Une crèche peinte sur céramique: le retable du XVIe siècle de l'église d'Albissola Marina


Dans l'église de Nostra Signora della Concordia, l'église principale d'Albissola Marina, se trouve une crèche pas comme les autres: il s'agit d'un retable particulier avec une Adoration entièrement peinte sur céramique. L'œuvre date de 1576 et est le fruit de la collaboration entre un céramiste local et un peintre d'Urbino.

Dans l’église d’Albissola Marina, paroisse de Nostra Signora della Concordia, une belle crèche peinte, datant du XVIe siècle, est placée près de l’autel. Jusqu’ici, tout va bien: on ne compte plus les églises qui, à un moment ou à un autre, offrent aux fidèles un retable représentant l’adoration de l’enfant. Celui-ci présente toutefois une particularité assez rare: il est entièrement peint sur de la majolique. Dans la ville de la céramique, dans l’un des territoires qui ont le plus lié leur destin à la pratique de cet art ancien, l’église principale accueille ceux qui s’approchent de l’autel avec un exemple extraordinaire de ce que l’on peut faire avec un peu de terre et un peu de couleur. Nous savons également qui en sont les auteurs, car dans le coin inférieur droit, un cartouche indique “Fatta in Arbisola / del 1576 p mano di Augustino [...] Gironimo Urbinato la dipinse”.

Un travail à quatre mains, donc. Un certain Agostino, dont nous ne connaissons malheureusement pas le nom de famille (la partie du cartouche qui le porte a été effacée), était chargé de la céramique, tandis qu’un peintre, un certain Gerolamo Urbinate, se voyait confier les images. La manière, en effet, rappelle les céramiques historiées produites à Urbino dans la seconde moitié du XVIe siècle: la présence dans la région de Savone, à l’époque, de maîtres de la région des Marches qui avaient quitté leurs terres et avaient contribué au goût local en matière de céramique. Les couleurs sont celles de la céramique d’Urbino du XVIe siècle: une grande prédominance de bleus et de jaunes diversement déclinés, de rares notes de vert, quelques tons de terre pour donner un peu de profondeur. Mais l’image est fièrement savonienne: Gerolamo Urbinate s’est inspiré de l’Adoration des bergers d’Antonio Semino, peinte en 1535 et conservée dans l’église San Giovanni Battista de Savone, l’une des œuvres les plus émouvantes du peintre génois. Jérôme en donne une traduction plus familière, plus familière, en revisitant librement certains éléments.

Agostino da Albissola et Gerolamo Urbinate, Adoration des bergers (1576 ; majolique ; Albissola Marina, Nostra Signora della Concordia)
Agostino da Albissola et Gerolamo Urbinate, Adoration des bergers (1576 ; majolique ; Albissola Marina, Nostra Signora della Concordia)
Antonio Semino, Adoration des bergers (1535 ; panneau ; Savone, San Giovanni Battista)
Antonio Semino, Adoration des bergers (1535 ; panneau ; Savone, San Giovanni Battista)

La Vierge et saint Joseph sont dans la même position: elle est agenouillée, priant avec les mains jointes l’Enfant couché devant elle, sur la terre (et non sur un sol en terre cuite comme chez Semino), et comme tout enfant nouveau-né, elle met ses doigts dans la bouche. Dans le retable en majolique, Marie apparaît beaucoup plus grande que son époux: de toute évidence, Gerolamo Urbinate n’a pas bien géré l’espace dont il disposait. Et puis, son saint Joseph semble endormi, peut-être gêné par le berger qui se tient à côté de lui et se tourne comme pour le regarder, presque comme pour lui dire quelque chose, pour lui parler: dans le tableau de Semino, au contraire, le jeune berger regardait vers le ciel avec extase. Il y a aussi le berger avec l’agneau sur les épaules, mais les deux autres qui l’encadrent dans le tableau de Semino deviennent une seule personne: un berger qui enlève son chapeau en signe de déférence et qui, en même temps, se penche pour mieux regarder l’Enfant. Le bœuf et l’âne émergent, avec une certaine impertinence, sous la manche de la Vierge, sans que l’on sache d’où ils viennent, alors que dans le retable de Semino ils se trouvaient, de façon plus cohérente, à l’intérieur de la hutte de droite. La même cabane à l’arrière-plan, dans le retable d’Albissola, n’est plus l’étable en ruine de Semino, mais devient un simple berceau en bois, et de même la ville à l’arrière-plan apparaît moins détaillée, décrite avec moins de brio: au lieu de cela, la représentation du ciel est beaucoup plus tourbillonnante, s’ouvrant pour montrer la figure du Père éternel, apparu dans une mandorle à moitié peinte. Il est toutefois plus que probable que la partie avec la figure de Dieu soit un ajout ultérieur: outre le fait que la peinture de Semino s’interrompt également plus tôt, il y a une baisse de qualité et une discontinuité évidente entre la troisième et la quatrième rangée de carreaux. Il y a également deux présences ajoutées par Girolamo Urbinate par rapport à la peinture de Semino, à savoir le Saint Benoît et le Saint Antoine abbé vus sur les côtés, insérés de toute évidence parce qu’ils sont liés à la commande. Cependant, nous ne savons pas qui a commandé l’œuvre.

