Les chefs-d'œuvre de Benedetto Antelami sur la façade du baptistère de Parme: le zooforo et les portails


Le baptistère de Parme, construit entre 1196 et 1216, présente sur sa façade deux chefs-d'œuvre de Benedetto Antelami: le zooforo et les portails sculptés.

Dans le centre historique de Parme , près de la cathédrale, se dresse l’une des plus grandes réalisations artistiques de l’Italie du XIIIe siècle: le baptistère, dont l’extérieur dénote un lien étroit entre la sculpture et l’architecture, comme seul Benedetto Antelami (Val d’Intelvi, c. 1150 - Parme, 1230) savait le faire. Considéré comme l’un des monuments les plus significatifs de la transition du roman au gothique, il fait référence aux tendances culturelles européennes les plus modernes de l’époque, car contrairement à la tradition romane et plus proche des portails des églises gothiques françaises, telles que Chartres, Notre-Dame et Amiens, il existe un lien iconographique fort entre la lunette, l’architrave et l’archivolte, auxquelles s’ajoutent des jambages sculptés, typiques de la tradition romane. Dans le baptistère de Parme, les éléments romans se mêlent aux éléments typiquement gothiques, tels que le développement vertical de la structure, semblable à une tour tronquée, le sens du rythme et le fort ébrasement des portails. De forme octogonale et revêtu de marbre rose de Vérone, il a été érigé entre 1196 (comme l’atteste l’inscription sur l’architrave du portail nord “Bis binis demptis annis de Mille Ducentis incepit dictus opus hoc scultor Benedictus”) et 1216 sur un projet de Benedetto Antelami, et présente quatre ordres de loggias avec des ouvertures architravées. Tout autour, le long de la base, le baptistère est traversé par un zoophore qui l’entoure avec une incroyable finesse d’exécution, formé de soixante-quinze panneaux sculptés en bas-relief et disposés en frise. Ils représentent le fantastique en sculpture: animaux, sirènes, monstres, centaures et basilics côtoient des figures humaines: symboles de l’universalité de la nature et de l’homme auxquels s’ouvrent la prédication et la communication du message du Christ.

Dans la peinture et la sculpture médiévales, la représentation des animaux est souvent liée aux Bestiaires, dans lesquels les bêtes, réelles ou imaginaires, sont généralement liées à des thèmes moraux ou à des passages de la Bible: le comportement animal est une métaphore et une leçon pour le comportement humain. Le zooforo de Parmesan est considéré comme l’un des systèmes iconographiques les plus vastes, les plus complexes et les mieux organisés du site en ce qui concerne les bêtes et les êtres monstrueux. Il a été juxtaposé à diverses interprétations, telles que la représentation d’êtres habitant les confins de la planète, symbolisant la puissance créatrice de Dieu et les lieux où les chrétiens devaient venir apporter le baptême ; les scènes de chasse et de bataille ont suggéré la lutte éternelle entre le Bien et le Mal. Un lien étroit a également été établi entre le zoophore et les quatre carreaux des vertus (chasteté, charité, foi et espérance): les passions humaines et les forces du mal peuvent être surmontées par un comportement éthique de bon chrétien , et la victoire finale sur le mal est possible grâce à la rédemption opérée par le Christ.

Le baptistère de Parme. Ph. Crédit: Municipalité de Parme
Le baptistère de Parme. Ph. Crédit: Municipalité de Parme


Le baptistère de Parme. Ph. Crédit: Municipalité de Parme
Le baptistère de Parme. Ph. Crédit: Municipalité de Parme


Parme, Piazza del Duomo. Ph. Crédit: Municipalité de Parme
Parme, Piazza del Duomo. Ph. Crédit Commune de Parme

