Dix villages à visiter en Ombrie


Dix beaux villages riches en art et en histoire à visiter en Ombrie.

1. Città della Pieve

Les amateurs d’art se souviennent de Città della Pieve, ville de la province de Pérouse, parce qu’elle est la ville natale de l’un des plus grands artistes de la Renaissance, Pietro Vannucci, dit Pérugin, qui fut le maître de Raphaël et naquit ici vers 1448. Ses œuvres sont encore présentes dans la ville (par exemple la Madone avec les saints Gervasio et Protasio dans la Co-cathédrale, l’Adoration des Mages dans l’Oratoire de Santa Maria dei Bianchi et d’autres encore). Mais Città della Pieve est également riche en histoire, puisque les collines sur lesquelles elle se dresse étaient également habitées par les Étrusques. Outre la co-cathédrale mentionnée ci-dessus, il convient de visiter le Palazzo della Corgna, construit par Galeazzo Alessi sur ordre du condottiere Ascanio della Corgna, l’un des plus importants seigneurs du XVIe siècle qui avait son fief en Ombrie, la Rocca Perugina, qui, avec sa masse, est l’un des monuments les plus reconnaissables et les plus importants de la ville, et le Museo Civico-Diocesano di Santa Maria dei Servi, en plus des nombreuses églises et oratoires riches en fresques et en retables.

Vue de la Città della Pieve
Vue de la Città della Pieve

2. Passignano sul Trasimeno

C’est l’un des deux principaux centres du lac Trasimène : il s’étend le long d’une colline qui descend en pente douce vers le lac, où se trouve la promenade du bord du lac, pleine de restaurants, de bars et d’activités, et d’où l’on peut embarquer pour rejoindre les îles ou les autres stations balnéaires du lac Trasimène. La visite du bourg peut commencer au bord du lac, puis monter progressivement jusqu’à la Rocca, d’origine médiévale, à l’intérieur de laquelle se trouve le Museo delle Barche (musée des bateaux), où les visiteurs peuvent en apprendre davantage sur la navigation sur le lac, une ressource économique importante pour la communauté locale. Dans le village, il est possible de visiter l’église Renaissance de San Rocco, ainsi que l’église de San Cristoforo. Passignano conserve également une partie des anciennes murailles, qui se distinguent par la présence d’une curieuse tour triangulaire, l’un des symboles de la ville. La ville est également le théâtre du Palio delle Barche, un événement ancien qui se déroule sur les eaux du lac depuis des siècles et qui se termine par le spectaculaire “incendie du château”, un feu d’artifice au rythme de la musique.

Vue de Passignano sul Trasimeno
Vue de Passignano sul Trasimeno

3. Castiglione del Lago

C’est la plus grande des petites villes du lac Trasimène, bien qu’elle ne se trouve pas directement sur le lac, mais sur un grand promontoire qui le domine. Pour accéder au lac, il faut descendre de la colline et atteindre les rives où l’on trouve des promenades, des parcours de santé, des campings et des plages. L’ancien village, bien conservé, comprend certains des témoignages historiques et artistiques les plus importants de la région. Avant tout, le Palazzo della Corgna, la résidence d’Ascanio della Corgna, marquis souverain de Castiglione del Lago de 1563 à 1571, qui a établi sa résidence dans le palais conçu par Galeazzo Alessi et richement décoré d’œuvres d’artistes tels que Niccolò Circignani et Giovanni Antonio Pandolfi (le Palazzo della Corgna est l’un des bâtiments maniéristes les plus intéressants du centre de l’Italie). La visite du palais s’achève sur la pittoresque Rocca del Leone (Rocher du Lion), qui ferme le village de façon spectaculaire, dominant le lac et offrant un panorama splendide. L’église de San Domenico, datant du XVIIe siècle, et l’église de Santa Maria Maddalena, datant du XIXe siècle, méritent également une visite. Les îles sont accessibles depuis l’embarcadère : à ne pas manquer, la visite de l’Isola Maggiore, au sommet de laquelle se dresse l’église San Michele Arcangelo du XIIIe siècle, qui conserve encore l’aspect de l’époque (sur l’autel se trouve un crucifix de la Renaissance de Bartolomeo Caporali).

