Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Lombardie


Le voyage à travers les animaux et les lieux fantastiques des musées italiens commence. Nous commençons par la Lombardie: de la Pinacothèque de Brera aux fresques du Palais Teglio, du Palais Ducal de Mantoue à la Chartreuse de Pavie.

Aujourd’hui commence notre voyage à la découverte des animaux, des créatures et des personnages fantastiques représentés dans les œuvres d’art des musées de toutes les régions d’Italie, du Nord au Sud, en passant par la peinture, la sculpture et les objets artistiques, ainsi que des lieux fantastiques que nous rencontrerons dans tout le pays. Un projet que Finestre sull’Arte entreprend en collaboration avec le ministère de la Culture et qui vise à vous faire visiter des lieux de culture de manière originale et divertissante, en toute sécurité, en famille et en compagnie de vos enfants qui s’affronteront pour savoir qui sera le premier à découvrir les créatures fantastiques du monde de la mythologie et de la littérature. Nous commençons en Lombardie avec dix œuvres et lieux fantastiques que vous pourrez trouver et visiter dans différentes villes, de Milan à Mantoue, de Pavie à Desenzano del Garda, de Vigevano à la province de Sondrio. Alors, êtes-vous prêts pour ce voyage... fantastique? C’est parti.

1. Le Diable. Retable des trois archanges de Marco d’Oggiono, Galerie d’art de Brera (Milan)

Un diable équipé de cornes, d’ailes de chauve-souris noire et de pattes inférieures d’oiseau de proie plonge tête baissée dans un grand gouffre qui s’est ouvert dans le sol ; son bras gauche est déjà à l’intérieur et son visage n’est pas des plus joyeux. C’est le diable ou Satan qui est vaincu par l’archange guerrier Michel, comme on peut le lire dans le passage de l’Apocalypse: Michel, au centre de la composition, plane dans le ciel soutenu par de grandes ailes et tient dans sa main droite la longue épée tranchante avec laquelle il vient de vaincre le diable, symbole du mal. Dans les œuvres à caractère religieux, le diable est une entité maléfique et destructrice qui est toujours vaincue par des anges ou des entités divines, signifiant ainsi la victoire du bien sur le mal. Les archanges Gabriel et Raphaël se tiennent de part et d’autre de la scène. L’œuvre a été réalisée vers 1516 par Marco d’Oggiono, élève de Léonard de Vinci (les traits somatiques et la grâce des créatures angéliques sont en effet léonardesques), et se trouve aujourd’hui à la galerie d’art de Brera. Elle nous est parvenue en 1806 de l’église des Augustines de Santa Marta à Milan, dont les liens avec le courant spirituel inspiré par l’Apocalypsis Nova d’Amedeo Mendez da Silva, riche en contenu prophétique et visionnaire, sont bien connus.

Marco d'Oggiono, Retable des trois archanges (vers 1516 ; huile sur panneau, 255 x 190 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Marco d’Oggiono, Retable des trois archanges (vers 1516 ; huile sur panneau, 255 x 190 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)

2. Satyres. Vénus et Cupidon avec deux satyres de Simone Peterzano, Galerie d’art de Brera (Milan)

Plongée dans un paysage à l’ombre des arbres, la déesse Vénus, entièrement nue, dort dans une pose très sensuelle sur des draperies roses et bleues ; elle a près d’elle son fils Cupidon avec un arc et des flèches, qui observe la scène. La déesse a en fait été trouvée par deux satyres espiègles qui troublent son sommeil et tentent de l’ébranler: l’un la regarde avec un visage malicieux et enlève l’une de ses draperies dorées, l’autre manipule près des pieds de Vénus une vigne, symbole attribué au dieu Bacchus et à ses adeptes, les satyres. À côté de la vigne se trouve une grenade, un attribut associé à Vénus qui indique la fertilité et la prospérité. Le satyre est une créature sylvestre du monde mythologique gréco-romain représentée sous forme humaine avec des oreilles pointues, une queue et des sabots de cheval ou de chèvre. Conservée à la Pinacothèque de Brera, la peinture a été exécutée par Simone Peterzano, élève du Titien et maître du Caravage, actif principalement à Milan, vers 1570. L’œuvre, caractérisée par une forte charge érotique destinée à célébrer les forces génératrices de la nature et le plaisir de l’amour charnel, constitue l’un des rares tableaux à thème profane de l’artiste et représente une nature morte détaillée.