En partant du côté nord-est du baptistère (c’est-à-dire le côté adjacent, à droite, le seul qui ne soit pas décoré de tuiles) et en faisant le tour de l’édifice, vers les côtés nord-ouest, sud-ouest et sud-est, on trouve les soixante-quinze tuiles énumérées ici successivement: la première représente un chien ou un veltro, la dernière un aigle. Ces carreaux comprennent: des personnages en demi-longueur portant tous deux une coiffe, une tunique et un manteau noué sur l’épaule et tenant un bâton ; un âne ; une tête d’homme avec une coiffe représentant une tête de lion ; deux rosettes ; un dragon ailé avec une queue torsadée, une tête humaine, de grandes oreilles et un bonnet ; un singe ; un griffon ; une tête d’homme avec un bonnet ; deux monstres ailés avec un bonnet et une queue de dragon: l’un avec une tête d’homme barbu et des pieds d’homme, l’autre avec une tête de femme et des pieds d’oie ; Centaure tirant une flèche ; Cerf mangeant les feuilles des branches d’un arbre ; Âne ; Dromadaire ; Chameau ; Éléphant portant sur son dos une tour d’où sortent les têtes de deux hommes ; deux Bœufs ; Cygne ou foulque sur l’eau ; Griffon ; Satyre tirant une flèche ; lion blessé ; deux basilics avec respectivement une tête de coq et d’oiseau, un corps de dragon et des pattes d’oiseau et de lion ; coq ; oie ; chèvre ; bélier ; chien rampant avec un bonnet ; taureau ou bélier ; licorne tournée vers la droite ; personnage féminin assis tenant une branche d’olivier ou une fleur ; Licorne tournée vers la gauche ; Chien ; Lièvre ; Panthère ou léopard avec oreilles et bonnet presque humains ; Sirène ; Lionne blessée par le dard d’un satyre ; Satyre avec bonnet tirant une flèche ; Hydre ; Paon ; Paon ; Quadrupèdes ailés ; Chat ; Chien ; Centaure sous forme féminine et Centaure tirant une flèche ; Aigle ; deux chevaux ; deux loups ou hyènes ; deux chiens de mer ; chat de mer ; Ulysse ; chat de mer ; cheval de mer ; faucon ou autre oiseau de proie ; cheval de mer ; chevreuil blessé ; satyre tirant une flèche ; centaure tirant une flèche ; chèvre ; chevreuil ; harpie ; tête de lion ; capricorne ; sanglier ; tête de lion.

Les carreaux du côté nord-est (de la figure humaine au chameau)
Les carreaux du côté nord-est (figure humaine vers chameau)


Les carreaux du côté nord-ouest (du dromadaire à la licorne)
Les carreaux du côté nord-ouest (dromadaire à licorne)


Les carreaux du côté sud-ouest (du lièvre au cheval)
Les carreaux du côté sud-ouest (du lièvre au cheval)


Détail du zoophorus. Ph. Crédit Francesco Bini
Détail du zooforo. Ph. Crédit Francesco Bini


La tuile de la sirène. Ph. Crédit Francesco Bini
La tuile de la sirène. Ph. Crédit Francesco Bini

Trois grands portails se succèdent le long du périmètre de la structure architecturale: celui du nord, qui donne sur la Piazza del Duomo, s’appelle celui de la Vierge, celui de l’ouest celui du Rédempteur et celui du sud celui du Baptiste, chacun avec des architraves et des lunettes et décoré d’œuvres sculpturales réalisées par Antelami lui-même. Considérés dans leur ensemble, tous trois renvoient à la représentation de la vie humaine et à sa rédemption vers le salut.

Le portail de la Vierge est le plus élaboré et le plus illustré par rapport aux deux autres. Sur les montants avant, est décoré de représentations de deux arbres généalogiques: à droite, celui de Marie et les figures des ancêtres sont assises sur des branches qui partent d’une branche générée par la poitrine de Jessé, tandis que la partie intérieure est décorée de branches de l’arbre de vie avec des oiseaux (à la base, un faucon et un coq) ; à gauche, l’arbre généalogique de Jacob se termine par Moïse: ici aussi, des branches avec des colombes sont visibles et, à la base, deux dragons. L’architrave illustre les histoires de saint Jean-Baptiste avec le baptême de Jésus, le banquet d’Hérode et la décapitation du saint. La lunette représente au centre la Vierge intronisée et l’Enfant, à la droite duquel l’Ange exhorte Joseph à fuir en Égypte, et à gauche les Mages, chacun avec son nom. L’archivolte montre des prophètes tenant dans leurs mains des médaillons avec les portraits des apôtres ; les Vertus sont représentées de part et d’autre du portail, tandis que les deux grandes statues des archanges Gabriel et Michel sont placées dans les niches. L’iconographie choisie et très détaillée révèle une connaissance des sources bibliques et de l’exégèse de l’époque, ainsi qu’une culture théologique raffinée.

