Le 28 juin, les travailleurs culturels manifesteront devant le siège du ministère.


Le 28 juin, les travailleurs culturels descendront dans les rues de Rome devant le siège du ministère de la culture au Collegio Romano pour dénoncer les conditions de travail dans le secteur.

Une manifestation de travailleurs culturels féminins et masculins devant le siège du ministère de la Culture à Rome, via del Collegio Romano. Elle aura lieu le lundi 28 juin à 12h et est organisée par l’association Mi Riconosci, qui dénonce les conditions de travail dans le secteur culturel depuis 2015. La manifestation a reçu le soutien de plusieurs syndicats : UCLAS, UILpa et COBAS Lavoro Privato. Selon les organisateurs, l’événement vise à faire entendre les demandes et les besoins de ceux qui travaillent dans les espaces culturels.

L’événement accueillera des professionnels travaillant dans des institutions culturelles publiques, mais pas seulement. En effet, il y aura également des employés de librairies et de billetteries, des opérateurs éducatifs et des agents de sécurité, c’est-à-dire des professionnels qui garantissent le bon fonctionnement des services dits “complémentaires”, qui n’ont pourtant pas grand-chose à ajouter, puisqu’ils sont indispensables à l’accomplissement des fonctions d’un musée. La mobilisation du 28 juin, soulignent les organisateurs, sera une première journée de lutte : le nombre de musées où des personnes perdent leur emploi est aujourd’hui exorbitant ; les salaires sont de plus en plus bas, parfois jusqu’à 4 euros de l’heure ; les concessions sont renouvelées par dérogation, à la limite de la légalité, ne favorisant que les concessionnaires privés et n’enrichissant jamais l’Etat, ni en termes économiques, ni en termes de services. Les inégalités se creusent, tant au niveau des salaires et des droits que de l’accès aux espaces culturels, et le ministère ne montre aucune volonté de s’attaquer au problème.

Nous avons accueilli chaleureusement la demande d’un groupe fort et déterminé de travailleurs de musées publics tels que le Palazzo Barberini à Rome et le parc archéologique d’Ostia Antica, le MArTA à Tarente, le parc archéologique de Pompéi et d’Herculanum et la Reggia di Caserta", déclare Daniela Pietrangelo, militante de Mi Riconosci et éducatrice de musée, “parce que nous pensons qu’il est d’une importance vitale de manifester dans le secteur culturel”. Nous pensons qu’il est vital de montrer et de raconter dans nos villes les problèmes du secteur culturel qui mettent en danger la vie de ceux qui y travaillent et la résilience de notre démocratie".

Après vingt ans de travail, moi et mes 23 collègues, le personnel externalisé des sites muséaux des Pouilles", déclare Grazia Maremonti, “ancienne employée de la billetterie et de la librairie du musée archéologique national de Tarente”, “avons été laissés à la maison et nos droits ont été bafoués. Nous avons toujours garanti un service de très haute qualité, en collaboration avec le personnel du ministère, mais notre entreprise a cessé ses services et nos activités ont été remplacées par une application de gestion de la billetterie”.

Nous descendons dans la rue parce qu’il est nécessaire de tracer l’avenir de ce secteur“, concluent les organisateurs, ”un avenir différent de l’exploitation quotidienne que nous subissons et qui ne peut être séparé d’un programme sérieux de stabilisation des travailleurs et de la création d’un système culturel national qui offre des services culturels et un travail de qualité".

Le 28 juin, les travailleurs culturels manifesteront devant le siège du ministère.
Le 28 juin, les travailleurs culturels manifesteront devant le siège du ministère.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.