Vue de Castiglione del Lago
Vue de Castiglione del Lago

4. Vallo di Nera

Commune d’un peu plus de 300 habitants, c’est un village médiéval presque intact aux origines anciennes (il était déjà habité à l’époque médiévale). Situé au sommet d’une colline au début de la Valnerina, il est entièrement entouré de murs et de tours : le réseau de ruelles médiévales qui le compose est encore intact. Et bien sûr, on peut visiter les églises, dont l’église Santa Maria Assunta, avec des fresques de l’école de Giotto (dont un unicum comme la Procession des Blancs de Cola di Pietro) et l’église paroissiale San Giovanni Battista avec des fresques de la Renaissance de Jacopo Siculo. Vallo di Nera abrite également la Casa dei Racconti (Maison des contes), un centre précieux pour la préservation de la mémoire locale, où sont conservés des livres et des documents de la culture populaire.

Fresques de l'église Santa Maria Assunta à Vallo di Nera. Ph. Crédit Finestre Sull'Arte
Fresques de l’église Santa Maria Assunta à Vallo di Nera. Ph. Crédit Finestre Sull’Arte

5. Spello

Ville aux origines lointaines (elle était déjà une colonie des anciens Ombriens, qui devint ensuite l’Hispellum romain, et fut à l’époque romaine l’une des plus grandes villes d’Ombrie), Spello a conservé intact son aspect antique, y compris ses murs (même si ces derniers subsistent par endroits : il est toutefois possible de voir l’imposante Porta Venere, datant de l’époque augustéenne, qui s’ouvre par un arc à trois arches et est fermée sur les côtés par deux puissantes tours : c’est l’un des symboles de la ville). Mais Spello est aussi liée à l’art : il est impossible de ne pas visiter la collégiale de Santa Maria Maggiore, qui abrite l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la Renaissance, la chapelle Baglioni, avec des fresques de Pinturicchio. Le Palazzo Comunale, la Pinacoteca Civica et les nombreuses églises de la ville valent également le détour. La ville est également célèbre pour les fameuses Infiorate di Spello, qui se déroulent généralement en juin, à l’occasion du Corpus Domini : à cette date, la ville est recouverte de tapis de fleurs dans toutes les rues du centre historique, pour accueillir la procession conduite par l’évêque. Les Infiorate sont également organisées à l’occasion d’événements particuliers (visites du pape ou de chefs d’État, par exemple).

Spello, Porta Venere. Ph. Crédit Carole Raddato
Spello, Porta Venere. Ph. Crédit Carole Raddato

6. Piediluco

Petit hameau d’un peu plus de 500 habitants de la commune de Terni, Piediluco est un agréable village situé sur les rives du lac du même nom, à quelques kilomètres des chutes des Marmore. Le lac Piediluco était déjà peuplé à l’âge du bronze, mais c’est au Moyen Âge que le village s’est développé et s’est enrichi des monuments qui le caractérisent encore aujourd’hui : la Rocca (aujourd’hui en ruines), les murailles, les églises comme le Sanctuaire de San Francesco, de forme romano-gothique, et l’église de Sant’Ermete (l’une des plus anciennes églises romanes de la région). Pendant la Renaissance, des bâtiments publics comme le Palazzo Comunale et le Palazzo del Podestà ont été remodelés. Le complexe Villalago, installé dans la villa du même nom, accueille des concerts (ceux liés à Umbria Jazz sont particulièrement importants), tandis qu’au bord du lac, on peut admirer Le libertà, une œuvre importante de Giulio Turcato, l’un des plus grands artistes italiens de l’après-guerre.

Vue de Piediluco
Vue de Piediluco

7. Deruta

Deruta est universellement connue pour ses céramiques, étant l’un des principaux centres de production en Italie. L’histoire de cet art séculaire est retracée dans le riche musée régional de la céramique, installé dans le complexe conventuel de San Francesco, dans le centre historique de la ville. On y trouve des œuvres anciennes, modernes et contemporaines, ainsi que des salles didactiques qui racontent l’histoire de l’art du travail de la terre cuite. Bien entendu, les fours peuvent également être visités. Le village compte également des églises qui abritent des chefs-d’œuvre d’artistes ombriens (à Sant’Antonio Abate, on peut admirer des fresques de Bartolomeo et Giovanni Battista Caporali, protagonistes de la Renaissance ombrienne, tandis que dans l’église de San Francesco se trouve la Madonna dei Consoli de Niccolò di Liberatore, connue sous le nom de Pupil, pour ne citer que quelques exemples), ainsi que la Pinacoteca Comunale (galerie d’art municipale) installée dans le Palazzo dei Consoli du XIVe siècle (à l’intérieur, on peut admirer une fresque de Perugino provenant de l’église de San Francesco).

