Crete Senesi, que voir : itinéraire en 10 étapes


Que voir en Crète Senesi : un itinéraire en 10 étapes pour découvrir les villages, l'art et la nature.

Non loin de Sienne, à quelques encablures de la ville, en direction du sud-est, on rencontre un paysage caractéristique, presque lunaire : il s’agit des Crete Senesi, ce vaste territoire caractérisé par de grandes étendues de terre nue et argileuse (d’où son nom), constituée de “mattaione”, une argile mélangée à du sel gemme et à de la craie datant de plusieurs millions d’années. Il s’agit d’un paysage unique en Italie : des panoramas splendides, de vastes zones dépourvues de végétation (une zone de collines dans cette région est même connue sous le nom de “désert d’Accona”, bien qu’il ne s’agisse pas vraiment d’un désert), des formations spectaculaires telles que les calanchi, les balze et les biancane, ces reliefs typiques en forme de dôme qui apparaissent blancs en raison de la présence de grandes quantités de sel à la surface. Le paysage des Crete Senesi est extrêmement varié: il n’est pas rare en effet de rencontrer de grandes prairies verdoyantes, de petits bosquets, ou encore quelques hameaux qui se dressent au sommet d’une colline. C’est l’une des régions les plus belles et les moins connues de la Toscane: un voyage dans cette région laissera à ceux qui l’entreprennent le souvenir indélébile d’une terre qui n’a pas d’égal. Voici les 10 étapes d’ un itinéraire à travers les Crete Senesi que nous vous proposons et que vous ne pouvez pas manquer.

1. Asciano

Selon la légende, la ville d’Asciano a été fondée par Ascanio, fils de Remus et frère de Senio, à qui le mythe attribue la fondation de Sienne. En réalité, les origines du village sont beaucoup plus anciennes : en effet, les terres sur lesquelles se trouve Asciano étaient déjà habitées à l’âge du bronze. Asciano est l’un des villages les plus caractéristiques des Crete Senesi et a conservé son plan médiéval. Son centre historique, dominé par la Torre della Mencia, présente une extraordinaire concentration d’œuvres d’art : La visite peut commencer par le musée du Palazzo Corboli, où se trouvent deux chefs-d’œuvre uniques comme le triptyque Badia a Rofeno d’Ambrogio Lorenzetti et lafresque des artistes siennois du XIVe siècle Cristoforo di Bindoccio et Meo di Pero, qui présente une iconographie très rare, celle de la roue de Barlaam, et où il est possible d’admirer des œuvres de Giovannii Pisano, Francesco di Valdambrino, Matteo di Giovanni, Giovanni di Paolo et d’autres grands artistes de l’école siennoise. Il ne faut pas manquer de visiter la collégiale de Sant’Agata, avec son beau retable de Francesco Vanni, et l’église de San Francesco, qui abrite des fragments de fresques du gothique tardif.

Asciano, Palazzo Corboli
Asciano, Palais Corboli

2. Le site Transitoire

L’accès est un peu difficile, car il est situé au milieu du paysage aride des Crete Senesi, à une courte distance d’Asciano, mais la vue que l’on admire depuis le Site Transitoire récompense le chemin de terre emprunté pour l’atteindre. Il s’agit d’une œuvre de Land Art créée par le sculpteur français Jean-Paul Philippe (Altfortville, 1944), qui vit et travaille entre Paris et Sienne, et c’est l’une des œuvres d’art contemporain en plein air les plus intéressantes que l ’on puisse trouver en Toscane. Située sur une colline entre les villages de Leonina et de Mucigliani, cette structure en pierre dialogue avec la lumière et le soleil. L’ombre de ce meuble en pierre, explique l’artiste, a tracé son chemin sur le sol grâce aux apparitions de la lune et du soleil. Au solstice d’été, c’est dans l’aplatissement de la fenêtre que le disque solaire disparaît, tandis que brillent la première étoile et les lumières de Sienne". Œuvre réalisée en dialogue avec le paysage qui l’accueille, elle peut être visitée à tout moment, tous les jours.