La déduction la plus logique est que le retable a été exécuté par la même guilde de céramistes d’Albissola: leur patron était saint Antoine, et les “figuli” d’Albissola avaient leur propre chapelle dans l’église dédiée au saint, à laquelle ce retable était peut-être destiné, avant d’être transféré, probablement à la fin du XVIe siècle, à l’église de Nostra Signora della Concordia. Nous savons également que saint Antoine et saint Benoît étaient les patrons des deux quartiers de l’Albissola du XVIe siècle: une tradition raconte qu’en 1585, il fut décidé de construire la nouvelle église de Concordia précisément pour mettre fin aux conflits entre les deux communautés (d’où le nom de l’édifice religieux). Comme l’ancienne localisation dans l’église Saint-Antoine ne semble pas certaine, le retable pourrait peut-être être une ... première tentative de conciliation ? Un retable représentatif de l’ensemble de la communauté, dans lequel chacun pourrait se reconnaître ? Difficile à dire: la seule certitude que nous ayons, c’est qu’une telle œuvre témoigne avec une évidence palpable que l’art de la céramique était déjà florissant à cette époque. “Cette œuvre démontre clairement, même pour le moins expert”, peut-on lire dans le guide pionnier de 1886 sur la Marina d’Albissola, écrit par Giuseppe Garbarini, “que l’art de la céramique, pour atteindre ce degré de perfection, ne pouvait plus être jeune ; en effet, une telle œuvre devait être le fruit d’un travail de longue haleine et d’un travail de longue haleine.une telle œuvre devait être le fruit d’une ancienne école et être pratiquée pendant de longues années à la suite d’expériences patientes et répétées, car l’harmonie ou la défiguration d’une œuvre de ce genre dépend de la manière dont on sait appliquer un degré plus ou moins élevé de couleur à chacune des pièces séparées peintes dans des couleurs différentes”.

Le retable est en outre l’expression d’un genre très en vogue à l’époque, celui des laggione, ces carreaux décorés, semblables aux azulejos de la péninsule ibérique, typiques des décorations architecturales de Gênes et de ses environs: ils se sont répandus à partir du XVe siècle, ils ornaient principalement les palais de la noblesse ou de la riche bourgeoisie, et la région de Savone a été un centre florissant de leur production. On a suggéré que l’Augustin à qui l’on doit les carreaux sur lesquels a été peint le retable d’Albissola appartenait à l’une des familles de fabricants de majoliques les plus connues de l’époque, les Salomone (et le nom de famille a peut-être été supprimé pour des raisons de haine antisémite). Mais là encore, rien n’est sûr.

Ce qui est certain, en revanche, c’est que le retable d’Albissola est l’une des plus anciennes expressions connues de l’art de la céramique encore largement pratiqué dans cette région. Ce n’est pas vraiment une œuvre que l’on admire pour la grâce et la perfection de ses figures. Nous pourrions la considérer comme une version quotidienne, domestique et provinciale de l’Adoration de Semino. Les figures sont plus stylisées et moins gracieuses, l’espace est arrangé au mieux, les expressions sont quelque peu stéréotypées, il y a ici et là des erreurs de proportion. Mais c’est précisément ce qui fait la beauté de l’œuvre. Peu importe qu’il ne s’agisse pas d’un chef-d’œuvre parfait, d’un manifeste de la beauté. Il est probable que celui qui se rend à Savone ne se souviendra plus de l’Adoration de Semino après un certain temps, et il est presque certain que s’il se déplace quelques kilomètres plus à l’ouest pour visiter la ville de la céramique, il se souviendra du retable d’Albissola Marina. Et ce parce que le retable de l’église d’Albissola exprime le mieux l’âme de cette terre, parce qu’il exprime l’attachement des habitants d’Albissola à leurs traditions. Ceux qui se trouvent à Albissola l’indiqueront parmi les premières choses à voir. Les habitants en sont fiers. C’est l’une des plus anciennes traductions en images de l’amour qu’ils portent à leur ville. Et c’est pour cette raison qu’elle est belle.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.