Le juge français donne raison à Miriam Cahn, qui a exposé un travail choquant sur les crimes de Bucha.


Un juge français a donné raison à l'artiste suisse Miriam Cahn, en rejetant une requête déposée par des partisans de la droite et des associations de protection de l'enfance, qui voulaient faire retirer du Palais de Tokyo une œuvre choquante sur les crimes de Bucha, au motif qu'elle représente des sévices infligés à des enfants.

La polémique qui avait été lancée par un député du Rassemblement national, parti d’extrême droite français, autour de l’œuvre Fuck Abstraction ! présentée lors de l’exposition de l’artiste suisse au musée de Paris, a été résolue en faveur de Miriam Cahn et du Palais de Tokyo . Un procès avait également été intenté au musée car, selon l’extrême droite et certaines associations de protection de l’enfance, le tableau, qui prétend dénoncer les horreurs commises à Buca sur la population locale lors des actions de guerre dans la ville au début de la guerre en Ukraine (il s’agit notamment d’une dénonciation de la violence des viols de guerre), est une représentation de l’abus sexuel commis sur un enfant. Dans ce tableau, qui se déroule dans l’un des paysages abstraits typiques de Miriam Cahn, on voit un homme se faire pratiquer une fellation forcée par un personnage de taille beaucoup plus réduite, les mains liées.

La loi française interdit l’exposition de représentations pornographiques impliquant des mineurs : telle était l’intention des plaignants, mais Miriam Cahn avait déjà précisé il y a quelque temps que le tableau ne représentait pas un enfant et que la victime était représentée en taille réduite pour des raisons symboliques, afin de faire allusion à la fragilité des opprimés et des victimes de la guerre. La juge Sylvie Vidal a donné raison à l’artiste et au musée, estimant que le Palais de Tokyo devait prendre des mesures appropriées pour informer le public du contenu sensible de l’œuvre en fournissant des textes explicatifs adéquats et en mettant à disposition du personnel capable d’expliquer l’œuvre oralement.

Le jugement indique que "le tableau, qui représente la silhouette d’un homme puissant et sans visage imposant une fellation à une victime de corpulence très fragile, à genoux et les mains attachées dans le dos, traite de la manière dont la sexualité Elle traite de l’utilisation de la sexualité comme arme de guerre et fait référence aux crimes commis dans la ville de Bucha en Ukraine lors de l’invasion russe, dépeignant crûment les violences subies par la population ukrainienne. Cependant, cette œuvre ne pourrait être comprise en dehors de son contexte et du travail de l’artiste Miriam Cahn dénonçant les horreurs de la guerre, si ce n’est que tout cela est mentionné dans la documentation distribuée au public“. L’allégation selon laquelle ”l’œuvre exposée porterait une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale que constitue l’intérêt supérieur des mineurs“ a donc été jugée ”infondée".

En France, cependant, l’affaire avait fait la une des journaux pendant des semaines avant d’être portée devant le tribunal, et s’était retrouvée dans les journaux et à la télévision. Il y a également eu une collecte de signatures, signées par 13 000 personnes, pour demander le retrait de l’œuvre, et même une question au ministre de la culture (qui a cependant déclaré que la liberté d’expression est garantie par la loi, rejetant ainsi les demandes de censure, et qu’en tout état de cause, c’est à la justice d’établir si un délit a été commis). Les pétitionnaires ont annoncé qu’ils feraient appel de la décision du tribunal administratif de Paris. Pour l’instant, l’œuvre est toujours visible.

Miriam Cahn, Fuck Abstraction !
Miriam Cahn, Fuck Abstraction !

Le juge français donne raison à Miriam Cahn, qui a exposé un travail choquant sur les crimes de Bucha.
Le juge français donne raison à Miriam Cahn, qui a exposé un travail choquant sur les crimes de Bucha.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.