Le site Transitoire
Le Site Transitoire

3. L’abbaye de Monte Oliveto Maggiore

Nous sommes toujours près d’Asciano : au milieu d’un bois se trouve la merveilleuse et peu connue Abbaye de Monte Oliveto Maggiore, fondée par Saint Bernard Tolomei en 1313, dans un lieu solitaire (exactement comme aujourd’hui : l’abbaye est en effet loin de tout et de tous, immergée dans une tranquillité totale). Les religieux qui y vivent encore aujourd’hui observent la règle bénédictine, imposée aux moines de Monte Oliveto depuis 1319. De nombreux espaces peuvent être visités : la bibliothèque monumentale, l’église du XVe siècle avec ses somptueuses décorations baroques et le très précieux chœur sculpté et incrusté entre 1503 et 1505 par Fra’ Giovanni da Verona, le musée qui abrite des œuvres d’artistes siennois de toutes les époques, et surtout le spectaculaire cloître monumental, chef-d’œuvre de la Renaissance, avec ses célèbres fresques de Luca Signorelli et de Sodoma, qui valent à elles seules la visite de ce lieu splendide et préservé, si ce n’est une excursion aux Crete Senesi.

Le cloître de l'abbaye de Monte Oliveto Maggiore. Photo : Abbaye de Monte Oliveto Maggiore
Le cloître de l’abbaye de Monte Oliveto Maggiore. Photo : Abbaye de Monte Olive
to Maggiore

4. Buonconvento

Petit village situé dans une zone plate au centre du Val d’Arbia. Son nom l’indique comme “Luogo Felice” (“Bonus Conventus”, en fait), et il se présente comme un village fortifié qui conserve encore de grandes parties de ses murs. Buonconvento se développe autour de la rue principale, Via Soccini, le long de laquelle serpentent des ruelles qui conservent encore leur aspect médiéval : au centre de Via Soccini se trouve le Palais des Podestats avec la Tour de l’Horloge (il est également facilement reconnaissable grâce aux armoiries des podestats qui gouvernaient le village dans l’antiquité), et l’Église des Saints Pierre et Paul, où se trouve une belle Vierge à l’Enfant de Matteo di Giovanni. Via Soccini, dans l’ancien Palais Ricci Soccini, se trouve le Musée d’Art Sacré du Val d’Arbia, fondé en 1926 : ses salles abritent un chef-d’œuvre de Duccio di Buoninsegna, la Madone de Buonconvento.

Buonconvento. Photo : Francesco Bini
Buonconvento. Photo : Francesco Bini

5. Rapolano Terme

Cette agréable ville thermale a connu une certaine notoriété ces derniers temps, malgré sa petite taille. En effet, Rapolano Terme ne compte que deux stations thermales (Terme San Giovanni et Terme Antica Querciolaia), mais la beauté de ses paysages et ses nombreuses structures d’accueil entourées de verdure en ont fait une destination particulièrement appréciée. Entre deux bains, il est possible de visiter, dans le hameau de Rapolano Terme, l’église archiprêtrale de Santa Maria Assunta, qui abrite une Madone du Latte du XIVe siècle (attribuée à Paolo di Giovanni Fei), ainsi que des peintures des XVIe et XVIIe siècles, tandis qu’à l’extérieur du hameau de Serre di Rapolano se trouve la petite église paroissiale romane de Sant’Andreino. L’ancien village médiéval de Serre, connu pour ses anciennes carrières de travertin, mérite également une visite. Vous y trouverez également l’église des Saints Lorenzo et Andrea, avec des œuvres d’artistes siennois du XIVe siècle, et le musée de l’Antica Grancia e dell’Olio, qui retrace la vie rurale de ces terres.

Terme di San Giovanni à Rapolano Terme. Photo : Visit Tuscany
Terme di San Giovanni à Rapolano Terme. Photo : Visit Tuscany

6. Monteroni d’Arbia

Monteroni d’Arbia est un village de tradition agricole (il est situé dans la plaine immédiatement en dessous des Crete Senesi), qui s’est développé entre le XIIIe et le XIVe siècle. Fortement lié à Sienne (les propriétés de ses terres étaient en effet partagées entre les familles nobles de la ville et l’hôpital de Santa Maria della Scala), Monteroni d’Arbia est la porte d’entrée de la partie méridionale de la province de Sienne et du Val d’Orcia. L’église paroissiale de Santi Giusto et Donato, située dans le village, mérite d’être visitée, de même que les autres églises du territoire, notamment les deux églises paroissiales de San Giovanni Battista à Ville di Corsano et à Lucignano d’Arbia. À visiter également, l’unique chapelle Pieri Nerli, un édifice néogothique du XIXe siècle situé en pleine campagne.

