Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Lazio


Des centaures d'Andersen à la licorne de Luca Longhi, des monstres de Bomarzo à l'homme-loup du musée étrusque de Villa Giulia: un voyage parmi les créatures fantastiques du Latium. Un projet de Finestre sull'Arte en collaboration avec le ministère de la culture.

Après la Lombardie et la Campanie, le voyage de Finestre sull’Arte à la découverte des animaux et des créatures fantastiques représentés dans les œuvres des musées italiens et des lieux fantastiques que l’on rencontre en parcourant notre péninsule s’arrête dans le Latium. Entre Rome, Viterbe, Sperlonga et Ostie, nous avons trouvé, une fois de plus, des créatures et des lieux fantastiques qui fascinent les adultes et les enfants, nous rappelant que les musées et les lieux culturels sont sûrs et adaptés pour passer des moments paisibles en compagnie de votre famille et de vos enfants. Le projet est mené en collaboration avec le ministère de la Culture. C’est parti !

1. Le mariage des centaures au musée H.C. Andersen de Rome

Non loin de la Piazza del Popolo à Rome se trouve le musée Hendrik Christian Andersen, dans un bâtiment construit entre 1922 et 1925 par le sculpteur norvégien naturalisé américain Hendrik Christian Andersen (Bergen, 1872 - Rome, 1940) qui a vécu à Rome de la fin du XIXe siècle jusqu’à sa mort. Son atelier de sculpture se trouvait également dans le bâtiment, au rez-de-chaussée, tandis qu’il vivait au premier étage. Aujourd’hui transformé en maison-musée, le bâtiment abrite la vaste collection d’œuvres de l’artiste: plus de deux cents grandes, moyennes et petites sculptures en plâtre et en bronze, plus de deux cents peintures et plus de trois cents œuvres graphiques. Parmi les sculptures, on trouve une statue en plâtre représentant le mariage des Centaures, où deux créatures mi-hommes, mi-chevaux de la mythologie grecque s’enlacent et s’embrassent avec tendresse sur un tapis d’herbe et de fleurs. Leurs silhouettes, qui se rejoignent dans l’étreinte, ne font presque plus qu’un. Les centaures tirent leur nom du géniteur Centaure, fils du roi Lapith Ission, qui constituait la plus ancienne tribu de Thessalie. Au cours d’un banquet, Ission tenta de séduire Héra ; Zeus, se rendant compte des intentions de cette dernière, transforma un nuage, Néphélé, à la ressemblance d’Héra, afin que l’ivrogne Ission ne s’aperçoive pas du piège. De l’union d’Issione et de Néphélé naquit Centaure, qui rejoignit les juments du mont Pélion et devint l’ancêtre des Centaures.

Hendrik Christian Andersen, Le mariage des centaures (1900 ; plâtre ; Rome, Museo Hendrik Christian Andersen)
Hendrik Christian Andersen, Le mariage des centaures (1900 ; plâtre ; Rome, Museo Hendrik Christian Andersen)

2. La tête de Méduse au Musée national romain

Le Museo Nazionale Romano du Palazzo Massimo à Rome abrite une magnifique tête de Méduse, l’une des trois sœurs gorgones et la plus célèbre, caractérisée par des serpents à la place des cheveux et un regard qui pétrifiait tous ceux qui la regardaient. Elle est représentée avec de grands yeux envoûtants, la bouche fermée dans une expression sérieuse prête à séduire, contrairement à la bouche ouverte avec laquelle elle est généralement représentée. Ses cheveux sont agités par le vent et de petites ailes lui poussent sur la tête. La pièce est en bronze et a probablement été utilisée comme décoration dans le premier navire de Caligula retrouvé au fond du lac Nemi: les navires étaient en effet décorés de bronzes finement travaillés, d’or et de pierres précieuses, de statues, une expression d’opulence visant à célébrer la richesse et le culte de l’empereur.

Art romain, Tête de Méduse (37-41 après J.-C. ; bronze ; Rome, Museo Nazionale Romano)
Art romain, Tête de Méduse (37-41 ap. J.-C. ; bronze ; Rome, Museo Nazionale Romano)

3. Le cyclope Polyphème dans le groupe de sculptures Polyphème aveugle d’Ulysse au Musée archéologique national de Sperlonga