Le portail du Rédempteur est décoré sur les côtés de scènes d’œuvres de charité, à gauche, comme un homme richement vêtu saluant un pèlerin, le lavement des pieds, un homme tendant nourriture et boisson à deux pauvres, un homme tendant nourriture à un prisonnier et un autre tendant un vêtement à un pauvre, tandis qu’à droite se trouve la parabole de la vigne et de l’homme: À travers les différentes scènes, le sarment s’élève jusqu’à la dernière, au sommet, dans laquelle toute la famille est réunie autour du père. Sur l’architrave, le Jour du Jugement, ou plutôt le moment qui précède le Jugement dernier: les anges sonnent de la trompette, tandis que des tombes sortent les ressuscités, d’un côté ceux qui seront bénis, de l’autre ceux qui seront punis. Dans la lunette, le Christ rédempteur est assis sur un trône au centre et montre les signes de la Passion. L’archivolte est dédiée aux apôtres.

Le portail de la Vierge. Ph. Crédit Francesco Bini
Le portail de la Vierge. Ph. Crédit Francesco Bini


L'une des vertus. Ph. Crédit Francesco Bini
L’une des vertus. Ph. Crédit Francesco Bini


Détail de l'arbre généalogique de Maria. Ph. Crédit Francesco Bini
Détail de l’arbre généalogique de Maria. Ph. Crédit Francesco Bini


Détail de l'arbre généalogique jacobéen. Ph. Crédit Francesco Bini
Détail de l’arbre généalogique de Jacob. Ph. Crédit Francesco Bini


Le portail du Rédempteur. Ph. Crédit Francesco Bini
Le portail du Rédempteur. Ph. Crédit Francesco Bini


Détail de la parabole de la vigne. Ph. Crédit Francesco Bini
Détail de la parabole de la vigne. Ph. Crédit Francesco Bini


Détail des œuvres de charité. Ph. Crédit Francesco Bini
Détail des œuvres de la Charité. Ph. Crédit Francesco Bini


Le portail baptiste. Ph. Crédit Francesco Bini
Le portail baptiste. Ph. Crédit Francesco Bini

Le portail du Baptiste, par lequel entraient ceux qui devaient recevoir le sacrement du baptême, est le moins illustré des trois: il ne l’est que dans la lunette avec l’archivolte et l’architrave. Il décrit l’une des dix apologies du Roman de Barlaam et Josaphat, l’un des récits hagiographiques les plus répandus de toute la littérature médiévale et qui fait partie de la littérature des exempla. L’étude de ce portail s’est concentrée en particulier sur la représentation du célèbre apologue dans la lunette et sur la partie centrale de celle-ci. L’apologue de la Légende de Barlaam est une brève allégorie de la condition humaine universelle: un homme poursuivi par un animal féroce tombe dans un abîme dans lequel il s’accroche à un arbuste (arbre symbolisant la vie), sur une branche duquel il trouve une ruche avec un nid d’abeilles plein de miel ; il est attiré par sa douceur (symbolisant les plaisirs de la vie) et en goûtant le miel, il oublie les dangers qui le guettent: deux rongeurs (symboles du jour et de la nuit dans leur alternance continue) rongent les racines de l’arbre, et un dragon féroce (symbole du Mal) est prêt à le dévorer. Une invitation, donc, à se méfier des dangers qui menacent la vie humaine. Il semble que dans le baptistère de Parme, l’iconographie de cet apologue ait été chronologiquement la première de tout l’art médiéval occidental. Le thème du passage du temps est souligné, de part et d’autre de l’arbre, dans une sorte de dialogue avec les deux rongeurs, par des représentations du Soleil et de la Lune conduisant deux chars tirés par des chevaux et des bœufs. Dans l’architrave se trouvent les figures de l’Agnus Dei, du Christ et du Baptiste. Sur l’archivolte court un arbuste à huit spires: contrairement aux deux autres portails, il n’est pas peuplé d’autres figures, mais le chiffre huit fait référence à la résurrection du Christ, tout comme la forme octogonale du baptistère lui-même. L’ensemble du portail baptiste peut ainsi être lu comme l’ existence humaine qui, livrée à elle-même, apparaît comme une énigme insoluble car déstabilisée par la mort, le passage du temps et le Mal, mais qui trouve sa solution définitive dans la rédemption. D’autres éléments de l’extérieur du baptistère sont également liés à ce thème, à savoir le zooforo, qui, comme nous l’avons vu plus haut, représente sous forme d’animaux le comportement moralisateur que les hommes doivent suivre, et les quatre dalles des Vertus, piliers d’une vie consacrée au Bien.

L’ensemble du programme iconographique symbolise donc la vie de l’homme en tant qu’ objet de l’action rédemptrice du Christ face à la puissance du Mal, aux tentations les plus insidieuses, à la mort qui réduit tout en poussière.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.