Florence, l'affaire de la Vénus de Giambologna éclate : le NY Times émet des doutes sur les Offices, qui se défendent.


Uffizi, l'affaire de la Vénus de Giambologna éclate : selon le journal américain, il s'agit d'une copie, mais le directeur du musée la considère comme un original.

Le New York Times a soulevé une polémique autour d’une œuvre exposée dans le cadre de l’exposition Plasmato dal fuoco. Bronze Sculpture in the Florence of the Last Medici, qui se tiendra au Palazzo Pitti du 18 septembre au 12 janvier 2020. L’objet du litige est une Vénus au bain attribuée à Giambologna (Jean de Boulogne ; Douai, 1529 - Florence, 1608). Selon le journal américain, qui met en doute les Offices (dont dépend le Palazzo Pitti) et son directeur Eike Schmidt dans un article signé par Graham Bowley, de nombreux points obscurs entourent l’œuvre, qui serait plus simplement une copie du XVIIe siècle. Ainsi, ce qui était resté jusqu’à présent un débat d’érudits a pris une plus grande ampleur, notamment parce qu’il y aurait eu des tentatives de vente de l’œuvre, mais aussi parce que plusieurs organes de presse italiens ont maladroitement qualifié l’œuvre de “faux” (la seule chose qui est claire dans l’affaire, c’est qu’il ne s’agit pas d’un faux: Il s’agit tout au plus de savoir si le bronze a été produit dans les fonderies de Giambologna ou s’il s’agit d’une copie tardive, réalisée par un autre artiste).

Le premier point soulevé par le journal américain concerne le propriétaire de la Vénus, l’antiquaire Alexander Rudigier, qui serait engagé depuis trente ans “dans une lutte pour prouver que son bronze découvert il y a trente ans dans la maison d’un brocanteur à Paris est une œuvre du grand maître de la Renaissance Giambologna”. Le deuxième point sur lequel insiste le journal est l’amitié entre Schmidt (auteur de la notice du catalogue attribuant l’œuvre, jamais exposée au public, au sculpteur d’origine française) et Rudigier. Selon le New York Times, “M. Rudigier, qui possède l’œuvre avec un autre marchand, essaie de vendre le bronze depuis des années, et les historiens de l’art disent que le jugement de M. Schmidt pourrait affecter la valeur de la sculpture”. L’historienne de l’art allemande Dorothea Diemer s’en prend tout particulièrement à l’exposition, selon laquelle “ils essaient [le sujet de l’article n’est pas précisé, ndlr] de vendre l’œuvre, et cette attribution n’est pas sans conséquence sur la valeur de l’œuvre”. L’œuvre est à vendre, et cette attribution fait la différence. Il s’agit d’argent, de beaucoup d’argent".

Le troisième point concerne quelques détails : une date sur le bronze, interprétée comme “1697” au lieu de “1597”, certains détails des cheveux et des bras qui seraient incompatibles avec le style de Giambologna (en particulier, les cheveux seraient dans un état d’inachèvement inhabituel pour le Giambologna de la maturité), et une inscription en latin “ME FECIT GERHARDT MEYER HOLMIAE” (“Gerhardt Meyer m’a fait à Stockholm”) qui laisserait planer des doutes sur l’attribution, également en raison du fait que la sculpture, qui, selon les hypothèses pro-Giambologne, a été commandée par les Médicis pour le roi Henri IV de France, ne peut avoir eu d’autre signature que celle du sculpteur de Douai, surtout si elle a été conçue comme un cadeau pour un important souverain étranger (et même en supposant que le Meyer de l’inscription ne soit pas le sculpteur du même nom qui travaillait en Suède à la fin du XVIIe siècle mais un collaborateur de Giambologna, un certain “Gérard flamand” mentionné dans les documents, les sceptiques estiment qu’il aurait été inapproprié de faire signer la statue par un sculpteur du cercle : il n’y a cependant aucune preuve d’un “Gerhardt Meyer” actif à Florence à l’époque de Giambologna).