Simone Peterzano, Vénus et Cupidon avec deux satyres (1570-1573 ; huile sur toile, 135,2 x 206,9 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Simone Peterzano, Vénus et Cupidon avec deux satyres (1570-1573 ; huile sur toile, 135,2 x 206,9 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
.

3. Le démon du jeu. Le démon du jeu de Gino Severini, Pinacothèque de Brera (Milan)

Un diable armé d’une longue fourche à cornes, d’ailes rosées, d’une queue et de sabots d’âne voltige dans le ciel avec un visage malin et rancunier ; au-dessous de lui, trois pierrots assis en cercle jouent aux cartes, deux avec le masque encore sur le visage et un à visage découvert qui a posé le masque sur le sol. Au milieu se trouve une structure architecturale qui rappelle le monde classique. Il s’agit de la scène représentée par Gino Severini en 1928 dans le panneau intitulé Le démon du jeu, aujourd’hui conservé à la Pinacothèque de Brera à Milan. Ce panneau, ainsi que Le coup de foudre, appartiennent à la série de panneaux décoratifs commandés cette année-là à l’artiste par Léonce Rosenberg, marchand d’art parisien qui souhaitait décorer une pièce de son nouvel appartement de représentation pour en faire un temple du goût, exposant en permanence les principaux artistes liés à la Galerie de l’effort moderne qu’il avait ouverte en 1918. La commande prévoyait un cycle de six toiles représentant des paysages classiques habités par des personnages mythologiques, mais Severini propose de les remplacer par des masques de comédie italienne mis en scène dans des capricci à l’italienne où se mêlent l’antique, la nature morte, le rouge pompéien et la théâtralité du deus ex machina.

Gino Severini, Le démon du jeu (1928 ; huile sur toile, 160 x 66 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Gino Severini, Le démon du jeu (1928 ; huile sur toile, 160 x 66 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)

4. Animaux et créatures fantastiques. Grotesques du palais ducal (Mantoue)

Le palais des Doges de Mantoue, situé sur la place principale de la ville, la Piazza Sordello, était la résidence officielle de la famille Gonzague, l’un des plus puissants seigneurs de la Renaissance italienne. Ses salles présentent un type particulier de décoration au plafond, appelé grotesque, qui rappelle la peinture romaine de l’époque augustéenne. Il s’agit d’une sorte d’illustration fantaisiste qui consiste en la représentation d’êtres monstrueux et hybrides, représentés par des traits fins et subtils, généralement sur des fonds monochromes ; la grotesque crée des cadres, des tissages et des motifs ornementaux qui s’entrecroisent avec des décors souvent naturalistes. Comme on peut le voir sur les voûtes du Palais des Doges, où des racèmes végétaux se combinent avec des cariatides, des têtes, des putti ailés, des animaux et d’autres éléments fantaisistes, créant un dialogue entre l’architecture, la peinture et la sculpture. Des motifs figuratifs tirés de la peinture ancienne dans un rythme paratactique qui semble s’adapter au style de l’Antiquité tardive ; souvent, le plafond devient presque une pergola, peuplée de figures d’animaux et de créatures ailées dans une conception globale harmonieuse et élégante.

Décorations de la galerie des mois du palais ducal de Mantoue
Décorations de la Galerie des Mois du Palais Ducal de Mantoue

5. Le Zodiaque. Fresques Salle de création du Palais Besta (Teglio)

À Teglio, dans la province de Sondrio, se trouve le palais Besta, l’un des plus importants palais historiques de la Valteline et la plus belle demeure Renaissance de la région, à tel point qu’il est considéré comme le “petit palais des Alpes”. Il fut construit dans la seconde moitié du XVe siècle sur ordre d’Azzo I Besta, mais à sa mort, c’est son fils Azzo II et son épouse Agnese Quadrio qui se chargèrent de la décoration picturale de l’édifice, le transformant en une cour de la Renaissance fréquentée par des artistes, des hommes de lettres et des philosophes. En effet, le palais possède des salles entièrement décorées de cycles picturaux, en particulier la salle de la Création, au premier étage, qui représente des récits de la Genèse. Mais c’est sur la voûte que la merveille s’ouvre à nos yeux: la famille Besta était très férue de géographie, de cartographie et d’astrologie, à tel point qu’à côté de la scène de la Création se trouve un immense planisphère représentant le monde connu au milieu du XVIe siècle et, au-dessus de la cheminée, sont représentés les deux hémisphères avec les signes du zodiaque et les constellations. Selon l’astrologie occidentale, les créatures des signes du zodiaque que nous connaissons tous sont au nombre de douze, comme les mois de l’année, et chaque signe du zodiaque renvoie à une constellation située sur le plan de l’écliptique.

