Florence, Sgarbi fait ses courses à la Biennale pour le Mart de Rovereto. Et tonne contre l'autoprotection


Premier coup de théâtre à la Biennale des antiquaires de Florence: Vittorio Sgarbi achète une œuvre importante de Felice Casorati, "Le dormeur", pour le Mart. Puis il tonne contre certains cas récents d'autoprotection: il propose de créer un comité de marchands chargé de suggérer à l'État ce qu'il convient d'acheter.

Elle porte la signature de Vittorio Sgarbi, le premier coup de la Biennale Internazionale dell’Antiquariato de Florence qui ouvrira ses portes après-demain au Palazzo Corsini (l’avant-première pour les journalistes a eu lieu aujourd’hui). En effet, Sgarbi a acheté pour le Mart - Musée d’art moderne et contemporain de Trente et Rovereto, dont il est le président, une belle sculpture de Felice Casorati (Novara, 1883 - Turin, 1963), Le Dormeur, un bas-relief en plâtre de 1924, présenté par Gian Enzo Sperone, et l’une des meilleures œuvres de la grande foire d’antiquités de Florence (nous l’avions également signalée dans ces pages parmi les avant-premières). Il s’agit d’une sculpture qui faisait partie d’un cycle décoratif que l’artiste piémontais a réalisé pour le théâtre privé de la Casa Gualino (l’industriel Riccardo Gualino, l’un des plus grands collectionneurs italiens du début du XXe siècle, entretenait des relations étroites avec Casorati). La décoration se composait notamment de deux statues encadrant le proscenium et de quatorze bas-reliefs faisant office de métopes: le Dormeur était l’un de ces bas-reliefs.

L’œuvre que vient d’acquérir le Mart est d’une grande importance car elle représente l’une des premières tentatives de Casorati dans une décoration qui contemple l’architecture et la sculpture. “C’était un acte de courage, écrit Gualino, de donner carte blanche à un peintre pour faire de l’architecture. J’espérais que, précisément parce qu’il était à l’abri des règles de la tradition, Casorati résoudrait le problème de manière originale. Mon attente n’a pas été déçue. La salle est rectangulaire, de couleur grise ; le plafond est simple, avec des formes angulaires. Un bandeau d’environ un mètre de haut entre les murs et le plafond, avec une série de bas-reliefs, éclairé par une lumière cachée, est la note décorative de la pièce et en même temps la seule source de lumière”. Gualino fit aménager chez lui un véritable théâtre d’ où l’on accédait aux salles qui abritaient ses œuvres d’art (les invités assistaient souvent aux représentations données par l’industriel, puis finissaient la soirée chez lui), dont une partie est aujourd’hui visible à la Galleria Sabauda de Turin. Le Dormeur rejoint ainsi au Mart une autre œuvre de Casorati déjà présente dans la collection de Gualino (mais dans la deuxième collection, celle qu’il avait commencée à Rome après l’effondrement de ses entreprises), et aujourd’hui conservée au musée du Trentin, à savoir la Fille du Pavarolo, également connue sous le nom de Clélia.

Felice Casorati, Le dormeur (1924 ; bas-relief en plâtre, 86 x 144 cm)
Felice Casorati, Le dormeur (1924 ; bas-relief en plâtre, 86 x 144 cm)