Dimitrios Zikos, spécialiste de l’artiste (dont il a organisé une importante exposition en 2006), est l’un des spécialistes les plus accrédités à s’opposer à l’attribution à Giambologna ; il considère la sculpture comme une “copie intéressante”. “L’idée qu’un étranger venu du cercle polaire ait assisté Giambologna, qui avait trois fonderies à son service, et que cet étranger ait reçu une commande aussi prestigieuse avant de disparaître dans la nature comme un météore, est le fruit de l’imagination la plus débridée et contredit tout ce que nous savons sur le mécénat du grand-duc Ferdinand de Médicis”, a déclaré Zikos. Même selon le Getty Museum (où est conservée une œuvre homologue en marbre), qui a étudié le bronze en 2000, il s’agit d’une copie.

Les Offices se défendent de ces attaques par une note officielle publiée hier. En attendant, ils font savoir que tous les spécialistes de Giambologna ne sont pas opposés à l’attribution de l’œuvre au maître : “en faveur se sont alignés, clairement et sans équivoque, de nombreux et très estimés experts en la matière”, affirme le musée. Parmi eux figurent Bertrand Jestaz, l’un des plus grands spécialistes des bronzes de la Renaissance italienne, Lars-Olof Larsson, auteur de la monographie sur Adriaen de Vries (un élève important de Giambologna) et grand connaisseur de l’art suédois, et Charles Avery, auteur de la seule monographie récente sur Giambologna. Toujours sur le front de la discussion critique, les Offices rappellent que la Vénus en bronze à son bain "a déjà été largement discutée et analysée dans deux des plus importantes revues scientifiques internationales d’histoire de l’art : le Bulletin Monumental en France et le Burlington Magazine en Angleterre“. L’échange des arguments disponibles s’est achevé dans le Burlington Magazine en faveur d’une attribution à Giambologna. Comme d’autres chefs-d’œuvre en bronze de la Renaissance, la Vénus n’est signée que par son fondeur, qui l’a également datée du jour de la fonte. Le fait qu’un bronze soit signé par le fondeur correspond à un usage répandu à la Renaissance, qui n’est plus suffisamment connu aujourd’hui”.

En ce qui concerne la date (1597 ou 1697), les Offices affirment qu’“il a été suggéré que le chiffre ”5“ de 1597 est un 6 incomplet. Cette hypothèse n’est pas techniquement vérifiable et reste entièrement spéculative. On peut facilement imaginer que s’il s’était agi d’un ”6“, l’auteur aurait corrigé le chiffre en gravant à froid après la fonte la partie laissée ouverte de ce qui se lit comme un ”5“, ce qui n’a évidemment pas eu lieu”. Il est ensuite fait référence au curriculum vitae du directeur des Offices : “Eike Schmidt est l’un des plus grands spécialistes de la sculpture en bronze de la Renaissance”, peut-on lire dans la note. "En tant que spécialiste, il estime que la Vénus au bain de Giambologna est un chef-d’œuvre de l’art italien du XVIe siècle et que l’œuvre mérite d’être incluse dans le contexte public de l’exposition Plasmato dal fuoco. D’ailleurs, l’un des principaux objectifs de cette exposition est de montrer au grand public des œuvres inédites".

Quant au lien entre Schmidt et Rudigier, le musée répond en affirmant que “le directeur des Offices, justement parce qu’il est expert en bronzes anciens, connaît et est en bons termes avec tous les antiquaires du secteur, mais lorsqu’il s’agit de décider quelles œuvres doivent ou ne doivent pas faire partie d’une exposition, il s’en tient strictement à des évaluations de nature expositive et académique. C’est le même critère qui est suivi pour choisir d’inclure ou non des œuvres de particuliers : avec la précision consciencieuse que depuis que Schmidt a pris la direction des Offices en 2015, sur un total de plus de 90 expositions organisées à ce jour, pour un total d’environ 10 000 œuvres proposées au public, les prêteurs privés ont été sélectionnés dans seulement 90 cas”.

Enfin, les Offices précisent que l’opportunité d’exposer Vénus à son bain dans ce contexte permet à chacun de se faire une opinion en comparant l’œuvre avec d’autres œuvres de Giambologna présentes dans l’exposition.

Florence, l'affaire de la Vénus de Giambologna éclate : le NY Times émet des doutes sur les Offices, qui se défendent.
Florence, l'affaire de la Vénus de Giambologna éclate : le NY Times émet des doutes sur les Offices, qui se défendent.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.