Le musée archéologique national de Sperlonga abrite le groupe sculptural colossal de Polyphème, qui raconte l’histoire de l’Odyssée dans laquelle le héros Ulysse, au cours de son long voyage de retour de la guerre de Troie, entouré de ses compagnons de mer, aveugle le géant Polyphème à l’aide d’une longue perche à l’extrémité incandescente. Pour réussir, Ulysse et ses compagnons le saoulent (l’un des marins tient d’ailleurs une outre dans une main) et le cyclope tombe alors dans un long et profond sommeil, allongé sur un rocher: Ulysse profite du moment propice pour l’aveugler et parvenir ainsi à s’échapper de la grotte dans laquelle le cyclope les avait emprisonnés. Le musée de Sperlonga présente également une proposition de reconstitution du groupe sculptural, à partir des fragments existants trouvés lors des fouilles dans la zone de la villa de Tibère, afin de donner une idée complète de ce à quoi devait ressembler la sculpture colossale de l’ancienne villa. La sculpture est probablement attribuée à Athanodoros, Hagesandros et Polydoros de Rhodes, dont la signature figure sur l’autre grand groupe sculptural du musée, celui de la Scylla attaquant le navire d’Ulysse et de ses compagnons au moment où il franchit le détroit de Messine. Ces mêmes maîtres ont réalisé le célèbre groupe du Laocoon exposé dans les musées du Vatican. Le thème d’Ulysse est très fréquent dans cette région, car depuis l’époque romaine, on croyait que le promontoire au nord était l’île de la magicienne Circé où Ulysse s’arrêtait pendant plus d’un an avant de reprendre le chemin du retour.

Artiste romain d'après l'original grec hellénistique, Ulysse aveugle Polyphème (Ier siècle av. J.-C. ; marbre ; Sperlonga, Musée archéologique national)
Proposition de reconstruction. Artiste romain d’après l’original grec hellénistique, Ulysse aveugle Polyphème (Ier siècle av. J.-C. ; marbre ; Sperlonga, Musée archéologique national)
.

4. Le dragon ailé dans l’Orphée de Marcello Provenzale à la Galleria Borghese

Parmi les nombreux animaux qui entourent Orphée, assis à l’ombre d’un chêne et qui joue de la lyre de son bras, on reconnaît un dragon doré aux ailes de chauve-souris, aux pieds palmés et à la queue de serpent, et au-dessus de lui un aigle perché sur une branche du grand arbre. Les deux animaux font référence aux armoiries du cardinal Scipione Borghese, qui a commandé la mosaïque réalisée en 1618 par Marcello Provenzale (Cento, 1575 - Rome, 1639), aujourd’hui exposée à la Galleria Borghese à Rome. Selon les Métamorphoses d’Ovide, tous les animaux, y compris les reptiles, les oiseaux et les félins, ont été attirés par le chant triste d’Orphée pour la perte de sa bien-aimée Eurydice, et ils se sont rassemblés autour de lui pour le réconforter: même les cœurs des bêtes les plus féroces se sont adoucis au son de ce chant triste. À l’arrière-plan, on aperçoit les flammes du monde souterrain, où, selon l’histoire, le jeune berger était descendu pour ramener sur terre la belle nymphe Eurydice, morte d’une morsure de serpent. La tentative a échoué car l’âme de la bien-aimée a été renvoyée aux enfers pour toujours après qu’Orphée se soit tourné vers elle sur le seuil des enfers, ne respectant pas l’interdiction que lui avait imposée le dieu des enfers, Hadès.

Marcello Provenzale, Orphée (1618 ; mosaïque, 44 x 63 cm ; Rome, Galleria Borghese)
Marcello Provenzale, Orphée (1618 ; mosaïque, 44 x 63 cm ; Rome, Galleria Borghese)

5. Les Centaures dans Le combat des Centaures de Giorgio De Chirico à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea à Rome

Avant sa saison métaphysique, Giorgio de Chirico (Volo, 1888 - Rome, 1978) a peint en 1909 une huile sur toile représentant un Combat de centaures, une œuvre devenue célèbre aujourd’hui et conservée à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea de Rome. Ce tableau dérive directement des peintures d’Arnold Böcklin (Bâle, 1827 - San Domenico di Fiesole, 1901): En particulier, l’atmosphère avec le ciel d’un bleu profond strié de blanc, l’excitation de la scène et la violence exprimée par ces monstres mi-hommes, mi-chevaux expriment pleinement le caractère dramatique que l’artiste a voulu apporter à la toile. Bien qu’inspiré par Böcklin, De Chirico a représenté le combat des centaures avec des traits beaucoup plus sombres, comme un combat entre des personnages représentant les forces originelles de la nature et donc instinctives. Le peintre suisse lui avait probablement ouvert les yeux sur un monde primordial, où l’élément bestial domine et où la vie se soumet à la violence de la nature, au-delà du sentiment et de la raison.

