Delta du Pô, à voir: le voyage en 10 étapes


Que voir dans le delta du Pô: un voyage à la découverte de 10 lieux à ne pas manquer.

Le delta du Pô est un berceau de la nature et de la civilisation à la frontière entre la Vénétie et l’Émilie-Romagne. Le delta du Pô est un symbole comme il en existe peu d’autres de la relation étroite entre l’environnement et l’homme et de la façon dont l’un peut façonner l’autre à son image et vice-versa. Inscrit depuis 1999 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le delta du Pô est un creuset d’histoire et de traditions millénaires qui s’étend sur près de 200 kilomètres carrés et attire chaque année de nombreux visiteurs. Protégé par deux parcs régionaux, le delta du Pô est une grande oasis verte façonnée par l’eau et le travail constant de l’homme. Ce n’est pas un hasard si, bien qu’étant l’une des zones protégées les plus anthropisées et économiquement développées d’Italie, le delta du Pô conserve en son sein la plus grande extension italienne de zones humides protégées, ainsi que des villages et des villes riches de véritables trésors artistiques et architecturaux. Voici les 10 étapes incontournables de votre voyage dans le delta du Pô

1. Le village de Comacchio

La petite Venise se trouve à 50 kilomètres de Ferrare et à un peu plus de trois kilomètres de la mer. Comacchio est une ville lagunaire qui peut être considérée comme la capitale du delta du Pô. Toute l’histoire de Comacchio tourne autour de la relation entre l’homme, la terre et l’eau. Aujourd’hui, Comacchio est une destination touristique populaire pour tous les goûts. À Comacchio, vous pouvez vous détendre dans l’un de ses nombreux lidos ou explorer ses célèbres vallées à pied ou à vélo, mais c’est ensuite toute la ville qui offre des coins suggestifs, tous à découvrir. L’ancien Ospedale degli Infermi, le Duomo, le Palazzo Bellini, les Trepponti, le sanctuaire de Santa Maria et l’ancienne Manifattura dei Marinati ne sont que quelques-uns des nombreux endroits à ne pas manquer lors de votre circuit de découverte de Comacchio.

Le village de Comacchio. Photos Tourisme Émilie-Romagne
Le village de Comacchio. Photo: Emilia-Romagna Turismo

2. Le musée du Delta antique de Comacchio

À l’intérieur de l’Ospedale degli Infermi du XVIIIe siècle se trouve le Museo del Delta Antico di Comacchio (Musée de l’ancien delta de Comacchio ), qui abrite de nombreux objets collectés sur l’ensemble du territoire et témoignant de son histoire, de la préhistoire au Moyen-Âge. L’ensemble du musée, quant à lui, est conçu comme un grand conteneur de toutes les traces qui témoignent de la centralité de ces lieux en tant que jonction entre l’Adriatique, et donc la Méditerranée, et l’Europe continentale. Une exposition après l’autre, le visiteur voyagera de la naissance de la plaine du Pô au Moyen Âge, en passant par la ville étrusque de Spina, au monde romain, avec son incroyable cargaison d’un navire parfaitement conservé, et à la naissance de Comacchio, qui a longtemps rivalisé avec Venise.

Le musée du Delta antique de Comacchio
L’Ospedale degli Infermi, siège du musée du Delta antique de Comacchio. Photo de Francesco Cavallari

3. La cathédrale de Comacchio

Majestueuse et imposante, la cathédrale de Comacchio, dédiée à San Cassiano, se dresse avec son profil unique au centre de la Piazza XX Settembre. L’édifice actuel date du XVIIIe siècle et se distingue par ses dimensions, qui semblent presque hors d’échelle par rapport aux maisons et aux palais qui l’entourent. Avec sa façade en briques, ses chapiteaux, ses plinthes et sa corniche en pierre d’Istrie, il est impossible de ne pas être impressionné par son profil unique. L’intérieur se compose d’une seule nef et d’une série de chapelles latérales, et c’est surtout le spectaculaire autel en marbre qui attire l’attention. Le grand clocher, l’un des symboles les plus reconnaissables de Comacchio, ne passe pas inaperçu non plus.

La cathédrale de Comacchio
Cathédrale de Comacchio. Photo de Laura Simonazzi

4. Abbaye de Pomposa

Les origines de l’abbaye remontent aux VIe et VIIe siècles, lorsqu’une colonie bénédictine s’est établie au centre de ce qui était alors l’île de Pomposa, au milieu de deux bras du delta du Pô. L’abbaye de Pomposa se trouve aujourd’hui dans la commune de Codigoro, à 50 kilomètres de Ferrare et à 20 kilomètres de Comacchio. Au fil des siècles, le monastère de Pomposa a vu passer de nombreux personnages illustres qui y ont séjourné pendant de longues périodes. Aujourd’hui, la visite comprend le clocher, le cloître avec toutes ses salles annexes, le palais de la Ragione et la splendide église Santa Maria. L’intérieur présente un magnifique cycle de fresques inspirées de Giotto et un splendide sol en mosaïque.

