Lee Miller. L'histoire du photographe qui s'est baigné dans la baignoire d'Hitler


Libre et déterminée, la photographe américaine Lee Miller est l'une des artistes les plus intéressantes du XXe siècle, dotée d'un génie multiforme et polyvalent. Dans cet article, son histoire.

Libre, déterminée et dotée d’une forte personnalité, Elizabeth (Lee) Miller (Poughkeepsie, New York, 1907 - Chiddingly, 1977) est l’une des plus grandes photographes du XXe siècle, récemment redécouverte par le grand public grâce aux expositions et aux livres qui lui sont consacrés. L’histoire de sa vie mérite en effet d’être racontée car elle fut mouvementée, pleine de changements et d’épisodes qui l’ont profondément marquée et ont fait d’elle l’une des femmes les plus émancipées et les plus modernes de son époque.

Il suffit de dire qu’après être devenue photographe indépendante pour Vogue, elle a choisi de travailler au début des années 1940 comme correspondante accréditée de l’armée américaine, réalisant des reportages de guerre non censurés. Elle fut d’ailleurs la seule femme photographe à documenter la libération des camps de concentration de Dachau et Buchenwald par les Alliés, témoignant de la vision tragique qui s’y présentait: des corps entassés et l’horreur omniprésente.

Son cliché le plus célèbre, devenu une icône après sa publication en 1945, date de cette période: dans les jours de la libération, le 179e régiment de la 45e division de l’armée américaine avait découvert l’ un des appartements d’Hitler à Munich, dans un grand bâtiment du centre-ville situé Prinzregentenstrasse 16. Lee, accompagné du photographe David E. Scherman, a eu l’occasion d’y pénétrer en premier: tout était en parfait état, avec du cristal fin, de la porcelaine et de l’argenterie sur lesquels étaient gravées les initiales A.H. accompagnées de la croix nazie. Ils se sont immédiatement précipités dans la salle de bains: là aussi, tout était propre et bien rangé. Dès qu’il vit qu’il y avait une baignoire, Lee ressentit le besoin de se débarrasser de la saleté de Dachau, il la remplit d’eau chaude et s’y plongea, confiant le tir à son collègue. Mais d’abord il détacha ses bottes, souillées par la boue de Dachau, et les laissa sur le tapis, aussi blanc que les serviettes, placé devant la baignoire, qui se souilla ainsi de taches noires ; à côté, il laissa son uniforme sur un tabouret et sa montre sur le tabouret. Sur le bord de la baignoire, adossé au mur, il place un petit tableau avec le portrait du dictateur, et enfin, sur une petite table devant le lavabo, il place une statue représentant une Vénus dans le bain. C’est dans ces circonstances qu’il réalisa sa très célèbre photographie la représentant dans la baignoire du Führer: une prise de vue avec un grand souci du détail et de la symétrie. Lee au centre, Hitler à gauche, la statuette antique de Vénus à droite ; la femme lève le coude pour imiter la pose de cette dernière. Puis ce fut au tour de Scherman de se faire tirer le portrait par le photographe dans cette baignoire. C’est Lee Miller qui a eu l’idée de se représenter à cet endroit et dans cette pose, et le Rolleiflex avec lequel la photo a été prise est également le sien: David Scherman a simplement appuyé sur le bouton.

Lee Miller, Autoportrait avec bandeau, New York, États-Unis, 1932. Archives Lee Miller
Lee Miller, Autoportrait avec bandeau, New York, États-Unis, 1932. Archives Lee Miller


Lee Miller avec David E. Scherman, Lee Miller dans la baignoire d'Hitler, appartement d'Hitler, Munich, Allemagne, 1945. Archives Lee Miller
Lee Miller avec David E. Scherman, Lee Miller dans la baignoire d’Hitler, appartement d’Hitler, Munich, Allemagne, 1945. © Lee Miller Archives


Lee Miller, Masques de feu, Londres, Royaume-Uni, 1941. Archives Lee Miller
Lee Miller, Masques de feu, Londres, Royaume-Uni, 1941. © Lee Miller Archives

En effet, son esprit était brillant, en quête permanente de nouvelles expériences, de nouvelles expérimentations, pour pouvoir créer et oser dans tous les domaines, dans la lignée du mouvement surréaliste dont elle était très proche grâce à son maître, Man Ray (Philadelphie, 1890 - Paris, 1976). Charmante et belle, elle a cependant toujours préféré démontrer ce qu’elle pouvait faire et concevoir en tant qu’artiste autonome plutôt que de paraître. Son égocentrisme et son entêtement l’ont conduite à ne jamais faire de compromis, même si ses proches auraient tout fait pour elle et en auraient souffert. Elle ne s’est jamais vraiment confiée, elle avait une personnalité très complexe et il n’était pas du tout facile de la côtoyer, mais malgré tout elle attirait fortement les gens, qui étaient fascinés par elle. Elle cloisonnait ses différentes affections et vies, ce qui faisait d’elle une femme à la personnalité complexe, mais même avec ses défauts et ses excès, il était impossible de ne pas l’aimer.

