Pourquoi la droite s'en prend-elle au directeur du Musée égyptien ? Pour une affaire datant d'il y a 7 ans


Christian Greco, le directeur du Musée égyptien, est au centre d'une attaque croisée de la droite, le secrétaire adjoint de la Ligue demandant même sa démission. La raison ? Une affaire qui remonte à 2016....

“Christian Greco, directeur du musée égyptien de Turin, doit faire un geste de dignité et démissionner. Nous ferons tout pour l’évincer et nous demandons au ministre de la Culture Sangiuliano de l’évincer s’il ne démissionne pas” : ce sont les mots d’Andrea Crippa, secrétaire adjoint de la Ligue, interviewé par le quotidien Affaritaliani.it, qui s’en prend au directeur du Musée égyptien de Turin, Christian Greco. Mais quelle est la faute de Greco ? Vu la force de l’affirmation, on pourrait penser que le directeur du musée égyptien a commis une faute grave. En réalité, il n’en est rien : Crippa a en effet repris une initiative que le Musée égyptien avait lancée en 2016 et reproduite l’année suivante, lorsqu’il avait offert une réduction (deux billets pour le prix d’un), pour une durée limitée, aux locuteurs de la langue arabe.

“Il y a quelques années”, a déclaré Crippa, “Greco a décidé d’une réduction uniquement pour les citoyens musulmans et j’ai demandé aux citoyens de protester en inondant le standard téléphonique d’appels. Il m’a dénoncé, j’ai été condamné en première instance et acquitté en seconde, ayant gagné le procès. Il s’agit d’un directeur de gauche qui a géré le musée égyptien de Turin de manière idéologique et raciste à l’encontre des Italiens et des citoyens chrétiens. Il n’accordait des réductions qu’aux musulmans et jamais à ceux qui professent d’autres religions. Il devrait être mis à la porte immédiatement, mais il vaut mieux qu’il fasse un geste de dignité et qu’il s’en aille. Il est incroyable qu’après avoir géré le musée de manière idéologique, il demande maintenant à conserver son siège au sein du gouvernement de centre-droit. Le musée égyptien de Turin est financé par les citoyens et il n’écoute que la gauche. Il est raciste envers les Italiens et les chrétiens. Démissionnez immédiatement, il ferait meilleure impression”. En réalité, l’initiative n’a pas été organisée en fonction de la religion des visiteurs, mais uniquement en fonction de la langue qu’ils parlaient : par conséquent, même les Italiens et les chrétiens pouvaient profiter de la facilitation s’ils démontraient leur familiarité avec la langue arabe. En outre, l’initiative a été accompagnée de circuits, de visites guidées et d’itinéraires familiaux dans le cadre d’un projet de médiation culturelle destiné à la communauté arabophone de Turin.

Que s’est-il passé ensuite ? L’affaire a été portée devant les tribunaux : en janvier 2018, alors qu’il occupait le poste de dirigeant du “Movimento dei Giovani Padani”, affilié à la ligue, Crippa avait organisé un appel téléphonique à une fausse standardiste du musée, afin de créer une vidéo contre l’initiative qui devait être diffusée sur les médias sociaux. Par le jugement 1375 des 20 et 21 avril 2020 du tribunal de Turin, Crippa a été condamné à payer quinze mille euros de dommages et intérêts car, selon les juges, l’initiative du membre de la “Lega” “incitait à la haine” et était conçue pour “inciter à l’intolérance de manière à se propager efficacement”. La Cour d’appel, dans son arrêt 727 du 9 juin 2021, a annulé la décision du tribunal en déclarant que si l’initiative du Musée égyptien était un choix promotionnel légitime, l’opposition de la Crippa l’était tout autant, car selon les juges, la critique politique peut s’exprimer par le biais d’une action de protestation. la critique politique peut également s’exprimer à travers la mise en scène, à condition que la méthode choisie ne soit pas de nature à altérer la vérité des faits (en effet, c’est le contenu et non la forme qui compte, tant que “ne se manifeste pas une valeur intrinsèque trompeuse et mensongère, susceptible d’altérer, de déformer et de falsifier en soi le contenu du message transmis”. Il s’agissait alors d’un moment historique particulier, selon les juges, et l’initiative de Crippa était de nature politique, puisqu’elle a été menée pendant une campagne électorale, à un moment où la question des migrants était au centre des programmes des partis de centre-droit. La Cour d’appel a donc considéré comme justifiée l’utilisation d’un “langage caractérisé par des procédés sémiotiques typiques visant notoirement non seulement à convaincre rationnellement le corps électoral, mais aussi à le persuader en faisant appel à son émotivité”. La vidéo a ensuite été suivie, comme l’a souligné la Cour d’appel elle-même, d’un “florilège incivil et ignoble d’insultes, de mépris, de menaces et d’injures téléphoniques et télématiques” au Musée égyptien, mais la vidéo de Crippa n’a pas été tenue pour responsable de ce comportement. En substance, la vidéo de Crippa était un exercice légitime du droit à la critique politique.