L'abbaye de Pomposa
L’abbaye de Pomposa

5. Le jardin botanique de Porto Caleri

À Rosolina Mare, du côté vénitien du delta du Pô, se trouve le jardin botanique de Porto Caleri. Cet espace vert d’environ 44 hectares a été créé par la région de Vénétie en 1990 pour conserver et préserver un environnement naturel unique. Le jardin permet aux visiteurs de se promener et de toucher de nombreux scénarios différents avec une flore et une faune très particulières. On commence par la végétation des sables, près de la mer, avec ses premières dunes, tandis qu’en s’enfonçant dans les terres, on rencontre des arbustes puis de grandes pinèdes. Le grand sentier aménagé dans les étendues d’eau saumâtre, près de la lagune de Caleri, est particulièrement intéressant.

Le jardin botanique de Porto Caleri. Photos du parc Po Delta
Le jardin botanique de Porto Caleri. Photo Po Delta Park

6. La Via delle Valli

Pour découvrir les nombreuses merveilles naturelles et culturelles du delta du Pô, le meilleur moyen est certainement de le parcourir au rythme lent du promeneur ou du cycliste. Il existe de nombreux sentiers et routes aménagés pour ce type de voyageurs sur l’ensemble du territoire, dont le plus célèbre est sans aucun doute la Via delle Valli. Elle suit deux itinéraires, l’un vers le nord et l’autre vers le sud. Le premier part de Rosolina Mare et marche, ou pédale, sous le niveau de la mer à travers les forêts, les vallées et les canaux entre l’Adige et le Pô de Levante, tandis que le second part de la commune de Porto Viro pour un voyage à la découverte du lent processus de récupération des terres et de la façon dont il a modifié le territoire.

La Via delle Valli
Flamants roses le long de la Via delle Valli. Photo Po Delta Park/Daniele Soncin

7. Le bois de Mesola

La forêt de conte de fées au milieu de la vallée du Pô. La réserve naturelle du Bosco della Mesola couvre plus de mille hectares et constitue aujourd’hui l’une des dernières forêts de plaine d’Italie, et l’une des mieux préservées. Ses arbres protègent une faune très riche et représentent l’une des rares traces restantes des anciennes forêts que l’on trouvait le long de la côte adriatique au cours des siècles passés. Aujourd’hui, la forêt abrite de nombreux itinéraires d’excursion dans des paysages évocateurs où la nature dans toute sa splendeur et les rencontres avec les animaux sauvages sont à l’ordre du jour.

Les bois de Mesola
Cerfs dans la forêt de Mesola. Photo Po Delta Park/Daniele Soncin

8. L’île de l’amour

Au cœur de la commune de Goro, l’île de l’Amour, caractérisée par la présence du célèbre phare de Goro, est formée d’une langue de sable dont les dunes changent constamment de forme sous l’effet du vent et des marées. L’île n’est accessible que par bateau et sa plage est considérée comme l’une des plus belles et des plus préservées d’Italie. Dotée d’un charme sauvage, l’île de l’Amour est un lieu unique pour passer une journée de détente dans un cadre évocateur de végétation luxuriante, de colonies d’oiseaux aquatiques qui y élisent domicile, et même de dauphins qu’il n’est pas rare de voir nager à quelques encablures du rivage.

Po di Goro et le phare de l'Isola dell'Amore. Photo de Carlo Pelagalli
Po di Goro et le phare de l’Isola dell’Amore. Photo de Carlo Pelagalli

9. La Sacca degli Scardovari

C’est l’un des paysages les plus connus et les plus caractéristiques de tout le delta du Pô. La Sacca degli Scardovari est située à Porto Tolle et consiste en une vaste étendue d’eau qui s’étend entre les embouchures du Po di Gnocca et du Po delle Tolle. Ce bassin s’étend sur plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres et constitue un lieu idéal pour la culture de la palourde, de la cosse et de l’huître. C’est précisément ce rapport étroit entre l’eau et l’homme qui a contribué de manière décisive à façonner le paysage où l’on peut admirer les caractéristiques cavàne de pêcheurs, maisons construites sur pilotis au-dessus de l’eau, qui sont l’un des symboles les plus reconnus de ces terres.

La Sacca degli Scardovari
La Sacca degli Scardovari. Photo de Luigi Prearo

10. L’église paroissiale d’Argenta

Sur la rive droite du Reno et dans le lit du Po di Primaro se trouve la belle église paroissiale de San Giorgio, à Argenta. Entourée d’arbres et d’une nature luxuriante, l’église paroissiale remonte à 569, date à laquelle elle fut construite par l’archevêque de Ravenne de l’époque. Aujourd’hui, elle se compose d’une seule nef et d’un imposant portail en marbre de style roman. L’intérieur présente un autel en marbre de style byzantin et des vestiges de fresques du XIIe siècle. Les vestiges archéologiques de l’église paroissiale sont aujourd’hui conservés et reproduits au Museo delle Valli, au musée municipal d’Argenta et au musée de l’archevêché de Ravenne.

L'église paroissiale d'Argenta
L’église paroissiale d’Argenta. Photo de Nicola Quirico

Delta du Pô, à voir: le voyage en 10 étapes
Delta du Pô, à voir: le voyage en 10 étapes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.