La chapelle Pieri Nerli. Photo : Wikimedia Commons/Nerliwiki
La chapelle Pieri Nerli. Photo : Wikimedia Commons/Nerliwiki

7. Le Viale dei Cipressi

Le Viale dei Cipressi n’a pas de nom propre, mais il est désormais connu sous le nom d’“Avenue des Cyprès” : c’est un sentier de carte postale (sa photo est d’ailleurs l’une des plus associées aux Crete Senesi), qui serpente de la route provinciale 60 jusqu’à la ferme Baccoleno. L’entrée est fermée par un portail électrique (il s’agit en fait d’un chemin privé), mais depuis les collines voisines, on peut prendre de belles photos. Bien entendu, les hôtes de l’agritourisme peuvent prendre une photo à la maison... directement sous les cyprès.

Cypress Avenue. Photo : Wikimedia Commons/Repuli
Viale dei Cipressi. Photo : Wikimedia Commons/Repuli

8. Trequanda

Petit village d’un peu plus de mille habitants, Trequanda est situé à la frontière entre les Crete Senesi et le Val d’Orcia : il a des origines très anciennes (en fait, on pense que l’étrange toponyme est de dérivation étrusque) et se développe sous la forteresse massive, également connue sous le nom de château des Cacciaconti, du nom de la famille qui y résidait dans l’antiquité. Ne manquez pas l’église des saints Peitro et Andrea, avec sa façade unique en damier, faite d’une alternance de pierres de taille en tuf et en travertin, qui encadre un portail de la Renaissance. Les oliveraies sont nombreuses autour du village : la région de Trequanda fait en effet partie de l’Association nationale des villes pétrolières et l’huile qui y est produite est l’une des meilleures de Toscane.

L'église des Saints Pierre et André à Trequanda
L’église des Saints Pierre et André à Trequanda

9. San Giovanni d’Asso

Aujourd’hui hameau de Montalcino, San Giovanni d’Asso, qui était une commune autonome jusqu’en 2016, est un village fortifié situé le long du ruisseau Asso, qui lui a donné son nom. Il est situé dans la zone méridionale des Crete Senesi, à la frontière avec le Val d’Orcia, et est surtout connu pour ses truffes, le symbole du village, qui possède également un musée dédié, le Musée de la truffe, situé dans le château. L’église paroissiale de San Giovanni Battista, l’église principale du village, qui abrite des œuvres d’artistes de l’école siennoise du XVIIe siècle comme Ventura Salimbeni et Rutilio Manetti, et la belle église romane de San Pietro in Villore, juste à l’extérieur du village, autrefois décorée de somptueuses œuvres d’art comme le Triptyque d’Ugolino di Nerio, aujourd’hui conservé aux Offices, méritent également d’être visitées.

Vue de San Giovanni d'Asso. Photo : Wikimedia Commons/Vignaccia76
Vue de San Giovanni d’Asso. Photo : Wikimedia Commons/Vignaccia76

10. Chiusure

Un petit village charmant situé à environ sept kilomètres d’Asciano, non loin du Monte Oliveto Maggiore : il peut être visité en peu de temps en raison de sa taille, mais il est surtout connu pour les merveilleux paysages que l’on peut voir d’ici. Le village de Chiusure, qui s’est développé autour de la forteresse de Rocca Tolomei, s’élève au-dessus des ravins, au sommet d’une des collines les plus élevées de la Crete Senesi, et de là, ainsi que des routes que l’on emprunte pour se rendre à Chiusure, on domine tout le paysage de la Crète. Ceux qui veulent voir certains des plus beaux panoramas de toute la région doivent donc arriver ici.

Fermetures. Photo : Marco Varisco
Chiusure. Photo : Marco Varisco

Crete Senesi, que voir : itinéraire en 10 étapes
Crete Senesi, que voir : itinéraire en 10 étapes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.