Un grand temple de l'art du XVIIe siècle en Émilie: la Madonna della Ghiara à Reggio Emilia


En 1619, les fidèles pénètrent pour la première fois dans le temple de la Madonna della Ghiara à Reggio Emilia: un édifice de culte extraordinaire, summa du grand XVIIe siècle émilien, riche en chefs-d'œuvre.

Nous sommes le 4 mai 1596: le duc de Ferrare, Alphonse II d’Este, reçoit une missive de Reggio Emilia, un rapport du Conseil des Anciens concernant une guérison miraculeuse survenue dans la ville quelques jours plus tôt, le 29 avril. “Serenissimo Prencipe Signor et patrone mio colendissimo, Ci è pareso convenire al debito della devotione nostra verso l’Altezza Vostra Serenissima”, écrivent les Anziani, “significandole, come facciamo con la presente, come per miracolo dell’onnipotente Dio, et della gloriosissima Madre, ad un giovaneto di quindici anni, il più vil, mais le plus connu, qui se trouvait dans la ville, mutilé depuis sa naissance, devant la très sainte image de la Sainte Vierge placée à l’angle du couvent des serviteurs où il séjournait par dévotion et vœu propre, on lui rendit la langue et, en un instant, la faculté de parler et la connaissance des noms de toutes les choses”. Le jeune homme miraculeux de quinze ans est un orphelin appelé Marchino, il vient de Castelnovo ne’ Monti, il est sourd et muet de naissance, et en priant devant l’image de la Madone au Cantone dei Servi il a acquis la vue et l’ouïe.

L’histoire de la fresque miraculeuse commence en 1517, lorsque la communauté des Serviteurs de Marie de Reggio Emilia a construit une église dédiée à la Nativité de Jésus, le long du Corso della Ghiara, l’une des rues les plus importantes de la ville, ainsi appelée parce qu’à cet endroit, jusqu’aux premières décennies de l’histoire de la ville, il n’y avait pas d’église. parce qu’ici, jusqu’aux premières décennies du XIIIe siècle, se trouvait le lit du ruisseau Crostolo (le toponyme “Ghiara” rappelle le “gravier” que l’on trouve le long du cours d’eau), qui fut détourné en 1226 et, au fil du temps, une route fut construite le long de l’ancien lit qui suivait son cours. Les Servites s’étaient installés dans la ville en 1313 et, dès le Moyen-Âge, ils y ont construit un petit temple, qui a été agrandi, comme indiqué, en 1517. La même année, les frères placèrent une image de la Madone sur le mur d’enceinte du jardin du monastère, à un carrefour connu sous le nom de “Cantone dei Servi”: l’œuvre devint rapidement un objet de dévotion populaire, mais commença également à se détériorer: Ainsi, en 1569, un citoyen de Reggio, un certain Ludovico Pratissoli, en accord avec la communauté des Serviteurs, décida de commander à l’un des plus grands peintres émiliens de l’époque, Lelio Orsi (Novellara, 1511 - 1587), de refaire l’image. L’esquisse n’est pas une copie fidèle, c’est une nouvelle image qui est cependant approuvée par les serviteurs, qui commandent à un peintre local, Giovanni Bianchi dit Bertone, de la traduire en fresque. Il s’agit d’une image très simple, adaptée à la vénération: elle représente la Vierge s’adressant à Jésus les mains jointes, en signe d’adoration. Dans le cadre, une inscription latine indique “Quem genuit adoravit” (“Elle a adoré celui qu’elle a engendré”). La traduction de Bertone propose une version plus sereine et détendue que l’esquisse d’Orsi, sans doute de bien meilleure qualité, mais les fidèles s’en soucient peu: la popularité de l’image est telle qu’une chapelle a dû être construite dans le jardin des frères pour accueillir les ex-votos laissés par les fidèles de passage. Et c’est devant cette image que s’est produit le miracle de 1596.