Giorgio De Chirico, Lotta di centauri (1909 ; huile sur toile, 75 x 110 cm ; Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea)
Giorgio De Chirico, Combat de centaures (1909 ; huile sur toile, 75 x 110 cm ; Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea)

6. Les Gorgones dans la Domus des Gorgones à Ostia Antica

Dans le parc archéologique d’Ostia Antica se trouve la Domus delle Gorgoni, qui doit son nom à la représentation en mosaïque, à l’intérieur de la salle 17, d’un grand gorgoneion accompagné des mots “Gorgoni bita”, qui ont été interprétés comme "Evita Gorgo ! La figure est représentée dans un rectangle avec des motifs géométriques bicolores, noirs et blancs, qui dessinent un motif rythmique. Les Gorgones, filles de Forco et Ceto, étaient trois sœurs (Steno, Euryale et la plus célèbre Méduse): monstres de la mythologie grecque, elles avaient des ailes d’or, des mains de bronze et des serpents en guise de cheveux et avaient le pouvoir de pétrifier quiconque les regardait dans les yeux. C’est pourquoi tout contact avec ces créatures était à éviter. La tête de la Gorgone a souvent été représentée comme motif décoratif dans les édifices antiques, sous la forme d’un masque à la bouche ouverte et aux cheveux mêlés de serpents ; dans la mosaïque d’Ostia Antica, tout le visage est entouré de serpents, la bouche est fermée et de longues ailes jaillissent de la tête aux cheveux bouclés.

L'un des Gorgones de la Domus des Gorgones à Ostia Antica L’
une des Gorgones de la Domus des Gorgones d’Ostie Antique
.

7. Créatures fantastiques dans les fresques de la salle Altoviti du Palazzo Venezia à Rome

La salle Altoviti du musée Palazzo Venezia à Rome tire son nom des fresques peintes à l’origine dans le Palazzo Altoviti et montées ici en 1929. Le banquier d’origine florentine Bindo Altoviti a commandé à Giorgio Vasari, en 1553, des fresques destinées à célébrer la richesse de la famille et le mariage de Giambattista Altoviti et Clarice Ridolfi. À la suite de la loi sur le Tibre de 1876, des digues en maçonnerie ont été construites sur le fleuve, ce qui a entraîné la destruction de nombreux bâtiments, dont le Palazzo Altoviti, mais les fresques de Vasari ont été détachées et montées sur des toiles afin de les préserver. La voûte d’Altoviti a en effet été remontée par le peintre Torello Rupelli, qui les a intégrées et contextualisées dans la pièce. Le grand ovale central représente l’Hommage à Cérès, déesse des champs, des récoltes et de l’abondance. Sur les côtés, deux panneaux représentent, à travers des personnifications, Florence couronnant l’Arno et Rome couronnant le Tibre, accompagnées des symboles des villes, à savoir le lion Marzocco avec le lys et la louve avec Romulus et Remus. Autour d’eux se trouvent des grotesques avec des putti, une bataille de tritons et une bataille de centaures, tandis que les douze mois de l’année sont représentés à la base de la voûte.

Détail des grotesques de la salle Altoviti du Palazzo Venezia à Rome
Détail des grotesques de la salle Altoviti du Palazzo Venezia à Rome
.

8. L’homme-loup de la plaque étrusque du peintre de Tityos au Musée national étrusque de Villa Giulia à Rome

Au Musée national étrusque de Villa Giulia à Rome se trouve un plat en céramique à figures noires sur pied, datable entre 540 et 510 avant J.-C. et attribuable au peintre de Tityos. Il a un diamètre de vingt centimètres, comme une assiette à dessert moderne, mais il est plus profond et mesure presque dix centimètres de haut. Le bord est orné d’un décor alternant palmettes et fleurs de lotus, tandis que la surface intérieure présente un rondeau central dans lequel est représentée une seule figure: celle d’un homme-loup, peut-être une divinité du monde souterrain. Il est tourné vers la gauche, le corps de face et la tête de profil ; ses membres sont pliés pour s’adapter à l’espace qu’il occupe. Le corps est certes celui d’un homme, mais il a des griffes acérées et sa tête est celle d’un loup, les oreilles droites et la gueule ouverte d’où sort une langue rouge. Des bracelets en or sont visibles sur ses avant-bras. C’est une sorte de loup-garou étrusque. Autour de lui, dans le bandeau circulaire, trois autres personnages sont peints, en procédant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre: un centaure, un homme avec un arc et un bâton et enfin une femme. La scène est relatée dans le quatrième livre des Histoires de Diodore de Sicile, qui raconte qu’Héraclès et son épouse Déjanire rencontrèrent le centaure Nessus sur la rive d’un fleuve ; ce dernier, tombé amoureux de la femme, avait tenté de la prendre de force. Pour cela, Héraclès lui décocha une flèche et le tua. La scène représente donc le moment où Héraclès s’apprête à frapper Nessus, et l’on voit ce dernier faire demi-tour et saisir un petit arbre de la main droite, improvisant ainsi une arme. Le plat avec Héraclès, l’enlèvement de Déjanire et l’homme-loup a été trouvé dans la nécropole de l’Osteria de Vulci lors des fouilles de la société Hercle en 1961-1963 et fait partie du mobilier funéraire de la tombe 177.

