Automne à Vienne, entre feuillage et parc de Schönbrunn


L'automne approche et Vienne va se colorer de mille feux. Voici les endroits à ne pas manquer pour admirer le feuillage.

Dans quelques jours, l’automne commencera, et quel meilleur moment pour profiter de la capitale autrichienne et de son feuillage? Le Prater se colore de mille nuances et devient un véritable enchantement, et la promenade dans le parc de Schönbrunn sera une expérience inoubliable. Ouvert au public vers 1779, il figure depuis 1996 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, au même titre que le château de Schönbrunn. Très apprécié des habitants et des touristes, il s’étend sur 1,2 kilomètre d’est en ouest et sur environ un kilomètre du nord au sud. Rempli de splendides fontaines, de statues et de monuments, dont la célèbre et imposante Gloriette (d’où l’on a une excellente vue sur Vienne), construite en 1775 pour célébrer la bataille de Kolin au cours de laquelle l’Autriche a vaincu la Prusse en 1756, le parc comprend le musée impérial des carrosses, le jardin du prince héritier, le jardin de l’orangerie, le labyrinthe, le jardin japonais, le jardin zoologique, la maison des palmiers et la maison du désert. Le château de Schönbrunn, avec son parc, était la résidence d’été des Habsbourg et est considéré comme l’un des plus beaux bâtiments baroques d’Europe. Propriété des Habsbourg depuis 1569, l’épouse de Ferdinand II, Eleonora Gonzaga, y fit construire une résidence noble en 1642. Réserve de chasse pour Maximilien II, château avec Eleonora Gonzaga, c’est à partir de 1743, sous Marie-Thérèse d’Autriche, que le palais prend son aspect actuel.

Aujourd’hui, le château de Schönbrunn compte 1 441 pièces, mais seules quarante-cinq d’entre elles peuvent être visitées. Parmi les plus belles, citons la galerie des Glaces, où le jeune Mozart joua à l’âge de six ans, la Grande Galerie, où se tint le Congrès de Vienne de 1814-1815, la salle des Cérémonies et le Salon bleu de Chine, où l’empereur Charles Ier signa en 1918 son acte de renonciation à l’indépendance de l’Autriche. l’empereur Charles Ier signa en 1918 son acte de renonciation au gouvernement ; la salle du Vieux-Laque où Napoléon conféra ; et enfin la chambre des millions, lambrissée de bois de rose et décorée de précieuses miniatures, qui compte parmi les plus belles salles rococo du monde.

Le château de Schoenbrunn. Crédit Office national autrichien du tourisme
Le château de Schönbrunn. Crédit Office national autrichien du tourisme

Dans le parc du château de Schönbrunn se trouve la Palmeraie, commandée par l’empereur François-Joseph en 1882. C’est la plus grande palmeraie d’ Europe, avec 111 mètres de long, 2 500 mètres carrés de terrain et 4 900 mètres carrés de surface vitrée. À l’intérieur, on trouve, réparties en trois pavillons, des plantes méditerranéennes, tropicales et subtropicales, en fonction des différentes zones climatiques. Ainsi, on trouve des plantes des îles Canaries, d’Afrique du Sud, d’Amérique et d’Australie ; des plantes de Chine, du Japon, de l’Himalaya et de Nouvelle-Zélande ; et des plantes tropicales. Un palmier d’environ 23 mètres de haut et le plus grand nénuphar du monde peuvent également être admirés au printemps et en été.

La maison des palmiers dans le parc de Schönbrunn. Crédit WienTourismus/Paul Bauer
La maison des palmiers dans le parc de Schönbrunn. Crédit WienTourismus/Paul Bauer

Nous avons parcouru les salles du château de Schönbrunn et son immense parc, mais à quoi ressemblait le mobilier des Habsbourg? Le musée du meuble de Vienne en présente plus de six mille. En 1747, Marie-Thérèse d’Autriche a fait construire une sorte d’entrepôt central, appelé Inspection du mobilier de la Cour, auquel on pouvait faire appel lorsqu’on avait besoin d’un meuble particulier. Situé dans l’ Andreasgasse, dans le septième arrondissement, le musée est ouvert au public depuis 1998 et les expositions couvrent une période de cinq siècles, en mettant l’accent sur le Biedermeier et l’ historicisme. Quinze salles Biedermeier sont reconstituées dans les moindres détails avec des pièces d’époque originales. Parmi les meubles exposés, on trouve un précieux bureau de Marie-Thérèse et un secrétaire de sa fille Marie-Antoinette, ainsi que le berceau que la ville de Vienne a offert au nouveau-né, le prince héritier Rodolphe, en 1858. Une section est consacrée à la firme Thonet, lauréate de nombreux prix, avec une large sélection de pièces, et une autre section offre un aperçu des grands noms de l’architecture et du design autrichiens entre le 19e et le 20e siècle. Enfin, l’exposition permanente Sissi im Film présente des reconstitutions de décors et de costumes des films avec Romy Schneider consacrés à l’impératrice Sissi. Un rêve pour les fans de la trilogie des années 1950 racontant l’histoire de la jeune impératrice. Des photos de scènes, des affiches et des extraits vidéo sont également présentés.

Le musée du meuble. Crédit WienTourismus/Paul Bauer
Le musée du meuble. Crédit WienTourismus/Paul Bauer
Pour plus d’informations sur les palais et châteaux de Vienne
, consultez le
site austria.info
.

Automne à Vienne, entre feuillage et parc de Schönbrunn
Automne à Vienne, entre feuillage et parc de Schönbrunn


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.