Le va-et-vient Sangiuliano-Schmidt. Les Offices: "Manque chronique de personnel, nous demandons des renforts".


Rencontre entre le ministre Sangiuliano et le directeur des Offices Schmidt. Sangiuliano a qualifié de "très grave" la fermeture du musée le 31 octobre pour le pont. Mais Schmidt explique que c'est la faute du manque chronique de personnel, et demande des renforts.

Le mandat du nouveau ministre Gennaro Sangiuliano avec les Galeries des Offices commence par une prise de bec. L’objet du litige est la fermeture du musée florentin le lundi 31 octobre, pendant les vacances de la Toussaint: le lundi, les Offices sont généralement fermés, comme de nombreux musées italiens, et pour cette fête, ils n’ont pas fait exception, bien qu’ils aient déjà ouvert leurs portes dans le passé pour des occasions similaires. Le ministre n’a pas apprécié cette fermeture (qu’il a qualifiée de “très grave”) et a décidé d’écrire une lettre au directeur du musée , Eike Schmidt.

Cher directeur, écrit Sangiuliano, j’ai appris par la presse que les galeries des Offices seraient fermées le lundi 31 octobre, empêchant ainsi des milliers de visiteurs de s’y rendre pendant le long week-end de la Toussaint. Je crois savoir que, dans des circonstances similaires, d’autres musées et les Offices eux-mêmes ont modifié à l’avance leurs jours de fermeture hebdomadaire habituels, précisément pour éviter tout désagrément aux visiteurs et aux touristes. Je vous demande si cette reconstitution est vraie. Si c’est le cas, et je considère que c’est très grave, je voudrais savoir pourquoi, dans cette circonstance, on n’a pas pris les mêmes mesures que par le passé. Il n’échappe pas à votre intelligence qu’une telle fermeture, en plus de constituer un manque à gagner, représente un préjudice pour l’image des Galeries des Offices et de l’ensemble du système muséal national".

La longue réponse de l’Uffizi est arrivée mercredi soir: selon le musée, c’est le manque chronique de personnel, dont Schmidt s’était déjà plaint il y a quelques semaines, qui a empêché une ouverture extraordinaire. “Je voudrais remercier le ministre Gennaro Sangiuliano d’avoir été si direct en intervenant immédiatement sur ce qui est peut-être la question la plus critique en cette période délicate pour le secteur des musées d’État: le manque de personnel”, a commencé M. Schmidt dans sa réponse. “Depuis des années, en tant que directeur des Offices, je demande des renforts au ministère, car le recrutement des ressources humaines ne relève pas de la responsabilité des musées individuels dotés d’une autonomie partielle, mais des bureaux centraux du ministère. Après l’arrêt dû à la pandémie, les visiteurs reviennent heureusement cette année, et les Offices sont à nouveau un moteur pour l’économie de la ville. En témoignent les chiffres du week-end de la Toussaint dernier, au cours duquel 55 611 personnes ont visité les musées de la Galerie des Offices entre le samedi et le mardi. En revanche, le lundi 31 octobre, seuls les jardins de Boboli ont pu ouvrir, avec 7 338 visiteurs profitant du beau temps, mais pas la galerie des statues et des peintures ni le palais Pitti. Comme le ministre Sangiuliano, je trouve très grave que les Offices et la Galerie de l’Académie aient été fermés le lundi, et même le Bargello le mardi 1er novembre, pour la même raison grave, à savoir la grave pénurie de personnel dans les musées d’État. Ces dernières années, nous avons à plusieurs reprises envoyé des rapports sur cette question au ministère supérieur, mais le problème s’est toujours aggravé”.

“Malgré cette situation, explique M. Schmidt, nous avons pu, ces dernières années, proposer au public de nombreuses ouvertures spéciales les lundis et les soirs. Ces ouvertures sont basées sur la volonté du personnel de faire des heures supplémentaires - et d’être payé en plus - à ces occasions. C’est pourquoi nous avons pu proposer cette année des ouvertures spéciales avec beaucoup de succès au printemps et en été, mais un trop grand nombre d’assistants de l’auditorium qui adhèrent volontiers à ces initiatives - de moins en moins nombreux en raison des départs à la retraite - ont atteint cette limite ou s’en approchent. Ces dernières années, nous avons également demandé au ministère de pouvoir augmenter le service (payé par les fonds du musée) de la société interne du ministère, Ales, ou de confier certaines parties du service de sécurité à une société externe, mais pour ces deux demandes, nous avons reçu une réponse négative. Même le personnel du concessionnaire des services muséaux ne peut compléter le service de sécurité que par un certain nombre d’unités de soutien, car la description des tâches de ce personnel diffère de celle des assistants des musées d’État. L’hypothèse, qui existe sur le papier, de déplacer le jour de fermeture hebdomadaire au mercredi ou au jeudi n’a jamais été mise en œuvre aux Offices, parce que dans une machine aussi complexe, qui nécessite l’interaction de tant d’entreprises différentes - de l’architecte à l’architecte, en passant par l’architecte et l’architecte.l’interaction de tant de sociétés différentes - des électriciens aux opérateurs de détecteurs de métaux, de la société de soutien de l’État au concessionnaire de l’accueil, et ainsi de suite - avec du personnel et des contrats différents, cela s’est toujours avéré impraticable: mais surtout, avec des milliers de réservations, y compris de voyageurs d’autres continents, planifiées bien à l’avance et déjà en place pour toute cette semaine, le préjudice économique et d’image d’une fermeture inhabituelle des Offices en milieu de semaine aurait clairement annulé les recettes supplémentaires probables du lundi”.

“Je ferai parvenir un rapport détaillé au ministre”, conclut le directeur, “mais pour l’instant je peux vous assurer que je suis aussi scandalisé que lui par ces fermetures. Malheureusement, le problème du manque de personnel est endémique et touche la quasi-totalité du paysage des musées nationaux, des bibliothèques et des archives. Il est désormais insoluble sans une intervention claire et décisive au plus haut niveau pour renverser la pratique établie ces dernières années. Si l’occasion leur en est donnée, les galeries des Offices sont prêtes à s’engager dans cette voie”.

Le va-et-vient Sangiuliano-Schmidt. Les Offices:
Le va-et-vient Sangiuliano-Schmidt. Les Offices: "Manque chronique de personnel, nous demandons des renforts".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.