L’évêque, Claudio Rangone, convoqua une commission de théologiens, de médecins et de juristes pour examiner ce qui s’était passé et, au cours de l’été, il envoya un rapport au pape Clément VIII qui, le 22 juillet, approuva le miracle et autorisa le culte de la Madonna della Ghiara. L’officialité fit de Reggio Emilia une destination de pèlerinage et il fut ensuite décidé de construire un nouveau grand temple dédié à la Madonna della Ghiara. Le projet est confié à un architecte ferrarais, Alessandro Balbo (Ferrare, v. 1530 - 1604), qui imagine un plan en croix grecque pour l’édifice avec un bras plus grand (celui de l’ouest), car le projet prévoit un agrandissement du presbytère et du chœur, ce qui porte les dimensions du côté long à soixante mètres (la largeur atteint quarante-cinq mètres). La première pierre de l’édifice est posée le 6 juin 1597: le duc Alfoso II d’Este, la duchesse Margherita Gonzaga et l’évêque Claudio Rangone assistent à la cérémonie. Les travaux sont achevés en 1619: une splendide procession organisée le 12 mai, avec des chars allégoriques tirés par des bœufs, célèbre la consécration et le transfert de l’image miraculeuse de la Madone sur l’autel du bras nord, où elle se trouve encore aujourd’hui.

Lelio Orsi, Madonna della Ghiara (1569 ; plume, encre, aquarelle brune, rehauts de plomb blanc sur papier teinté appliqué sur toile et collé sur carton, 235 x 220 mm ; Reggio Emilia, Musée de la Madonna della Ghiara)
Lelio Orsi, Madone de la Ghiara (1569 ; plume, encre, aquarelle brune, rehauts de plomb blanc sur papier teinté appliqué sur toile et collé sur panneau, 235 x 220 mm ; Reggio Emilia, Musée de la Madone de la Ghiara)


L'image considérée comme miraculeuse, par Bertone
L’image considérée comme miraculeuse, œuvre de Bertone


La basilique de la Madonna della Ghiara à Reggio Emilia. Ph. Crédit Finestre Sull'Arte
La basilique de la Madone de la Ghiara à Reggio Emilia. Ph. Crédit Finestre Sull’Arte


La basilique de la Madonna della Ghiara avec ses arcades du cloître
La basilique de la Madonna della Ghiara avec les portiques des cloîtres. Ph. Crédit


La basilique de la Madonna della Ghiara à Reggio Emilia. Ph. Crédit Paolo Picciati
La basilique de la Madonna della Ghiara à Reggio Emilia. Crédit Ph. Crédit Paolo Picciati


L'intérieur du dôme
L’intérieur de la coupole

Les habitants de Reggio avaient devant eux un grand et imposant édifice, sur lequel s’élevait la coupole conçue par Cosimo Paglioni et Francesco Pacchioni (ce dernier, nommé continuateur de Balbo, fut chargé de l’élévation de la structure, qui fut assez difficile: en 1605, l’architecte fut même contraint de démolir la coupole et de la refaire en raison de problèmes structurels): une élégante et sobre façade tripartite en briques, avec un haut tympan soutenu par quatre pilastres et deux volutes sur lesquels s’élancent les pinacles blancs, typiques du langage de l’un des plus grands architectes émiliens de l’époque, Jacopo Barozzi dit Vignola, auprès duquel Balbo s’était formé (l’ensemble de la façade présente d’ailleurs des caractéristiques stylistiques nettement vignolistes).

