États-Unis, une œuvre est retirée d'une exposition d'art contemporain parce qu'elle est considérée comme sexuellement explicite.


Une œuvre d’art contemporain a été retirée d’une exposition à San Antonio (Texas, États-Unis) parce qu’elle était considérée comme sexuellement explicite: c’est ce qui s’est passé lors de l’exposition XicanX : New Vision, qui s’est ouverte le 13 février au Centro de Artes de San Antonio. Sur décision du procureur de San Antonio, Andy Segovia, les commissaires de l’exposition, Suzy González et Michael Menchaca, ont dû retirer toute référence à l’œuvre de l’exposition : il s’agissait d’une œuvre d’art vidéo de l’artiste américaine Xandra Ibarra (El Paso, 1979), intitulée Spictacle II : Tortillera, datant de 2014, incluse dans le parcours de l’exposition et destinée à être exposée avec d’autres œuvres de la performeuse. Toute l’affaire, explique le journal local San Antonio Express-News, a commencé avec la directrice du département de l’art et de la culture de la ville, Debbie Racca-Sittre: une déclaration envoyée par l’administration de la ville au journal indique que "la ville a décidé de retirer le film Spictacle II : Tortillera de l’exposition en raison d’un matériel obscène qui n’est pas conforme à nos normes communautaires".

Dans la vidéo, qui dure au total quatre minutes(on peut la voir dans son intégralité sur ce lien), Xandra Ibarra apparaît sous les traits d’un personnage qu’elle a créé et déjà utilisé dans d’autres spectacles, surnommé “La Chica Boom”, alors qu’elle met en scène un étrange spectacle burlesque: Dansant devant une table avec deux tortillas, elle enlève d’abord un pagne noir en le mettant à l’intérieur d’une des deux tortillas, puis fait de même avec une culotte aux couleurs du drapeau mexicain. Sur les notes de Also sprach Zarathustra de Richard Straus, Xandra Ibarra enlève sa lourde robe verte pour rester dans un corset qui laisse ses seins à l’air (couverts par deux cache-tétons), portant un string avec un strap-on en forme de bouteille de tabasco : dans le final, l’artiste mime la masturbation avec la bouteille de tabasco, renversant la sauce pour “assaisonner” les deux tortillas. La performance, a expliqué l’artiste elle-même, a pour but de se moquer des stéréotypes, d’un certain humour mexicain de bas étage et de certains tabous, notamment ceux liés aux préjugés de genre et de race. En fait, la vidéo veut aussi protester contre l’homophobie, le racisme et le sexisme.

Ibarra, jointe par le magazine ARTnews, a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la vidéo soit censurée, puisque ce n’est pas la première fois que son travail est discuté, et qu’elle prenait donc la chose avec philosophie, considérant cet épisode comme un moment de réflexion sur la “crise culturelle” de notre époque. Les deux commissaires n’étaient pas du même avis : ils ont ouvertement parlé de censure et lancé une pétition pour que l’œuvre soit réintroduite dans l’exposition. Dans le texte, González et Menchaca, après avoir énuméré les références de Xandra Ibarra, écrivent que “la vidéo a été conçue pour remettre en question les idées mexicaines traditionnelles de la féminité et dérive des stratégies historiques adoptées par les artistes LGBTQAI+ pour intervenir sur le thème de la violence sexualisée et homophobe. [Il ne fait aucun doute que le travail de Xandra Ibarra a une valeur artistique. Par conséquent, nous nous opposons à cette censure et la considérons comme une interdiction de l’expression créative queer, sexuelle, féministe et latina, un acte de discrimination et d’homophobie flagrante”. Par cette pétition, les conservateurs demandent à la ville de San Antonio de reconsidérer sa position sur l’œuvre et de revoir sa définition de l’“obscénité”, “qui est enracinée dans une tradition de réduction au silence de l’expression sexuelle”. La réponse de la ville à l’œuvre de Xandra Ibarra, écrivent les conservateurs, “est fondamentalement illégitime, injuste et mérite d’être reconsidérée”.

Segovia, pour sa part, a répondu, toujours au San Antonio Express-News, que la mesure avait été prise non pas en raison du contenu de l’œuvre (la décision “n’a rien à voir avec le message”, a-t-il expliqué, “l’exposition comporte en fait de nombreuses œuvres qui traitent des questions transgenres et latinos. L’exposition indique clairement que la ville ne juge pas l’œuvre du point de vue du contenu”. Il s’agit donc d’un problème de forme : l’œuvre, a déclaré M. Segovia, “est une simulation d’acte sexuel, et la ville ne veut pas qu’elle soit montrée dans l’une de ses installations, parce qu’elle est trop explicite”.

La Coalition nationale contre la censure soutient également les arguments de González et Menchaca. Elle a écrit une lettre au maire de San Antonio pour condamner la censure (“en retirant l’œuvre d’Ibarra de l’exposition au Centro de Artes, la ville de San Antonio viole probablement le droit de l’artiste à la liberté d’expression et expose la ville à une mauvaise publicité et à des conséquences juridiques”) et pour demander la réintégration de l’œuvre.

Photo : Xandra Ibarra, un cadre de Spictacle II : Tortillera (2014)

États-Unis, une œuvre est retirée d'une exposition d'art contemporain parce qu'elle est considérée comme sexuellement explicite.
États-Unis, une œuvre est retirée d'une exposition d'art contemporain parce qu'elle est considérée comme sexuellement explicite.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.