La bibliothèque nationale de Lucques ne ferme pas pour l'instant, mais la solution trouvée n'est pas satisfaisante.


Une solution a été trouvée pour ne pas fermer la bibliothèque d'État de Lucques. Mais elle n'est pas satisfaisante pour la base. Voici ce qui va se passer.

La Bibliothèque d’État de Lucques ne fermera pas : le risque de suspension des services, que l’institut lucquois courait en raison des graves lacunes de son personnel (à partir d’avril, en effet, la Bibliothèque d’État, entre les départs à la retraite et le manque de rotation, se retrouvera avec seulement trois employés, directeur compris), a été écarté.

Andrea Marcucci, sénateur PD, qui a discuté de l’affaire avec le ministre des Biens culturels Dario Franceschini, rapporte qu’une solution a été trouvée. Andrea Marcucci minimise : “En ce qui concerne la situation de la bibliothèque de Lucques, je dirais qu’il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau. J’ai parlé avec le ministre Franceschini, qui suit personnellement le dossier”. Et d’expliquer : “La solution a déjà été identifiée par l’embauche de personnel par l’intermédiaire de la société Ales. En attendant la fin des procédures, le manque de personnel sera comblé par des contrats temporaires. La bibliothèque de Lucques est un dépôt culturel important pour la Toscane, elle conserve également de nombreux documents de Pascoli, et c’est un lieu qui m’est très cher, notamment parce que je m’en suis occupé pendant longtemps lorsque j’étais sous-secrétaire aux biens culturels. Je garantis donc l’intérêt du gouvernement et j’exclus toute hypothèse de déclassement”.

M. Marcucci a ajouté : “J’ai toutefois apprécié que des milliers de personnes se soient mobilisées en signant une pétition, c’est un signe d’attention et de participation, mais je confirme que la bibliothèque n’est pas en danger”.

Cependant, la solution trouvée pour le cas de la Biblioteca Statale di Lucca ne satisfait pas la base, étant donné que le manque de personnel n’a pas été résolu par des embauches extraordinaires, mais par le recours à la société interne de MiBACT : L’association Mi Riconosci a pris position et se réfère aux paroles du ministre Franceschini lui-même qui, mardi dernier à la Chambre des députés, a expliqué la nécessité de “faire entrer le jeune professionnalisme dans l’administration publique”. "Exactement au même moment, disent les militants de Mi Riconosci, il résolvait un problème par le biais d’une société qui existe seulement et uniquement pour éviter l’embauche dans l’administration publique, de sorte qu’il est plus facile de se débarrasser des travailleurs et d’avoir moins de règles. Soyons clairs, c’est une bonne chose que la bibliothèque reste ouverte, mais nous en avons assez, encore et encore, de voir le niveau des services et les droits des travailleurs qui y sont employés chuter, chuter, chuter. C’est ça ou ça ferme“ : NON. Les concours sont bloqués depuis des mois et des mois parce que notre classe politique n’a pas le courage de les réformer, peut-être parce qu’il est plus commode d’opter pour des solutions privées. Nous avons le droit et le devoir d’exiger que la bibliothèque nationale de Lucques et tous les instituts publics restent ouverts avec de nouvelles embauches, et non avec des sociétés participatives à la ”fonction obscure".

La bibliothèque nationale de Lucques ne ferme pas pour l'instant, mais la solution trouvée n'est pas satisfaisante.
La bibliothèque nationale de Lucques ne ferme pas pour l'instant, mais la solution trouvée n'est pas satisfaisante.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.