Au cours de la conférence de presse, M. Sgarbi, qui est étonnamment intervenu à la fin, a eu des mots durs à l’encontre de certains cas récents de recours à lalégitime défense, qui permet à l’État d’annuler une mesure prise antérieurement. Il a notamment rappelé le cas récent du Miracle des cailles de Jacopo Bassano, qui a d’abord bénéficié d’une licence d’exportation, puis, après la vente du tableau au Getty Museum, la mesure a été retirée et le tableau notifié, ce qui a ouvert la voie à la création d’un nouveau musée de l’art. La mesure a été retirée et le tableau notifié, ce qui a ouvert un conflit juridique entre l’antiquaire Frascione qui l’avait vendu et le Getty qui l’avait acheté, d’une part, et l’État, d’autre part (une reconstitution détaillée de l’affaire peut être lue sur Finestre sull’Arte ). M. Sgarbi a déclaré: "Il faut rétablir une relation civile entre l’État et les marchands d’art. La relation est absolument incivile: cela vaut également pour l’affaire qui traverse ces heures-ci les salles d’audience des marchands, à savoir l’affaire Frascione. Il s’agit d’une affaire internationale: il s’agit d’un tableau de grande qualité de Jacopo Bassano, propriété de Frascione depuis soixante ans, qui pourrait trouver une issue italienne sans difficulté, et qui ne peut être reconnu comme un chef-d’œuvre par un fonctionnaire des Beaux-Arts. S’il ne le reconnaît pas et le met en libre circulation, ce tableau peut aller dans n’importe quel musée du monde: l’autoprotection est un acte contre l’État et contre les droits d’un État civilisé dans lequel chacun fait son travail. Avez-vous la possibilité de vérifier? Vérifier ! Si vous ne l’avez pas fait, devons-nous à chaque fois vérifier le fonctionnaire qui fait la vérification?

Afin d’éviter que de tels cas ne se répètent, Sgarbi propose de créer un comité de commerçants chargé de suggérer à l’État les objets à acheter avant qu’ils ne soient mis sur le marché. C’est ce que j’ai l’intention de suggérer au prochain gouvernement", déclare l’historien de l’art. M. Sgarbi rappelle deux cas où il a joué un rôle de protagoniste dans ce sens: le premier en 1995, lorsque la Pinacothèque nationale de Sienne a acheté un important groupe de peintures siennoises des XVIe et XVIIe siècles (comprenant des œuvres de Rustichino, Francesco Vanni, Rutilio Manetti, Bernardino Mei, Astolfo Petrazzi, Niccolò Tornioli) pour la somme de 1,5 million d’euros. Tornioli) pour la somme de 2 milliards de lires, et la seconde en 2000, lorsqu’avec Antonio Paolucci, alors surintendant du Polo Museale Fiorentino, il négocie pour les musées de la ville des tableaux provenant du legs de l’antiquaire et collectionneur Carlo De Carlo.“Nous avons laissé libres toutes les œuvres qu’il voulait vendre”, se souvient Sgarbi, “en prenant cinq œuvres qui ont fini dans les musées, comme pour dire un passage de dialogue avec l’État dans lequel vous donnez à l’État et en échange vous avez la liberté de vendre ce que l’État n’a pas lié et ne veut pas acheter. Ce sont des modèles que j’ai déjà appliqués, mais ce sont des modèles nécessaires pour que nous ne continuions pas une guerre insensée de petits fonctionnaires qui font chanter les antiquaires par des actes menaçants et indignes. L’autoprotection est un non-sens ! L’homme qui sait, sait tout de suite, pas après deux ans ou deux mois”.

La solution pourrait donc être un comité de proposition à l’Etat: “J’imagine que la qualité de nombreux antiquaires déterminerait un comité de proposition à l’Etat qui pourrait ainsi établir une relation d’achat privilégiée (une sorte de préemption): il faudrait que les directeurs de musées aient les suggestions de dix des meilleurs marchands d’art pour avoir une première proposition de chefs-d’œuvre. Un arrangement devrait donc être conclu entre les marchands et l’Etat, qui devrait être mis en mesure de connaître à l’avance les objets proposés à l’avance. Cela peut se faire simplement, sans menace et sans légitime défense. Si un marchand est perspicace, il doit être récompensé et non puni, c’est clair: l’État doit être honnête, non menaçant, il doit être en relation avec des gens qui sont capables de donner. Il s’agit d’une formidable exposition avec au moins vingt œuvres dignes des musées italiens. Elles doivent aller dans ces musées, dans le cadre d’un accord et sans chantage, sans menaces, sans notifications et sans autoprotection insensée. Voilà ce que je voulais dire, avec affection”.

Florence, Sgarbi fait ses courses à la Biennale pour le Mart de Rovereto. Et tonne contre l'autoprotection
Florence, Sgarbi fait ses courses à la Biennale pour le Mart de Rovereto. Et tonne contre l'autoprotection


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.