Florence, restauration du groupe en bronze de Donatello représentant Judith et Holopherne au Palazzo Vecchio


Dévoilé aujourd'hui à Florence, dans la Sala dei Gigli du Palazzo Vecchio, le groupe en bronze de Donatello représentant Judith et Holopherne restauré grâce au soutien des Amis de Florence.

Le bronze de Donatello représentant Judith et Holopherne, restauré grâce au soutien des Friends of Florence, a été dévoilé aujourd’hui à Florence, dans la Sala dei Gigli du Palazzo Vecchio. L’intervention, qui a duré au total environ dix mois, a été divisée en deux phases, l’exécution des travaux étant confiée directement au donateur. La Fondation des Amis de Florence s’est engagée depuis longtemps à soutenir des interventions importantes pour la protection et la mise en valeur du patrimoine florentin et toscan, et a déjà soutenu plusieurs travaux de restauration d’œuvres des collections du Palazzo Vecchio, comme la restauration en 2019 du Putto au dauphin d’Andrea del Verrocchio et des peintures de la salle du musée où il est exposé. La présentation de la restauration s’est déroulée en présence, entre autres, de l’adjointe au maire et conseillère à la culture de la municipalité de Florence Alessia Bettini, de la consule générale des États-Unis d’Amérique Daniela Ballard et de la présidente des Amis de Florence Simonetta Brandolini d’Adda.

Le groupe en bronze

Le groupe en bronze représentant Judith et Holopherne (1457-1464) est l’une des œuvres les plus connues de Donatello pour sa puissance expressive, pour la maîtrise et le raffinement de la technique d’exécution et pour les vicissitudes qui l’ont amené à devenir l’étendard de la liberté de Florence. La sculpture porte la signature de l’artiste gravée sur le coussin sur lequel reposent les deux personnages. Selon l’hypothèse la plus accréditée, elle a été commandée à Donatello par Piero de’ Medici vers 1457. Elle fut interrompue en raison du départ pour Sienne de son auteur qui, avec quelques collaborateurs, l’acheva entre 1461 et 1464, date à laquelle elle fut placée dans le jardin de l’ancienne résidence des Médicis à Via Larga, l’actuel Palazzo Medici Riccardi, en contrepoint du David en bronze du même sculpteur qui se trouvait déjà dans la cour voisine (aujourd’hui au Museo Nazionale del Bargello).

Selon le livre biblique du même nom, la jeune juive Judith sauva sa ville du siège de l’armée assyrienne en coupant la tête du général Holopherne après l’avoir séduit et enivré. À l’époque, Judith était généralement représentée déjà triomphante sur la tête coupée de son ennemi. Donatello, avec une grande originalité, ajoute la figure d’Holopherne, réalisant ainsi la première grande œuvre isolée consacrée à ce thème, et saisit l’action telle qu’elle se déroule, représentant l’héroïne dans une position droite, ferme et fière, le bras tenant l’épée levée avec impétuosité et prête à porter le coup final. Le corps exsangue du tyran est coincé entre les jambes de Judith, dont les membres pendent vicieusement sur le socle de bronze, où trois reliefs bacchiques évoquent sa luxure. Le bronze était à l’origine rehaussé de dorures, dont il ne reste aujourd’hui que quelques fragments.

L’œuvre réinterprétait l’histoire biblique de Judith dans une optique laïque et politique, comme l’attestent deux inscriptions sur le socle de pierre lorsqu’il se trouvait dans le jardin des Médicis, aujourd’hui perdues : la première la qualifiait de symbole du triomphe de l’humilité sur l’orgueil et de la vertu sur la luxure ; la seconde contenait la dédicace de Piero de’ Medici, qui lui attribuait la fonction de modèle de force morale et de liberté, incitant les citoyens à suivre l’exemple de l’héroïne dans la défense de la République florentine.

Le second sens est devenu prédominant lorsqu’en 1495, un an après l’éviction des Médicis et la proclamation de la nouvelle République inspirée par Savonarole, la Seigneurie de Florence a décidé de confisquer cette œuvre, ainsi que d’autres de la résidence des Médicis, et de la transférer au siège de son gouvernement. Les deux épigraphes du socle ont été remplacées par celle d’aujourd’hui qui porte la date du transfert et a fait du bronze un symbole de la liberté florentine.

