Les archives juridiques de Modigliani saisies en Suisse, base de la certification de ses œuvres


Les archives juridiques de Modigliani, au centre d'un litige, ont été saisies en Suisse. Elles constituent la base d'authentification de ses œuvres.

L’histoire séculaire des archives juridiques de Modigliani a connu un nouveau rebondissement ces dernières semaines, suite au livre-enquête L’affare Modigliani de Dania Mondini et Claudio Loiodice et à l’arrivée du sujet au Parlement, avec la question de la sénatrice Margherita Corrado (M5S) sur la propriété de ce que l’on peut définir comme le trésor d’Amedeo Modigliani: les archives juridiques sont en effet un immense patrimoine de 6.000 documents (papiers, lettres, photographies, objets d’art, esquisses) qui servent de base à la certification de l’authenticité des œuvres du peintre de Livourne. Celui qui les contrôle, écrivent Mondini et Loiodice, contrôle une affaire de plusieurs millions de dollars".

Le fait est que les archives ont connu des événements troubles (transferts de propriété peu clairs, achats éventuellement illégaux, etc.) et qu’aujourd’hui encore, la propriété du patrimoine documentaire n’est pas claire(nous avons résumé l’histoire dans cet article). Aujourd’hui, un nouvel élément vient s’ajouter à l’histoire : le Ministère public de Bellinzone a en effet annoncé qu’il avait saisi les archives du Port franc de Genève, dans le but de faire la lumière sur les derniers transferts de propriété de la collection.

“La nouvelle de la saisie en Suisse de ce que l’on appelle les archives légales Modigliani, c’est-à-dire la collection de documents et d’objets ayant appartenu au célèbre peintre de Livourne ou lui étant liés, rassemblés pendant quarante ans par sa fille Jeanne”, a déclaré Margherita Corrado, “me remplit de satisfaction et d’espoir”. Selon Margherita Corrado, ce sujet délicat a été “dissimulé en raison de l’embarras des administrations publiques qui ont été les protagonistes d’une saison d’ambiguïté et de connivence, même au plus haut niveau” et, comme indiqué plus haut, il a fait l’objet d’une question parlementaire de sa part qui n’a toujours pas reçu de réponse. “La saisie est en tout cas une excellente nouvelle pour l’État italien”, conclut Corrado, “à condition que le ministère de Franceschini, en plus de promouvoir l’initiative qui ne peut plus être différée de recenser les faux reconnus de Modigliani, veuille enfin prendre sur lui l’honneur et le fardeau d’un héritage. l’honneur et la charge d’un héritage très important sur le plan culturel, pour lequel j’ai pris la liberté de suggérer que la ville de Livourne assume le rôle de protagoniste, mais qui est particulièrement important sur le plan économique. La valeur potentielle de la marque Modigliani, que les Archives permettent de gérer (le pouvoir d’authentification des œuvres a beaucoup à voir avec le marché florissant des faux Modì), est en effet estimée à 100 millions d’euros”.

Les archives juridiques de Modigliani saisies en Suisse, base de la certification de ses œuvres
Les archives juridiques de Modigliani saisies en Suisse, base de la certification de ses œuvres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.