Sentimentalement, elle se sent libre de suivre son cœur et sa passion: elle se lie avec Man Ray, l’un des artistes les plus polyvalents et les plus importants de l’époque, et le plus grand photographe surréaliste. Lee devient d’abord son assistante, puis sa muse et son amante. Grâce à lui, elle connut tout le cercle des artistes surréalistes et devint l’amie de Pablo Picasso, Jean Cocteau, Joan Miró et de l’extraordinaire couple de peintres surréalistes que formaient Leonora Carrington et Max Ernst. Nombre de ses photographies surréalistes (dont beaucoup ont récemment fait l’objet d’une grande exposition au Museum für Gestaltung de Zurich d’ octobre 2020 à janvier 2021), telles que Nu penché en avant ou Tanja Ramm sous une cloche, ont été injustement attribuées à Man Ray, tant son style était proche de celui de son maître, mais en réalité ses clichés étaient le produit de son propre esprit et de sa maturité créative: elle s’est inspirée de lui mais a essayé de donner vie à ses compositions et à ses portraits de manière indépendante. Outre sa relation durable avec Man Ray, elle se marie deux fois: la première avec le riche homme d’affaires égyptien Aziz Eloui Bey, la seconde avec le photographe surréaliste Roland Penrose, avec qui elle voyage à travers l’Europe.

Lee Miller, Nu penché en avant (peut-être Noma Rathner), Paris, France, 1930 © Lee Miller Archives
Lee Miller, Nu penché en avant (peut-être Noma Rathner), Paris, France, 1930 © Lee Miller Archives


Lee Miller, Tête flottante, Mary Taylor, New York, États-Unis, 1933. Archives Lee Miller
Lee Miller, Tête flottante, Mary Taylor, New York, États-Unis, 1933. © Lee Miller Archives


Lee Miller, The Lead evening dress, Londres, 1941. Archives Lee Miller
Lee Miller, La robe de soirée en plomb, Londres, Royaume-Uni, 1941. Archives Lee Miller

Née à Poughkeepsie dans l’État de New York, Lee Miller pose dès l’enfance derrière l’objectif de son père, photographe amateur, et commence à travailler comme mannequin dès l’âge de dix-neuf ans, entrant ainsi dans le monde de la mode. Pour le magazine Vogue, elle a posé pour certains des plus grands photographes de l’époque, comme Edward Steichen, George Hoyningen-Huene ou Arnold Genthe. La mode l’a accompagnée pendant une longue période de sa vie, d’abord en tant que mannequin, puis en tant que photographe de mode pour de grands magazines. En 1929, décidée à passer de l’autre côté de l’objectif, elle s’installe à Paris, où elle fait la connaissance de Man Ray et commence à travailler pour lui, initiant, comme nous l’avons déjà mentionné, leur longue association. Trois ans plus tard, elle décide de retourner à New York pour ouvrir son propre studio photographique qui, malgré un grand succès, ferme au bout de deux ans pour s’installer au Caire avec le riche homme d’affaires égyptien Aziz Eloui Bey qu’elle vient d’épouser. En Égypte, elle se passionne pour les longs voyages dans le désert, au cours desquels elle photographie des villages et des ruines dans ces paysages. Lors d’un voyage à Paris en 1937, elle rencontre le surréaliste Roland Penrose et quitte son premier mari pour lui. Avant le début de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, Lee quitte l’Égypte pour Londres avec Penrose et, sans tenir compte des ordres de l’ambassade américaine de rentrer au pays, commence à travailler pour Vogue en tant que photographe indépendante. Lassée du monde brillant de la mode, elle décide en 1944 de devenir correspondante accréditée de l’armée américaine pour réaliser des reportages de guerre avec David E. Scherman, photographe des magazines Time et Life.

Elle a suivi les Alliés le jour J, suivi les troupes au front et documenté le siège de Saint-Michel. avec ses clichés le siège de Saint-Malo, la libération de Paris, les guerres au Luxembourg et en Alsace, mais surtout elle a assisté à la libération des camps de concentration de Dachau et Buchenwald et s’est rendue en tant que première photojournaliste avec son collègue David Scherman dans l’appartement d’Hitler à Munich, où elle a pris la photo susmentionnée dans la baignoire du Führer. Après la guerre, qui lui a causé un traumatisme psychologique en raison de toutes les horreurs qu’elle a vues au front et dans les camps de concentration, elle a continué à travailler pour Vogue pendant deux ans, mais est retournée dans le monde de la mode et des célébrités. Elle commence à se retirer lentement de la scène artistique: en 1947, elle épouse Roland Penrose et contribue aux biographies écrites par ce dernier sur Pablo Picasso, Joan Miró, Man Ray et Antoni Tàpies. Elle se réinvente ensuite en tant que chef cuisinier: les dernières années de sa vie professionnelle sont consacrées à l’organisation d’événements culinaires et à la rédaction de recettes très originales. Il disparaît à Chiddingly, dans l’East Sussex, en 1977, à l’âge de soixante-dix ans. Sa vie et ses clichés resteront éternellement dans la grande histoire de la photographie.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.