La Judith fut placée sur l’arengarium du Palais de la Seigneurie, où elle resta jusqu’en 1504, date à laquelle elle dut céder la place au David de Michel-Ange, pénalisée par la nécessité de trouver un emplacement pour la nouvelle sculpture et par les critiques formulées à son encontre par une faction à qui il semblait inconvenant que la ville soit représentée par une femme tuant un homme et qui lui reprochait également d’être un “signe mortel” porteur de malchance, parce qu’elle était arrivée là au moment où Florence perdait sa domination sur Pise. Deux ans plus tard, elle était de retour sur la piazza, sous la Loggia della Signoria, mais ce n’est qu’en 1919, après avoir été mise en sécurité pendant la guerre, qu’elle fut replacée, en position centrale, sur l’arengario du Palazzo Vecchio. De là, il n’a plus jamais été déplacé, sauf pour des raisons de sécurité pendant la Seconde Guerre mondiale, où il a également été restauré par Bruno Bearzi, pour le compte des fonderies Marinelli, jusqu’à ce qu’après les célébrations médicéennes de 1980, où l’on a constaté un état de détérioration avancé du bronze, il a été décidé de le remplacer extérieurement par une copie et de le déplacer dans la Sala dei Gigli du Palazzo Vecchio. À l’occasion de ce transfert, l’œuvre a fait l’objet pour la première fois d’une restauration scientifique minutieuse, réalisée par l’Opificio delle Pietre Dure de Florence au Palazzo Vecchio entre 1986 et 1988.

La restauration

Peu de temps après la dernière restauration et les travaux d’entretien effectués en 2004, le bronze est apparu très altéré par une abondante couche de poussière atmosphérique qui s’était déposée sur ses surfaces au fil des ans en raison de l’attraction électrostatique et de la propriété adhésive de la couche protectrice. L’objectif du projet de restauration était de restaurer et d’améliorer la lisibilité de l’œuvre, en perfectionnant les interventions effectuées dans les années 1980 grâce à l’application des nouveaux instruments et des connaissances acquises, ainsi que d’approfondir l’analyse des aspects techniques du groupe de bronze et des méthodes de travail particulières de Donatello.

La première phase de l’intervention a précédé l’exposition Donatello. La Renaissance, car le bronze faisait partie du parcours parallèle dans la zone extérieure de l’exposition. Au cours de cette phase, une observation attentive et une documentation du travail ont été effectuées, et le dépoussiérage entrepris en 2004, nécessaire pour évaluer l’état de conservation du bronze, a été répété. L’objectif de ce premier examen était de vérifier et de localiser sur le bronze certains des choix opérationnels et techniques effectués par les restaurateurs de l’Opificio delle Pietre Dure lors de la dernière intervention, en retraçant cette même campagne de diagnostic et en analysant certains des mêmes échantillons ainsi que de nouveaux échantillons à l’aide d’instruments modernes, en comparaison avec les connaissances acquises au cours des quarante dernières années d’étude des bronzes antiques.