Quant à l’appel à l’“expulsion”, le musée égyptien est géré par une fondation et la nomination du directeur, conformément au statut, ne relève pas du ministre ou des politiciens, mais du conseil d’administration de l’institut. Ces derniers jours, M. Greco avait également été critiqué par le conseiller régional du Piémont pour le bien-être, Maurizio Marrone (FdI), qui avait déclaré dans une interview accordée à l’édition turinoise du Corriere della Sera : “M. Greco a des compétences managériales peu communes, mais je pense qu’il existe des personnalités potentiellement plus qualifiées, qui ont été pénalisées non pas pour le poste de directeur, mais même pour une place au sein du conseil d’administration du musée”. Le conseil d’administration s’était immédiatement rallié à Greco, sans toutefois mentionner l’interview : le conseil d’administration a donc exprimé “à l’unanimité, avec une conviction absolue, son appréciation pour l’excellent travail réalisé, depuis 2014, par son directeur Christian Greco”. “Grâce à son travail, lit-on dans une note du conseil d’administration, notre musée est devenu une excellence mondiale, avec deux grandes opérations de transformation structurelle, plus de 90 collaborations avec les plus grandes universités et institutions muséales du monde, des activités de formation et de recherche au plus haut niveau, une durabilité environnementale et financière, ainsi que des politiques d’inclusion et d’importantes retombées économiques pour le territoire de la ville et au-delà”. Rappelant que, conformément à l’article 9 de nos statuts, la nomination et la révocation du directeur relèvent de la seule responsabilité du conseil d’administration, nous renouvelons notre entière confiance à Christian Greco et le remercions chaleureusement pour son travail extraordinaire".

Greco, toujours selon les propos de Marrone, a ensuite reçu le soutien du sous-secrétaire à la culture, Vittorio Sgarbi: “Je crois qu’il ne mérite pas les critiques sévères de Marrone”, a-t-il déclaré. “Il n’y a aucun doute sur les qualités, l’engagement et les résultats de Greco, un directeur et un esprit libre, une condition sans laquelle on ne peut pas diriger efficacement l’un des plus grands musées du monde. Le directeur Greco est très bon. Il est bon et incontestable. Tout comme la déclaration du conseiller est légitime : tout le monde peut dire qu’il y en a un meilleur que l’autre. La meilleure réponse n’est pas de collecter des signatures, mais de l’ignorer. Au lieu de cela, sa déclaration, qui est légitime, a conduit au renforcement de Greco, parce que dans l’opinion, cela ressemble à une censure politique. Et ce n’est pas possible parce que le directeur de ce musée est nommé par le président de la fondation, qui doit être nommé par nous. Mais notre pouvoir s’arrête là. L’affaire n’existe pas. Cela ressemble à une comédie de malentendus”. Quant à l’initiative en faveur des citoyens arabophones, M. Sgarbi a déclaré qu’“il s’agissait d’une opération de marketing destinée à ces 2 % du public. J’ai dit à Meloni ’vous avez mal interprété’ et elle est allée parler au directeur. Ses fidèles pensent maintenant qu’ils interprètent sa position, mais il n’est pas certain que Meloni pense toujours de la même manière, car elle a changé de nombreuses positions sur la question des migrants. Ils devraient vérifier ce qu’elle pense aujourd’hui”.

Quoi qu’il en soit, M. Greco restera en fonction jusqu’au 30 juin 2025. Il lui reste donc presque deux ans de mandat. Et à l’heure actuelle, il est très peu probable d’imaginer son éviction. D’ailleurs, c’est le conseil d’administration qui aura le dernier mot.

Sur la photo : Christian Greco

Pourquoi la droite s'en prend-elle au directeur du Musée égyptien ? Pour une affaire datant d'il y a 7 ans
Pourquoi la droite s'en prend-elle au directeur du Musée égyptien ? Pour une affaire datant d'il y a 7 ans


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.