Cependant, à la date de l’inauguration, le temple de la Ghiara était encore en grande partie dénudé et les travaux à l’intérieur étaient encore en cours: les seules décorations que l’on peut admirer sont les fresques de la coupole, celles du presbytère et celles de l’autel de la Madonna della Ghiara. Il s’agit toutefois d’œuvres de grande importance: Lionello Sp ada (Bologne, 1576 - Parme, 1622), appelé pour peindre la coupole, y travailla de 1614 à 1616 sur les quadratures réalisées par Tommaso Sandrini de Brescia (Brescia, 1580 - 1635), et encore Lionello Spada fut responsable des fresques de la voûte du bras nord, tandis que celles du presbytère furent exécutées en 1618 par un autre grand peintre émilien, Alessandro Tiarini (Bologne, 1577 - 1668). Même si les cycles décoratifs ne sont pas encore prêts (il faudra trente ans pour les achever), la Fabbriceria della Beata Vergine della Ghiara connaît bien les thèmes du programme iconographique: une exaltation de Marie comme épouse, mère et Vierge, comme reine du ciel et médiatrice entre les hommes et Dieu, annoncée par les prophètes, décrite dans les récits des évangélistes, puis prêchée par les saints et les docteurs de l’Église. Les travaux se poursuivent néanmoins et, entre 1625 et 1629, Tiarini achève encore la décoration de la voûte du chœur et celle de la cuvette de l’abside, où l’on admire une somptueuse et magnifique scène de l’Assomption de la Vierge. La peste de 1630, qui toucha aussi gravement Reggio Emilia, interrompit les travaux pendant dix ans, alors que les fresques de l’aile d’entrée et celles de l’aile orientale manquaient encore: les décorations de l’aile d’entrée ont été achevées par Luca Ferrari (Reggio Emilia, 1605 - Padoue, 1654), un élève de Tiarini, entre 1644 et 1646, et comme la Fabbriceria était satisfaite du résultat, Ferrari a également été chargé en 1646 de peindre les fresques restantes de la voûte orientale, achevées en 1648.

La lecture iconographique peut commencer à partir des petites coupoles qui s’élèvent au-dessus des chapelles latérales, peintes à fresque au même moment de l’année: il s’agit d’un récit de l’histoire du monde à travers les personnages qui ont annoncé la venue de la Vierge(les sibylles et les prophètes), qui ont raconté sa vie(les évangélistes) et qui l’ont prêchée(les docteurs de l’église). La première coupole achevée fut, en 1619, celle des sibylles, œuvre de Tiarini: son travail fut apprécié au point de lui valoir la commande de la scène de l’Assomption dans la cuvette de l’abside. Les sibylles sont peintes en raccourci et apparaissent à la fois puissantes et gracieuses (simplement “belles” selon Carlo Cesare Malvasia, qui les décrit dans sa Felsina pittrice), au point de penser que Tiarini a conservé quelques souvenirs de Michel-Ange qui lui sont probablement parvenus par l’intermédiaire de Parmigianino par Parmigianino et retravaillés dans une tonalité scénographique (voir comment les sibylles se penchent et semblent presque converger vers l’observateur, comme les anges qui les surplombent). La coupole des prophètes a été peinte à fresque en 1630 par Camillo Gavassetti (Modène, 1596 - Parme, 1630), qui a laissé la dernière œuvre de sa carrière dans la Basilique de la Ghiara, tandis que les évangélistes ont été peints en 1642 par Pietro Desani (Bologne, 1595 - Reggio Emilia, 1647): Cette dernière est considérée comme la coupole de la plus basse qualité, inférieure même à d’autres œuvres de Desani (on pense que l’artiste a travaillé avec plus de hâte que nécessaire). Les Docteurs de l’Église, qui occupent les pendentifs de la petite coupole de la chapelle Gobbi, sont au contraire l’un des chefs-d’œuvre de la maturité de Carlo Bononi (Ferrare, v. 1580 - 1632), qui les a exécutés avec la technique inhabituelle de l’huile sur plâtre quelques années après la mort de l’artiste. huile sur plâtre quelques années après son hypothétique voyage à Rome (non connu par les documents mais supposé sur la base des forts changements dans son style vers la fin des années 1510), laissant à Reggio Emilia l’un des premiers exemples de caravagisme dans la ville: les Docteurs de l’Église, précisément, dont les profils austères et réalistes, soulignés par l’intense sensibilité lumineuse de l’artiste ferrarais, font penser à l’art romain de l’époque (observer par exemple la figure impérieuse de saint Jérôme).