Rues de Deruta
Rues de Deruta

8. Todi

Todi, de fondation très ancienne (les anciens Ombriens vivaient déjà sur la colline où se trouve la ville), fut un centre prospère dès les premiers temps, et au cours du Moyen Âge, elle devint d’abord une commune libre, puis une seigneurie régie par les Actes, et enfin entra dans le giron des États pontificaux. La Piazza del Popolo, centrale, est l’une des plus reconnaissables d’Italie. Sur ses côtés se dressent le Duomo dell’Annunziata (dont la spectaculaire fresque de Ferraù Fenzoni sur la contre-façade rappelle le Jugement dernier de Michel-Ange), le Palazzo dei Priori, le Palazzo del Popolo et le Palazzo del Capitano, centres du pouvoir médiéval, encore parfaitement conservés aujourd’hui (le Palazzo del Popolo abrite le Museo Civico local). Todi est une ville riche en art : il suffit de penser à l’église de la Consolation de l’époque de Bramante, à l’église de San Fortunato (qui conserve une fresque de Jacopone da Todi), au monastère des Lucrezie (qui abrite le musée Lapidario et le théâtre Nido dell’Aquila) et au tout récent parc Beverly Pepper, qui abrite les œuvres de l’artiste américain récemment décédé et qui est le premier parc de sculptures contemporaines de l’Ombrie.

Le cloître de l'abbaye de Follina
Le cloître de l’abbaye de Follina

9. Trevi

Trevi était déjà une ville romaine (elle s’appelait Trebia) et avait une certaine importance car elle était située sur le tracé de la Via Flaminia. Le village a toutefois connu son plus grand développement à la Renaissance, lorsqu’il était l’un des centres les plus importants du duché de Spoleto : il s’est alors enrichi de nombreux édifices et églises. Dans le pittoresque village perché au sommet d’une colline (et où vous serez surpris de voir la magnificence de tant de palais), il faut surtout voir la cathédrale de Sant’Emiliano et le complexe muséal de San Francesco, ouvert dans le couvent du même nom supprimé à l’époque napoléonienne. À l’intérieur du musée se trouvent l’antiquarium (avec de nombreux objets de l’époque romaine), la riche pinacothèque, qui est l’un des plus importants musées d’art médiéval et de la Renaissance de l’Ombrie, le musée de la civilisation de l’olive, qui retrace l’une des principales activités économiques de la région (l’huile produite autour de Trevi est l’une des meilleures d’Italie), et le musée de la ville et du territoire : Trevi a en outre accueilli l’une des plus anciennes imprimeries d’Europe (ouverte en 1470), établie de telle sorte qu’elle peut être considérée comme la plus ancienne imprimerie du monde. Et encore, la somptueuse Villa Fabbri dei Boemi, avec son jardin panoramique et ses fresques spectaculaires du début du XVIIe siècle, et le Palazzo Lucarini, qui abrite le musée local d’art contemporain.

Vue de Trevi
Vue de Trevi

10. Acquasparta

Situé dans la province de Terni, Acquasparta est un lieu connu pour ses eaux, comme le suggère le nom de la ville : selon la légende, les thermes locaux de l’Amerino ont été jaillis par Saint François. Le splendide palais Cesi, résidence de la famille du même nom qui accueillit également Galilée au XVIIe siècle (et où se trouvent des fresques des frères Zuccari), et la Piazza Federico Cesi, place principale de la ville, datant de la Renaissance, méritent d’être visités. Acquasparta abrite également l’église romano-gothique de San Francesco et les églises du XVIIe siècle de la Madonna del Giglio et du Sacramento. Le pont de Fonnaia (datant de l’époque augustéenne), près duquel a été construite l’église romane de San Giovanni de Butris, se trouve également dans les environs du village.

Le petit port de Bardolino. Ph. Crédit Richard Gillin
Le petit port de Bardolino. Ph. Crédit Richard Gillin

Dix villages à visiter en Ombrie
Dix villages à visiter en Ombrie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.