Le ciel nordique dans les fresques du Palazzo Besta à Teglio
Le ciel nordique dans les fresques du Palazzo Besta in Teglio

6. Satyres et animaux fantastiques. Studiolo della Certosa (Pavie)

Le palais ducal de Pavie, résidence d’été de la famille Visconti-Sforza, abrite le musée de la Chartreuse sur deux étages. Alors que le rez-de-chaussée abrite la Gipsoteca et le premier étage la Pinacoteca et la collection de sculptures, c’est dans le Studiolo, également situé au premier étage, que l’on peut admirer un merveilleux intérieur Renaissance tout en fresques et en décorations. L’auteur du cycle pictural est inconnu: les fresques sur les murs représentent des paysages colorés ponctués de monstres monumentaux à pattes de serpent, appelés télamons, qui, dans des poses maniéristes, supportent le poids du linteau sur leur tête. Sur la voûte, en revanche, des grotesques apparaissent sur un fond blanc entourant la scène du Rêve de Constantin. Exécutés avec des coups de pinceau rapides, les grotesques comprennent des figures de nymphes et de satyres, des masques, des sphères armillaires et des animaux européens et exotiques, ce qui semble similaire à certaines décorations d’Aurelio Luini. Les bas-reliefs des lunettes décrivent des histoires de rois, d’empereurs et de saints unies par le dénominateur commun du rapport entre le pouvoir politique et la vie religieuse, illustré par des épisodes d’orgueil puni et des glorifications de l’humilité et de la vie solitaire.

Décorations du Studiolo de la Chartreuse de Pavie
Décorations du Studiolo de la Chartreuse de Pavie

7. Animaux réels et imaginaires. Mosaïques de la Villa romaine (Desenzano del Garda)

Les vestiges de la Villa romaine de Desenzano del Garda ont été découverts entre 1921 et 1923 et constituent le témoignage archéologique le plus important des grandes villae de l’Antiquité tardive dans le nord de l’Italie. Datée entre la fin du Ier siècle avant J.-C. et le Ve siècle après J.-C., la villa était située juste au nord de la Via Gallica, qui reliait les anciennes villes de Bergame, Brescia et Vérone, et se trouvait donc dans une position favorable du point de vue de l’environnement et du paysage. Dans l’Antiquité, la villa donnait sur l’eau et il est possible que le propriétaire de cette résidence ait été Flavius Magnus Decentius, frère de l’empereur Magnentius. Lors des fouilles, on a découvert plus de 240 mètres carrés de mosaïques polychromes, encore en bon état, représentant des scènes avec des maenades et des satyres, des bêtes attaquant des animaux sauvages, des allégories du printemps et de l’été et des cupidons tressant des guirlandes et des festons de fruits, des cupidons récoltant des raisins ou sur des chars en pleine course.

Mosaïques de la villa romaine de Desenzano del Garda
Mosaïques de la villa romaine de Desenzano del Garda

8. Colombes de Vénus. Balsamari du Musée archéologique national de Lomellina (Vigevano)

Le château Sforzesco de Vigevano abrite le musée archéologique national de la Lomellina, qui rassemble des pièces archéologiques de différentes époques découvertes dans la région de la Lomellina, dans la province lombarde de Pavie. Le musée a été inauguré en 1998, agrandi en 2006 avec l’ajout de trois salles et en 2018 avec l’ouverture de la salle située à côté des écuries. Parmi les pièces les plus célèbres de la collection figurent les jarres balsamiques en forme de colombe, qui sont même devenues le symbole du musée: d’aspect élégant et en verre, elles se retrouvent fréquemment dans le mobilier funéraire lié au monde féminin, parfois caractérisées par des couleurs vives qui les rendent encore aujourd’hui particulièrement populaires auprès des visiteurs. Elles étaient utilisées comme récipients pour les liquides, tels que les parfums, les onguents et les baumes. Certes, les colombes ne sont pas des animaux fantastiques, mais comment ne pas rappeler leur lien avec la déesse Vénus? La colombe, symbole de l’amour, était son animal sacré. Les appliques décoratives en terre cuite des lits funéraires en forme d’animaux sont également fréquentes: protomes de lions, de chevaux et de mules, mais aussi griffons et échassiers qui rappellent la symbolique funéraire du culte dionysiaque. On trouve également des statuettes en argile représentant des animaux tels que des coqs, des colombes, des mules et des ânes, qui rappellent le monde pastoral et la vie quotidienne dans cette région.