La deuxième partie de l’intervention a été entamée quelques mois plus tard, une fois les résultats définitifs du diagnostic disponibles, après des considérations appropriées avec la Direction des travaux et le fonctionnaire compétent de la Surintendance. Cette deuxième phase a nécessité une révision générale conservatrice de l’œuvre. Plus précisément, il est apparu nécessaire de procéder à une intervention plus articulée qu’un simple entretien extraordinaire, qui “renouvellerait” le nettoyage des surfaces effectué lors de la restauration de 1986-1988, l’une des plus importantes à l’époque, au point de constituer un tournant dans la conservation des bronzes, tant en ce qui concerne les matériaux que les méthodologies appliquées par la suite par l’Opificio et son École de formation avancée. L’intervention d’aujourd’hui a permis d’éliminer tous les problèmes de conservation du métal qui sont apparus au cours de ces décennies et qui continuent à progresser, bien que plus lentement, grâce à la conservation du musée. Certains changements brusques de couleur (et avec eux certaines substances minérales superficielles) induits par diverses patines d’altération plus ou moins stables ont été “traités” en éliminant ou en amincissant les produits de corrosion nocifs. Ces derniers étaient dus à des processus d’oxydation ou à des dépôts résiduels que l’intervention précédente n’avait pas complètement éliminés et résolus, en raison de l’instrumentation technique moins ductile disponible à l’époque et de la connaissance différente du matériau, ou encore à des altérations générées par les opérations de moulage direct (une pratique aujourd’hui dépassée) effectuées pour la réalisation de la copie qui se trouve aujourd’hui sur l’Arengario du Palazzo Vecchio. Une solution opérationnelle importante a été apportée par l’utilisation du laser mis à disposition par la société EL.EN, qui a été calibré sur les bronzes dorés de l’Opificio delle Pietre Dure il y a plus de vingt ans, afin de résoudre les limites des techniques de nettoyage chimique et surtout mécanique utilisées à l’époque. Lors du dépoussiérage de 2004, seules trois très petites traces de dorure à la feuille de Donatello ont été identifiées. Un dépoussiérage ultérieur a confirmé leur présence, mais l’observation au microscope à contact de toute la surface, centimètre par centimètre, a permis de supposer qu’il pouvait y avoir beaucoup plus de résidus de dorure, hypothèse confirmée par la suite par des analyses ultérieures. Sur la base de l’inspection et de la cartographie des faibles traces révélées par les analyses, également recoupées avec les informations fournies par certaines observations rapprochées du début du 20e siècle, ces zones ont ensuite été nettoyées au laser. Cette opération a permis de mettre en évidence plusieurs nouveaux fragments d’or conservés dans plusieurs zones, pour un total d’environ 13 centimètres carrés dans certains cas, d’identifier également les parcours et les limites des fonds et de préciser quelles parties du bronze étaient à l’origine ornées de dorures, fréquentes dans la sculpture florentine de l’époque et récurrentes dans les œuvres de Donatello. Les résultats obtenus sur les surfaces du bronze ont également conduit à reconsidérer les matériaux à utiliser pour sa protection finale, qui consiste désormais en une couche filmogène de vernis acrylique, recouverte à son tour d’une couche sacrificielle de cire similaire à celle de la restauration précédente, utilisée pour la première fois à l’époque après d’importantes études comparatives.

La restauration a également permis de compléter les connaissances sur la technique d’exécution de l’œuvre par de nouvelles informations sur des détails de l’assemblage du bronze qui n’avaient pas été détectés auparavant. Des travaux d’entretien ont également été effectués sur la base en pierre du groupe en bronze : dépoussiérage et lavage des surfaces et remplacement de la plinthe qui recouvre le support métallique sur lequel repose la sculpture à l’intérieur de la Sala dei Gigli.

Déclarations

“Nous sommes très heureux d’avoir soutenu la restauration de la sculpture de Judith et Holopherne de Donatello, une œuvre fondamentale non seulement pour l’histoire florentine, mais aussi pour l’art et la culture du monde entier”, a déclaré Simonetta Brandolini d’Adda, présidente des Amis de Florence. Elle pourra ainsi continuer à se montrer aux générations actuelles et futures dans toute sa puissante beauté. Au nom des Amis de Florence, je tiens à remercier la municipalité de Florence, et en particulier la conservatrice du musée du Palazzo Vecchio, le Dr Serena Pini, pour l’opportunité qu’elle nous a donnée, la fonctionnaire de la Surintendance, le Dr Lia Brunori, qui a supervisé les travaux dans le cadre de son rôle de Haute surveillance, et le restaurateur Nicola Salvioli, dont le projet nous a permis de contribuer à la conservation de ce chef-d’œuvre. Nous remercions tout particulièrement nos donateurs, sans lesquels nous n’aurions pas pu soutenir l’intervention : Catharin Dalpino, Anna & Paul Friedman, Lauren & Phil Hughes, Judith & Arthur Rubin, Loralee West’.

Photo par A. Quattrone

Donatello, Judith et Holopherne (Florence, Palazzo Vecchio)
Donatello, Judith et Holopherne (Florence, Palazzo Vecchio)
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré
Détail du groupe sculptural restauré

Florence, restauration du groupe en bronze de Donatello représentant Judith et Holopherne au Palazzo Vecchio
Florence, restauration du groupe en bronze de Donatello représentant Judith et Holopherne au Palazzo Vecchio


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.