L’une des caractéristiques les plus singulières des appareils décoratifs de la Basilique della Ghiara est que les histoires représentées dans les voûtes ne sont pas consacrées à la vie de Marie, mais sont des récits d’ épisodes de l’Ancien Testament qui racontent les exploits d’héroïnes capables d’incarner toutes les vertus qui caractériseront plus tard la Madone: une sorte de grande Bible féminine qui annonce la venue de la mère du Christ en racontant ses vertus et en devenant une allégorie de son rôle salvateur, puisqu’il s’agit le plus souvent d’héroïnes qui sauvent leur peuple. Parmi les épisodes que les fidèles pouvaient voir en entrant pour la première fois dans la basilique en 1619, il y a la Judith décapitant Holopherne, une œuvre de Lionello Spada qui occupe l’octogone du bras culminant avec l’autel de la Madonna della Ghiara: un extraordinaire nocturne aux accents caravagesques, truculent par les détails du cimeterre ensanglanté et du sang qui jaillit du cou décapité d’Holopherne, mais aussi très efficace par l’audacieuse perspective diagonale en raccourci. Un raccourci que l’on retrouve également dans la scène d’Esther et d’Assuérus, que l’on voit à côté de l’octogone central: la représentation illusionniste de l’escalier , qui semble presque bondir hors du tableau et venir à la rencontre du spectateur, est d’un grand impact. Sur la voûte du presbytère, Tiarini représente plutôt, à temps pour la procession inaugurale, la scène où Anne confie son fils Samuel au prêtre, flanquée de celles où Abisag sert le vieux roi David et où Déborah convoque Barac, lui ordonnant de convoquer une armée de dix mille soldats pour libérer le peuple juif des Cananéens. Ce sont les carrés avec lesquels Tiarini se met en valeur, réussissant à obtenir la commande des scènes manquantes, avec lesquelles il sait à son tour se surpasser, notamment avec Saint Michel terrassant le diable (à noter la représentation illusionniste de Lucifer, projeté vers le bas: il semble voler vers nous, de façon réaliste, grâce à l’habile équilibre de l’ombre et de la lumière et au positionnement de la figure par rapport aux carrés). La grande fresque du bassin absidal, uneAssomption de la Vierge, sujet traditionnel revisité dans une tonalité néo-corrégéenne, a en revanche suscité des critiques mitigées, précisément en raison de son adhésion au modèle parmesan, avec les personnages disposés en bandes concentriques culminant dans la rencontre entre le Christ et Marie et commençant par les figures des apôtres, disposées le long de la corniche du bassin et saisies dans leurs réactions d’étonnement et de consternation fortes et évidentes devant le miracle auquel elles assistent. Les peintures lumineuses et vives de Ferrari ramènent les fidèles à la coupole: dans la lanterne, nous assistons à l’apothéose de la Vierge peinte en 1619 par Lionello Spada, flanquée de figures de personnages de l’Ancien Testament qui apparaissent dans les espaces de la coupole et des saints de l’Ordre des Serviteurs et des saints patrons de Reggio Emilia peints à fresque le long du tambour.