Un des Balsamari du Musée archéologique national de Lomellina L’
un des Balsamari du Musée archéologique national de Lomellina
.

9. Minotaure. Amphore avec Thésée et le Minotaure, Museo Civico Archeologico (Milan)

L’une des pièces les plus belles et les plus significatives du Museo Civico Archeologico de Milan est l’amphore sur laquelle est représentée la scène mythologique de Thésée combattant le Minotaure, un célèbre exploit de courage et de force accompli par le héros avant de devenir roi d’Athènes. Selon le mythe, le roi de Cnossos, Minos, obligeait Athènes à envoyer tous les neuf ans sept garçons et sept filles se faire dévorer par le Minotaure, un monstre brutal au corps d’homme et à la tête de taureau, qui vivait enfermé dans le Labyrinthe spécialement construit par Dédale. Parmi ces sept jeunes filles, Thésée, un jeune homme courageux, vint en Crète et réussit à vaincre le terrible monstre avec l’aide d’Ariane, la fille du roi Minos qui était tombée follement amoureuse de lui: la jeune fille donna à Thésée une pelote de laine pour qu’il puisse tracer son chemin dans le labyrinthe et en sortir facilement. Une fois le minotaure vaincu, Thésée sortit du labyrinthe et Ariane s’enfuit avec lui à Athènes, avant de l’abandonner sur l’île de Naxos. Le grand panneau central de la panse de l’amphore représente une scène de combat entre deux personnages féminins, dont l’un est probablement Ariane. L’amphore est exposée dans la section grecque du musée et date du troisième quart du VIe siècle avant J.-C. Elle a été fabriquée selon la technique dite de la “figure noire”.

Art grec, Amphore avec Thésée et le Minotaure (3e quart du 6e siècle av. J.-C. ; céramique à figures noires ; Milan, Museo Civico Archeologico)
Art grec, Amphore avec Thésée et le Minotaure (3e quart du 6e siècle av. J.-C. ; céramique à figures noires ; Milan, Museo Civico Archeologico)

10. Géants. Salle des Géants du Palais Te (Mantoue)

La salle des géants du palais Te de Mantoue est l’une des salles les plus évocatrices et les plus spectaculaires que l’esprit d’un artiste ait pu créer. Entre 1532 et 1535, Giulio Romano réalisa, dans la résidence de loisirs et de plaisance du marquis de Mantoue Frédéric II Gonzague, une salle où les limites architecturales sont totalement éliminées par la peinture. Il adoucit les angles des murs et de la voûte et crée un sol, aujourd’hui disparu, formé d’une mosaïque de galets de rivière qui donne un caractère unitaire à l’ensemble de la pièce, entièrement peinte à fresque. Un environnement fortement illusionniste dans lequel le visiteur se trouve complètement immergé, participant à l’événement qui se déroule, à savoir la chute des géants. L’histoire tirée des Métamorphoses d’Ovide est ici réalisée à partir de la voûte, dans laquelle un tourbillon de nuages enveloppe le ciel pour vaincre et se venger des géants qui avaient tenté d’assaillir, sans succès, l’Olympe. La vengeance divine s’abat alors sur les géants, qui tombent et sont écrasés par le poids de gros blocs de pierre provenant des édifices écroulés, sont emportés sur le flanc de la montagne, emportés par des torrents d’eau impétueux. C’est Jupiter, divinité suprême, qui, en lançant la foudre, assisté de Junon et des immortels, punit les géants rebelles qui ont osé le défier.

Chambre des géants au Palais Te (Mantoue)
Salle des géants au Palais Te (Mantoue
)

Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Lombardie
Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Lombardie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.