Peintre de Tityos, assiette à figures noires avec l'enlèvement de Deianira par le centaure Nessus poursuivi par Hercule, homme-loup au centre (VIe siècle av. J.-C. ; céramique ; Rome, Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia)
Peintre de Tityos, assiette à figures noires avec l’enlèvement de Deianira par le centaure Nessus poursuivi par Hercule, homme-loup au centre (VIe siècle av. J.-C. ; céramique ; Rome, Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia)

9. La licorne dans la Femme à la licorne de Luca Longhi au Musée national du Château Saint-Ange

Au centre de la scène, au premier plan, une jeune fille, le regard tourné vers le spectateur, est assise à côté d’une licorne qu’elle montre du doigt, invitant l’observateur à diriger son attention vers la créature. À l’arrière-plan se trouve un paysage clair aux allures bucoliques. La jeune femme, représentée ici en tenue héraldique, est probablement Giulia Farnese, sœur du pape Paul III: La Vierge à la licorne était en effet déjà un symbole de la famille Farnèse depuis deux générations lorsque le peintre romagnol Luca Longhi (Ravenne, 1507 - 1580), portraitiste de la famille et artiste fortement influencé par la manière de Léonard, notamment dans ses paysages et le rendu de la lumière, réalisa entre 1535 et 1540 ce tableau, aujourd’hui conservé au Musée national du Château Saint-Ange. La représentation d’une jeune fille à côté de la licorne était très fréquente et constituait une allégorie de la chasteté, puisque selon le récit du Physiologus, seule une vierge pure était capable de dompter une licorne. Outre les armoiries de la famille Farnese, le portrait de Longhi rappelle donc également le concept de pureté de la jeune fille. Il s’agit cependant d’une œuvre de célébration post-mortem, puisqu’elle a été exécutée à la demande de la famille de Giulia Farnese après sa mort prématurée en 1524. On sait que la composition est tirée d’un dessin de Léonard de Vinci (Anchiano, 1452 - Amboise, 1519) conservé à l’Ashmolean Museum d’Oxford.

Luca Longhi, Jeune femme à la licorne (1535-1540 ; huile sur panneau, 132 x 98 cm ; Rome, Museo Nazionale di Castel Sant'Angelo)
Luca Longhi, Jeune femme à la licorne (1535-1540 ; huile sur panneau, 132 x 98 cm ; Rome, Museo Nazionale di Castel Sant’Angelo)

10. Créatures fantastiques au bois sacré de Bomarzo (Viterbe)

Ce sont deux sphinx monumentaux qui accueillent toute personne entrant dans le bois sacré de Bomarzo, dans la province de Viterbe, mais le long du parcours immergé dans la nature, on rencontre de nombreuses créatures fantastiques et des édifices insolites qui laissent petits et grands bouche bée d’émerveillement: le Protée-Glaucus, un être aquatique de la mythologie grecque associé à sa capacité de changer de forme, les géants Hercule et Cacus, le Pégase ailé, le dieu Neptune, le monstre tricéphale Cerbère, Méduse, l’échidné (un monstre avec un corps de femme et un corps de serpent), le Dragon, la maison penchée où le sens de l’équilibre est mis à l’épreuve, la nymphette endormie, l’église de la ville de Viterbe, l’église de la ville de Viterbe, l’église de la ville de Viterbe et l’église de la ville de Viterbe. l’équilibre, la nymphe endormie, et surtout le grand orque à la bouche béante qui invite les visiteurs à pénétrer en son sein pour oublier toutes les mauvaises pensées. C’est probablement pour cette raison, pour libérer l’esprit et “aérer le cœur”, même si le véritable sens de tout le parcours reste inconnu à ce jour, que Pier Francesco Orsini, dit Vicino (Rome, 1523 - Bomarzo, 1585), a conçu et fait construire ce lieu merveilleux au milieu du XVIe siècle. Un lieu de sérénité après la mort prématurée de son épouse bien-aimée Giulia Farnese en 1560. Il a fasciné des personnalités célèbres telles que Goethe et Salvador Dalí et c’est ici que Niki de Saint Phaille a trouvé l’inspiration pour le célèbre Jardin des Tarots. Aujourd’hui, le Bois sacré de Bomarzo est l’un des parcs les plus évocateurs d’Italie.

Sculpteur inconnu, L'Ogre (seconde moitié du XVIe siècle ; Bomarzo, Bois sacré)
Sculpteur inconnu, L’Ogre (seconde moitié du XVIe siècle ; Bomarzo, Bois sacré)

Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Lazio
Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Lazio


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.