parmi ses biens les plus chers, et nous terminons en espérant que dans un avenir proche, peut-être lors de la prochaine étape du “tour”, les deux bustes de Cybei seront présentés avec leurs étiquettes mises à jour. Ils le méritent.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.