Eike Schmidt : "Le monde de la culture est plein de pessimisme et de machisme".


Eike Schmidt, directeur des Offices, revient sur les critiques formulées à l'encontre de la ligne de communication du musée dans une interview où il invente un nouveau terme : le "puzzalnasisme".

Puzzalnasism" : c’est le nouveau terme inventé par le directeur des Offices, Eike D. Schmidt, pour rejeter les critiques qui ont surgi autour de la séance photo que l’influenceuse Chiara Ferragni a réalisée vendredi dans le musée florentin. Il l’a fait dans unentretien avec Gaia Rau pour Repubblica, dans lequel il s’exprime non seulement sur l’affaire, mais en général sur la ligne de communication adoptée par le musée, à commencer par les vidéos sur TikTok (une autre présence que beaucoup ont critiquée, bien que sans atteindre les niveaux de polémique du cas Ferragni). Mais (précisons-le pour les éventuels indignés), le problème n’est pas Ferragni, car le discours de Schmidt est plus large. Et du coup, l’historien de l’art allemand ne manque pas une occasion de faire connaître son point de vue sur une partie du milieu culturel.

Mais allons-y dans l’ordre. En attendant, Schmidt souligne que des initiatives similaires visent avant tout à rapprocher les jeunes des Offices: “Le problème des jeunes, explique le directeur de la galerie, est un problème que nous avions déjà posé auparavant, par exemple lorsque nous avions invité les stars du festival Firenze Rocks à visiter nos musées. Mais notre objectif n’est pas seulement économique. Nous avons une vision démocratique du musée : nos collections appartiennent à tout le monde, pas seulement à une élite culturelle autoproclamée, mais surtout aux jeunes générations. Aussi parce que si les jeunes n’établissent pas aujourd’hui une relation avec le patrimoine culturel, il est peu probable qu’ils aient envie d’investir dans la culture à l’avenir, lorsqu’ils seront les nouveaux administrateurs. C’est pourquoi il est important d’utiliser leur langage, d’intercepter leur ironie et leur potentiel créatif”. M. Schmidt identifie également un coupable spécifique pour avoir éloigné de nombreuses personnes des musées et au-delà: “en Italie, les coupes progressives dans l’éducation au cours des décennies suivantes ont profondément miné la relation des citoyens avec le patrimoine artistique”.

Quant à la nécessité de gagner en visibilité grâce à Chiara Ferragni (une autre des critiques adressées au musée), Schmidt répond que “les Offices n’ont pas besoin de Chiara Ferragni, et Chiara Ferragni n’a pas besoin des Offices. L’important est de créer un croisement, de déclencher une confrontation. Avec notre post sur Instagram, nous voulions aussi provoquer un débat sur la fétichisation : celle qui s’est créée autour de Simonetta Vespucci, peut-être un modèle pour les ”Vénus“. En outre, la séance photo pour Vogue, précise M. Schmidt, ”a été réalisée en collaboration avec une organisation à but non lucratif qui s’occupe de l’éducation et de la jeunesse en Asie, l’une des plus importantes au monde à travailler sur ces questions".

Mais Mme Schmidt a beaucoup à dire sur les nombreuses personnes qui ont critiqué les photos publiées par le musée sur ses comptes sociaux : selon la directrice, il y a eu beaucoup de superficialité et “une avalanche de commentaires sexistes à l’encontre d’une femme qui s’est faite elle-même”. Des commentaires “dans lesquels je lis beaucoup d’antipathie et d’envie sociale inquiétante”, a conclu Mme Schmidt, “surtout, je dois le dire, de la part des Italiens. Cela m’a convaincue de la nécessité de travailler sur l’égalité des sexes encore plus profondément que nous le faisons déjà, avec neuf expositions consacrées à des femmes artistes accueillies jusqu’à présent. Cette controverse a montré deux choses : que le monde de la culture est plein de machisme, ainsi que le ”puzzalnasisme“ de ceux qui se sentent comme une ”élite exclusive".

Sur la photo : Eike Schmidt et Chiara Ferragni.

Eike Schmidt :
Eike Schmidt : "Le monde de la culture est plein de pessimisme et de machisme".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.