La personnalité artistique la plus influente de 2020 ? Pour Art Review, c'est Black Lives Matter


Le magazine Art Review a publié son habituel classement des 100 personnalités les plus influentes du monde de l'art : selon lui, la personnalité la plus influente de cette année est... le mouvement Black Lives Matter.

Une nouveauté qui fait déjà couler beaucoup d’encre est celle que le magazine d’art américain Art Review a introduite dans son Power 100, le classement que le magazine publie chaque année sur son site web et qui comprend ce qu’il considère comme les cent personnalités les plus influentes du monde de l’art. La nouveauté réside dans le fait que, pour la première fois, la première place du classement n’est pas occupée par un artiste, un critique ou un mouvement artistique, mais par un mouvement activiste, à savoir Black Lives Matter, qui a fait la une de l’actualité internationale cette année pour avoir déclenché des manifestations à la suite du meurtre de George Floyd.

Selon Art Review, Black Lives Matter est la personnalité artistique la plus influente de l’année : après tout, c’est un fait que de nombreux musées dans le monde se sont inspirés du message du mouvement pour actualiser leurs politiques d’exposition (et, dans certains cas, leurs politiques d’acquisition), que divers événements artistiques ont accordé beaucoup d’espace à la culture noire et que tout le monde a parlé, pour le meilleur ou pour le pire, de ce qui s’est passé aux États-Unis dans le sillage des manifestations de BLM (qui est également une nouvelle entrée dans le Power 100 d’Art Review). Ce n’est pas la première fois qu’un mouvement activiste fait son entrée dans le classement : c’était déjà arrivé pour #MeToo, également présent dans le classement 2020, même à la quatrième place (alors qu’il était 21e en 2019).

La deuxième place est plutôt occupée par le collectif ruangrupa, un groupe d’artistes indonésiens (pour eux, une montée de huit places par rapport à la 10e en 2019) qui s’est vu confier le commissariat de la prochaine édition de la Documenta, et dont l’art aborde, dans leur cas aussi, des thèmes tels que le colonialisme, le capitalisme et le patriarcat. Colonialisme qui, d’une certaine manière, occupe donc tout le podium, puisqu’en troisième position se trouvent les deux universitaires Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, auteurs d’un rapport influent sur l’art africain présent dans les collections des musées français, et qui a des conséquences considérables sur les politiques de rapatriement (c’est-à-dire de retour) vers les pays non européens d’objets considérés comme étant d’origine illicite. Le premier artiste “unique” du classement est Arthur Jafa, lauréat du Lion d’or à la Biennale de Venise 2019, auteur du chef-d’œuvre Love is the message, the message is death, mais aussi porte-drapeau de la culture noire: il est à la sixième place (contre 34e en 2020).

La première personne qui n’est pas directement impliquée dans des questions d’actualité urgente est, à la septième place, le directeur du MoMA de New York, Glenn D. Lowry (bien que le nouvel aménagement du musée américain puisse également mettre en évidence certains problèmes de la société actuelle). L’Italie, en revanche, est loin des premières places. La première Italienne du classement est la collectionneuse Miuccia Prada, à la 35e place (en baisse : elle était 11e en 2019), suivie de la conservatrice Cecilia Alemani (48e, nouvelle entrée), de la collectionneuse Patrizia Sandretto Re Rebaudengo (68e, contre 55e en 2019), de la conservatrice Lucia Pietroiusti (78e, en 2019 elle était 92e), du conservateur anglo-italien Alessio Antoniolli (87e, nouvelle entrée) et des fondateurs de la Galleria Continua, Mario Cristiani, Lorenzo Fiaschi et Maurizio Rigillo (à la 93e place, gagnant une position par rapport à 2019). Deux des Italiens présents en 2019 disparaissent du classement : Massimiliano Gioni et Massimo De Carlo.

Ce classement est-il vraiment conforme à la réalité ? C’est évidemment un point de vue, celui d’un magazine américain qui évalue la scène mondiale à travers le filtre américain, mais il peut tout de même donner quelques indications et c’est un outil que beaucoup d’initiés discutent chaque année.

La personnalité artistique la plus influente de 2020 ? Pour Art Review, c'est Black Lives Matter
La personnalité artistique la plus influente de 2020 ? Pour Art Review, c'est Black Lives Matter


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.