1er mai du patrimoine culturel, le collectif Mi Riconosci : "Musées ouverts, travailleurs sans vacances et sans droits".


Le premier mai des travailleurs du patrimoine culturel sans vacances et sans droits, selon le collectif "Vous me reconnaissez ? Je suis un professionnel du patrimoine culturel

Un premier mai sans jour férié et sans droits, c’est ce que s’apprête à vivre le collectif Vous me reconnaissez ? Je suis un professionnel du patrimoine culturel s’apprête à passer. Depuis plusieurs années, en effet, le premier mai est un jour d’ouverture pour les musées qui enregistrent des taux de fréquentation élevés : or, souligne le collectif, “cela se passe sur la peau de milliers de travailleurs qui ont vu leurs droits réduits et qui travaillent avec des salaires totalement insuffisants”. La fête du travail a été définitivement transformée en l’un des plus grands moments de jouissance du patrimoine culturel avec l’inclusion des biens culturels parmi les services publics essentiels: c’était en septembre 2015 et la mesure a été adoptée par le gouvernement Renzi, au lendemain d’une assemblée syndicale des travailleurs du Colisée, qui se plaignaient d’un retard d’un an dans le paiement des indemnités de poste et des heures supplémentaires. Cette mesure n’aurait cependant rien changé aux conditions des travailleurs du patrimoine culturel, selon le collectif : “moins de droits pour les travailleurs, tandis que la fête du travail perd la possibilité de devenir un espace de réflexion pour l’amélioration des conditions de travail actuelles”.

On dit que les musées doivent “rester ouverts à tout prix parce qu’ils sont des services publics essentiels”, souligne Daniela Pietrangelo de Mi Riconosci, qui explique toutefois que “si la culture était un service public essentiel, on ne verrait pas des milliers de municipalités italiennes sans bibliothèques, des archives inaccessibles et des musées fermés dans tout le pays”. Le droit au tourisme a été placé avant le droit à la culture. Sommes-nous sûrs que l’ouverture des musées 365 jours par an, y compris le 1er mai, créera plus de “culture” et de conscience de l’importance de notre patrimoine historique et artistique chez les personnes prêtes à envahir les salles pendant les vacances ? Nous pensons que la connaissance, la culture et la sensibilisation aux droits du travail doivent nécessairement aller de pair. Nous pensons que les visites doivent être de qualité, pour tous. Seule une éducation artistique adéquate et une appréciation de l’art sont importantes pour les citoyens tout au long de l’année, et non l’extension du modèle “toujours ouvert” aux musées. La vérité, c’est que les gens essaient de gagner de l’argent avec peu de choses, avec une ouverture supplémentaire, en privant la fête du travail de son sens".

Cette réalité serait rendue possible par l’érosion des droits et l’emploi de milliers et de milliers de travailleurs avec des contrats précaires, le service civil, le travail bénévole avec remboursement des frais, et d’autres, conclut le collectif, qui termine également en lançant uneenquête sur les conditions de travail dans le secteur, invitant les travailleurs à remplir un questionnaire spécial(disponible à ce lien).

En photo, un moment de la manifestation pour le travail dans le patrimoine culturel, le 6 octobre 2018.

1er mai du patrimoine culturel, le collectif Mi Riconosci :
1er mai du patrimoine culturel, le collectif Mi Riconosci : "Musées ouverts, travailleurs sans vacances et sans droits".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.