Le dôme des Sibylles par Alessandro Tiarini (1619)
La coupole des Sibylles d’Alessandro Tiarini (1619). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Le Dôme des Prophètes par Camillo Gavassetti (1630)
La coupole des prophètes de Camillo Gavassetti (1630). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Le dôme des évangélistes par Pietro Desani (1642)
La petite coupole des évangélistes de Pietro Desani (1642). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Détail de Saint Jérôme par Carlo Bononi
Détail du Saint Jérôme de Carlo Bononi. Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Le dôme des docteurs de l'Église par Carlo Bononi (1622)
La coupole des Docteurs de l’Église par Carlo Bononi (1622). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Lionello Spada, Judith et Holopherne (1619)
Lionello Spada, Judith et Holopherne (1619). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Lionello Spada, Esther et Assuérus (1619)
Lionello Spada, Esther et Assuérus (1619). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Alessandro Tiarini, Anna confie son fils Samuel au prêtre (1619)
Alessandro Tiarini, Anna confie son fils Samuel au prêtre (1619). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Alessandro Tiarini, Abigail et David (1619)
Alessandro Tiarini, Abigail et David (1619). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Alessandro Tiarini, Saint Michel (1624)
Alessandro Tiarini, Saint Michel (1624). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Le bassin de l'abside peint à fresque par Alessandro Tiarini (1624)
Le bassin de l’abside peint à fresque par Alessandro Tiarini (1624). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Le bassin de l'abside peint à fresque par Alessandro Tiarini (1624)
Le bassin de l’abside peint à fresque par Alessandro Tiarini (1624). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Le bassin de l'abside peint à fresque par Alessandro Tiarini (1624)
Le bassin de l’abside peint à fresque par Alessandro Tiarini (1624). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


Luca Ferrari, Adam et Eve (1644)
Luca Ferrari, Adam et Eve (1644). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara


La coupole peinte à fresque par Lionello Spada (1619)
La coupole peinte à fresque par Lionello Spada (1619). Ph. Crédit Fabbriceria Laica del Tempio della B. V. della Ghiara

Les décorations qui ornent les murs ne sont pas les seules œuvres importantes de la Basilique de la Ghiara: bientôt, les autels se remplissent également de retables peints par les plus grands maîtres émiliens de l’époque. Les fidèles qui entraient dans le temple le jour de son inauguration pouvaient admirer, dans la chapelle Gabbi, le Martyre des saints Georges et Catherine d’Alexandrie, une œuvre pieuse et théâtrale de Ludovico Carracci (Bologne, 1555 - 1619) livrée en 1618. 1619) livrée en 1618, et, dans la première chapelle à gauche, la chapelle Brami (ou chapelle Monte di Pietà, du nom de ses propriétaires successifs), la Vision de saint François de Lionello Spada, œuvre financée (comme l’ensemble de la décoration de la chapelle) par la comtesse de Reggio Emilia Camilla Ruggeri Brami: Le tableau fut cependant volé en 1783 (il fut retrouvé par la suite: il se trouve aujourd’hui à la Galleria Estense de Modène) et fut remplacé par un tableau de Giuseppe Romani de Côme, qui fut à son tour remplacé en 1854 par une Vierge à l’Enfant avec les saints François d’Assise, Lucie, Apollonie et Agathe d’Alfonso Chierici (Reggio Emilia, 1816 - Rome, 1873), une œuvre aux accents néo-raphaéliques évidents.

Le tableau le plus connu est cependant la Crucifixion de Guercino (Giovanni Francesco Barbieri ; Cento, 1591 - Bologne, 1666), une œuvre destinée à l’autel de la municipalité de Reggio Emilia, conçu par l’architecte parmesan Giovanni Battista Magnani. La municipalité s’adressa d’abord à Guido Reni, mais celui-ci posa des conditions jugées inacceptables par la communauté de Reggio Emilia, qui opta donc pour le grand artiste du Cento, jeune mais déjà célèbre, qui livra son œuvre en 1624. Il s’agit d’une Crucifixion qui étonne et surprend ses contemporains: Guercino la situe dans un paysage lugubre, et c’est la lumière vacillante qui fait ressortir les formes des protagonistes (le souvenir de son récent séjour à Rome est encore vif), disposés autour du Christ crucifié, dans une composition de caractère solennel qui n’oublie pas la leçon de Guido Reni, et qui utilise la présence scénographique de saint Prospero, le patron de Reggio Emilia, qui implore la protection de la ville. Pour l’historien de l’art Denis Mahon, le plus grand spécialiste de Guercino, il s’agit d’une des œuvres qui marquent le début d’une nouvelle phase dans la carrière de l’artiste, caractérisée par une ouverture à la peinture romaine de l’époque.ouverture à la peinture romaine de l’époque (notamment celle du Caravage), qui enrichit son bagage culturel déjà considérable, pour aboutir à des œuvres où le naturel s’équilibre avec le besoin d’idéalisation et de simplification bien décrit par Mahon lui-même. Il s’agit d’une œuvre qui a un impact considérable dans la ville, à tel point que la municipalité décide de récompenser Guercino en lui offrant un collier en or et une médaille en or portant l’image de la Madonna della Ghiara.

Alfonso Chierici, Vierge à l'enfant avec les saints François d'Assise, Lucie, Apollonie et Agathe (1854)
Alfonso Chierici, Vierge à l’enfant avec les saints François d’Assise, Lucie, Apollonie et Agathe (1854)


Ludovico Carracci, Martyre des saints Georges et Catherine d'Alexandrie (1618)
Ludovico Carracci, Martyre des saints Georges et Catherine d’Alexandrie (1618)


Guercino, Crucifixion (1624)
Guercino, Crucifixion (1624)

En termes de variété, d’unité (nous voyons aujourd’hui la basilique de la Ghiara, à quelques exceptions près et quelques ajouts ultérieurs, telle qu’elle était vue par les fidèles qui y entraient au XVIIe siècle), d’état de conservation, la basilique de la Ghiara à Reggio Emilia est l’un des grands temples de l’art du XVIIe siècle en Émilie, ainsi que l’un des chantiers les plus importants de l’époque, étant donné que sa construction et sa décoration ont vu la participation de certains des artistes émiliens les plus illustres de l’époque: pratiquement seul Guido Reni manque à l’appel. Et dire que la basilique avait failli, à deux reprises, posséder l’une de ses toiles: des documents récemment découverts dans lesarchives de l’État de Reggio Emilia ont révélé que, dans les années 1930, le Monte di Pietà avait tenté d’acheter une œuvre de Guido Reni pour la chapelle dont il avait le patronage, à la place de la Vision de saint François de Lionello Spada. La négociation aboutit et Guido Reni se met au travail, mais l’exécution du tableau prend beaucoup de temps et, à la mort du maître bolonais en 1642, le tableau n’est encore qu’une esquisse et le Monte di Pietà décide de ne pas le reprendre. Le comte Marco Antonio Hercolani, qui aimait beaucoup les peintures inachevées de Guido Reni, l’acheta pour sa collection privée: elle se trouve aujourd’hui à la Pinacothèque nationale de Bologne.

Le mur à partir duquel toute l’histoire a commencé n’existe plus: l’image miraculeuse, comme nous l’avons vu, est maintenant exposée sur l’autel du bras nord, tandis que le dessin de Lelio Orsi est conservé dans le musée adjacent du Sanctuaire de la Sainte Vierge de la Ghiara, ouvert en 1982 dans certaines salles du couvent des Servites: À l’intérieur, des objets liturgiques et des offrandes constituent le Trésor de la Basilique et racontent l’histoire d’un culte qui dure depuis cinq siècles. Une histoire qui n’est évidemment pas terminée: le 4 septembre 2019, le nouveau système d’éclairage de l’intérieur du temple a été inauguré, marquant le quatrième centenaire de la traduction de l’image de la Madonna della Ghiara. Un système d’éclairage à LED, conçu par Giancarlo Grassi, Daniele Canuti et Gian Paolo Roscio, qui renouvelle celui de 1997, réalisé grâce à la contribution d’Iren spa, et dont l’objectif est de mettre en valeur les fresques, permet un contrôle plus étroit de la couleur, de la régulation et des variations de l’intensité de la lumière, afin de mettre en valeur la beauté des fresques.Le contrôle de l’intensité de la lumière permet de renforcer les effets scénographiques de la décoration des fresques, de réduire l’éblouissement et les interférences visuelles, et de mettre en valeur l’architecture qui, conformément à l’esthétique du XVIIe siècle, ne peut pas être considérée comme un élément distinct des peintures. Un nouveau chapitre d’une histoire vieille de plus de quatre cents ans.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.